11/03/2013

Second F-35A pour les Pays-Bas!

AN2_Netherlands.jpg

 

FORT WORTH, Texas, deux bonnes nouvelles concernant l’épineux dossier de l’avion F-35 « Lightning II » en ce début de semaine avec tout d’abord l’annonce de la sortie du second F-35A destiné aux Pays-Bas et l’arrivée premier F-35B depuis la nouvelle chaine de production de Lockheed-martin.

 

 

Le second Lockheed- Martin F-35 Lightning II destiné aux Pays-Bas vient de sortir des installations de production.. Il s'agit de la dernière étape dans le processus de production  qui conduira ensuite l’avion vers ses essais en vol au sein de la base aérienne d’Eglin AFB, en Floride cet été. Les Pays-Bas envisagent de se doter d’une flotte de F-35A à décollage et à l'atterrissage conventionnel (CTOL).Ce second appareil d’essais connu sous le nom AN-2 servira pour  les tests de formation et d'exploitation pour les pilotes et la maintenance. L’AN-2 fera encore l'objet de contrôles du système de carburant avant de procéder aux essais au sol puis en vol plus tard cette année.


Nouvelle ligne de production :

 

BF_25.jpg

 

Le premier

Lockheed Martin F-35 Lightning II assemblé depuis la nouvelle ligne de production  « Assembly Center Wing (CWA) » de l'usine Lockheed Martin à Marietta, en Géorgie, a effectué son premier vol. L'appareil, connu sous le nom BF-25, est un F-35B à décollage court et atterrissage vertical destiné à être livré à l'US Marine Corps sur la base aérienne de Yuma, en Arizona.

 

Le CWA est

une composante structurelle importante qui traite environ un quart du fuselage de l'avion. Environ 350 personnes travaillent sur le programme F-35 à Marietta. En plus de renforcer les CWA, les techniciens  appliquent les revêtements furtifs spécialisés pour F-35.

 

.


Photos : 1 le second F-34A destiné aux Pays-Bas 2 le premier F-35 sortit de la nouvelle ligne d’assemblage.

11:59 Écrit par Pascal dans aviation | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : lockheed martin, f-35 lightning 2, f-35a, f-35b |  Facebook | |

13/01/2013

Le point sur le programme F-35 !

HighAOA.jpg


 

FORT WORTH, Texas, Lockheed Martin le programme F-35 Lightning II, si celui-ci avance malgré un grand nombres de déconvenues au Canada notamment et au Danemark (voir les sujets sur le blog) sans parler de la décision la semaine dernière de la Turquie de retarder l’acquisition de l’avion, le constructeur américain continue néanmoins d’avancer.

 

 

La situation fin 2012 :

 

 Lockheed-Martin a réalisé la livraison de 30 appareils et a réalisé des avancées significatives dans le  programme d'essais en vol mettant en évidence des progrès significatifs.

 

Concernant la livraison des 30 F-35 en 2012, il s’agissait de 11 appareils au standard décollage et atterrissage conventionnel (CTOL), 18 au standard décollage court / atterrissage vertical (STOVL) plus un au standard «C» mais devant servir à des essais. On remarquera que l’année 2012 à vu une livraison doublée par rapport à 2011.

 

F-35_Marietta.jpg

En ce qui concerne les essais, le programme F-35 à accumulé 988 vols d’essais et 8’458 points de test avant le 31 décembre. En 2012 le cumul des vols a été réalisé tant avec les appareils tests qu’avec les aéronefs en service au sein de l’USAF que de la Marine.

 

Les grandes étapes de 2012 :

 

On notera les étapes importantes avec la livraison des deux premiers appareils au Royaume-Uni. Les trois premiers F-35 STOVL livrés en novembre qui ont marqué le début de l'entraînement opérationnel tactique au sein du Marine Corps à l’Air Station de Yuma, en Arizona.

Le 33ème Fighter d’Eglin Air Force Base, en Floride, a achevé son évaluation opérationnelle utilitaire (OUE).

La Norvège à reçu son premier F-35.

Les  principales réalisations d'essais en vol inclus le premier largage aérien d'armes pour le CTOL et STOVL, le F-35A atteint le maximum d’inclinaison d’angle d'attaque. Le premier vol de nuit et des missions de ravitaillement en vol de nuit ont été accomplies.

