11/01/2013

Premier vol de l’Euro Hawk !

image_popup.jpg


 

MANCHING, Cassidian, la division de défense et de sécurité d'EADS ( et Northrop Grumman Corporation)  ont franchi aujourd'hui un jalon majeur avec le premier essai en vol du système intégral du drone Euro Hawk®, équipé de capteurs avancés de renseignement d'origine électromagnétique (SIGINT) destinés à la détection d'émetteurs radar. 

 

L'Euro Hawk® a décollé à 10h36 (CET) de la base aérienne de Manching et s'est élevé à une altitude de plus de 15.000 m dans l'espace aérien militaire, bien au-dessus et à bonne distance du trafic aérien civil. Après presque six heures de vol, l'appareil a atterri en toute sécurité sur sa base de départ, à Manching, à environ 16h38 (CET).

Le système Euro Hawk® avait, dans un premier temps, fait l'objet d'essais au sol complets sur la base aérienne de Manching, avant de recevoir l'approbation finale de l'organisme allemand de navigabilité aérienne autorisant les essais de fonctionnalité en vol du système embarqué intégré SIGINT.

 

Dérivé du drone HALE RQ-4 Global Hawk, le système Euro Hawk® inclut une station sol comprenant un poste de contrôle de mission et les servitudes de lancement et de récupération fournis par Northrop Grumman. Il est équipé d'un nouveau système de mission SIGINT développé par Cassidian, lui assurant une capacité déportée de détection des émetteurs électroniques et de communication. La station sol SIGINT de réception et d'exploitation des données transmises par l'Euro Hawk® dans le cadre d'une solution intégrée est également fournie par Cassidian.

 

Avec une envergure supérieure à celle de la plupart des appareils commerciaux, une autonomie supérieure à 30 heures et une altitude maximale de quelque 60 000 pieds, l'Euro Hawk® est un système interopérable, modulaire et économique, qui remplace la flotte de Breguet Atlantic entrés en service en 1972 et réformés en 2010.


 

_DSC6190.jpg


 

Photos :  1 Euro Hawk au sol 2 Son premier vol @ EADS/Cassidian

22:15 Écrit par Pascal dans aviation | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : drone, eads, cassidian, euro hawk, luftwaffe |  Facebook | |

21/12/2012

Le Sultanat d’Oman choisit l’Eurofighter !

Eurofighter@De.jpg

 

EADS/Cassidan vient de confirmer un contrat d'environ 3 milliards d'euros avec le sultanat d'Oman. Elle porte sur la fourniture "à partir de 2017" de 12 avions de chasse Eurofighter " Typhoon II " et de huit avions d'entraînement Hawk à la Royal Air Force d'Oman.

Selon BAE Systems, cet accord repose sur une longue histoire de coopération étroite entre BAE et les forcées armées omanaises". En dépit de la volonté d'Oman de signer un contrat de gré à gré, l'américain Lockheed Martin restait en embuscade et proposait des F-16 C/D Block 50 supplémentaires. Entre 2005 et 2006, l'armée de l'air omanaise a reçu 12 F-16 dans cette version achetés en 2002. Et surtout, fin 2011, le Sultanat s'est à nouveau offert 12 nouveaux F-16 C/D Block 50. Les prémices du contrat avec BAE Systems remontent à 2008. Mais le dossier ne s'est vraiment accéléré qu'en janvier 2012 quand Oman a demandé à BAE Systems de lui soumettre une proposition. Début mai, le groupe britannique annonçait avoir adressé son offre et, début août, les négociations du contrat ont débuté.

 

L'Eurofighter bien placé dans la région :

 

Le gouvernement britannique espère également vendre le Typhoon aux Emirats Arabes Unis. En devenant un avion multirôle avec un radar à antennes actives (AESA) le CAPTOR-E et l’arrivée de missiles Meteor et le nouveau missile air-sol Dual Mode Brimstone en 2016. L’Eurofighter déjà placé en Arabie Saoudite est maintenant à Oman peut se targuer d’être très bien positionner pour les EAU.

