10/04/2016

A propos du groupe d’accompagnement pour le nouvel avion de combat !

home.parsys.54375.Image.gif.jpeg

Berne, en cette fin de semaine, notre nouveau et réactif chef du DDPS a constitué un groupe d’accompagnement chargé de l’évaluation et de l’acquisition d’un nouvel avion de combat. L’objectif de ce groupe est d’obtenir une vue d'ensemble du projet.

Les buts :

Ce groupe d'accompagnement abordera tous les aspects des menaces présentes dans l'espace aérien et de celles qui en proviennent pour définir le rapport approprié entre les moyens de défense sol-air et les avions de combat. Ce groupe traitera en outre toutes les questions en lien avec l'évaluation et l'acquisition d'un nouvel avion de combat. Il accompagnera les travaux d'un groupe d'experts interne au DDPS s'occupant de la partie technique des dossiers. Une première séance est prévue avant la fin avril.

Le groupe actuel :

Présidé par l’ancien conseiller aux Etats Hans Altherr, le groupe de travail est formé de représentants des quatre partis gouvernementaux, de la Société suisse des officiers, de Swissmem, du DFAE, du DFF, du DEFR, ainsi que du DDPS et de l’armée.

Composition:

- M. l'ancien conseiller aux Etats Hans Altherr, président et représentant du PLR

- M. l'ancien conseiller aux Etats Peter Bieri, représentant du PDC

- M. l'ancien conseiller national Roland Borer, représentant de l'UDC

- Mme la conseillère aux Etats Géraldine Savary, représentante du PS

- M. le colonel EMG Stefan Holenstein, président de la Société suisse des officiers

- M. Beat Brunner, membre de la direction de Swissmem

- M. Simon Plüss, responsable du secteur Contrôles à l'exportation/Matériel de guerre, SECO, DEFR

- M. Jon-Albert Fanzun, collaborateur personnel du chef du DFAE et chef de cabinet, DFAE

- M. Karl Schwaar, directeur suppléant de l'Administration fédérale des finances, DFF

- M. le commandant de corps Dominique Andrey, conseiller militaire du chef du DDPS

- M. l'ambassadeur Christian Catrina, chef de la Politique de sécurité et secrétaire général suppléant du DDPS

- M. le commandant de corps Aldo Schellenberg, commandant des Forces aériennes

- M. Hans-Rudolf Sieber, chef des Finances du DDPS

- M. Peter Winter, directeur du domaine de compétences Systèmes aéronautiques, armasuisse

Ne manque-t-il pas des acteurs ?

Si l’on peut saluer ici, la création de ce groupe par notre Ministre de la Défense en vue des travaux préparatoire sur l’achat du nouvel avion de combat et d’une manière générale de l’ouverture du débat sur l’avenir de nos Forces aériennes, il n’en reste pas moins que, si la liste des représentants est démocratique avec notamment, une représentante du parti socialiste qui milite contre l’armée, il semble que les principaux représentants ne sont pas présents. Comment définir une ligne de conduite adéquate au sein de ce groupe, sans la participation d’un pilote de chasse? Sans remettre en cause les compétences de chacun, comment peut-on avoir une vision précise d’un sujet aussi complexe qu’un avion de combat et des tâches qui en découlent, sans avoir avec soi un pilote de chasse susceptible d’apporter ses « compétences métiers », son expérience ? Soit, une plus-value indéniable. Il ne s’agit pas pour l’heure de décider du choix de l’avion A, B ou C, mais bien de disposer de l’ensemble des connaissances nécessaires à l’établissement d’une feuille de route irréprochable. D’ailleurs, pour bien faire, un mécanicien devrait également être présent, car l’on néglige bien trop souvent le travail de la maintenance. Un avion de combat est un outil compliqué, que seul le binôme mécaniciens et pilotes est capable de mettre en œuvre correctement.

Il n’est donc pas trop tard, pour compléter ce groupe de travail, il n’en sera que plus « transparent » et « crédible ».

06/01/2016

WEF 2016, Protection de l’espace aérien !

096_WEF_2015.jpg

Du mercredi 20 au dimanche 24 janvier 2016, le World Economic Forum (WEF) 2016 se déroulera à Davos. Durant cet événement, les Forces aériennes garantiront la police aérienne, notamment dans l'espace aérien restreint au-dessus de Davos, au moyen d’avions de combat armés, engagés par les formations d'avions de combat de la Base aérienne de Payerne en cours de répétition (CR).

