22/01/2012

Présentation du Drone Neuron !

 

premier-demonstrateur-neuron.jpg


 

Le démonstrateur du drone multirôles européen «Neuron», soit, le premier drone furtif et armé européen, a été présenté la semaine dernière  aux directions des armements des pays partenaires du projet. Un pas décisif vers les phases de test qui vont s’étaler sur plus de deux ans avec un premier essai en vol prévu en milieu d’année.

Le premier démonstrateur du «Neuron» a été dévoilé hier à Istres :

L’avion de combat sans pilote « Unmanned Combat Air Vehicle »(UCAV) «Neuron» a été présenté aux délégations des armements des pays participants au projet. Les représentants des ministères de la Défense français, italien, espagnol, grec, suédois et suisse ont enfin vu l’appareil de Dassault monté dans son intégralité. Ce premier démonstrateur est « une étape importante dans le programme puisqu’il marque la fin de l’assemblage et le début des essais », explique t-on chez l’industriel.

Les premiers essais de vol devraient en effet avoir lieu à la mi 2012, aux alentours du mois de juillet. Dans la foulée, ce sont toute une batterie de tests qui seront effectués sur une durée de deux ans : tirs air-sol depuis les soutes, furtivité et fonctionnalités aériennes. Au delà du drone en lui même, l’ensemble de ce développement doit participer à l’avancée technologique nécessaire pour la prochaine génération d’avions de combat.

 

neuron-20120120.jpg

 

 

Ce projet a été initié en 2003 par le ministère de la Défense avec une ferme volonté d’en faire un appareil européen. Il implique des industriels des six pays partenaires, du Français Dassault au Suèdois Saab en passant par la branche espagnole Casa de l’Européen EADS, en Suisse, RUAG Aerospace à développé la capacité d’armement de type «berceau modulable» et la soufflerie d’Emmen (LU) a permis de validé l’aérodynamisme à basse altitude. Ce premier aéronef furtif de grande taille est stratégique pour les bureaux de recherche des industriels qui souhaitent maintenir leur niveau de compétitivité face au concurrent américain.

Dans les vingt prochaines années, l'industrie européenne des avions de combat doit faire face à trois grands défis :

  • le besoin de développer des technologies stratégiques
  • la nécessité de maintenir des pôles d'excellence dans les domaines ou l'industrie européenne a développé des niches technologiques
  • l’objectif de maintenir du plan de charge pour ses bureaux d'études

Le but du démonstrateur nEUROn est de donner aux bureaux d'études européens un projet qui leur permet de développer leur savoir-faire, et de maintenir leurs compétences technologiques pour les années à venir.

Ce projet va bien au-delà des études théoriques conduites jusqu’alors puisqu’il prévoit la construction, et la mise en vol d’un démonstrateur d’avion sans pilote.

C’est également un moyen de mettre en œuvre un processus innovant en termes de gestion et d'organisation d’un programme mené en coopération européenne.

Pour être totalement efficace, un point unique de décision, la Délégation Générale pour l’Armement française (DGA), ainsi qu’un point unique d'exécution, Dassault Aviation comme maître d’œuvre, ont été mis en place pour assurer la gestion du programme.

Les gouvernements italien, suédois, espagnol, grec et suisse, conjointement avec leurs équipes industrielles, Alenia, SAAB, EADS-CASA, Hellenic Aerospace Industry (HAI) et RUAG, ont rejoins l’initiative française.

A terme le Neuron ou son successeur seront capable de voler en binôme avec les appareils tels que le Gripen E/F, le Rafale F4 par exemple !

 

987662257.jpg

 

 

Photos : 1 Présentation 2 Au sol 3 Image de Synthèse @ Dassault Aviation

 

18/05/2011

Ouverture du Salon EBACE à Genève !

 

DSC_0535.JPG

 

 

L’édition 2011 du Salon EBACE (European Business Aviation Convention & Exhibition) à ouvert ses portes hier à Genève, on y retrouve une nouvelle fois ce qui se fait de mieux en matière d’avions d’affaires toutes gammes confondues. Et contrairement à l’édition 2010 le soleil était présent, comme pour encourager une reprise timide sur le marché !