Le programme F-35 a dépassé 5000 heures de vol.

 

Encore du pain sur la planche :

 

Malgré ces bonnes nouvelles sur l’ensemble du programme, on doit noter que seul 

58 % des tests en vol ont été effectués par rapport à ce qui avait été prévu. Ces tests supplémentaires ont permis de constater que la performance des avions reste en dessous de ce qui était attendu à ce stade de développement. Les programmes informatiques utilisés par les avions nécessitent encore des améliorations et connaissent d'ailleurs plusieurs délais de livraison. Le casque qui sera porté par les pilotes et qui reçoit des données de chaque détecteur installé sur le chasseur est entre autres visé. L'intégration des armes sur les avions de chasse connaît aussi des complications, ainsi que le système d'aération de l'un des modèles et le système de refroidissement d'un autre. De plus, le revêtement des F-35, qui doit les rendre presque invisibles aux radars, s'écaille lorsque l'avion vole à grande vitesse où se retrouve en haute altitude.

Un système protégeant le chasseur des explosions de réservoirs d'essence qui pourraient être causées par les éclairs a également dû être revu. On a même annulé les tests de vol à 25 miles d'une zone orageuse.


 

f35_formation_flight.jpg


Photos : 1 F35 en vol  2 Présentation au public 3 En vol @ Lockheed-Martin

18/12/2012

Le Pentagone pour un 5e lot de F-35 !

1422827.jpg


 

Après de longues négociations, Lockheed-Martin a conclu une entente de principe avec le Pentagone pour la livraison d’un cinquième lot à taux faible de production (CRTR-5) pour l’avion de combat de cinquième génération F-35 Lightning II. 

 

Le vice-amiral David Venlet, directeur du programme F-35, fait référence au « long voyage » vers le contrat CRTR-5, en effet, suite aux divers surcoûts de ces dernières années, la méfiance du Pentagone n’a pas facilité les choses pour le constructeur Lockheed-Martin. Celui-ci à du travailler d’arrache-pied pour faire baisser les coûts de production et réduire le temps de fabrication de l’avion. 

 

Ce cinquième lot concerne la production par Lockheed Martin de 22 F-35A  destiné à l’US Air Force, 3 F-35B pour le Corps des Marines et 7 F-35C pour la Marine. On constatera, par ailleurs,  que ce lot ne contient aucun appareil à destination de clients à l’exportation, comme c’était le cas dans les commandes précédentes. 

 

Concernant les quatre premiers lots, 63 F-35 ont été commandés à ce jour et 29 appareils ont été livrés dont le dernier appareil, un F-35B STOVL à rejoint l’escadron de formation opérationnelle tactique VMFA-121 basé à Yuma.

 

Les difficultés du programmes F-35 :


 

1323199412964.jpg


 

Ce cinquième lot qui vient d’obtenir un accord de principe à bien faillit ne pas voir le jour et on ne sait pas encore de ce qu’il adviendra des suivants. En effet, deux gros problèmes gangrène le projet. Le premier, le moins grave, mais peu rassurant, concerne le calendrier. Au départ, le F-35 devait être opérationnel en 2010 pour permettre un déploiement en 2012. Hors, selon le nouveau calendrier, la date du premier déploiement est estimée pour 2019.

 

Second problème de taille, les surcoûts : aux dernières nouvelles, le prix d’un F-35 avoisine les 289 millions de dollars par avion ce qui met la dépense totale (avions, développement, essais, logistique, formation) pour le Pentagone à près de 379,9 milliards de dollars soit une hausse de presque 75% par rapport au lancement du programme. 

 

Comment en est-on arrivé là ?

 

Le Lockheed-Martin F-35 s’annonce comme un appareil très facile à piloter et mieux conçu que le F-22. Cependant, les difficultés rencontrées avec cet appareil viennent de la complexité du cahier des charges. Au départ, le projet faisait mention d’un appareil susceptible de remplacer les Harrier avec une phase de décollage court et d’atterrir à la verticale avec une motorisation permettant le vol supersonique. L’idéal résidant dans un dessin offrant une cellule courte et large doté d’un seul moteur, mais très puissant. Cependant, les spécifications demandaient également un appareil multirôle, donc très maniable. 

