27/12/2010

Premier Challenger 850 pour les Émirats arabes unis !

 

 

BA-Challenger_850_In_flight.jpg

 

 

Bombardier Aéronautique a annoncé que le transporteur Gama Aviation FZC, basé à Dubaï, membre de l’entreprise internationale Gama Group, est devenu le premier client à immatriculer un biréacteur Challenger 850 aux Émirats arabes unis (ÉAU). L’autorité générale de l’aviation civile (GCAA) des ÉAU a délivré un certificat de navigabilité pour le biréacteur Challenger 850 le 16 décembre 2010.

BA-Challenger_850_Cabin_3.jpg

 

 

A propos de Gama Aviation :

Gama Aviation FZC possède une base d’exploitation à l’aéroport international de Sharjah avec des bureaux dans la zone franche de l’aéroport de Dubaï.  Fondé au Royaume-Uni en 1983 par Marwan Abdel Khalek et Stephen Wright, Gama Group a son siège social à l’aéroport de Farnborough, au Royaume-Uni, et des bases en Europe, dans les Amériques et au Moyen-Orient, exploitant plus de 75 avions d’affaires, dont deux biréacteurs Learjet 45, deux biréacteurs Learjet 60, deux biréacteurs Challenger 604 et deux biréacteurs Challenger 605.

Le groupe de sociétés et de filiales de Gama détient des certificats de nolisement en vertu des règlements EU-OPS d’Europe, du chapitre 135 de la FAA et de la GCAA des ÉAU, des autorisations de maintenance en vertu du chapitre 145 de la FAA, des autorisations de fabrication et de conception en vertu du chapitre 21 et offre des services de nolisement d’avions d’affaires, des services de gestion, des services aéronautiques à l’aéroport (FBO), des services de maintenance et des services de logiciels aéronautiques.

Gama Aviation FZC a obtenu son certificat d’exploitant aérien de la GCAA des ÉAU en février cette année et exploite maintenant cinq biréacteurs d’affaires dans la région, où le groupe travaille à la construction d’un nouveau hangar et à des services aéronautiques à l’aéroport (FBO) complémentaires à l’aéroport international de Sharjah.

Le biréacteur Challenger 850 :

Le biréacteur Challenger 850 combine la performance et la valeur éprouvées du biréacteur d’affaires Challenger à la fiabilité exceptionnelle de l’avion de ligne CRJ200. Le biréacteur Challenger 850 constitue ainsi une solution unique à des besoins d’affaires, offrant souplesse et confort sans égal et tirant profit de la cabine large, de la fiabilité et de la facilité de maintenance de son prédécesseur de l’aviation de ligne. L’avion d’affaires Challenger 850 de Bombardier est certifié pour exploitation dans 62 pays.

BA-Challenger_850_Exterior.jpg

 

 

Photos : Challenger  850

 

11:16 Écrit par Pascal dans aviation | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : challenger 850, jet d'affaires, eau |  Facebook | |

03/10/2010

Rafale : le couac aux EAU ?

 

rf.jpg

Les Emirats arabes unis ont décidé de suspendre les négociations sur l'achat de 60 Rafale ! Et ceci en raison d'un article du Figaro. Les autorités françaises espèrent néanmoins que les Emiratis reviendront sur leur décision.

Les faits :

Le 15 juin, le ministre français de la Défense, Hervé Morin, assurait que la vente de l'avion de combat polyvalent de Dassault Aviation aux EAU était en voie de finalisation. Mais le 26 juin, le Figaro publiait un article sur le recours des EAU à la technologie et à des sociétés israéliennes pour sécuriser leurs frontières face à la menace iranienne.Si ces informations ont fait peu de bruit en France, elles ont suscité un tollé dans le monde arabe, où tout ce qui touche aux relations avec Israël est extrêmement sensible.

La revue spécialisée américaine Defense News a d'ailleurs écrit le 13 septembre que les EAU avaient demandé au constructeur américain Boeing des "informations techniques" sur son F/A-18E/F Super Hornet.

Pressions ?

Refuser le Rafale à cause d’un article sur les relations économiques entre les EAU et Israël ? Est-ce bien sérieux et ceci d’autant plus que ces mêmes Emiratis se dirige vers les USA pour s’informer sur le Super Hornet alors même que les Etats-Unis sont le principal alliés de l’Etat Hébreu !

Pas très sérieux en vérité et l’on sent déjà ici une manipulation dont le but et clairement de faire pression sur la France, afin d'obtenir satisfaction à plusieurs de leurs demandes sur le dossier du Rafale. D’ailleurs, ce genre de saute d’humeur est de «bonne guerre» lors de l’attribution de contrat d’armement. Concernant les besoins des Emiratis sur le Rafale, ceux-ci demandaient une version du Rafale dotée de réacteurs de neuf tonnes de poussée au lieu de 7,5 pour améliorer sa réactivité dans un espace aérien restreint à proximité immédiate de l'Iran. Ils demandaient également une version  radar AESA RBE2 plus puissante.

Ces modifications supposent  d'importants coûts supplémentaires que la France n'est  de toute évidence pas prête à prendre seule à sa charge !

Lien : article sur programme d’achat d’avion de combat aux EAU :

http://psk.blog.24heures.ch/tag/nouvel+avion+de+combat+po...

Photo : le Rafale de Dassault @ Dassault

 

21:23 Écrit par Pascal dans aviation | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : rafale, eau, défense |  Facebook | |