 

EBACE :

 

EBACE est un événement majeur et le lieu de rencontre annuelle pour la communauté de l'aviation d'affaires européenne. L'exposition rassemble des chefs d'entreprise, des responsables gouvernementaux, des fabricants, des entreprises du service du personnel de l'aviation et toutes sortes de personnes impliquées dans presque tous les aspects de l'aviation d'affaires. Les nouvelles entreprises d'avions d'affaires, les entreprises d'avionique, les fournisseurs et autres équipementiers.

EBACE est organisée conjointement chaque année par l'Association européenne de l'aviation d'affaires (EBAA), la principale association pour l'aviation d'affaires en Europe et la National Business Aviation Association (NBAA), le porte-parole de l'industrie de l'aviation d'affaires aux États-Unis. L'exposition prend forme comme un événement de trois jours à Genève. Bien que EBACE est le seul événement d'envergure européenne qui se concentre uniquement sur l'aviation d'affaires, les participants viennent d'aussi loin que l'Afrique, en Asie, au Moyen-Orient et Amérique du Nord.

 

DSC_0544.JPG

Une grande exposition :

L'impressionnante exposition couvre plus de 100.000 mètres carrés répartis dans sept salles. Genève Palexpo propose des services rapides et de compétences, avec un parking couvert pour 3.000 voitures et un accès rapide avec les transports publics genevois ainsi qu’avec les CFF.

La vitrine EBACE c’est près de 300 entreprises exposantes de partout dans le monde et qui couvre plus de 36.000 mètres carrés. A proximité de l'aéroport international de Genève, plus de 60 avions, dont presque tous de conception d'affaires sont exposés dans une zone spéciale de 18.000 mètres carrés de l'exposition statique.

 

DSC_0592.JPG

 

Les premières infos :

Airbus ACJ :

Airbus change sa visibilité en matière de jets d’affaires, chaque appareil d’affaires avait jusqu’à présent un nom spécifique comme par exemple  l’A318Elite ou l’A320 Prestige, désormais tous les noms seront identifiés de la même manière soit : ACJ (Airbus Corporate Jet). La nouvelle appellation sera A318 ACJ et A320ACJ ainsi de suite. En ce qui concerne l’image les ACJ revêtiront une peinture bleu métallisée avec des courbes.

 

DSC_0561.JPG

 

Hawker 400XPR :

 

Hawker Beechcraft Global Customer Support (GCS) a annoncé à l’ouverture d’EBACE qu’elle commençait la commercialisation du Hawker 400XPR, soit la version modernisée du Hawker 400.

Celui-ci est remotorisé avec deux Williams FJ44-a4 à double flux dotés d’un FADEC de nouvelle génération. L’avionique est composée du système  Rockwell Collins Pro Line 21.

 

 

 

Premier clients pour le B747-800 VIP :

Boeing Business Jet a annoncé  les cinq premiers clients privés pour son B747-800 Intercontinental VIP, ceux-ci auront la possibilité d'utiliser la version du moteurs GEnx puis ceux-ci recevront la version définitive du GEnx. Nommé GE Pusher, Beoing va utiliser les GEnx-2B des avions d’essais en vol pour le d’acheminement des avions puis les clients recevront des moteurs neufs dans leur version la plus récente. Cette solution permettra d’exclure tout retard de livraison.

 

K65269_med.jpg

 

Texte : V. Nowak-PACHE  & P. Kümmerling

 

Photos : 1 Le tarmac d’EBACE devant la halle 7 2 Bombardier Challenger 850  3 Intérieur Dassault Falcon 2000 4 Cessna Citation Mustang @ Pascal Kümmerling  5 GEnx du B747 intercontinental @ Boeing

 

 

16/05/2011

EBACE : Dassault présente le Falcon 2000S !

 

026_Falcon2000S_2011-05.jpg

 

Genève, le 16 mai 2011 EBACE (EUROPEAN BUSINESS AVIATION CONVENTION & EXHIBITION du 17 au 19 mai)

déjà une première mondiale annoncée en marge de l'ouverture : Dassault annonce aujourd'hui le lancement commercial du Falcon 2000S. Les dimensions de sa cabine, sa charge utile, son rayon d'action, sa flexibilité d'emploi et son efficacité carburant en font le leader incontesté dans la catégorie des "Super Mid Size". L'avion qui présente un rayon d'action de 6,200 km/3,350 nm, est équipé de becs de bords d'attaque mobiles et d'ailettes marginales à haut rendement aérodynamique. Il est propulsé par des réacteurs Pratt&Whitney Canada PW308C de nouvelle génération et est doté d'un cockpit EASy II dont l'aménagement a été entièrement revu. Le dessin et le style de sa cabine sont signés par BMW DesignworksUSA.