 

Hawk T2 :

 

150156638.jpg

Oman opte également pour huit avions école de type Hawk T2. Le T2 comprend un affichage moderne de type LCD à la place de l'instrumentation classique, et permet la préparation pour le vol des avions de combat modernes, en particulier le tout "en verre". Le nouveau logiciel OC2 sera le même que celui retenu pour la RAF et l’Arabie Saoudite. Il utilise un moteur  Rolls-Royce Adour 951. Trois pays ont également déjà opté pour ce modèle, l’Afrique du Sud et l’Inde et l’Arabie Saoudite.

 

 

Analyse :

L’évolution technique de l’Eurofighter est en bonne voie, malgré un système industriel de répartition entre les différents pays participants qui reste fort complexe, notamment dans le ralentissement des choix décisionnels.

Mais, dans le cadre de ce nouveau contrat, on peut constater que le lobbying d’Etat à très bien fonctionné. Je m’explique, l’Allemagne à été le levier déclencheur en Autriche via l’ex-chancellier G. Schroeder (+ un petit coup de pouce financier). En Arabie Saoudite tout comme à Oman aujourd’hui , C’est BAe en collaboration avec l’Etat anglais qui à correctement fait jouer ses vieilles, mais toujours actives connections dans la région, et cela malgré, des coûts encore exorbitants par rapport à la concurrence.

Ajoutons également,  le contexte géopolitique avec la situation en Iran et en Syrie qui est notamment un facteur de choix et qui motive des programmes d'équipement militaire. BAe marque de précieux points dans ce pays où la relation politique est primordiale, un représentant de BAe délcarait il a quelques mois  : « Oman est un pays avec lequel nous avons une longue et précieuse relation ! ».

Photos : 1 Eurofighter 2 Hawk T2 @ BAe

 

 

 

06/12/2012

L'Eurofighter tire le Meteor

472a97a8f1.jpg



Après le Gripen et le Rafale, c’est au tour de l’Eurofighter de franchir l’étape décisive du tir d’un missile Meteor. EADS/Cassidian vient de confirmer qu’un appareil Typhoon II à tirer le missile de type BVRAAM Meteor le 4 décembre dernier avec succès.

 

 

Le missile a été éjecter correctement du fuselage d’un l’Eurofighter appartenant à la Royal Air Force. Ce tir s'appuie sur une précédente série d'essais en vol, effectué par BAE Systems partenaires du programme Eurofighter, avec lequel des missiles non motorisés ont été utilisés pour démontrer une séparation sûre avec l’avion lanceur.

 

Ce tir permet la pleine intégration du missile Meteor avec les différents standards du Typhoon .

 

Les essais en vol ont été réalisées avec le support intégré de du centre d’essais en vol de QinetiQ et MBDA à partir d’un polygone de tir  situé à Aberporth au Pays de Galles.

 

Ce vol avec tir réelle était réalisé par le pilote d’essais Steve Long de la RAF, celui-ci à déclaré : « En remplissant ces premiers essais de tir avec le Meteor, le Typhoon a fait un bond en avant significatif dans la capacité opérationnelle. En tant que pilote de chasse, vous voulez finalement la meilleure combinaison possible des armes antiaériennes et de pointe pour assurer le succès de la mission et pouvoir rentrer chez vous en toute sécurité».

 

Le Meteor : 


 

MBDA-Meteor-BVR-AAM-1S.jpg


 

Le missile Meteor produit par le MBDA  alimenté par statoréacteur est destiné à des missions de défense aérienne. Il va intercepter des cibles à très longue portée. Produit conjointement par l’Angleterre, la France, l’Italie, l’Espagne et la Suède, il est doté d’une zone d'interception assurée nettement supérieure à celle des missiles de même gamme actuellement en service.

 

 

Il sera prioritairement réservé aux missions d'interception à grande distance, au-delà de la portée optique (BVR) de tout type d'aéronefs. Son utilisation sera privilégiée pour les cibles de haute valeur telles que l'attaque à plus de 100 km d'avions radar ou de ravitailleurs.

