31/08/2014

Air14 : Coup d’envoi réussi !

DSC_4389.jpg

 

La première journée du meeting Air14 à Payerne a été un véritable succès. Avec une estimation de 80'000 à 100’000 visiteurs et une météo ensoleillée le «show» a débuté sous les meilleurs hospices.

 

 

DSC_4367.jpg

Organisation remarquable, on peut déjà saluer les membres d’Air14 qui ont une fois de plus, montrés de quoi ils sont capables.


DSC_4410.jpg


 

Histoire, hommage et innovation sont les trois thèmes de la rencontre, le plus grand meeting aérien d'Europe. "C'est une fête de l'armée, nous sommes fiers de présenter tout ce que l'on fait pour la souveraineté de la Suisse", a souligné le colonel Logan, directeur du meeting. Outre les 100 ans des Forces aériennes, l'événement marque également les 50 ans de la Patrouille suisse et les 25 ans du PC7-Team.


DSC_4531.jpg


Les trains étaient occupés à 60 pour cent : les liaisons par Fribourg et Kerzers étaient relativement bien occupées. Quant aux connexions par Yverdon-les-Bains, elles étaient encore relativement sous-occupées. Les CFF conseillent aux voyageurs de prendre cette donnée en compte lors de leur planification de voyage vers Payerne. Les CFF déploient lors des deux weekends du show aérien quotidiennement 138 trains spéciaux. 


DSC_4402.jpg


payerne_001.jpg

 



payerne_002.jpg



Photos: 1 A330 Swiss & Patrouille Suisse 2 Sukhoi Su-22 «Fitter» polonais 3 F/A/18C & C-3801(Morane-Saulnier 305) 4 MiG-29 polonais 5 Super Puma SAR @ Pascal Kümmerling 6 F/A/18C «retro» FLARES 6 F/A-18C «Retro» & SuperPuma Escadrille 4 @ Paul Marais-Hayer

19/08/2014

Avions de combat, évaluation complémentaire !

DSC_2599.jpg

On vous l’avait dit avant la votation, un «Non» le 18 mai ne ferait que reculer l’inévitable, l'achat de nouveaux avions de combat reste à l'ordre du jour ! Je vous propose de faire le point sur la situation et la suite des évènements.

On ne modernise pas les F-5 : 

Les avions de combat Northrop F-5 E/F «Tiger II» ne seront pas modernisés, la raison est simple : on n’investit pas dans des technologies dépassées. Il faut savoir que d’un côté ses appareils devraient subir une cure complète en matière de cellule, car celles-ci sont aujourd’hui à bout de souffle et montre, depuis déjà un certain temps, des signes de fatigue avec notamment des fissures. De plus, une modernisation technique n’apporterait rien de concret, si ce n’est une fausse impression de moderne. Les deux seuls radars potentiellement capable d’être intégrés au F-5 sont le Selex ES Griffo anglais et l’Elta 1030 israélien. Hors, ces deux radars ont été conçus au début des années 90 et fonctionnent avec une antenne mécanique. A l’heure des radars à antenne électronique (AESA) ces deux systèmes sont déjà obsolètes.

Les derniers F-5 seront donc retirés progressivement du service d’ici 2016. La Patrouille Suisse volera probablement sur quatre F/A-18 «Hornet» dès 2017.

Complément d’évaluation : 

Gripen-E-mockup-at-FIA14-1.jpg


La mise en route d’une police 24/24 est actuellement en route pour 2016, mais il faudra à terme, compléter le nombre de F/A-18C/D actuellement en service et qui arrivent déjà mi-vie. Pour cela, le DDPS va mettre en place un complément d’évaluation qui concernera les trois appareils déjà testés, soit les standards offerts : le Saab JAS-39E MS21«Gripen», l’Airbus Eurofighter T-3A/B Block25/30 «Typhoon II» et le Dassault Rafale F3-R.

