20/09/2016

Nos pilotes vont s’entraîner en Espagne !

3889979199.jpg

Pour une nouvelle année consécutive, un détachement de nos pilotes va se rendre en Espagne du 23 septembre au 7 octobre pour participer à une formation internationale dans le cadre du Tactical Leadership Programme (TLP), qui se déroule à Albacete.

En participant à cet exercice, le détachement suisse complète l’entraînement de défense aérienne qu’il ne peut exécuter que partiellement en Suisse en raison des mesures prises par égard pour la population. L’objectif est de développer les aptitudes et la capacité à collaborer des participants. L’armée de l’air espagnole est l’hôte de cet événement.

Pendant ces deux semaines, quarante collaborateurs des Forces aériennes suisses, seront détachés sur la Base aérienne d’Albacete. Quatre avions de combat de type F/A-18 y seront engagés.

Tactical Leadership Programme (TLP) :

14359100_1384276061585745_3516563893611572474_n.jpg

La base d’Albacete abrite le centre européen d’entraînement au combat aérien, le Tactical Leadership Programme (TLP) dont nos pilotes vont bénéficier pour la septième fois (première en 2010). L’objectif du TLP est d’accroître l’efficacité des Forces aériennes dans le cadre de développement des compétences en leadership tactique et capacités de vol, la planification des missions, ainsi que les initiatives conceptuelles et doctrinales.

Les Forces aériennes alliées en Europe centrale (AAFCE) avaient émises, il y a plus de 30 ans la volonté de la création d’un tel site d’entraînement dans un but non seulement d’améliorer les procédures tactiques, mais aussi à l’élaboration des techniques qui renforcent la coopération aérienne multinationale.

L’expérience d’un de nos pilotes à l'étranger :

Pilote professionnel sur Boeing F/A-18 « Hornet » au sein de l’escadrille 17 à Payerne le Capitaine David Menth m’explique les particularités de la formation au TLP :

Les exercices au sein du TLP sont complexes, car ils mettent en œuvre différents types d’avions engagés pour une même mission. Il faut pour cela une préparation minutieuse qui doit tenir compte des différences entre les aéronefs. Certains devront par exemple ce ravitailler plus vite que d’autres.

Les enseignements au sein du TLP permettent de se familiariser avec les forces aériennes amies et de travailler ensemble à la réalisation de scénarii multiples. Exercices air-air, air-sol et SAR et même avec des unités au sol.

David m’explique qu’au TLP tout est organisé comme sur un théâtre d’opération. Chacun reçoit un rôle bien précis pour la mission qui va suivre. Un long briefing de préparation doit permettre de proposer un plan cohérent afin de remplir les objectifs de la mission.

Durant l’exercice, les équipages sont soumis à des situations de plus en plus complexes. De plus, les instructeurs du TLP peuvent également corser la mission en directe, en simulant une panne ou une éjection d’un pilote. Ces difficultés obligent les équipages à rester flexibles.

De retour de mission, les équipages suivent un long débriefing en deux parties, la première concerne le vol entre les pilotes et le second est spécifique aux critiques des instructeurs.

Le TLP permet d’acquérir de hautes compétences guidées par des procédures communes au sein de l’Otan mises à l’épreuve dans les conflits modernes.  

 

DSC_6414_2.jpg

Photos : 1 Hornet suisse au TLP 2014 @ Ricardo Calahorra 2 badge TLP 2016 @P.Favre 3 Cap David Menth @ P.Kümmerling

Remerciements : Delphine Allemand service communication du DDPS, Cap.David Menth.

 

 

30/07/2016

50'000 heures de vol pour la flotte d’EC635 !

2106973463.jpeg

Hier en fin de journée, la flotte des hélicoptères de type EC635 (Airbus H635) a atteint le seuil des 50 000 heures de vol. Il y a quelques semaines les hélicoptères de type Super Puma et Cougar ont par ailleurs dépassé les 100’000 heures de vol.