Ce missile doit pouvoir assurer une efficacité de destruction à des distances aujourd'hui encore importantes, de l'ordre de 50 Nm (entre la cible et l'avion tireur au moment de l'impact). 

A cette fin, le système d'arme comporte :

 

1. Un radar de bord qui doit fournir des informations précises sur la cible avant le départ du missile, et une liaison de données de type Link16 assurant les mêmes fonctions en retransmettant vers l'avion tireur les informations d'un capteur porté par un autre aéronef 

 

  1. Des systèmes d'identification des cibles à des distances compatibles avec la portée du missile.
  2. Une manœuvrabilité suffisante du missile dans toutes les phases de vol, pour toutes les distances de tir, qui doit lui assurer une grande probabilité de destruction des cibles. 

 

La propulsion de ce missile est également un défi technologique du fait du concept retenu : celui d'un statoréacteur. Ce statoréacteur à propergol solide et à poussée régulée (Throttleable Ducted Rocket ou TDR) dans sa phase de croisière comporte un accélérateur à poudre intégré dans la chambre de combustion, ce qui permet de donner une impulsion initiale suffisante pour atteindre une vitesse compatible avec le fonctionnement du statoréacteur.

 

 

Photos : 1 Eurofighter de la RAF tirant le Meteor 2 le MBDA Meteor @ Eurogihter

18/11/2012

L’Inde confirme le choix de l’A330MRTT !



Indian mrtt.jpg


 

NEW DEHLI, La sélection du ravitailleur européen est tombée il y a quelques temps déjà, mais l’Inde confirme cette fois de manière définitive son choix en matière d’avion ravitailleur. L’Airbus A330 a remporté l’appel d’offres lancé par l’Armée de l’air indienne, en devançant le modèle russe Il-78. Il s’agit là d’une nouvelle défaite russe en Inde après le choix d’hélicoptère CH-47 «Chinook» et AH-64E «Apache». L’Inde se propose d’acheter six ravitailleurs A330 MRTT pour un milliard de dollars. 

 

L’appel d’offres avait été ouvert en 2010. Antonov (Ukraine) avait été écarté du dossier, quant à Boeing et Lockheed (USA) ils n’avaient pas participé, laissant EADS et Iliouchine en compétition.

 

La situation indienne : 

 

L’Indian Air Force (IAF) fait actuellement voler 6 ravitailleurs Il-78 achetés à l’Ouzbekistan en 2003. Elle prévoit d’acheter 12 ravitailleurs supplémentaires dont les 6 A330 MRTT commandés à Airbus. Le ministère de la défense n’a pas précisé si un nouvel appel d’offres serait ouvert pour acheter les 6 autres ravitailleurs à Iliouchine ou si une nouvelle commande serait adressée à Airbus, cependant, ce récent choix laisse le consortium européen en situation très favorable.

 

L’Indian Air Force envisage de déployer ses ravitailleurs sur la base aérienne de Panagahr dans la province du Bengale occidental pour augmenter la portée de ses avions de combat Su-30MKI, leur permettant de pénétrer ainsi plus profondément en territoire chinois. Il s’agit-là clairement d’un positionnement stratégique à moyen long terme susceptible de renforcer les positions politiques indienne face à la montée en puissance du grand voisin chinois.

 

Du côté d’Airbus :

 

Il y a eu un effort pour modérer les prix d'Airbus et les dirigeants du consortium Airbus ont joué la carte de la durée de vie et du coût opérationnel de celui-ci. La qualité du système A330MRTT à joué un rôle significatif dans le choix indien sans oublier les possibilités d’emplois multiples. Pourtant, au départ l’avion européen partait avait une faiblesse , le coûts d’achat nettement plus élevés vis-à-vis de son concurrent IL-78. La modernité et le côté multirôle ont clairement joué en la faveur de l’A330MRTT.