174206505.2.jpg


Rien ne dit que des essais auront lieu dans notre pays, ces tests se feront très certainement directement chez les avionneurs. Selon les dernières informations, les premiers appareils de nouvelle génération pourraient voler dès 2025 dans notre pays.


p09-2_785651_large.jpg


Modernisation des Forces aériennes : 


DSC_2638.jpg


La modernisation des Forces aériennes, ne s’arrêtera pas là, l’achat du nouveau drone Elbit Hermes 900 se fera d’ici 2015 et les moyens de défenses contre avions de type missile «Rapier» et canons Oerlikon 35mm à conduite radarisée «Skyguard» seront remplacés par un ou deux nouveaux types de systèmes missiles de nouvelle génération.

mif2.jpg


 

Photos : 1 Northrop F-5E «Tiger II» Patrouille Suisse à Emmen @ P.Kummerling 2 Saab Gripen E MS21 @ Saab 3 Airbus Eurofighter T3A/B bloc25/30@ Airbus 4 Rafale F3-04T @ Dassault 5 Hermes 900 à Emmen @P.Kummerling 6 Tir missile Rapier aux Hébrides en 2002 @P. Kummerling


31/07/2014

Il y a 100 ans naissaient les Forces aériennes

1576547_pic_970x641.jpg

Berne, 31.07.2014, l’aviation militaire suisse a pris son envol, il y a 100 ans exactement. En effet, le 31 juillet 1914, le commandant de la nouvelle unité aérienne, le capitaine de cavalerie Theodor Real, entrait en fonction. Quelques jours plus tard, neufs pilotes rejoignaient Berne, et le Beundenfeld, avec leur propre machine. Une cérémonie en présence du Conseiller fédéral Ueli Maurer et de l’actuel commandant des Forces aériennes, le commandant de corps Aldo C. Schellenberg, s’est déroulée aujourd’hui sur le site même où se sont retrouvés ces pionniers.

 

Même si des ballons aux couleurs suisses volent depuis le début du 20e siècle, c'est à l'aube de la Première Guerre mondiale que naissent officiellement les troupes d'aviation. Ce sera un capitaine de cavalerie, Theodore Real, passionné d'avion, qui est nommé commandant, mais il n'obtient qu'un minimum de moyens. Ce seront d'abord trois avions d'une exposition internationale, qui seront réquisitionnés. Le hangar est une halle à ballon à Berne-Beundenfeld, la ferme voisine faisant office de cantonnement. Les pilotes, en majorité romands, viennent avec leur machine et leur mécanicien. Ils se retrouvent au début du mois d'août 1914. Ils s'appellent Audemars, Bider, Burri, Comte, Cuendet, Durrafour, Grandjean, Lugrin et Parmelin.

C'est une cérémonie simple, mais empreinte de souvenirs et d'émotions, qui s'est déroulée le 31 juillet 2014 au Beundenfeld à Berne, qui a marqué officiellement le centenaire des Forces aériennes. Le Conseil fédéral Ueli Maurer a remercié, devant un parterre d'invités, «les successeurs de ces pionniers de l'aviation, qui ont tant donné pour les Forces aériennes et ainsi pour la sécurité de la Suisse.» Mais le chef du Département fédéral de la défense, de la protection de la population et des sports n'a pas seulement regardé dans le miroir du passé, mais s'est aussi projeté vers le futur. «Nous aurons aussi besoin à l'avenir d'une armée moderne avec des Forces aériennes modernes.» La cérémonie s'est terminée par un hommage en guise de défilé aérien où la Patrouille Suisse, le PC-7 TEAM, un F/A-18, ont accompagné un Morane D.3800, chasseur helvétique datant de 1939. Sans oublier le saut des éclaireurs-parachutistes. Ces commémorations prendront la forme d'un grand événement populaire, AIR14, organisé par l'armée, qui se déroulera les 30-31 août et 6-7 septembre prochain à Payerne.


mittelaus.parsys.16707.Image.gif.jpeg


02/07/2014

La Confédération volera-t-elle suisse ?

pilatus-pc24.jpg


 

Actuellement, le Service de transport aérien de la Confédération (STAC) est doté deux jets , soit un Dassault Falcon 900 EX Easy en service depuis 2013 et un appareil plus ancien de type Cessna Citation 560 Excel en service depuis 12 ans.

