02/04/2015

KLM Cityhopper commande 17 E-Jets !

 

E175%20KLM.jpg

 

L'avionneur brésilien EmbraeR a annoncé hier la commande par KLM Cityhopper,  filiale régionale d’ Air France-KLM, de 17 appareils, dont la valeur au prix catalogue de l’avionneur brésilien est estimée à près de 764 millions de dollars. La commande est assortie d'une option sur l'achat de 17 avions supplémentaires qui, si elle est réalisée, portera la valeur totale du contrat à 1,5 milliard de dollars.

 

La commande comprend : 15 Embraer E175 et 2 Embraer  E190, ils seront configurés en classe unique et se joindront aux 28 E190 déjà en service chez  KLM Cityhopper pour remplacer les Fokker  F100 encore en service.

La livraison du premier E190 devrait avoir lieu en fin d'année. Le premier E175 rejoindra la flotte de KLM Cityhopper durant le premier semestre de 2016. Le groupe Air France / KLM a lancé le processus de remplacement du Fokker 100 pour des E-Jets au sein des compagnies  Regional / Air France et KLM Cityhopper en 2008.

 

Depuis son entrée en service en 2004, Embraer a reçu plus de 1’560 commandes pour sa famille de E-Jets. L'avion  vole auprès de 65 clients dans 45 pays. Plus de 1 100 E-Jets ont été livrés.

 

Photo : Embraer E175 aux couleurs de  KLM Cityhopper @ Embraer

03/02/2015

Vol inaugural pour le KC-390 !

yourfile-1.jpg

 

 

São José dos Campos, au Brésil l’avionneur Embraer à réussi le vol inaugural de son avion de transport militaire tactique KC-390.  Le vol  d’une durée 1heures 25min a permis de vérifier les caractéristiques de l’avion et des commandes de vol.

 

La genèse :

 

Il faut remonter en 2006, pour  trouver les premières études de faisabilité chez Embraer sur la conception d’un avion de transport de type cargo ayant des applications civiles et militaires. De la taille d’un Hercules C-130, mais doté de réacteurs, sous l’appellation KC-390. De taille moyenne, l’avion doit permettre de remplacer les C-130, C-160 et autres AN-12. Développer avec des technologies modernes issus des Embraer E-Jets, le futur cargo sera moins chère que la concurrence, soit un prix avoisinant les US $50 millions.

Le programme débuta définitivement son envol en mars 2008, avec la décision du gouvernement brésilien d’investir 30 millions de dollars pour soutenir le lancement du projet. En parallèle, le service postal brésilien s’est porté client de la version cargo civil pour 25 appareils.  A la suite de cette première commande, le gouvernement ajouta 470 millions de dollars pour soutenir de manière définitive le programme et annonça du même coup que l’avion serait utilisé par l’ensemble des Forces armées du Brésil.

 

 

Apresentação_KC-390_(15414135738).jpg

Le KC-390 est doté d’une avionique avec double affichage tête haute avec système de mission complet. L’avion est également doté d’un système complet d'auto-protection. Les pilotes disposeront de commandes «fly-by-wire» avec  système de contrôle de vol et des fonctions optimisées qui assureront d’excellentes performance avec un équipage réduit. Avec quatre grands écrans reconfigurables et deux manches latéraux, les pilotes disposeront de se qui se fait de mieux en la matière.

Le KC-390 permettra des utilisations sécurisées à partir de pistes semi-préparées. 

 

Capacités de l’avion :

 

L’avion aura une capacité de décollage d’environ 72 tonnes avec une charge maximale de 20 tonnes. D’une longueur de 33,4 mètres et d’une hauteur de 11,4 mètres l’avion dispose d’une envergure de 33,9 mètres. Doté d’une porte cargo à l’arrière, l’avion pourra être également aménagé rapidement pour le ravitaillement en vol, ainsi que pour des missions

spécifique comme l’écoute électronique par exemple. Le KC-390 sera motorisé par  deux IAE V2500-A5.

 

Les commandes : 


Brésil 28, Argentine 6, Chili 6, Colombie 12, République Tchèque 2, Portugal 6.

 

 

yourfile-2.jpg

 

Photos : 1 & 3 Premier vol du KC-390 2 Le KC-390 lors de son Roll-Out @ Embraer

21/10/2014

Le KC-390 effectue son Roll-Out !

DSC_45.jpg

 

Embraer a présenté pour la première fois le premier exemplaire de son futur avion de transport le KC-390, depuis les installations de l’usine de Gaviao Peixoto près de Sao Polo. Les premières livraisons débuteront en 2016.

 

La prochaine étape comprendra le premier vol et la longue série d’essai en vol qui mèneront à la certification de l’avion.