La cellule devant donc évoluer, pour permettre également l’emport de lourdes charges. La difficulté résidant donc, dans le fait de dessiner un avion mono-réacteur ayant un surplus de puissance, suffisamment léger et maniable, mais pouvant servir de camion à bombes !

Ajoutons les contraintes liées au fait que l’avion doit être furtif, ce qui génère de nouvelles contraintes en matière d’aérodynamique et de matériaux. 

Bref, un véritable casse-têtes chinois pour les ingénieurs qui en sont pourtant arrivés à de belles prouesses techniques avec cet appareil mais à quel prix !

 

f35_edwards6_large.jpg

 

Photos : 1 F-35A au décollage 2 F-35B STOVL en essais sur porte-avions 3 F-35A @ Lockheed-Martin


04/12/2012

Le F-35 passe les 5’000 heures de vol !

F-35_STOVL.jpg


 

FORT WORTH, Texas,  le programme Lockheed-Martin F-35 « Lightning II »  a dépassé les 5’000 heures de vol le mois dernier. Cette étape a été franchie par le développement combiné des F-35 de démonstration (SDD) et  les aéronefs volant à Edwards Air Force Base, en Californie et Naval Air Station Patuxent River, Maryland, ainsi que ceux d’Eglin Air Force Base, en Floride. 

 

Pour dépasser ce chiffre, les trois variantes de l’avion ont été mises à contributions, soit : le F-35A conventionnel (CTOL), la variante  F-35B à décollage court / atterrissage vertical (STOVL) et  la version F-35C (navale), pour la réalisation de cet objectif. Depuis le premier vol du programme en décembre 2006, les F-35 ont volé 3’464 fois. Ce total comprend :  91 vols à partir de l'appareil d'essai d'origine, AA-1, 2.510 vols d'essai SDD et 863 vols pour les modèles de production.

 

Les pilotes & mécaniciens de F-35 satisfaits : 


 

F-35A-12J00254_12.jpg


 

Pour la première fois, des pilotes de F-35 donnent leurs impressions sur la machine, celle-ci semble plutôt les satisfaire.

Les premières réactions des pilotes de l’US Air Force et de la maintenance du Lockheed- Martin F-35 « Joint Strike Fighter»  de la base aérienne d'Eglin, en Floride, déclarent que l’avion est plus performant que ses prédécesseurs à un stade de développement similaire.

 

Si, le F-35 est à ses balbutiements, l’avion se révèle déjà être relativement stable d'un point de vue de la maintenance, explique le Col Andrew Toth, commandant de l'Escadre de chasse 33 et d’ajouter : « Le système se comporte tout de suite tel qu’annoncé, (bien que) de temps en temps, nous avons quelques problèmes avec elle sur le terrain», dit-il. Toutefois, les problèmes sont rencontrés sont généralement facilement corrigés au sol simplement en redémarrant un logiciel par exemple.

 

Une fois le F-35  en l'air, nous ne rencontrons que peu de problèmes, avec les divers systèmes de l’avion, le moteur Pratt & Whitney F135 donne pleine satisfaction.

 

Le Sgt Skyler DeBoer, un mécanicien au sein de la 33e Escadre de chasse, qui a  notamment l’expérience de mise en oeuvre du Lockheed-Martin F-22 « Raptor » et du  F-117 « Nighthawk » déclare : « En comparaison avec le F-22, ce programme est en avance sur les logiciels", «Lockheed a fait de grands progrès avec cet avion.»

 

En outre, les revêtements de furtivité du F-35 sont beaucoup plus faciles à travailler que ceux utilisés sur le « Raptor », et ceci bien que les réparations du revêtement sont moins élevées et nombre du fait que sur le F-35 plusieurs fixations et panneaux d'accès ne sont pas enduits de ce matériaux, ce qui réduit la charge de travail des équipes de maintenance.

 

En effet, selon Lockheed-Martin, certains panneaux du F-35 ont été cuits directement avec la peau composite et non plus ajoutée comme une peinture. Ce qui signifie que la signature furtive du JSF est moins facilement dégradable.