La conférence annuelle du WEF 2016 se déroulera du 20 au 24 janvier 2016 à Davos. L’Armée aide le canton des Grisons à assurer la sécurité lors de la rencontre annuelle du WEF. Les Forces aériennes garantiront la protection de l'espace aérien avec des missions de police aérienne et soutiendront les autorités civiles avec des moyens de transport aérien et de reconnaissance. A cet effet, le Conseil fédéral a déclaré l'espace aérien autour de Davos «zone restreinte» dans un rayon de 46 km (25 miles nautiques) pour tous les aéronefs, durant la période du mardi 19 au dimanche 24 janvier 2016 ainsi que le jour d’entraînement du lundi 18 janvier de 8h à 18h. Cette zone ne peut être pénétrée qu'avec une autorisation spéciale.

Protection de l'espace aérien durant le WEF

Durant les réunions en plénum du WEF, des avions de combat de type F/A-18 Hornet et F-5 Tiger équipés de munitions de combat garantiront le respect de la zone restreinte. Ces missions de police aérienne seront en priorité accomplies par les formations d'avions de combat de la Base aérienne 11, qui seront en cours de répétition.

Pour la région de Payerne, ces engagements vont produire du lundi 18 au dimanche 24 janvier 2016, samedi et dimanche inclus, des décollages et des atterrissages tôt le matin jusque tard dans la nuit. Pour des raisons de sécurité, les barrières de Morens resteront fermées 24 heures sur 24 pendant la période du WEF.

084_WEF_2015.jpg

Cours de répétition

Les formations d'avions de combat de la Base aérienne de Payerne accompliront du 11 au 29 janvier 2016 leur cours de répétition annuel (CR). L'Escadre d’aviation engagera ses F/A- 18 Hornet ainsi que ses F-5 Tiger. Les Groupes support et logistique garantiront quant à eux l'exploitation de l'aérodrome, la réparation des avions et toutes les prestations logistiques et de génie nécessaires pour garantir les engagements et missions exigées. La sécurité de la Base aérienne sera renforcée par la compagnie de sûreté.

En dehors des opérations spécifiques du WEF, la Base aérienne opérera selon un horaire étendu allant de 08h00 à 18h00, sans tenir compte des vols de nuit qui auront lieu une fois par semaine. Le cours de répétition provoquera une augmentation sensible de la circulation autour de l'aérodrome et le long de la Petite-Glâne.

Les Forces aériennes et le commandement de la Base aérienne de Payerne remercient d'avance la population pour sa compréhension. (source Forces aériennes suisses)

 

102_WEF_2015.jpg

Photos : 1 & 3 F/A-18C Hornet WEF2015 2 Northrop F-5 E Tiger II WEF 2015 @ David Studer

14/04/2015

Dix Tiger seront retirés !

DSC_3182.jpg

 

 

Les Forces aériennes suisses ont terminé l'examen de la structure portante. La flotte de Northrop F-5 E/F «Tiger II» était temporairement clouée au sol, une fissure a été découverte, lors d’un entretien de routine. Lors d’un contrôle effectué, une fissure a été constatée dans la structure portante d’un Tiger F-5E (monoplace), ce qui a entraîné un ordre de contrôle des 36 avions Tiger F-5E qui effectuent encore des vols réguliers.

 

Le résultat de l’examen a révélé que 16 appareils sur 36 étaient défectueux. En conséquence, dix F-5E « Tiger II » seront abandonnés et six autres réparés. Sur les six Tiger qui seront réparés et remis en service, un est gris et les cinq autres rouge et blanc. Il en résulte que la Patrouille Suisse ne pourra pas toujours se produire avec six avions aux couleurs du drapeau.

 

Fatigue structurelle : 

 

La flotte d’avions de combat F-5 est fatiguée, depuis les années 2000, celle-ci et régulièrement réduite, car des aéronefs présentent des fissures importantes qui sont le fait de l’utilisation des aéronefs. Cet arrêt temporaire de la flotte de F-5, ou du moins ce qui l’en reste démontre une nouvelle fois que nos bons vieux «Tiger» ne sont plus très loin d’une retraite bien méritée.

 

Prendre le taureau par les cornes : 

DSC_5787.JPG


 

Cette situation nous démontre une fois de plus les graves conséquences du vote négatif sur le fond Gripen. La situation de nos Forces Aériennes devient chaque jour plus difficile avec notamment la mise en place progressive de la QRA 24/24. La baisse constante du nombre de F-5, qui par ailleurs ne correspondent plus aux besoins actuels rendent la tâche des 32 F/A-18 toujours plus complexe et poussent ceux-ci à devoir voler plus souvent et bruler, ainsi plus vite leur potentiel. 

Entre les années 1978 et 1984, les Forces aériennes ont acquis 110 F-5 Tiger (98 monoplaces et 12 biplaces). Aujourd'hui, il reste 26 appareils en service.

