15/11/2016

L’Espagne remplacera ses Hornet par des Eurofighter !

2974493151.jpg

L'Armée de l'Air Espagnole (EdAE) prépare le remplacement de sa flotte d’avions de combat Boeing F/A-18 « Hornet » pour 2030.

Concentration d’Eurofighter :

Le remplacement des F/A-18 « Hornet » espagnols se fera en trois phases. Les deux premières concerne l’avion de combat européen Airbus DS Eurofighter et la dernière un drone de nouvelle génération issus du démonstrateur nEUron.

L’Espagne devrait disposer à terme de 20 avions de combat de type Eurofighter « Typhoon II » de plus pour remplacer le Hornet. Le pays vient de recevoir ses 33 modèles d’Eurofighter T2. Puis viendra l’arrivée du T3 dont 20 exemplaires sont en commande.  La Force aérienne espagnole dispose également de 17 Typhoon T1 sur 19 réceptionnés (deux ont été perdu).

Mais pour l’Espagne, un gros problème subsiste, en effet, si le T2 a reçu ses paquets d’améliorations du consortium Airbus Eurofighter, ceux de l'avion de la Tranche 1 n'en ont pas ! L’Espagne est à ce sujet très mécontente du rythme de ces mises à niveau et a donc décidé d'avancer sur sa propre route. Deux options s’offre pour le pays : améliorer les T1 ou passer commande d’un lot supplémentaire de T3. La décision se fera d’ici 2020. Quoi qu'il en soit, le Typhoon II devient petit à petit l'ossature principale de Force aérienne espagnole.

 

F-18A_espagnols.jpg

Photos : 1 Airbus Eurofighter T2 espagnols 2 F/A-18 Hornet espagnols@ EdAE

 

20/10/2016

L’Eurofighter à l’assaut de la Belgique !

CmlKoVUWAAAH9EU.jpg-large.jpeg

Airbus et les entreprises du consortium Eurofighter se lancent officiellement dans la course au remplacement des F-16 de la Force Aérienne Belge (FAB). Il s’agit pour l’avionneur européen de répondre à la demande d’information du ministère de la Défense belge. La Belgique prévoit de remplacer sa flotte actuelle de 54 Lockheed-Martin F-16 C/D « Fighting Falcon ». le pays dispose d’une enveloppe d’un peu plus de 3 milliards d’euros.

Deux axes pour la campagne :

Pour tenter de placer l’Eurofighter en Belgique, Airbus et le consortium Eurofighter jouent sur deux axes principaux : La participation de l’industrie belge au développement de l’avion et les nouvelles qualités disponible sur le standard T3.

Pour Airbus, près de 200 entreprises sont susceptibles de venir travailler directement ou indirectement sur les différents projets aéronautiques du groupe Aribus. Le Consortium industriel Eurofighter s’appuiera à la promotion d’un éventail d’activités à partir desquelles l’industrie et les institutions belges peuvent tirer d’importantes retombées économiques à long terme.

Actuellement, Airbus conclut actuellement pour 500 millions d’euros de contrats annuels avec des entreprises belges, un chiffre qui devrait dépasser les 600 millions d’euros d’ici à la fin 2020, offrant ainsi une solide base susceptible de créer de nouvelles activités et retombées économiques pour le pays en cas de choix de l’Eurofighter.

De son côté, BAe Systems cherche à fournir une assistance pour le gouvernement belge et les entreprises privées pour gérer l'entretien, la réparation et de révision (MRR) sur l'avion.