 

BF-11 Ferry Flight.jpg


 

Photos : 1 F-35B STOVL  2 F-35A CTL en ravitaillement en vol avec KC-10A 3 F-35B STOVL @ Lockheed-Martin

24/11/2011

Le premier F-35 pour la RAF !

 

4479.jpg


 

FORTH-WORTH, Texas, Lockheed-Martin a annoncé la sortie des usines du premier F-35B «Ligthning II» destiné à la Royal Air Force. Ce premier appareil fait partie d’un lot de trois aéronefs commandé dans le cadre des essais opérationnels de validation courant 2012.

Désigné «BK-1», ce F-35B va servir, en plus des tests de validations à la formation des premiers pilotes anglais dur l’appareil. Ce premier F-35B pour le premier partenaire international du programme est symbolique pour le partenariat avec le Royaume-Uni » a affirmé Tom Burbage, le responsable du programme F-35 chez Lockheed-Martin. «Travaillant ensemble dans un esprit de collaboration, nous fournissons aux hommes et les femmes de la Royal Air Force et la Royal Navy un chasseur avec des capacités inégalées, tout en offrant des emplois de haut niveau au Royaume-Uni» a-t-il ajouté.

getasset.jpg

 

 

Modification de la version :

Un élément reste toutefois important, si Londres à commandé des F-35B dans un premier temps, en octobre de l’année dernière, le ministère de la défense britannique a annoncé un changement d’orientation, pour se tourner vers la version «C» de l’appareil soit le modèle navalisé du F-35 en lieu est place de la version «STOVL» (Short Take Off Vertical Landing).

Second problème de taille, si Londres à opté au final pour la version F-35C, les anglais ne se sont toujours pas positionner en ce qui concerne le lancement d’un bâtiment de type porte-avions pour accueillir l’appareil !

Rappel :

A la fois furtif et relativement léger (20 tonnes en combat), le F-35 Lightning II, nommé ainsi en hommage au légendaire P-38, sera essentiellement employé pour des missions d’attaque, même si il dispose de capacité air-air appréciables. Cependant, son développement a pris au moins 4 ans de retard sur le calendrier initial, en raison de problèmes liés à la complexité de sa conception. 
Le programme JSF doit déboucher sur la production de trois variantes d’un même appareil, ayant environ 80% de communalité de structure et pièces et pratiquement 100% au niveau avionique :

- F-35A : appareil à décollage classique destiné à l’US Air Force, remplaçant les F-16 et A-10 et devant épauler le F-22 Raptor
- F-35B
: appareil à décollage court et atterrissage vertical (STOVL), remplaçant les Harrier et F/A-18 A/B du Marine Corps
- F-35C : appareil devant opérer sur porte-avions classique, remplaçant les F/A-18  Hornet de première génération A/B, en complément des Hornet C/D et E/F Super Hornet.

Ces trois versions ont pour points communs d’être furtives, l’appareil possédant une soute à armements capable de loger principalement deux bombes guidées et deux missiles air-air AMRAAM, de bénéficier d’une autonomie importante et d’une manœuvrabilité comparable aux F-16 de première génération. A noter que le F-35 peut recevoir de nombreux armements sur 7 pylônes externes, sacrifiant la furtivité au profit de la capacité d’emport, qui peut aller jusqu’à 9 tonnes de charges diverses (réservoirs, bombes guidées, missiles de croisière et missiles air-air). Avec le F-35, l’Amérique confirme son grand retour, comme l’un des principaux fournisseurs d’avion de chasse en Occident, et ceci à la manière dont le même constructeur  à l’époque (General Dynamic)  avait remporté le contrat de l’OTAN avec la fourniture de l’avion F-16 Fighting Falcon.

 

47471c530105fs5q.jpg

 

 

Photos : 1 le F-35B destiné aux essais de la RAF 2 Pilote anglais à bord d’un F-35 3 F-35 B @ Lockheed-Martin

 

21:26 Écrit par Pascal dans aviation | Lien permanent | Commentaires (8) | Tags : raf, lockheed-martin, f-35b, f-35c, lighting 2 |  Facebook | |