 

Il devient de plus en plus urgent de relancer le processus d’acquisition d’un nouvel avion de combat, sans quoi d’ici 10 ans, nos Forces aériennes se retrouveront dans une situation particulièrement critique. 

 

DSC_5061.JPG

 

 

Photos: 1 Northrop F-5E Tiger II à Payerne 2 Plan QRA 3 F/A-18C Hornet à Payerne @P.Kümmerling

01/02/2015

Nouveau sauvetage aérien des Forces aériennes !

DSC_4402.jpg

 

 

On l’oublie souvent, mais les conditions de recherche de nuit d’une personne en hiver en montagne s’avère particulièrement difficiles. Si les moyens civils sont particulièrement efficaces, il n’en reste pas moins, que lorsque ces conditions sont à l’extrême, seul les moyens à dispositions de l’armée permettent de continuer.

 

 Dans la nuit du 18 janvier dernier, une personne disparue a pu être sauvée dans le secteur de Wengen (BE) grâce à l’appui des Forces aériennes suisses. L’hélicoptère équipé du FLIR a localisé en quelques minutes l’homme légèrement blessé, puis éclairé la zone extrêmement dangereuse pendant les opérations de sauvetage menées par un hélicoptère d’Air Glacier.

 

Le dimanche 18 janvier à deux heures et demie du matin, l’hélicoptère de piquet SAR des Forces aériennes a été demandé par la police cantonale bernoise ; il a été immédiatement déployé près de Wengen (BE) par l’officier de piquet des Forces aériennes pour sauver une personne disparue. Avec le FLIR (Forward Looking Infrared), le Super Puma peut localiser dans le terrain des personnes disparues grâce à leur température corporelle. Dans le cadre du piquet SAR (Search and Rescue), un Super Puma des Forces aériennes équipé d’une caméra thermique est aussi à disposition des autorités civiles 365 jours par année. L’hélicoptère de l’armée a décollé de la base aérienne d’Alpnach pour sauver l’homme de 26 ans qui avait disparu.

 

super-1.parsys.0002.Image.jpeg

 

 

La personne a été portée disparue après s’être éloignée de son accompagnant samedi soir au-dessus de Wengen. Les recherches terrestres menées par la station de secours CAS Lauterbrunnen du Sauvetage alpin suisse (SAS) ont dû être interrompues assez rapidement en raison de l’obscurité, de la nébulosité et de la neige ainsi que du terrain très abrupt et dangereux. Par la suite, un hélicoptère de sauvetage d’Air Glaciers a effectué un premier vol de recherche depuis la base de Lauterbrunnen. Celui-ci s’est toutefois achevé sans résultat peu après minuit.

 

Les Forces aériennes ont ensuite déployé les cinq membres de l’hélicoptère de piquet SAR, en coordination avec la centrale d’engagement de la Garde aérienne suisse de sauvetage (Rega). L’équipage militaire a été complété par un spécialiste de montagne de la police cantonale bernoise qui avait pris place à bord de l’hélicoptère à l’aérodrome d’Interlaken. Il n’a pas fallu plus de vingt minutes à l’équipage du Super Puma équipé du FLIR pour localiser la personne disparue. Un hélicoptère d’Air Glacier et un spécialiste du sauvetage héliporté (SSH) de la station secours de Lauterbrunnen ont de nouveau été sollicités pour sauver l’homme légèrement blessé et en état avancé d’hypothermie. Tandis que l’hélicoptère militaire éclairait abondamment le lieu du sauvetage au moyen du projecteur orientable dont il est équipé depuis peu, le blessé a pu être rapidement hélitreuillé par un hélicoptère d’Air Glacier, puis transporté à l’hôpital.

Cette opération de sauvetage exigeante a été rapidement menée à bien et en toute sécurité grâce au soutien des Forces aériennes suisses, en collaboration avec tous les partenaires civils concernés. (Source DDPS).

 

luftrettung-1.parsys.61660.Image.jpeg

 

 

Photos : 1 Airbus Helicopters Super Puma en configuration SAR avec caméra FLIR @ P.Kümmerling 2 Caméra FLIR 3 Image d’une personne perdue @ DDPS

30/10/2014

Suisse, les Super Puma sont tous modernisés !

DSC_4427.jpg

 

 

 Alpnach en début de semaine, les représentants d’armasuisse, de RUAG Aviation et des Forces aériennes suisses ont célébré, la fin des livraisons des Super Puma modernisés. 

 

Le projet de maintien et d’augmentation des capacités opérationnelles des Super Puma TH89 (hélicoptères de transport 89) a démarré il y a dix ans, avant d’être accepté par le Parlement avec le programme d’armement 2006. La modernisation a consisté, d’une part, à remplacer l’avionique des appareils et, d’autre part, à les équiper d’instruments, et donc de capacités, supplémentaires. La première étape a été constituée d’une phase de définition, de développement, de construction et d’évaluation de la nouvelle configuration. La deuxième étape a été composée des travaux sur les hélicoptères. La remise des hélicoptères modernisés, rebaptisés TH06, a débuté en avril 2012 et s’est achevée le 29 août 2014. 