"Suite à de nombreux échanges avec nos clients et à la lumière des études de marché, nous avons conclu que la plateforme du Falcon 2000 présentait toutes les qualités attendues pour un avion sur ce segment de marché," a déclaré Jean Rosanvallon, Président directeur général de Dassault Falcon Jet. "Nous avons longuement travaillé sur cette base en y apportant de nombreuses innovations et améliorations. Nous avons également intégré des équipements traditionnellement proposés sous la forme d'options. Notre plus grande satisfaction est de pouvoir proposer aujourd'hui, à prix comparable, un avion qui consomme 10% de moins que des avions dont les cabines sont pourtant 20% plus petites.

Le Falcon 2000S offre la plus importante charge utile du marché avec une capacité de 2,245 kg/4,950 livres. A la masse maximum au décollage (MTOW) de 18,688 kg/ 41,000 livres, l'avion décolle d'une piste de 1,360 m/4,450 pieds soit 500 pieds de moins que les avions concurrents. A Mach 0.8, le Falcon 2000S offre un rayon d'action de 6 200 km/3,350 nm (avion standard avec 6 passagers et les réserves NBAA IFR). L'avion monte à 41,000 pieds en 19 minutes, avant d'atteindre une altitude de 45,000 pieds à mi croisière et jusqu'à 47,000 pieds. Il est capable d'atterrir à une masse équivalente à 95% de sa masse maximum au décollage soit 17,826 kg/39,300 livres. Sa vitesse d'approche de 200 km/h/ 108 nœuds et son système de freinage automatique et sa capacité forte pente lui permettent de se poser sur des aéroports réputés difficiles d'accès comme c'est le cas pour l'aéroport de London City.

Parmi les exemples de liaisons possibles *on peut citer:

New York - Londres ou Vancouver
Sao Paulo - Cap Vert ou Porto Rico
Paris - Bangor ou Dubai
Singapour - Mumbai ou Perth
Dubai - Genève ou Hanoi
Pékin - New Delhi ou Singapour
San Francisco - Miami ou Honolulu
* avion standard avec 6 passagers à Mach 0,8 et les réserves NBAA IFR

 

 

041_Falcon2000S_2011-05.jpg


L'offre Falcon 2000S intègre de nombreuses options en standard :

 

 


"En retenant la plateforme du Falcon 2000 comme base de notre développement nous avons été en mesure de réduire sensiblement les coûts de production et d'offrir un prix de vente beaucoup plus attractif," a déclaré Jean Rosanvallon. "La cabine intérieure n'est pas seulement plus haute, et plus large que celle des avions concurrents, elle intègre également de nombreux équipements traditionnellement proposés en option."

La cabine présente une configuration d'aménagement idéale pour 10 passagers. L'espace intérieur, le mobilier et les équipements ont été conçus en partenariat avec BMW DesignworksUSA. 3 harmonies de couleurs et de matériaux différentes sont proposées aux clients.

Au-delà de son style moderne et contemporain, la cabine du Falcon 2000S intègre le nouveau système multimédia de Rockwell Collins. Celui-ci offre une ergonomie d'emploi qui rend son utilisation beaucoup plus intuitive et efficace. Ce système offre des écrans de très haute définition, de 19 pouces et des lecteurs Blu-Ray. Tous les réglages de la cabine (lumière, température…) peuvent-être réalisés grâce à une simple application accessible depuis un iPod Touch ou un iPhone. Le système de téléphonie AirCell AXXess II Satcom est également intégré dans l'offre standard.

Une motorisation encore plus efficace sur le plan environnemental :


La poussée du Falcon 2000S est délivrée par deux réacteurs Pratt&Whitney Canada PW308C d'une poussée de 7000 livres (ISA+15°C) chacun. Ces moteurs sont reconnus pour leur fiabilité et leur efficacité. La nouvelle génération de PW308C qui équipera le 2000S est encore davantage respectueuse de l'environnement avec des niveaux d'émissions d'oxyde d'azote, de 20% inférieurs au modèle actuel. La nouvelle chambre de combustion TALON II présentera au total des niveaux d'émissions de 40% inférieurs à la règlementation CAEP/6.

