20/10/2016

La Bulgarie optera pour un avion de combat d’occasion !

bulgarie-20140402.jpg

Bulgarie, la dernière phase en vue de l’acquisition d’un nouvel avion de combat pour venir remplacer sa flotte de MiG-29 « Fulcrum » est actuellement engagée. Rappelons que le pays a définitivement retiré ses vieux MiG-21 à la fin de l’année 2015 et que ceux-ci ne sont pour l’instant pas remplacés faute de moyens.

Trois avions d’occasions en compétition :

F16_SCANG_TwoShip.jpg

Faute de pouvoir compter sur une amélioration du budget de la défense, le pays devra se contenter pour l’instant, d’acquérir des avions d’occasions. La possibilité de compléter ceux-ci avec des appareils neufs est définitivement abandonnée, selon le dernier communiqué du Ministère de la défense bulgare.

Il y a urgence, car le choix a pris du retard, initialement le gouvernement bulgare désirait pouvoir commander ses futurs appareils en 2014. Le pays espère pouvoir se doter de 16 appareils en deux lots de 8 appareils chacun d’ici 2023. Une troisième tranche pourrait être négociée pour 2026.

Pour ce faire, le Ministère bulgare de la défense a entamé des discussions préliminaires sur la possibilité d'acquérir d'occasion des appareils de type F-16 auprès des utilisateurs actuelles que sont :  les Pays-Bas, le Portugal, les États-Unis, la Belgique, la Norvège. 

AIR_JAS-39_Gripens_AGM-65_RBS-15_Taurus_Frontal_lg.jpg

En parallèle des discussions sont engagées auprès de la Suède et du constructeur Saab qui propose notamment des JAS-39C/D Gripen qui proviendraient des surplus de la Fligvapnet suite à l’arrivée prochaine du Gripen E. 

Il faut signaler le retour en grâce de l’Eurofighter T1 d’Airbus également d’occasion qui proviendrait des stocks allemands et italiens. Ce dernier avait été écarté en 2012, pour des questions à la fois techniques et de coûts à l’heure de vol par trop prohibitifs. 

 

467795819.jpg

Photos : 1 MiG-29 Bulgare@ Force aérienne bulgare 2 F-16 @USAF 3 Gripen C @SwaF 4 Eurofighter T1 @Luftwaffe

28/09/2016

La Roumanie accepte ses F-16 d’occasions !

romani10.jpg

Bucarest, a accepté ses 6 premiers Lockheed-Martin F-16C/D d'occasion. Ces appareils vont remplacer partiellement la flotte actuelle de vieux MiG-21 « Lancer ».

Remplacer les MiG-21 «Lancer» : 

La Roumanie cherchait désespérément un remplaçant pour sa flotte de MiG-21 «Lancer» qui date de l’époque de l’Union Soviétique. Il y a plus de 3 ans, la Roumanie a fait part de son intention de remplacer ses 48 MiG-21 hérités de la Guerre Froide. Bien que modernisés en 1993 par la société israélienne Elbit, afin de les mettre aux normes de l’Otan, ces appareils étaient désormais à bout de souffle et technologiquement dépassés.

Des F-16 d’occasions :

Au total la Roumanie va prendre possession de 12 avions de combat Lockheed-Martin F-16. Cet achat doit servir combler le vide jusqu’à l’arrivée d’un véritable nouvel avion de combat, mais dont l’achat n’est pas encore planifié faute de moyens.

La flotte de 12 F-16 se compose de 9 appareils en provenance du Portugal et 3 de l’US Air Force. Le contrat comprend également des modifications et des mises à niveau des avions, ainsi que des moteurs supplémentaires de rechanges, le soutien logistique, ainsi que la formation de 9 pilotes roumains et 69 techniciens de maintenance.

Avant la livraison, les appareils ont été modernisé dans le cadre de la norme Mid-Life Update (MLU) par la société OGMA-Industria Aeronautica au Portugal.

Reste que la Roumanie ne disposera pas d’un nombre suffisant d’avions pour assurer la protection de son espace aérien et restera sous dépendance de l’OTAN.

 

Photo : le Premier F-16 aux couleurs de la Roumanie @ FAR

 

 

09/03/2016

Prudence pour la vente d’avions de combat au Moyen-Orient !

tdfrkl4tj4fso1mn9018.jpg

 

Washington, le département d’Etat se montre beaucoup plus prudent pour l’exportation d’avions de combat aux Moyen-Orient. La Maison Blanche a en effet émis des réserves sur divers programmes d’équipement et a fait la demande des garanties supplémentaires avant de donner le feu vert.

Les Etats-Unis se sont montrés plus méfiant qu’à l’accoutumée à vendre des avions et des hélicoptères de combat dans une région où les tensions ne cessent d’augmenter et ou le risque que certaines de ces armes puissent un jour se retourner contre le vendeur. Ces précautions ont même failli faire perdre certains marchés par manque de réactivité.

D’un autre côté, les avionneurs américains font le forcing, pour décrocher des contrats dans la région. Actuellement, il s’agit pour eux d’aboutir à la vente de 28 F/A-18 E/F « Super Hornet » au Koweït, d’une vingtaine de F-16 à Bahreïn et d’un nombre de 72 F-15 au Qatar.

Ces commandes ayant un double impacte, d’une part offrir la prolongation des chaînes de montage des trois appareils et de l’autre maintenir la présence américaine militaire au sein de ces trois pays.

Une situation qui se débloque :

Il semble, par ailleurs, que ces dernières semaines, les USA se montrent à nouveau disposer à accepter ces ventes et ceci avec en toile de fond la réponse à la modernisation des forces armées iraniennes via la Russie et la Chine.