 

pastedGraphic.png

Navigation assistée par satellite :


th06stand2012.parsys.88790.Image.jpeg


 

Acquis au départ comme hélicoptères de transport, les Super Puma accomplissent aussi d’autres tâches. Ces robustes hélicoptères servent de plate-forme aux caméras à infrarouge FLIR (Forward Looking Infrared), avec lesquelles ils ont fait leurs preuves, notamment pour la recherche de personnes disparues. Un Super Puma est en permanence de piquet pour le service de recherche et de sauvetage (SAR). Les hélicoptères peuvent même effectuer des engagements de police aérienne quand ils concernent des aéronefs volant à basse altitude et à faible vitesse. Une raison suffisante pour combiner une mise à niveau avec la révision de toute façon nécessaire dans le cadre du programme de maintien de la valeur.

La cabine analogique est remplacée par un cockpit de verre presque identique à celui que l’on trouve dans les Cougar. Ces derniers, plus modernes, ont été introduits aux Forces aériennes à partir de 2001. Derrière un cockpit semblable au premier abord, se cache l’avionique la plus récente comportant des fonctions dont le Cougar ne dispose même pas. Afin d’être entièrement compatible avec les procédures de navigation actuelles, la capacité P-RNAV (Precision Area Navigation) a été intégrée. La capacité du Flight Management Systems (FMS) a aussi été revalorisée et une fonction supplémentaire a été ajoutée pour permettre de définir des approches aux instruments autonomes avec guidage par satellite sur n’importe quel point. Le TH06 sera le premier hélicoptère des Forces aériennes capable, grâce à un INS-GPS, d’effectuer des approches aux instruments sur théoriquement n’importe quel point, indépendamment des aides à la navigation au sol. Si les deux appareils GPS intégrés perdent le signal satellite, le système de navigation à inertie (INS) prend en charge la navigation. En tant que premier hélicoptère des Forces aériennes, le TH06 dispose aussi d’un appareil avertisseur de collision TCAS qui prévient des approches dangereuses d’autres aéronefs. Comme la cabine du TH06 est presque identique à celle du Cougar, les deux hélicoptères peuvent voler avec la même licence, ce qui réduit beaucoup le temps consacré à la formation de reconversion.La console FLIR et la sphère FLIR ne sont intégrées que sur le Super Puma. Le « nouveau » Super Puma devient un véritable « spécialiste SAR ». Un grand projecteur de recherche est directement relié au FLIR, si bien qu’un « hot spot », identifié par l’opérateur FLIR, par exemple une personne disparue, peut être éclairé et rendu visible de loin pour l’équipage de la cabine et, par conséquent, identifié plus rapidement. Ce système rend la recherche de personnes plus efficace. En outre, il est désormais possible de projeter l’image de la caméra FLIR sur un écran central de la cabine.

Un goniomètre de la dernière génération fait également partie de l’équipement. Il peut être relié à un système de localisation de personnes. Il permet de repérer directement un émetteur de secours, par exemple d’un avion disparu, et d’enregistrer les données transmises par l’émetteur de secours dans le FMS et dans le nouvel appareil numérique de représentation des cartes. Le trajet direct vers l’émetteur de secours est ainsi visible au premier regard. Dans l’engagement de police aérienne, le FMS est aussi en mesure de calculer un point de rendez-vous avec un avion si la centrale d’engagement fournit les données correspondantes sur la position, la direction et la vitesse.

 

Le Helmet Mounted Display (HMD), fixé au casque du pilote projette les données de vol directement dans le champ de vision du pilote, ce qui permet de garder en vue la place d’atterrissage tout en visualisant les informations des principaux instruments, ce qui est particulièrement utile dans les opérations difficiles, de nuit ou lors d’atterrissages dans la neige. 

Ce qui manquait au Super Puma, c’était la possibilité de communiquer directement avec des partenaires comme la police ou le corps des gardes frontière. Grâce au riche équipement radio, les équipages du TH06 peuvent dorénavant communiquer directement sur leurs réseaux. Particulièrement en situations de catastrophe, on ne peut pas partir du principe que les canaux habituels de communication seront fonctionnels, c’est pourquoi les nouveaux hélicoptères sont équipés en plus d’un système de communication satellitaire. (sources DDPS).


DSC_4428.jpg


 

 

Photos : 1 & 3 Super Puma à Air14 @P.Kummerling 2 Cockpit@ Armasuisse