03/08/2016

Le F-35A prêt au combat (enfin presque) !

160713-F-HC633-968.JPG

Base aérienne de Langley, L'avion de combat de cinquième génération F-35A « Lightning II » a été déclaré «prêt au combat» par le général Herbert Carlisle, commandant de l’Air Combat Command (Forces aériennes des Etats-Unis).

Le général Carlisle a salué les performances de l'avion, en notant que l'avion avait rencontré tous les critères clés pour atteindre la capacité opérationnelle initiale: aviateurs formés, armés et équipés pour mener à proximité un soutien de base, l'interdiction et la répression limitée / destruction des défenses aériennes ennemies dans un environnement contesté avec un escadron opérationnel de 12-24 aéronef; la capacité à déployer et à mener des missions opérationnelles en utilisant le programme d'enregistrement des armes et des systèmes de missions et ayant toute la logistique nécessaire et les éléments opérationnels en place.

On minimise les problèmes :

Concernant les nombreux problèmes de l’avion, le général Herbert Carlisle, a admis qu'il y avait certaines choses que le F-35A ne pouvait toujours pas faire, mais que ces fonctions seraient ajoutées dans le futur.

Il faut dire, que les F-35 de l’US Marines Corps ont été déclarés opérationnels il y a un an déjà et que ceux-ci ne sont toujours pas déployés comme prévu, étant donné les nombreux obstacles qui gangrènes toujours et encore le programme. En effet, les dix avions de l’US Marines Corps déclarés bons pour le service, sont en réalité loin d'être parfaitement prêts pour le combat, soulignait un rapport il y a quelques mois.

Rappelons les problèmes informatiques extrêmement complexes du F-35, qui comporte encore de nombreuses déficiences. Les erreurs de l’informatique de bord génèrent par exemple des ambiguïtés dans l'affichage des menaces pour le pilote. Les problématiques du siège éjectable, qui risque de blesser au cou, voire de tuer les pilotes en cas d'éjection. Et puis, les nombreuses critiquent israéliennes concernant les failles en matières de protection cybernétique et la guerre-électronique, ainsi que le fonctionnement incohérent de la maintenance hyper-centralisée.

Commentaires :

Certes, la capacité opérationnelle initiale est prononcée pour le Lockheed-Martin F-35. Cependant, celle-ci reste limitée en comparaison de ce celles déclarées à l’époque pour les Rafale, Eurofighter et Gripen. De plus, aucun avion n’a subi autant de déconvenues que le F-35 depuis son lancement. Les coûts ne sont par exemple toujours pas maîtrisés. On parle déjà d’une remotorisation, alors que l’avion n’est même pas encore pleinement en service.

Le F-35 est le plus coûteux programme d'armement jamais lancé par le Pentagone, avec une enveloppe estimée à 398,6 milliards de dollars pour 2.443 appareils, soit 163 millions de dollars par exemplaire. Les nombreux revers subi par l’avion ont également augmenté les coûts et considérablement ralenti le programme. Beaucoup reste à faire sur cet avion, alors que l’on parle déjà de le moderniser, mais à quel prix ?

 

Co3p87xWYAAs52a.jpg

Photo : F-35A @ USAF

12/05/2016

Le Danemark confirme le F-35 !

Cg9XuClWIAADCVe.jpg-large.jpeg

Copenhague, le ministère de la défense et le gouvernement du Danemark ont ​​recommandé la sélection du Lockheed-Martin F-35A « Lightning II » comme futur avion de combat pour le pays. Cette décision fait suite à une réévaluation. La décision finale a été annoncée par le Premier ministre Lars Løkke Rasmussen et le ministre de la Défense Peter Christensen ce matin.

Trois appareils en compétition :

Pour faire taire les critiques concernant la préférence du F-35A, le gouvernement du Danemark avait décidé de lancer une dernière compétition en vue d’une évaluation définitive. Trois appareils étaient concernés, l’Airbus DS Eurofighter, le Boeing F/A-18 E/F « Super Hornet » et le Lockheed-Martin F-35.