 

Le Cessna Citation 560 Excel ne répond plus à ce jour aux dernières exigences technique et de navigabilité. Cet appareil devrait donc être prochainement remplacé.


 

excel.parsys.0004.Image.jpeg


 

Un Pilatus PC-24 pour la Confédération ?

 

Le Conseil fédéral a chargé le DDPS de poursuivre l'examen du remplacement du Cessna  Citation et de l'acquisition d'un nouveau jet d'affaires. Hors, il semblerait bien que le choix soit porté sur le futur premier jet de l’avionneur suisse Pilatus. 

 

 

Le Pilatus PC-24 : 

 

Le Pilatus PC-24 pourra accueillir de quatre à huit passagers dans un confort très haut de gamme. Le client aura à choix divers aménagements, la cabine dispose d’un système de lumières LED et peu-être dotée d’un équipement de bureau complet. La cabine peut également être réaménagée pour transporter une moto par exemple, en plus, de quatre passagers. Une large porte cargo héritée du PC-12 permet un chargement aisé du même coup une re-configuration très rapide de l’avion. Pour la motorisation, Pilatus a fait appel à deux réacteurs Williams FJ44-4A. L’avionique est spécifique à choix à un ou deux pilotes. L’avion dispose du système Pilatus aceTM développé en partenariat avec Honeywell qui offre une simplicité de fonctionnalité qui permet aux pilotes une meilleure convivialité grâce à un concept intuitif et obtenu avec les quatre écrans 12 pouces. Un système de référence inertiel (IRS) garantit une excellente fiabilité et permet aux informations d’être affichées au bon endroit et sans délai. Le système comprend également la synthèse de la vision, un automanette, un système graphique de planification de vol, un système d'évitement des collisions (TCAS II), et l’alignement de piste avec une capacité de guidage vertical (LPV). De plus, le PC-24 est le seul avion à disposer du système : Unique Puissance modeTM qui permet une alimentation en énergie pour alimenter les systèmes électriques y compris le chauffage et la climatisation de manière indépendantes de toute source d'énergie au sol. Le PC- 24 est classé comme un jet hyper polyvalent de sorte que les propriétaires auront la possibilité d’un aménagement de six ou huit personnes en exécutif ou jusqu'à 10 passagers. Il sera également possible de changer complètement l’intérieur pour permettre à l’aéronef d’être utilisé pour l’évacuation médicale (MEDEVAC).


 

2828130805.jpg


 

Le Pilatus PC-24 dispose à ce jour de 84 commandes, dévoilées ce printemps, lors du salon de l’aviation d’affaires EBACE qui se tient à Genève.

 

Photos : 1 Le futur PC-24 de Pilatus @ Pilatus 2 l’actuel Cessna Citation 560 Excel du STAC @ DDPS 3 Intérieur PC-24 @ P.Kümmerling


05/06/2014

La Suisse a choisi le drone Hermes 900 !

Hermes_900_uas.jpg

 Le système de drones de reconnaissance ADS 95 Ranger  (système israélo-suisse) engagé au sein de l’Armée suisse depuis 1995 doit être remplacé à la fin de cette décennie. Deux systèmes étaient en compétition finale, le Héron 1 d’Israel Aerospace Industries LTD et l’Hermes 900 d’Elbit Systems. Le nouveau système de drones de reconnaissance (ADS 15) coûte environ 250 millions de francs et sera vraisemblablement soumis au Parlement dans le cadre du programme d'armement 2015.

 

Une nouvelle génération de drone :

Le nouveau drone se classe dans une catégorie très supérieure à l’actuel ADS 95 « Ranger», soit la catégorie Multi-rôle, Moyenne Altitude Longue Endurance (MALE). Ce type de drone peut voler de manière autonome pendant près de 40 heures et venir se poser automatiquement sur n’importe quel aérodrome militaire.

