13/07/2015

Premiers F-16 pour l’Irak!

1601-988878972.jpg

 

 

Le ministère irakien de la Défense a annoncé l'arrivée des quatre premiers chasseurs américains Lockheed-Martin F-16 « Fighting Falcon », livrés en vertu d’un contrat avec les Etats-Unis.

 

L'Irak a obtenu livraison ce lundi des quatre premiers avions de combat américains F-16 qui doivent notamment servir à renforcer l'armée dans sa lutte contre le groupe Etat islamique (EI), a annoncé le ministère de la Défense dans un communiqué. Auparavant, l'Irak a acheté  au constructeur américain Lockheed-Martin 36 chasseurs F-16 pour 65 millions de dollars. Toutefois, leur livraison a été suspendue pour des raisons de sécurité, l'EI s'étant emparé d'importants territoires en Irak.

 

Le F-16IQ :

 

Les F-16C/D Block52 irakiens (IQ) disposeront du radar Raytheon AN/APG-68 (V)9 à antenne mécanique. L’armement sera le suivant : missiles air-air AIM-9L/M-8/9 et AIM-7M-F1/H «Sparrow», missile air-sol AGM-65D/G/H/K Maverick, ainsi que des bombes à guidage laser de types : GBU-10 «Paveway II», GBU-24 «Paveway III» ainsi que des Mk 82 et 84. La nacelle sélectionnée est l'AN/AAQ-28 «Litening» et la nacelle de reconnaissance F-9120 (AARS). Les F-16 irakien disposeront du système de guerre électronique AN/ALQ-211 «ACES» couplé au lance-leurres AN/ALE-47.

La motorisation choisie concerne le Pratt & Whitney F100PW-229.

 

Commentaire :

 

Si les USA se sont réservés le droit de fournir la nouvelle aviation irakienne, ceux-ci n’ont cependant pas pris beaucoup de risque avec un radar et des missiles qui frôlent l’obsolescence à la mise en service. 

 

 

Photo: F-16D irakien @ Lockheed-Martin

 

03/07/2015

Singapour, feu vert pour la modernisation des F-16 !

1456377306.jpg

 

 

 

 

Singapour a confirmé que les travaux de mise à niveau destinés à la flotte de Lockheed-Martin F-16C/D « Fighting Falcon » est autorisée et va débuter en 2016. Cette modernisation va durer six ans et concerne 60 appareils pour un montant total de 2,4 milliards de dollars.

 

Mise à jour des F-16 singapouriens : 

 

La mise à jour doit porter les F-16 au standard «Viper» Block60. Le modèle «Viper» est en fait une modernisation destinée aux utilisateurs du F-16. L’appareil est cette-fois doté d’un nouveau radar avec antenne à balayage électronique (AESA) couplé à un nouvel ordinateur de mission et une architecture dotée de la fusion de données. Cette modernisation doit permettre de mieux préparer et interagir avec les appareils de 5e génération ou de génération 4++.

 

Le Département d’Etat Américain a validé la vente du radar à antenne électronique (AESA) SABR (Scalabre Agile Beam Radar) de Northrop-Grumman. Ce radar tire profit de la renommée de la gamme des radars de type l'APG- 77, -77 (V) 1 (F-22 Raptor) , -80 , -81 (F-35). Le SABR a fait ses débuts sur un F-16 en novembre 2009. En vol, ce radar a effectués 17 sorties avec les pilotes d'essais en vol de l'USAF avec un taux de réussite de 100%.

 

En parallèle aux mises à jour électronique, les F-16 de Singapour seront doté des armes suivantes : Bombes GBU-38 « Joint Direct Attack Munition » de GBU-39 Small Diameter Bomb, CBU-105 Sensor Fuzed Weapon, et de  GBU-49/50 Enhanced Paveway II dual-mode guided bombs. Les missiles AIM-120C7 AMRAAM et AIM-9X viendront compléter l’armement en mode air-air.