 

La genèse :

 

Il faut remonter en 2006, pour  trouver les premières études de faisabilité chez Embraer sur la conception d’un avion de transport de type cargo ayant des applications civiles et militaires. De la taille d’un Hercules C-130, mais doté de réacteurs, sous l’appellation KC-390. De taille moyenne, l’avion doit permettre de remplacer les C-130, C-160 et autres AN-12. Développer avec des technologies modernes issus des Embraer E-Jets, le futur cargo sera moins chère que la concurrence, soit un prix avoisinant les US $50 millions.

Le programme débuta définitivement son envol en mars 2008, avec la décision du gouvernement brésilien d’investir 30 millions de dollars pour soutenir le lancement du projet. En parallèle, le service postal brésilien s’est porté client de la version cargo civil pour 25 appareils.  A la suite de cette première commande, le gouvernement ajouta 470 millions de dollars pour soutenir de manière définitive le programme et annonça du même coup que l’avion serait utilisé par l’ensemble des Forces armées du Brésil.

 

Avionique moderne :


KC-390_cockpit_mock_up-johnson.jpg


 

Le KC-390 est doté d’une avionique avec double affichage tête haute avec système de mission complet. L’avion est également doté d’un système complet d'auto-protection. Les pilotes disposeront de commandes «fly-by-wire» avec  système de contrôle de vol et des fonctions optimisées qui assureront d’excellentes performance avec un équipage réduit. Avec quatre grands écrans reconfigurables et deux manches latéraux, les pilotes disposeront de se qui se fait de mieux en la matière.

Le KC-390 permettra des utilisations sécurisées à partir de pistes semi-préparées. 

 

Capacités de l’avion :

 

L’avion aura une capacité de décollage d’environ 72 tonnes avec une charge maximale de 20 tonnes. D’une longueur de 33,4 mètres et d’une hauteur de 11,4 mètres l’avion dispose d’une envergure de 33,9 mètres. Doté d’une porte cargo à l’arrière, l’avion pourra être également aménagé rapidement pour le ravitaillement en vol, ainsi que pour des missions

spécifique comme l’écoute électronique par exemple. Le KC-390 sera motorisé par  deux IAE V2500-A5.

Les commandes : 

Brésil 28, Argentine 6, Chili 6, Colombie 12, République Tchèque 2, Portugal 6.

 

DSC_62.jpg

 

Photos : 1 & 3 Roll Out du KC-390 @ Fabio Allegra 2 Cockpit @ Embraer

11/10/2014

Embraer livre le premier Legacy 500!

01-Legacy500.jpg

 

São José dos Campos, l’avionneur brésilien Embraer vient de livrer le premier exemplaire de son biréacteurs d'affaires Legacy 500 à son client de lancement au Brésil. Embraer s'est par ailleurs engagé à augmenter la production en commençant par six avions cette année. En 2016, la société envisage d'ouvrir une seconde ligne de production à Melbourne, en Floride.

 

Deux années de retard : 

 

Pour Embraer, cette livraison sonne comme une libération, en effet, le programme Legacy 500 avait pris un important retard, en particulier à cause de la mise au point des commandes de vol de type «fly-by-wire» développées par Parker Aerospace. Ces commandes remplacent l’ancien système utilisé jusqu’ici par Embraer à liaisons mécaniques. 


1995122296.jpg


 

 

Le Legacy 500: 

 

Le Legacy 500 est un jet privé de taille moyenne pouvant s’accommoder jusqu’à 12 passagers.  Ses principaux concurrents sont le Bombardier Learjet 85, Le Hawker Beechcraft 900XP, le Gulfstream G150 et le Cessna Citation Sovereign.

Le Legacy 500 peut donc accueillir jusqu'à 12 passagers dans une cabine stand-up de 6 pieds (1,82 mètres) de plafond et un plancher plat. La conception de la cabine comprend quatre sièges inclinables (totalement plat), les sièges «Premium» sont disponibles avec repose-jambes, appui-tête avec des ailes flexibles, actionnée électriquement et support lombaire, système de  massages et des systèmes de chauffage qui sont uniques dans cette catégorie pour le passagers. 


2399641877.jpg


L’avion dispose en outre d’un système de pressurisation cabine à altitude faible soit 6’000 pieds conçu par Honeywell ® Select Management System qui permet une meilleure adaptation au vol et diminue la fatigue lors des voyages. L'avion est propulsé par deux moteurs à double flux Honeywell HTF7500E, chacun produisant £ 6540 de poussée au décollage. Ils permettent à l'avion de voler à une vitesse de croisière rapide de Mach 0,82, et de couvrir 5’600 km (3.000 miles nautiques) avec quatre passagers, soit de Moscou à New Dehli ou de Zürich à Dubaï. L’avion dispose d’une avionique Rockwell Collins Pro Line Fusion ® Flight Deck intégré. Le prix est d’environ 18 500 000 $US en fonction de l’aménagement du client.