Pour le Danemark, le choix du F-35 offre le meilleur potentiel à long terme et le plus grand potentiel pour la promotion des intérêts danois à l’avenir. Le gouvernement prévoit d’acquérir 27 Lockheed-Martin F-35A. Auparavant, le Danemark prévoyait d’en acquérir 30, mais les coûts prohibitifs de l’avion ne permettent pas pour l’instant d’en acquérir plus.

Une décision qui ne surprend pas :

La décision de ce jour n’est pas une surprise, le Danemark est engagé financièrement dans le programme F-35 depuis près de huit ans. La grande question reste qu’en matière de dotation minimale, ces 27 F-35A sont insuffisants pour compenser le futur départ à la retraite des 77 F-16 en service, dont 44 au standard MLU Block60. Un plan « B » a été imaginé par la Force aérienne qui propose de garder encore quelques les F-16 MLU Block60 pour épauler la petite flotte de F-35.

 

1024px-050618_-_F-16_-_01.jpg

Photos : 1 F-35 Lightning II @ USAF 2 F-16C Block60 @ Danish air Force

 

 

08/12/2015

L'Italie a reçu son premier F-35 !

1565739_-_main.jpg

Rome, la Force aérienne italienne a reçu son premier Lockheed-Martin F-35A « Lightning II » Joint Strike Fighter, en ce début du mois de décembre.

Le transfert de ce premier F-35A et également le premier à être construit à l'extérieur des Etats-Unis. L’avion a été produit en Italie sur les installations de Cameri. L'avion va maintenant être trnasféré à Luke Air Force Base en Arizona, où les pilotes italiens sont déjà en formation avec l'US Air Force.

 

Rappel :

L'Italie a une exigence pour 60 F-35A et 30 F-35B pour remplacer son 35 Panavia Tornado, AMX, ainsi que la flotte d’AV-8B Harrier II. Mais Rome a fortement réduit le nombre de F-35 initialement commandé de 131 à 90 exemplaires. Mais le montant de la facture, qui estimé encore  à 15 milliards d’euros est jugée encore trop élevée pour le pays, compte tenu de l’état de ses finances. Une nouvelle baisse du nombre de F-35 italiens n’est pas à exclure, on parle aujourd'hui de 45 appareils, soit 30 F-35A et 15 F-35B.

Ce premier F-35A produit en Italie est supervisé par Alenia-Aermacchi pour Lockheed-Martin porte la désignation AL-1 (l’Italie produira également le F-35B). L’unité de production italienne FACO (JSF and Check Out) a coûté 800 millions d’euros et  est gérée conjointement par Alenia-Aermacchi et Lockheed-Martin. Cette chaine d’assemblage va produire les F-35 destinés aux forces armées italiennes, britanniques et hollandaises. Quand elle aura atteint sa pleine capacité de production, l’usine de Cameri assemblera deux avions par mois. En dehors de l'assemblage final, Alenia- Aermacchi produit 40% des ailes pour tous les F-35A dans le monde entier, en tant que deuxième fournisseur de source pour Lockheed-Martin. Le coût unitaire initial serait de 106 millions d’euros pour le F-35A produit en Italie.

 

Photo : le premier F-35A italien @ Lockheed-Martin

 

 

03/11/2015

Le F-35A peut tirer au canon !

 

 

yourfile.jpg

Le F-35 de Lockheed-Martin avance à petits pas dans sa capacité d’engagement, dernièrement celui-ci a réussi ses tirs au canon en vol. Ces tests de tir en vol, font suite aux essais au sol qui ont eu lieu durant le mois de juillet.

Les essais de tir au canon ont été réalisés avec un Lockheed-martin F-35A n°AF-02 doté d’un canon de bord de type GAU-22 Gatling  de 25mm produit par General Dynamics. Le pilote d’essais, le Maj Charles Trickey a ouvert le feu par trois salves.