Le deuxième aspect concerne le nouveau standard de T3 de Eurofighter dispose du radar AESA E-CAPTOR. L’arrivée du E-CAPTOR permet grâce à son antenne AESA d’effectuer des tâches multiples simultanément. L’Eurofighter T3 dispose du capteur IRST de série, il permet la mise en oeuvre du missile METEOR et d’une large gamme de missiles air-air comme l’IRIS-T et l’ASRAAM ainsi que les missiles TAURUS et Storm Shadows ainsi que du Brimstone pour l’attaque au sol. La nouvelle version permet dorénavant la lutte antinavires avec les missiles AGM-84 « Harpoon » de Raytheon ainsi que du RBS15 de Saab. Sans oublier la panoplie de bombes à guidage laser/GPS de taille différentes.

typhoon.png

Pour terminer le groupe s’appuie sur l’expérience acquise avec plus de 480 avions Eurofighter Typhoon qui ont été livrés avec succès à six pays : l’Allemagne, le Royaume-Uni, l’Italie, l’Espagne, l’Autriche et l’Arabie saoudite. L’Autriche est devenue le premier pays à l’exportation en 2003. Les livraisons au royaume d’Arabie saoudite ont commencé en 2009. Un nouveau contrat avec le Sultanat d’Oman, troisième client à l’exportation, a été conclu en décembre 2012. L’État du Koweït est devenu le dernier client à l’exportation du Typhoon en avril 2016, ce qui veut dire que le Typhoon restera en service dans les décennies à venir.

Avec 20 unités équipées à travers le monde, la flotte d’Eurofighter Typhoon compte plus de 350.000 heures de vol à son actif, avec des statistiques opérationnelles inégalées allant de l’Europe à l’Atlantique Sud et au Moyen-Orient.

  • 599 appareils commandés
  • 6 forces aériennes utilisatrices
  • 20 unités opérationnelles
  • Un co-développement international sans égal
  • Une coopération entre nations avec le plus grand consortium de défense d’Europe

530d210feebc7.jpg

Photos : 1 Eurofighter T3 2 Eurofighter doté du TAURUS@ Airbus

 

La Bulgarie optera pour un avion de combat d’occasion !

bulgarie-20140402.jpg

Bulgarie, la dernière phase en vue de l’acquisition d’un nouvel avion de combat pour venir remplacer sa flotte de MiG-29 « Fulcrum » est actuellement engagée. Rappelons que le pays a définitivement retiré ses vieux MiG-21 à la fin de l’année 2015 et que ceux-ci ne sont pour l’instant pas remplacés faute de moyens.

Trois avions d’occasions en compétition :

F16_SCANG_TwoShip.jpg

Faute de pouvoir compter sur une amélioration du budget de la défense, le pays devra se contenter pour l’instant, d’acquérir des avions d’occasions. La possibilité de compléter ceux-ci avec des appareils neufs est définitivement abandonnée, selon le dernier communiqué du Ministère de la défense bulgare.

Il y a urgence, car le choix a pris du retard, initialement le gouvernement bulgare désirait pouvoir commander ses futurs appareils en 2014. Le pays espère pouvoir se doter de 16 appareils en deux lots de 8 appareils chacun d’ici 2023. Une troisième tranche pourrait être négociée pour 2026.

Pour ce faire, le Ministère bulgare de la défense a entamé des discussions préliminaires sur la possibilité d'acquérir d'occasion des appareils de type F-16 auprès des utilisateurs actuelles que sont :  les Pays-Bas, le Portugal, les États-Unis, la Belgique, la Norvège. 

AIR_JAS-39_Gripens_AGM-65_RBS-15_Taurus_Frontal_lg.jpg

En parallèle des discussions sont engagées auprès de la Suède et du constructeur Saab qui propose notamment des JAS-39C/D Gripen qui proviendraient des surplus de la Fligvapnet suite à l’arrivée prochaine du Gripen E. 

Il faut signaler le retour en grâce de l’Eurofighter T1 d’Airbus également d’occasion qui proviendrait des stocks allemands et italiens. Ce dernier avait été écarté en 2012, pour des questions à la fois techniques et de coûts à l’heure de vol par trop prohibitifs. 