La flotte d’hélicoptère Airbus Helicopters EC635 a atteint les 50 000 heures au compteur, depuis la mise en service en 2010 au sein des Forces aériennes suisses. L’éventail des tâches accomplies par l’EC635 comprend en particulier le transport de personnes et les vols avec charge. L’EC635 est également utilisé dans le cadre d’engagements de recherche et de lutte contre le feu ainsi que pour des vols de surveillance et des engagements d’appui au profit des autorités civiles.

Rappel :

Les 20 hélicoptères de type EC 635 font partie du programme d’armement 2005. Ce sont eux qui ont progressivement remplacés les Alouette III La flotte des 20 Airbus Helicopters (ex Eurocopter) se compose de 18 EC635, 2 EC-135 soit 1 aéronef école et 1 VIP en remplacement du Dauphin du Conseil Fédéral.

261935379.jpg

Une machine exceptionnelle :

Equipé de deux turbines Pratt & Whitney 206B2 au bénéfice d'un régulateur de puissance (FADEC) de dernière génération, les visites moteurs de 50 et 100 heures ont été supprimées et la charge de travail des visites de 400 et 800 heures s'en trouve allégée. Aujourd'hui, la première inspection sur un EC-635/135 est requise à 400 heures de vol, un fait unique dans sa catégorie. Question cellule, Airbus a fait appel à 95% de matériaux composites qui allient légèreté et solidité, tout en réduisant les contrôles. Son rotor principal non articulé silencieux ne nécessite aucune maintenance. De plus, l'EC-635/135 est la machine la moins gourmande en kérosène et la moins bruyante de sa catégorie avec un bruit inférieur de 7db aux normes OACI actuelles.

 

66d4cabec31ba79193316447ec9d20da.jpg

Photos : 1 EC635 @ Milan Rohrer 2 cockpit 3 en vol @ Swiss Air Force

24/06/2016

Le Swiss Super Puma Display Team élu «Best Display»!

DSC_234.jpg

Les démonstrations enthousiasment le public aussi bien en Suisse qu’à l’étranger. Sur invitation des Forces aériennes danoises, le Super Puma Display Team s’est rendu au Danemark les 18 et 19 juin 2016 pour y présenter ses capacités lors du Danish Airshow 2016.

Dans le cadre du Danish Airshow sur la base aérienne des F-16 à Skrydstrup au Danemark, l’équipe de démonstration a démontré le dynamise et une partie des capacités du Super Puma. La démonstration n’a dès lors pas fasciné uniquement les 15'000 spectateurs présents mais a aussi reçu la reconnaissance de l’organisateur. Le colonel Andres Rex, Commandant des Fighter Wing Skrydstrup, s’est montré impressionné par la performance du Super Puma suisse: «Je remercie profondément les Forces aériennes suisses d’avoir effectué ce long voyage. Cela en a valu la peine car ce fût la meilleure démonstration d’hélicoptère de tout l’événement. »

Rappel :

Les pilotes qui composent le Super Puma Display sont spécialement formés pout les démonstrations lors des meetings aériens. Ils volent pour cela sur un Super Puma ou sur un Cougar, appareils qui sont engagés au quotidien au sein des Forces aériennes suisses. La démonstration connaît des adaptations en fonction des conditions géographiques et météorologiques. L'ordre dans lequel les figures se succèdent peut changer. La présentation dure environ huit minutes.

Communication Forces aériennes, Melanie Eyer

Photos : Super Puma Display en action à Air14@ P.Kümmerling

21/05/2016

Cérémonie du tunnel du Gothard Patrouille Suisse & PC-7 Team !

2738644362.jpg

Dans le cadre des célébrations pour l’ouverture du tunnel de base du Sain-Gothard, l’Armée suisse et les Forces aériennes démontreront leur disponibilité opérationnelle ainsi que leur capacité avec des démonstrations de la Patrouille Suisse et du PC-7 TEAM. La démonstration est prévue comme suit:

 

mercredi 1er juin 2016, 15h45 - 16h15

 

Deux entraînements de la Patrouille Suisse et du PC-7 TEAM ont lieux le mardi 31 mai 2016 à Pollegio de 10h20 – 11h00 et de 14h30 – 15h15.

