18/12/2015

Les F-35 et Super Hornet seront les gagnants en 2016 !

imrs.jpg

Washington, le Lockheed-Martin F-35 et le Boeing F/A-18 seront les principaux gagnants du projet de loi de dépenses complémentaires annoncé par les législateurs américains en milieu de semaine.

Si, le projet est finalement adopté, ce sont les programmes du F-35 et du « Super Hornet » qui en seront les principaux bénéficiaires, pour un supplément de trois F-35A, six F-35B et deux F-35C. De son côté Boeing devrait obtenir une rallonge pour la production de sept EA-18G « Growler » et cinq F/A-18 E/F « Super Hornet ».

Dans une moindre mesure, d’autres programmes pourraient également recevoir des commandes additionnelles comme : General Atomics avec deux drones MQ-9 « Reaper », et Boeing/Bell pour un V-22 2Osprey » supplémentaire.

Le projet de loi rétablit également des fonds pour les CE-130H de guerre électronique et dans une mesure non définie au maintien de la flotte de République Fairchild A-10. Le Congrès devrait également débloquer des fonds pour une douzaine d’avions ravitailleurs Boeing KC-46.

 

FA-18_Hornet_VFA-41.jpg

Photos : 1 F-35 @ Lockheed-Martin 2 Super Hornet @ USN

19/10/2015

F-35: danger en cas d'éjection !

f-35a-lightning-ii_001.jpg

 

La série noire des problèmes continue avec le Lockheed-Martin F-35, on apprend ce lundi que l'US Air Force exige une solution rapide concernant le siège éjectable Martin Baker US16E (MK16) qui équipe les F-35 « Lightning II ».

En effet, des tests récents ont mis à jour un "risque inacceptable de blessure au cou" pour les pilotes en cas de déploiement du parachute à basse vitesses et ceci après une éjection de la canopée.

La question semble très grave, car les pilotes ayant un poids compris entre 61,7 kg 111,1 kg peuvent être gravement blessés. Pires, ce problème semble s’aggraver un peu plus, lorsque le pilote est équipé du viseur de casque Rockwell-Collins. Le poids de celui-ci, ajoute trop de pression sur les cervicales du pilote, lors de l’éjection cette-fois-ci. Rappelons que l’éjection d’un pilote provoque une accélération de l’ordre de 20 à 23G.

Les responsables du « Joint Program Office F-35 »  affirment que ceux-ci travaillent sur trois correctifs : le premier, la possibilité pour les pilotes les plus légers de pouvoir retarder légèrement le déploiement du parachute, réduisant ainsi sa force d'ouverture. Les deuxième et troisième corrections consistent à réduire le poids du casque d’une part et de l’autre de modifier le panneau de support en tissu du parachute, afin d’empêcher la tête du pilote de basculer vers l’arrière, lorsque le parachute s’ouvre.

 

Commentaire :

Ce nouveau problème technique du F-35 qui fait suite aux nombreuses révélations concernant le F-35 et ses faiblesses aérodynamiques, ses nombreux retards qui ont engendré une augmentation des coûts n’est pas pour rassurer, rappel des faits : Un moteur sous puissant, qui ne permet pas à l’appareil de se désengager lors de combats rapprochés, un canon embarqué  qui peine à tirer, Lockheed-Martin n’a toujours pas réussi à intégrer les commandes de tir à ce jour, sans oublier une limitation des obus soit 180. Des capacités VTOL (atterrissage et décollage verticaux) particulièrement coûteuses et problématique pour le revêtement des navires. Un viseur de casque trop gros pour le cockpit et qui ne permet pas une visibilité vers l’arrière. Le plus gros et le plus complexe logiciel embarqué (plus de 20 millions de lignes de code) particulièrement compliqué et qui démultiplie les mises à jour fréquentes. La vulnérabilité des réservoirs de carburant. Avec, je vous le rappelle, un coût d’achat exorbitant tout comme la maintenance.

yourfile.jpg

 

Photos : 1 Lockheed-Martin F-35 2 Essais du siège éjectable @ USAF/Lockheed-Martin

 

 

08/09/2015

Premier vol d’un F-35 produit en Europe !

italy_f-35_flight_carousel__main.jpg

 

 

Base aérienne de Cameri en Italie, le premier F-35A « Lightning II » n°AL-1 assemblé sur la chaine de l’avionneur Finmeccanica-Alenia Aermacchi a effectué son vol inaugural.

Le pilote d’essais a décollé de la piste à 13h05 heure pour un vol de contrôle d’une durée de 1heures22. Ce premier vol s’est déroulé comme prévu.

Les installations italiennes doivent fournir les F-35 italiens et hollandais. De plus, la société produit des ensembles d’ailes complets pour Lockheed-Martin.