 

467795819.jpg

Photos : 1 MiG-29 Bulgare@ Force aérienne bulgare 2 F-16 @USAF 3 Gripen C @SwaF 4 Eurofighter T1 @Luftwaffe

06/04/2016

Koweït, contrat signé pour les Eurofighter !

airbus ds,finmeccanica,eurofighter,eurofighter typhoon 2 t3,koweït,blog défense,infos aviation,les nouvelles de l'aviation

Milan, le Koweït et Finmeccanica ont officiellement signé ce mardi le contrat pour la livraison de 28 avions de combat Airbus DS Eurofighter « Typhoon II » T3. Le 1er mars, le Parlement koweïtien avait approuvé une rallonge budgétaire de 500 millions de dollars (460 millions d'euros), à titre d'avance pour l'achat de ces avions, qui seront fabriqués en Italie. La commande se compose de 22 monoplaces et 6 biplaces « Typhoon II ».

Outre les appareils eux-mêmes, le contrat inclut la logistique, un soutien opérationnel et la formation des membres des équipages et du personnel au sol, qui se fera en coopération avec l'armée de l'air italienne. Une amélioration des infrastructures au sol qui seront utilisées par les Eurofighter est également prévue.

Les Equipements des Eurofighter koweïtiens :

Les Airbus DS Eurofighter T3 Block15 vont disposer des nombreuses nouvelles améliorations en comparaison des versions et standards antérieurs. L’Eurofighter T3 Block15 disposera du capteur IRST de série, il permettra la mise en oeuvre du missile air-air très longue portée « Meteor » de MBDA, le Koweït compte utiliser la nacelle de désignation "Sniper", ainsi que les missiles antichars MBDA « Brimstones II » et des bombes à guidage laser GBU-12. Par ailleurs, la Force aérienne koweitienne a opté pour le missile air-air courte portée Diehl BGT Iris-T. En matière de radar, les Thyphoon koweïtiens seront les premiers à l’exportation à recevoir le nouveau radar de type AESA antenne à balayage électronique CAPTOR-E de Selex-ES.

 

airbus ds,finmeccanica,eurofighter,eurofighter typhoon 2 t3,koweït,blog défense,infos aviation,les nouvelles de l'aviation

Photos : 1 Futur Eurofighter koweïtien avec son armement 2 Radar Captor-E de type AESA @ Finmeccanica

 

24/02/2016

La Suisse relance le projet d’un nouvel avion de combat !

20140704191251-6d86d9b3.jpg

Notre nouveau ministre de la Défense Guy Parmelin a informé aujourd’hui les membres du Conseil Fédéral du lancement des travaux préparatoires prévus pour l’évaluation d’un nouvel avion de combat. Un crédit EEP (études de projets, essais et préparatifs d'achat) pour l'acquisition d'un nouvel avion de combat sera soumis au Parlement en 2017. Le Département fédéral de la défense prévoit de lancer les travaux de préparation au printemps 2016.

Un vote qui n’a servi à rien !

Les projets d’acquisition d’avions de combat sont souvent compliqués du point de vue politique et ressemble souvent à des feuilletons interminables. L’Inde traîne les pieds avec la finalisation du Rafale, les EAU ne se sont toujours pas positionnés sur un appareil depuis cinq ans, l’ancien gouvernement canadien avait opté pour le F-35, sans ouvrir une compétition, créant ainsi un tollé politique. Et en Suisse nous n’en sommes pas en reste avec une votation ratée en mai 2014, qui au final n’aura servità rien sinon perdre du temps. Car l’inévitable se rapproche, la flotte de 30 Northrop F-5 E/F « Tiger II » (54 encore en service en 2014) est à bout de souffle et ne pourrait pas être engagée en cas de conflit. Pire, elle n’est même pas engageable pour la police du ciel 24/24, dont la première étape a été activée en janvier dernier.