Le premier vol du Falcon 2000S a été réalisé le 17 février 2011 à Bordeaux-Mérignac. Plus d'une centaine d'heures de vols d'essai ont été effectuées à ce jour pour un programme d'essai et de certification qui comprend près de 500 heures de vol.

 

 

031_Falcon2000S_2011-05.jpg

 

 

 

Photos : 1 Le Falcon 2000S image de synthèse 2 Intérieur 3 Cockpit @ Dassault Aviation

02/03/2011

Nacelle "reco" pour le Rafale !

 

2006201223.jpg

 

Les Rafale de l’armée de l’Air et la Marine vont être dotés prochainement d’une nacelle de reconnaissance de dernière génération, la nacelle AEROS : (Airborne Reconnaissance Electro Optical System)  de  reconnaissance 100% numérique. Elle offre également au Rafale un équipement essentiel pour son standard F3.

Le Rafale a déjà à son actif le remplacement de plusieurs types d’appareils de combat, aussi bien pour l’armée de l’Air que la Marine. Un mouvement qui va se poursuivre dans les années à venir avec le retrait de service, pour la France, des derniers Mirage F-1, des Super Étendard Modernisés et les plus anciens des Mirage 2000. Dans son standard F3, le Rafale va donc reprendre à son compte la mission de reconnaissance, utilisant pour cela un équipement spécifique : la nacelle AREOS Reco NG développée par Thales.

A ce jour, douze nacelles ont été commandées par l’armée de l’Air et huit par la Marine, plusieurs campagnes d’appontage et de catapultage ayant permis de valider son emploi sur porte-avions.

Capacité tactique et stratégique :

L’AREOS Reco NG mesure 4,6 mètres de long et pèse 1 100 kg, ce qui la rend compatible avec le Rafale mais aussi, le cas échéant, avec le Mirage 2000. A l’avant, le bloc optique du capteur HA/MA (haute altitude/moyenne altitude) permet la prise de vue photographique à moyenne portée ou bien à longue portée et distance de sécurité. L’AREOS Reco NG a des portées d’identification de plusieurs dizaines de kilomètres, soit deux à trois fois plus que ce que permet la nacelle Presto actuellement utilisée en opérations en Afghanistan sur les Mirage F1CR.

A l’arrière de l’AREOS Reco NG, le capteur basse altitude permet de photographier d’horizon à horizon à seulement 60 mètres du sol et à des vitesses très élevées. Qu’elle travaille en mode «ponctuel », «couverture de zone» ou encore «suivi d’itinéraire », la nacelle fonctionne automatiquement et connaît en permanence sa position précise dans l’espace, ce qui lui permet de gérer, en roulis et en tangage, le pointage des optiques.

Elle utilise pour cela les informations transmises par sa propre centrale à inertie, corrélées avec celles fournies par le système de navigation et d’attaque (SNA) de l’avion porteur. Dès la prise de vue, les images réalisées sont automatiquement calquées sur un modèle numérique de terrain, référencées géographiquement et assemblées pour former une mosaïque complète de l’objectif.

Elles sont ensuite stockées dans la nacelle sur un disque dur et peuvent être envoyées, en temps réel, par une liaison hertzienne haut débit vers une station sol de réception et de traitement des images.

Un mode vidéo est aussi disponible en jouant sur la succession des images, tandis que la mesure du déplacement d’un mobile d’une image à l’autre peut permettre d’estimer sa vitesse.

La centaine de vols réalisés dans le cadre de l’expérimentation technico-opérationnelle a permis au CEAM de valider le fonctionnement des capteurs et l’emploi tactique en liaison avec son porteur, le Rafale(1).

Les vols ont couvert des scénarios des plus classiques aux plus innovants, comme par exemple le travail sur des objectifs d’opportunité avec une réassignation de tâche de l’avion en plein vol, via la liaison de données Link16.

 

CEAM%20RAfale%20et%20reco%20NG.jpg

 

AEROS permet :

·     une augmentation des capacités de recueil,

·     une diminution de l'âge du renseignement (transmission des images au sol),

·     une augmentation de la permanence au-dessus du théâtre d'opération,

·     une augmentation de la souplesse de l'emploi des matériels.

 

Il fonctionne :

·     de jour et de nuit (bandes visible et infrarouge),

·     à haute, moyenne ou basse altitude,

·     à courte, moyenne ou grande distance,

·     à grande et très grande vitesse.