 

Unknown.jpeg

 

Photos : 1  F-16 D singapourien 2 Radar SABR @ Northrop-Grumman

 

 

02/07/2015

Le F-35 est mauvais en dogfight !

comparaison-performances-f-35-f16.jpg

 

C’est une petite bombe qui vient d’éclater, suite à la publication d’un rapport de l’US Air Force concernant les essais en combat aérien, avec le Lockheed-Martin F-35 « Joint Strike Fighter ». A vrai dire, les résultats de l’évaluation sont sévères à l’encontre de l’avion.

 

Inférieur au F-15, F-15 et F/A/18 :

 

L’évaluation a été effectuée sur demande de l’US Air Force et devait permettre d’évaluer le comportement du F-35 face à des appareils tels que le F-16, F-15 et accessoirement F/A-18 pour la Marine. Si les essais ont principalement été menés contre un F-16, les résultats ont créés une véritable stupeur au sein de l’USAF.

Le pilote d'essai en chef, qui a une expérience de vol du sur F-15E, F-16 et F/A-18F, explique que la manoeuvrabilité du F-35A est "sensiblement inférieure au F-15E" en raison de ses petites ailes, de plus,

face à un F-16, le résultat est sans appel, le F-35 s’est révélé inférieur en combat aérien rapproché (Dogfight) à chaque engagement.

Dans le rapport, le pilote d'essai a noté l'absence de visibilité vers l'arrière de l'habitacle, en raison de la taille du casque. Il  avait également des difficultés en levant les yeux, ce qui rend difficile de repérer l'agile F-16 au-dessus et derrière, soit des configurations normales en combat aérien rapproché.

"Le casque était trop grand pour l'espace intérieur de la canopée et ne permet pas de voir correctement derrière l'avion," note le rapport. "Chaque fois que le casque a été plaqué contre la verrière, le pilote a continué à chercher son adversaire en tournant son cou, entraînant une modification de la symbologie du viseur de casque, qui ne se trouvait plus en face des yeux !".

Pour terminer, le taux de virage est jugé inférieur au F-16.

 

Du côté de chez Lockheed-Martin :

 

Chez l’avionneur américain, on explique de manière « un peu empruntée » que le F-35 est conçu pour "tirer et tuer" ses ennemis sur de longues distances, et que lors d’essais simulés le F-35 avait remporté toutes les victoires face à des avions de la génération actuel et ceci grâce à ses capteurs de nouvelle génération. Et Lockheed-Martin d’ajouter que de toute manière dans un environnement de combat moderne seul, le F-35 pourrait survivre » et ceci notamment grâce à sa furtivité ». En conclusion l’avionneur déclare qu'il est trop tôt pour "tirer des conclusions définitives sur la manoeuvrabilité de l'avion, celui-ci étant encore en développement » !

 

Commentaire :

 

A vouloir pousser les compromis à l’extrême, on peut une nouvelle fois s’interroger sur la réussite de ce projet, aérodynamisme mal adapté et qui génère des faiblesses en matière de manoeuvrabilité de l’avion, des problèmes de conception du viseur de casque, qui pourront être corrigés, non sans, un risque de surcoût, même léger.

La réponse de l’avionneur est par contre inquiétante, certes, l’avion est en développement, mais les carences de celui-ci sont encore énormes, pour un aéronef dont le taux de production est déjà activé, même à un faible taux. De plus, chacun sait qu’en quelques minutes une formation de chasse  passe du combat BVR (au-delà de la portée visuelle) au Dogfight (combat rapproché), de fait il est impératif que l’avion puisse être engageable et bon dans cette configuration du combat. L’argumentation de la supériorité à distance et de la furtivité ne tiennent non plus pas la route, les aéronefs actuels sont tous capables de tirer loin, d’ailleurs l’armement du F-35 est le même que pour un Rafale, Eurofighter et Gripen avec le Meteor. Quant à la furtivité, un F-35 ne l’est plus lorsque celui-ci, est doté de pylône sous les ailes, il devient même parfaitement détectable avec un radar classique à antenne mécanique. L’arrivée des radars AESA et des optroniques IRST rendent par ailleurs, la furtivité quasi obsolète.