Les besoins en augmentation :

Si, lors de la votation de 2014, il était prévu de remplacer partiellement la flotte de F-5, la situation continue d’évoluer de manière problématique. En effet, il ne reste plus qu’une trentaine de « Tiger » et ceux-ci, vont continuer à être retiré progressivement du service. De plus, la situation se complique du côté des Boeing F-/A-18 C/D « Hornet ». En effet, l’avionneur américain ne produira plus de mises à jour dès 2023 et l’US Navy va débuter le retrait progressif de l’avion à cette date. Le « Hornet » va donc rapidement vieillir, pour être totalement dépassé d’ici 2030.

En conséquence, il va falloir combler le départ à la retraite non d’un, mais de deux types d’avions ! Soit dans l’urgence le F-5, puis le F/A-18.

DSC_3182.jpg

Situation d’urgence :

On aura eu beau prévenir de la situation en 2014, nous voici donc, dans une problématique d’urgence. D’une part parce que le nouvel avion n’arrivera qu’après le départ à la retraite des F-5 et ceci au moment ou il faudra déjà remplacer les Hornet. Sans quoi notre pays ne disposera plus d’une aviation moderne.

Relance du projet :

Le ministre de la Défense instituera un groupe d'experts composé de représentants des différents domaines concernés de l'armée, d'armasuisse et du Secrétariat général du DDPS. D'ici à janvier 2017, les experts répondront dans un rapport aux questions de fond concernant les besoins, la procédure et les aspects industriels. Ils aborderont également l'avenir des avions F/A-18 et F-5 actuellement en service. Le groupe d'experts est dirigé par le chef de l'Etat-major de l'armée et supervisé par le chef de l'Armée et le chef de l'armement.

Au printemps 2016, le DDPS mettra également sur pied un groupe d'accompagnement au sein duquel pourra siéger un membre de chaque parti représenté au Conseil fédéral. Composé également de représentants du DDPS, d'autres départements, de l'industrie et de la Société suisse des officiers, le groupe d'accompagnement suivra les travaux du groupe d'experts, discutera des aspects fondamentaux de l'acquisition et échangera ses vues avec celles du groupe d'experts. Son rôle ne consiste toutefois pas à approuver ou à rejeter le rapport du groupe d'experts.

La demande du crédit EEP 2017 constitue le lancement officiel du projet d'acquisition d'un nouvel avion de combat. Selon la planification actuelle, le choix du type d'appareil tombera en 2020, le crédit d'acquisition sera soumis au Parlement en 2022 et la livraison des nouveaux avions débutera en 2025.

A quoi faut-il s’attendre :

Du point de vue des futurs candidats, nous retrouverons certainement les trois avions européens, soit l’Airbus DS Eurofighter T3 Block10/15, le Dassault Rafale F-3R, le Saab Gripen E MS21. Du côté américain la question reste ouverte, en effet, si le cahier des charges en matières d’offsets est le même que le précédent, les avionneurs américains ne pourront sans doute pas y répondre (participation au développement de l’avion et garantie à 100% de compensation). Dans le cas contraire le F-35 sera évalué sur le papier et peut-être le Super Hornet à condition, que celui-ci puisse être produit assez longtemps.

Ce qui est certain aujourd’hui, vient du fait qu’une nouvelle évaluation des appareils dans les standards les plus élevés va être effectuée. Contrairement à 2012, les avionneurs disposent tous d’éléments très proches de ce qui pourra être livrés en 2025. Côtés Suisse, reste à définir le nombre d’avions qui sera commandé et le cas échéant en plusieurs tranches. Rappelons que selon les besoins des Forces aériennes, il faut une cinquantaine d’avions. Mais l’élément clef de ce nombre    sere le prix.  La suite au prochain épisode.

 

DSC_3240.jpg

P.hotos : 1 image de synthèse avions actuels @ Gérard Famerée 2 Northrop F-5 E Tiger II 3 Boeing F/A-18 C « Hornet » P.Kümmerling