 

Le choix :

382095647.jpg


 

Si les deux modèles de drones Héron 1 et Hermes 900 répondent parfaitement au cahier des charges  du DDPS, le choix s’est finalement porté sur l’Hermes 900 HFE, en effet, celui-ci est technologiquement doté de systèmes plus récents offrant de meilleures possibilités d’évolution.

On notera qu’il s’agit d’une nouvelle victoire de la jeune division « drone » d’Elbit Systems après ses succès en Amérique latine et au sein de l’aviation israélienne et ceci face au "Goliath" que représente  Israel Aerospace Industries (IAI) en tant que numéro un du secteur.

 

drone,armée suisse,hermes 900 hfe,drone pour la suisse,ads 95 ranger,ddps

 

L’Hermes 900 HFE :

L’Hermes 900 a été conçu comme un dérivé de la famille Hermès d’Elbit Systems, il a effectué son premier vol en décembre 2009. Il est un dérivé de la famille «Hermes» 180 & 450.  Dérivé du Hermes 450, le 900 hérite des blocs de construction fiables, de l'équipement de soutien au sol, des charges utiles et des contrôles de mission au sol, tout en élargissant l'enveloppe de vol et de l'endurance à des niveaux supérieurs. Le décollage et l’atterrissage sont entièrement automatiques.

Parmi les fonctionnalités clés offertes par ce drone, on trouve l'endurance, l'altitude de vol de 30.000 pied et une capacité de charge utile importante (jusqu'à 350 kg). Contrairement de nombreux concurrents,  l'Hermes 900 est conçu avec une baie de 2,5 mètres de long pour la  charge interne, il est capable d'accueillir jusqu'à 250 kg et permettant l'installation rapide de charge utile modulaire et le remplacement. L’avionique est innovante ainsi que ses systèmes électroniques, il dispose d’ un moteur ROTAX à faible bruit, le train d’atterrissage est escamotable.

L’Hermes 900 emploie une  station au sol pour le contrôle, la liaison de données. Basé sur l’expérience de du modèle 450, le nouvel aéronef bénéficie de la logistique et de la réduction des coûts opérationnels.


1022174879.jpg


Un ensemble de capteurs comprend la charge utile de base EO DCoMPASS, ou Stand off EO / IR / Système laser tels que les AMPS du constructeur Elop. Différentes missions de surveillance de la zone peut être réalisées en parallèle à des charges utiles EO, il s'agit notamment des systèmes radars différents, tels que le SAR / GMTI et le radar de recherche. Deux modules de mission spécifiques de détection sont mis en place pour le drone : la cartographie électro-optique et les systèmes d'enquête de numérisation de zone (LASSO) de type hyperspectrale. 

La taille du drone permet le déploiement d'autres capteurs comme par exemple la communication sécurisée SIGINT qui inclut le COMINT Skyfix / DF et Skyfix-G COMINT et les systèmes GSM.

Pour la configuration d'attaque électronique le drone comprend un système de brouillage SKYJAM pour les communications et AES 210 V/V2 ESM (ELINT) pour les systèmes électroniques.

L’Hermes 900 utilise un ensemble de données intégrées de communication par satellite permettant de lier les opérations au-delà de la ligne de mire et dans les zones montagneuses, où la ligne de visée  UAS SATCOM  est restreinte.  En outre, il peut  décoller  de terrain peu amménager à proximité du théâtre d’opération.



Performances :

Masse au décollage 1,180 kg

Charge utile maxi 350 kg

36 heures d'endurance

Plafond 9'144 m

Gamme illimitée

Utilisateurs :

L’Hermes 900  est entré en service opérationnel en 2010 au sein de l’Israel Air Force (IAF), en 2011 au Chili. Au début de 2012 il a été commandé par le Mexique et la Colombie, puis le Brésil.


1098086662.jpg


Photos : 1 L’Hermes 900 @ Elbit systems 2 & 3, 4 lors des essais à Emmen @ Pascal Kümmerling