 

f-16-en-f-35.jpg

Photos : F-35A et F16 danois @ Danish air force 2 F-16 et F-35 de l’USAF @ USAF

30/06/2015

Nacelle IRST testée sur le F-16!

yourfile-1.jpg

 

 

 

Après les essais sur le F/A-18 « Super Hornet » la nacelle IRST21 est testée sur le F-16. L’objectif est de fournie le capteur IRST non seulement pour la marine et le « Super Hornet » mais également pou les aéronefs de l’USAF dont le F-16.

 

 

L’AN/ASG-34 :

 

L’IRST (Infrared Search-and-Track) AN/ASG-34  (IRST21) destiné est  développé en commun par Lockheed-Martin, Boeing et General-Electric. Contrairement aux systèmes IRST montés sur les nez des aéronefs, celui-ci, est installé dans un réservoir ventral de type General-Electric FPU-13. Selon ses concepteurs, il est capable malgré sa position particulière sur l’aéronef, de suivre des cibles en hauteur et ceci jusqu’à 16’000 mètres d’altitudes. Les données du capteur de IRST21 sont fusionnées avec les autres informations acquises par les différents capteurs qui équipent le F/A-18E/F « Super Hornet » mais aussi aujourd’hui le F-16 et augmentera ainsi, la conscience de la situation du pilote. 

 

L’AN/ASG-34 issus des systèmes de capteurs de Lockheed-Martin qui ont accumulés plus de 300 ‘00 heures de vol sur le F-14 de l'US Navy et le F-15.

 

yourfile-2.jpg

 

 

Photos : 1 F-16 doté de l’IRST21 USAF/Lockheed-Martin la nacelle sous le F-16 @ Nothrop-Grumman

26/04/2015

F-16 norvégiens en mer Baltique!

4659329724_4f927e04ed_b.jpg

 

 

La Royal Air Force norvégienne (RNoAF) va déployer quatre de ses Lockheed-Martin F-16 C/D « Fighting Falcon » dans le cadre de la mission de police aérienne en mer Baltique.

 

Les F-16 norvégiens basés à Ørland en Norvège seront déployés depuis les bases aériennes de Siauliai en Lituanie ou Malbork en Pologne, d'où ils entreprendront la police de l'air en partenariat avec trois autres nations. En plus des aéronefs, se sont pas moins de 70 militaires norvégiens (pilotes et mécaniciens) qui accompagneront les avions durant près de quatre mois. La RNoAF met à disposition également trois officiers de liaison à la base militaire Karmelava en Lituanie.

 

 

Belgu%20I%20misija.jpg

Protéger les pays sans Force aérienne:

 

La mission de police aérienne en mer Baltique a débuté en 2004 comme mesure temporaire pour protéger l'espace aérien de l'Estonie, la Lettonie et la Lituanie jusqu'à ce que ces pays disposent d’une capacité autonome de protection aérienne. Ces pays ne disposent pas d’avions de combat et sont par conséquent dans l’obligation d’accepter un protectorat de l’OTAN. 

Il faut par contre noter, que depuis 2012, l’OTAN a déclaré la mission de protection permanente.

La mission est actuellement dans sa 37e rotation, conduit par quatre Eurofighter italiens  et soutenu par quatre MiG-29 « Fulcrum » polonais. Il faut y ajouter quatre Eurofighter espagnols et quatre Lockheed-Martin F-16 belges. À ce jour, 16 pays de l'OTAN ont pris part à la mission.

 

768.jpg

 

 

Photo: 1 F-16C norvégien @RNoAF 2 Badges@ OTAN 2 MiG-29 polonais & Eurofighter anglais en patrouille @ OTAN