 

L’A330MRTT :

 

Ayant reçu le certificat de type de l’autorité de certification civile européenne EASA en mars 2010, puis le certificat militaire de l’autorité espagnole INTA en octobre, l’A330 MRTT d’Airbus Military est le seul avion stratégique de ravitaillement et de transport de nouvelle génération actuellement disponible et opérationnel au monde. L’importante capacité d’emport carburant de base (111 tonnes) de l’avion de ligne A330-200, dont il est dérivé, permet à l’A330 MRTT d’exceller dans les missions de ravitaillement en vol, sans l’adjonction de réservoir supplémentaire. L’A330 MRTT est proposé avec un choix de systèmes de ravitaillement incluant la perche caudale ARBS (Aerial Refuelling Boom System) d’Airbus Military et/ou une paire de nacelles tuyau/panier sous voilure et/ou un système ventral tuyau/panier FRU (Fuselage Refuelling Unit).

Grâce à son large fuselage, l’A330 MRTT peut également servir d’avion de transport capable de transporter 300 soldats ou 45 tonnes de charge utile. Il peut également être décliné en version d’évacuation sanitaire (EVASAN) et recevoir jusqu’à 130 civières. L’A330 MRTT totalise à ce jour 28 commandes émanant de quatre clients (Australie, Arabie Saoudite, Emirats Arabes Unis et Royaume-Uni), et a déjà reçu un renouvellement de commande de la part du Royaume d’Arabie Saoudite.

 

800px-Royal_Air_Force_Airbus_A330MRTT_Bidini.jpg


Photos : 1 Image de synthèse  2 A330MRTT aux couleurs indiennes avec de SU30MK1 2 A330MRTT de la RAF @ Airbus Military


01/10/2012

Début des essais de l’Eurofighter amélioré !

651450f9e4.jpg


 

EADS/Cassidian vient de débuter les essais en vol de l’Eurofighter Typhoon amélioré, dont les livraisons sont prévues pour la fin de l’année 2013. Il s’agit là d’une étape importante pour le constructeur européen qui permettra d’améliorer les capacités notamment en mode air-sol.

 

Le programme d’amélioration de l’Eurofighter (P1Eb) doit permettre à l’avion d’augmenter sa capacité d’attaque au sol notamment grâce à un pod de désignation laser. Le Typhoon est également doté d’un nouvel IFF mode 5, d’un système radio amélioré et de la dernière version du viseur de casque «Cobra». La capacité MIDS est également améliorée permettant ainsi une meilleure interopérabilité avec les autres appareils de l’OTAN par exemple.

 

Plusieurs Eurofighter participent au programme d’essais P1E, en Allemagne en Espagne et en Italie. Ces différents vols ont confirmé que la version P1E(b) offre une meilleure capacité multi-rôles au Typhoon. 

 

Le programme P1E est une étape majeure dans le développement de l'Eurofighter Typhoon et la modernisation des standards Tranche 1 & 2 lui permettant une meilleure intégration des armes air-sol. De plus, cette modernisation est une étape incontournable en vue des futures améliorations telles que le radar AESA «Captor-E» et l’intégration du missile METEOR.

 

Rappel : 

Le programme Eurofighter est le fruit d’un accord passé en 1986 entre quatre pays membres (Royaume-Uni, Allemagne, Italie et Espagne). Il concerne à la base 620 avions réparties sur 3 tranches avec des capacités progressivement améliorées. Le consortium européen éprouve néanmoins des difficultés à achever le financement des tranches suivantes. Un compromis a été trouvé en 2009 pour financer à 9 milliards d’euros la « tranche 3A ». 

A l’exportation, le Typhoon à trouvé preneur en Autriche (15 aéronefs destinés à l’Allemagne) et 72 appareils ont été commandés par l’Arabie Saoudite. 

Photo : Eurofighter allemand en charge des tests du programme P1E @ EADS/Cassidian

21:40 Écrit par Pascal dans aviation | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : eads, cassidian, eurofighter, typhoon |  Facebook | |