Ce premier F-35A produit en Italie est supervisé par Alenia-Aermacchi pour Lockheed-Martin porte la désignation AL-1 (l’Italie produira également le F-35B). Son premier vol est prévu un plus tard cette année. L’unité de production italienneFACO (JSF and Check Out) a coûté 800 millions d’euros et  est gérée conjointement par Alenia-Aermacchi et Lockheed-Martin. Cette chaine d’assemblage va produire les F-35 destinés aux forces armées italiennes, britanniques et hollandaises. Quand elle aura atteint sa pleine capacité de production, l’usine de Cameri assemblera deux avions par mois. En dehors de l'assemblage final, Alenia- Aermacchi produit 40% des ailes pour tous les F-35A dans le monde entier, en tant que deuxième fournisseur de source pour Lockheed-Martin. Le coût unitaire initial serait de 106 millions d’euros pour le F-35A produit en Italie, cependant, Rome a fortement réduit le nombre de F-35 initialement commandé de 131 à 90 exemplaires. Mais le montant de la facture, qui estimé encore  à 15 milliards d’euros est jugée encore trop élevée pour le pays, compte tenu de l’état de ses finances. Une nouvelle baisse du nombre de F-35 italiens n’est pas à exclure, on parle aujourd'hui de 45 appareils, soit 30 F-35A et 15 F-35B.

La baisse du nombre de F-35 destinés à l’Italie, l’Angleterre et les Pays-Bas confirme, une fois de plus, l’incertitude en ce qui concerne les coûts réels de production en ligne du « Lightning II ». Alenia-Aermacchi prévoit à terme d’utiliser les installations de Cameri pour la maintenance lourde en Europe du F-35.

 

gigs_italy_feature_lm_article_main__main.jpg

Photos : 1 premier vol d’un F-35 assemblé en Europe 2 retour du vol et félicitations @ Lockheed-Martin

21/08/2015

USAF, un remplaçant pour l’A10 ?

a10_coveriraq_2_20070425.jpg

 

 

L’Air Strategic Combat de  l'US Air Force explore les possibilités remplacer les A-10 « Thunderbolt II » pour un nouvel aéronef. Cette option démontre un fois de le manque de capacité du Lockheed-Martin F-35 à répondre aux besoins de l’USAF.

 

F-35 insuffisant :

Si l'A-10 ne convient pas pour une utilisation contre des adversaires capables de déployer des défenses aériennes sophistiquées, il est par contre capable d’appuyer convenablement des troupes au sol en matière de soutien aérien rapproché (CAS), ce qui n’est pas le cas du F-35.  Du coup, l’USAF réfléchit au lancement d’un nouvelle plateforme capable de conjuguer les deux.

Avec le retrait prochain de la flotte de A-10, l’USAF se retrouvera avec une perte de capacité en matière d’appui rapproché. Hors les récent conflits on démontré un besoin crucial de pouvoir

soutenir les forces au sol. Dans une rapport récent, le général Herbert Carlisle a fait allusion à la possibilité d'une nouvelle plate-forme. Les drones actuels de part leur fragilités ne peuvent assumés ce rôle, par conséquent, si l’A-10 n’est pas remplacé par un aéronefs spécialement conçu à cet effet, l’USAF perdra une capacité importante en matière d’appuis tactique au sol. Cette lacune aura donc des conséquences graves pour les troupes au sol.

 

Un nouvel aéronef :

Le futur concept voudrait donc reprendre la maniabilité du A-10 et sa puissance de feu conjuguée à la technologie électronique du F-35, soit sa capacité d’analyse des menaces et sa capacité à neutraliser celles-ci. Mais l’avion devra aussi avoir un coût suffisamment réduit pour être produit en grand nombre

 

Photo : A-10 Thunderbolt II @USAF

07/08/2015

Le F-35A qualifié avec un KC-767A !

 

yourfile.jpg

 

Après les mauvaises nouvelles, en voici enfin une bonne pour le F-35. Le programme F-35 vient en effet, de réussir un test clé, avec la qualification du ravitaillement en vol avec un KC-767A italien.

 

La réussite des essais en vol de ravitaillement d’un F-35A avec un tanker KC-767A de la Force aérienne italienne, est en soi une première. Permet ainsi au F-35A d’être qualifié d’une part avec ce type de ravitailleur, mais également auprès d’une force aérienne extérieure aux USA.

 

Le F-35A n° AF-4 de l’US Air Force a reçu 7259kg de kérosène d’un KC-767A italien basé à l’origine à  Pratica di Mare, lors d’essais qui se sont déroulés, depuis les installations de la base aérienne d'Edwards en Californie.

 

Rappel :

 

L’Italie a signé le contrat avec Boeing pour la livraison de 4 KC-767 en 2002. Le premier appareil a été livré en 2011. Les KC-767 italiens sont également utilisés pour le transport de passagers et de fret ainsi que pour l’évacuation sanitaire (MEDEVAC). En fonction, des missions, leur équipage variera entre 3 et 4 navigants.

 

 

Photo : KC-767 italien ravitaillant le F-34A @Lockheed-Martin

10:37 Écrit par Pascal dans aviation | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : lockheed-martin, f-35, blog défense, infos |  Facebook | |