 Lors de ces deux journées, la Patrouille Suisse s’envolera d’Emmen (LU) quant au PC-7 TEAM, il décollera de Lodrino (TI). (info DDPS).

3732196307.jpeg

 

05/05/2016

Vieillissement structurel découvert sur un F/A-18 !

Engineering-Emmen_DSC4948.jpg

La Force aérienne suisse a découvert un problème de structure sur un avion de combat Boeing F/A-18 « Hornet ». L’avion devra recevoir une nouvelle paire d’ailes.

Les F/A-18 Hornet des Forces aériennes suisses font l’objet d’inspections régulières. Lors d’une telle inspection, il a été constaté qu’une liaison adhésive entre l’aile et le fuselage s’était détachée. Par détachement, on entend en l’occurrence un petit défaut de la liaison adhésive entre le revêtement en titane et le matériau composite de l’aile. Il est ressorti de l’examen effectué que la réparation n’est pas possible, c’est pourquoi l’aile doit être échangée.

Jusqu’à cet échange, l’appareil en question peut être affecté au service de vol avec des restrictions. L’échange de l’aile sera effectué ces prochains mois chez RUAG Aviation à Emmen.

Les problèmes de fatigue de la structure des avions, comme des détachements et des fissures, ne sont rares ni dans l’aviation civile ni dans l’aviation militaire; ils apparaissent, avec le temps, comme conséquence de l’exploitation des appareils.

Une flotte dans sa seconde moitié de vie :

La flotte de F/A-18 « Hornet » se trouve dans la deuxième moitié de sa durée d’utilisation, raison pour laquelle les travaux d’entretien de la structure vont s’intensifiant. Les éventuelles défaillances sont constatées lors d’inspections régulières. Pour les emplacements critiques, des modifications préventives sont mises au point pour que l’entretien des avions reste le plus économique possible.

DSC_6419.jpg

Tenir avant l’arrivée d’un nouvel avion de combat :

Le nombre d’heures de vol annuelles des F/A-18 a augmenté et ne pourra pas être diminué au cours des prochaines années, et ce pour deux raisons : d’une part, la renonciation à acquérir pour l’instant de nouveaux avions de combat, qui auraient déchargé les appareils existants dans les domaines du service de police aérienne et de l’instruction ; d’autre part, l’augmentation échelonnée de la disponibilité du service de police aérienne. La sollicitation accrue des F/A-18 augmente aussi le besoin en matériel de remplacement. Pour que les F/A-18 restent en mesure d’accomplir leur mission, le Département de la Défense à lancer un programme d’achat de matériel (programme armement 2016) de remplacement pour les avions et le matériel au sol afférent, qui ne seront prochainement plus disponibles. Cette acquisition permet non seulement de garantir la disponibilité mais également, par un achat groupé avec d’autres nations utilisatrices, de réduire les coûts.

La livraison du matériel de remplacement est prévue pour la période 2016 à 2025. Parmi les 124 articles à acquérir figurent notamment: gouvernes de vol, cylindres pour commandes de vol, pièces de rechange pour réacteurs, engrenages, composants de train d’atterrissage, réservoirs de carburant.

Une situation qui s’aggrave :

La flotte d’avions de combat F-5 est fatiguée, depuis les années 2000, celle-ci et régulièrement réduite, car des aéronefs présentent des fissures importantes qui sont le fait de l’utilisation des aéronefs. Le non remplacement des derniers F-5 (30 appareils) qui devront être entièrement cloués au sol d’ici 2018-2019 et l’augmentation des vols de la flotte de « Hornet » rend la situation chaque mois plus critique pour les Forces aériennes. Le besoin en nouveaux avions de combat est devenu une urgence, n’en déplaise à quelques naïfs.

 

DSC_3182.jpg

Photos : 1 Maintenance des Hornet @ RUAG 2 F/A-18C Hornet 3 F-5 E Tiger II @ P.Kummerling