Il faut rappeler que les essais de tir au canon avaient pris un retard considérable de trois ans.  En effet, Lockheed-Martin a eu toutes les peines à réussir à intégrer les commandes de tir canon. De plus, il faut remarquer que l’emport de munition est faible, soit 180 coups, pour un canon capable de tirer 3300 coups à la minute !

A noter que les versions du F-35 B/C ne seront pourvues du canon en interne, mais uniquement en nacelle extérieure. Cette solution ajoute à la polémique sur le F-35, car une fois de plus la furtivité de celui-ci, sera remise en question.

C’est au Corps des Marines des États-Unis que reviendra la responsabilité de tester la future nacelle canon qui devra équiper les versions B & C du F-35.

Reste que l’USAF doit encore terminer la phase de tir canon dans des conditions opérationnelles. Le F-35A doté du canon ne sera pas complètement opérationnel avant 2017.

 

yourfile-1.jpg

Photos : tir en vol pour le F-35A@ Lockheed-Martin

 

22/09/2015

Le premier F-35A destiné à la Norvège !

 

 

lockhed-martin,f-35a,norvège,blog défense,infos aviation

 

 

Le premier des 52 F-35A « Lightning II » de Lockheed-Martin destiné à la Norvège est sorti de la chaine d’assemblage de Fort Worth au Texas.

L’avion nommé AM-1 a été construit dans le cadre de la production initiale à faible cadence (PIFC) du lot 7 de production.  Il s’agit du premier avion destiné à la Norvège et marque ainsi, une étape en vue du remplacement au sein de la Royal Air Force norvégienne (RNoAF) des 55 Lockheed-Martin F-16AM/BM d’ici la fin de 2024.

Une fois les essais au sol et en vol réussi, l’AM-1 sera maintenu aux Etats-Unis pour la formation des pilotes dans le cadre de la flotte internationale à Luke Air Force Base (AFB) en Arizona avant d'être livré à la Norvège en 2017.

 

 

lockhed-martin,f-35a,norvège,blog défense,infos aviation

 

La Norvège a rejoint le programme F-35 en tant que partenaire de niveau 3, au cours du développement du système du projet et de démonstration (SDD). Le pays a sélectionné le F-35 en octobre 2008. A ce jour, la Norvège dispose d’un plan de financement pour 22 F-35 sur les 52 avions prévus. D'autres contrats de financement et d'approvisionnement seront signés annuellement selon le gouvernement norvégien.

 

Un bon vieux parachute :

Les F-35 seront dotés d’un parachute de freinage « à l’ancienne » installé à l'intérieur d'une gousse à l'arrière du fuselage. Cette modification permettra au F-35 de s’arrêter sur les pistes glacées du pays. Les F-35 norvégiens seront principalement basés à Orland dans le centre de la Norvège.

 

 La Norvège et le F-35 :

La Norvège a rejoint le programme F-35 en tant que partenaire dans le développement du système et de la phase de démonstration. En novembre 2008, le gouvernement norvégien a choisi le F-35 en remplacement de la flotte de F-16. En 2011, le gouvernement a approuvé l'acquisition de quatre avions d'entraînement avec les deux premiers F-35A conventionnels.

L'industrie locale bénéficie déjà de ce programme, Kongsberg développe le missile d'attaque interarmées pour l'intégration sur le F-35, afin d’étendre les capacités de lutte antisurface.

Le coût total du programme F-35 norvégien est estimé à près de 62,6 milliards de couronnes (10,65 milliards de dollars). Il s’agit de la plus grosse dépense jamais réalisée en matière d’armement pour ce pays.

 

21135_img___2012061512041.jpg

Photos : 1 & 2 Le premier F-35 norvégien avant et avec peinture 2 Image de synthèse F-35 norvégien et missile Kongsberg @Lockheed-Martin