DSC_3843.jpg


 

 

Photos : 1 Le premier Legacy 500 2 Cockpit 3 Intérieur @ Embraer 4 Au salon EBACE @ P.Kümmerling

 

 

 

26/09/2014

Embraer & Saab prépare le Sea Gripen !

seagripen_2.jpg

 

Le choix du Brésil pour l’avion de combat suédois JAS39 Gripen E pour équiper la Force aérienne brésilienne (FAB), permet également de rapprocher les deux avionneursque sont Embraer et Saab, sur le développement de l’avion. Mais, je vous l’annonçais, lors du choix du Brésil, l’avionneur Saab prenait du coup une sérieuse option pour la finalisation de la version navalisée du Gripen E, le Sea Gripen.

 

Embraer & Saab préparent le Sea Gripen: 


22428_resize_620_380_true_false_null.jpg


 

Dans le but de remplacer les actuels Douglas A4 «Skyhawk» de la Marine brésilienne, les deux avionneurs travaillent en plus, du Gripen E, à la préparation du futur Sea Gripen. Au début du mois de septembre, une délégation conjointe d’Embraer et de Saab en collaboration avec le ministère de l'aéronautique de la Marine (DAerM) a effectué une visite sur le porte-avions A-12 São Paulo, afin d’identifier les détails techniques de modifications nécessaires pour adapter les Gripen E à la Marine du pays.


j3910.jpg


 

Sea Gripen : 

 

L’idée d’une version navale du Gripen existe depuis le milieu des années nonante, mais tant l’aviation suédoise que les premiers clients de l’avion n’ayant pas un tel besoin, le projet est resté en sommeil. Le but est simple, fournir un avion moderne omnirole avec un prix raisonnable, dont la taille permet une intégration facile sur un porte-avions de petites dimensions ! Ce qui est le cas le Brésil, qui a racheté le bon vieux «Foch» aujourd’hui baptisé «Sao Paulo». Le Sea Gripen répondra en terme de CATOBAR (Catapult Assisted Take Off Arrested Recovery), ainsi que STOBAR (Short Take Off Arrested Recovery) avec cependant une sensible différence de masse au décollage MTOW (Maximum Take-Off Weight). Dans une conception CATOBAR, le SEA Gripen aura une masse maximale au décollage de 16,500 kg et une masse maximale à l'atterrissage de 11,500 kilogrammes. Dans une conception STOBAR, elle dépend de la physique du transporteur. En gros, la charge de carburant et d'armes dans les opérations STOBAR, sera un tiers de moins que la charge utile dans les opérations de CATOBAR.

Pour ce faire, Saab n’a pas eu à faire de grandes modifications sur le Gripen NG, car celui-ci reprend les capacités de décollage court optimisés sur la version Gripen C/D utilisable sur les autoroutes. La vitesse d’atterrissage et naturellement basse et l’avion permet déjà une descente en contrôle avec une forte pente (précision-glide). Les Gripen ayant une cellule à la base renforcée, aucune modification ne sera nécessaire. Toujours selon Saab, les Gripen sont optimisés pour une maintenance facilitée notamment pour des soldats de milices (ravitaillement et ré-équipement en 10 minutes), le Sea Gripen sera donc parfaitement intégrable en milieu clos qu’offre un navire.

Alors, que tous les capteurs, avionique et armes ainsi que le moteur General-Electric 414G du Gripen NG sera proposé dans la variante de la marine, le Gripen mer, disposera d’un nouveau châssis de train d’atterrissage et d’un crochet d’arrêt. L’envergure étant petite, il n’y aura pas besoin de le doter d’ailes repliables.

Le Gripen mer sera environ 400 kg plus lourd que le Gripen NG, avec une cellule dont le poids atteindra à vide entre 7500-8000 kg. 

 

L’industrie brésilienne déjà sur le Gripen:


Comandante-da-Marinha-e-o-Sea-Gripen.jpg


 

Bien que rien ne soit encore acquis, SAAB tient ici une sérieuse option, au Brésil des entreprises participent déjà au développement du Gripen NG et donc de la version navale de celui-ci. 

 

Faisabilité validée : 

 

Navalisé une version d’un avion de combat, pose énormément de problèmes et rien n’est gagné d’avance.  En 2012 pourtant, un rapport faisant suite à une étude de faisabilité et de conception pour l’adaptation de la version Gripen E démontrait la compatibilité avec un porte-avions.

Tony Ogilvy, directeur général et chef du Centre de Saab aéronautique au Royaume-Uni pour le Design Gripen naval, déclarait : « après des années de conception préliminaire et de pré-faisabilité de travail, les plans pour une version opérateur sur la base de la plate-forme du Gripen NG  sont maintenant terminés. Ce travail mené à bien par une équipe d’ ingénieurs suédois et britanniques c’est terminé à la fin de août». «Notre travail consistait à prendre la conception à un point où nous pouvons dire « oui, Saab peut construire une variante marine », et nous y sommes parvenus" a-t-il dit.


999244695.jpg


 

 

Photos : 1&5 Image de synthèse Sea Gripen 2 Visite du Sao Paulo @Defesa 3&4 Maquette du Sao Paulo & Sea Gripen @ Embraer/Saab