F-15 pour le Qatar :

En effet, le Qatar a formellement demandé, il y a deux ans, une autorisation au gouvernement des Etats-Unis, pour l’achat de 72 avions de combat F-15 E « « Strike Eagle ». Le dossier semble donc avancé favorablement puisque le pays reste un proche allié des États-Unis dans la région, et que cette vente viendrait damné le pion aux avionneurs européens.

Du côté de Bahreïn :

3178248015.jpg

Le pays est actuellement en pleine phase de modernisation de sa flotte de F-16 et prévoit, depuis 2013 l’achat d’un nouvel avion de combat. Là encore, Lockheed-Martin compte placer son F-16 « Viper » avec l’autorisation de Washington.

Super Hornet au Koweït :

724756944.jpg

Le pays vient de finaliser politiquement l’achat de 28 Airbus DS Eurofighter et se trouve dans l’attente des autorités américaines pour la commande de 28 Boeing F/A-18 « Super Hornet ».

Photos : 1 F-15 E « Strike Eagle » @ Boeing 2 F-16 Viper @ Lockheed-Martin 3 Super Hornet @ Boeing

 

 

26/01/2016

Bahreïn modernise sa force aérienne !

Bahrain-F16.jpg

Bahreïn prévoit un grand programme de modernisation de ses Lockheed-Martin F-16 et d'acquérir un lot supplémentaire dans la nouvelle configuration de type « Viper ». Cette décision est directement liée à la demande opérationnelle accrue en raison de l’implication de l’Emirat, au sein de la campagne contre l'État islamique au Moyen-Orient. La Force aérienne royale de Bahreïn (RBAF) prévoit un plan de modernisation en trois phases.

Modernisation des F-16 :

La première étape du plan de modernisation concerne la mise é jour de la flotte de F-16. Au total se sont 20 F-16C/D qui sont concernés par la modernisation suivante, l’ajout d’un radar AESA SABR de Northrop-Grumman. L’Emirat va doter ses F-16 de missile AIM-120D «AMRAAM», de l‘AIM-9X «Sidewinder» ainsi que de la nacelle de désignation laser «SNIPER», afin de mettre en oeuvre des bombes à guidage de précision. L’avionique sera également modernisée et l’ajout d’une liaison16 (Link16).

 

Lot supplémentaire :

f-16in-1.jpg

La seconde étape de modernisation comprend l’achat d’un lot de 17 à 18 F-16 au standard « Viper ». Le modèle «Viper» est en fait une modernisation destinée aux utilisateurs du F-16. L’appareil est cette-fois doté d’un nouveau radar avec antenne à balayage électronique (AESA) couplé à un nouvel ordinateur de mission et une architecture dotée de la fusion de données. Cette modernisation doit permettre de mieux préparer et interagir avec les appareils de 5e génération ou de génération 4++.

A noter, qu’en cas de confirmation de cette commande, l’avionneur américain pourra maintenir sa chaine de production au-delà de 2017.

 

Un nouvel avion de combat :

4146155140.jpg

La troisième est dernière phase de modernisation concerne le remplacement de l’actuel flotte composée de 12 Northrop F-5 E/F « Tiger II » par un nouvel avion de combat. Si, rien n’a encore été confirmé à ce jour, on parle en coulisse de 15 à 20 Airbus Eurofighter T3, mais la prudence s’impose pour l’instant, en ce qui concerne le choix.

 

Photos : 1 F-16 de la RBAF @ RBAF 2 F-16 « Viper »@ Lockheed-Martin 3 Eurofighter T3 @ Airbus DS

 

 

03/11/2015

Egypte, les F-16 au complet !

avion-f16-livré-à-legypte-730x430-1.jpg

 

Les quatre derniers Lockheed-Martin F-16 « Fighting Falcon » faisant partie du dernier lot de 20 aéronefs commandé par le pays, ont été livrés, selon le ministère de la Défense égyptien. Ces appareils ont remplacés les derniers McDonnell Douglas F-4E Phantom II.

Cette livraison fait suite au réchauffement des relations entre les Etats-Unis et l’Egypte. Il y a cinq mois, le président américain Barack Obama a levé l’embargo  sur le matériel militaire destiné à l’Egypte, suite au coup d'Etat militaire d’Octobre 2013, qui a renversé les Frères musulmans. Ces F-16 C/D Block52, font partie d’une commande de 20 aéronefs datant de 2010.

Les F-16 Block52 égyptiens :

Le standard Block 50/52 commandé par l’Egypte dispose des moteurs avec performances améliorées, que ce soit le F110-GE-129 pour le bloc 50 ou le F100-PW-229 pour le bloc 52. Les deux moteurs sont évalués à 29.000 livres de poussée (129kN). Cette version est dotée du système de guerre électronique AN/ALR-56M d’alerte et de détection, couplé au système de brouillage AN/ALE-47. Le cockpit dispose d’écrans EFIS permettant l’emploi de lunette de vision nocturne. L’avion est doté du radar Westinghouse AN/APG-68 V (5) qui offre une détection plus large contre les cibles aériennes et une plus grande fiabilité. Le radar a un processeur de signal programmable à très grande vitesse avec circuit intégré (VHSIC). 

Le Block 50/52 a la capacité de tirer l'AIM-120 AMRAAM, le missile Maverick AGM-65G est de tirer la nouvelle munition JDAM. La force aérienne égyptienne a choisi d’équiper ses chasseurs F-16 avec le pod AN/AAQ-33 «Sniper» dans le cadre du programme « Peace Vector ». Ce programme d’équipement a débuté en 1980. 

 

1049547267.jpg

Photos : Lockheed-Martin F-16 égyptien @ FAE