 

 Avec cette double capacité, tactique et à très longue portée, de jour comme de nuit, le couple Rafale F3/AREOS Reco NG est aujourd’hui sans concurrent dans le monde. Les premiers équipages des unités opérationnelles ont été formés au sein du CEAM au cours de l’été. Quelques semaines plus tard, une première capacité restreinte était atteinte pour des missions adaptées, par exemple, aux théâtres d’opérations extérieures. Cette capacité se concrétise par la présence de la nacelle sur le porte-avions Charles-de-Gaulle. L’emploi en mode suivi de terrain et vol de pénétration, dont la complexité se rapproche de celle de la mission nucléaire, sera ouvert à son tour en fin d’année.

Intérêts pour l’exportation :

 

Ce nouvel outil permet d’ouvrir de nouveaux horizons en matière de « reconnaissance tactique », de fait le Rafale devient encore plus attrayant à l’exportation. Plusieurs pays, candidats possibles à l’achat du Rafale pourront être sérieusement intéressés. La Suisse dont le cahier des charges du futur avion de combat prévoit le mode « reco » est de ce fait concernée par l ‘arrivée de cette nacelle en complément du  système de désignation Damocles.  A ce jour deux des trois concurrents disposent d’une nacelle  « reco » le Rafale et le Gripen NG.

 

IMG_0397.jpg

 

Photos : 1 & 2 Rafale doté de l’AEROS 2 l’AEROS @ Dassault aviation

 

 

 

01/02/2011

Dassault : essais dans le cadre du programme « Clean Sky »!

69_Falcon_May2008.jpg

 

Dassault Aviation a récemment effectué avec succès un vol d’essai destiné à évaluer les applications potentielles d’une aile à profil laminaire pour les jets d’affaires à large fuselage. Le vol s’est déroulé avec un Falcon 7X depuis le Centre d’essais en vol de Dassault à Istres, en Provence.

 

Programme Clean Sky :

 

Cette campagne s’inscrit dans le cadre du projet de Démonstrateur technologique intégré (DTI) « Aéronef à voilure fixe intelligent » (« Smart Fixed Wing Aircraft ») de l’initiative européenne de recherche « Clean Sky », l’une des plus vastes jamais engagées à l’échelle communautaire. Cette dernière ambitionne de mettre au point des technologies plus propres et silencieuses au profit des avions de prochaine génération qui entreront en service après 2020.

Essais avec un Falcon 7X :


Le vol a évalué une nouvelle technologie de caméra infrarouge (IR) développée par FLIR, qui est capable de mesurer des gradients de température dans des environnements à haute altitude/basse température et pression. La caméra a ainsi mesuré les écarts de températures de surface entre les zones d’écoulement laminaire et turbulent de l’empennage horizontal du Falcon 7X. Alors que le Falcon 7X ne repose pas sur une conception laminaire, à haute altitude, une laminarité atteignant 40 % a été prédite sur l’extrados de l’empennage horizontal. Les mesures prises par la caméra IR placée au sommet de la dérive ont permis d’obtenir une validation expérimentale.

« Les résultats, qui sont toujours en cours d’analyse au sein de Dassault Aviation et de l’ONERA [Office national d’études et de recherches aérospatiales], montrent d’emblée les extensions laminaires que nous espérions », a déclaré Philippe Rostand, Responsable des Falcon futurs de Dassault Aviation. « Ces tests nous ont également permis de qualifier de nouveaux procédés et équipements de mesure qui seront utilisés à l’occasion des futurs vols d’essai que réaliseront Dassault, Airbus et les autres partenaires européens à une échelle encore plus grande, notamment dans le cadre de la voilure laminaire avancée « smart laminar wing » qui sera évaluée en 2014 à bord d’un Airbus A340-300 spécialement modifié ».

Pourquoi des recherches sur les laminaires ?

 

Entre autres innovations aérodynamiques, une voilure laminaire offre le plus fort potentiel de réduction de la traînée. Ce type de profil n’est actuellement utilisé que pour les planeurs et les petits jets d’affaires. Les premières études révèlent qu’une voilure laminaire permettrait de réduire la traînée de 5-10 % et un volume équivalent de consommation carburant et d’émissions de CO2 à bord d’un avion plus lourd. Des démonstrations et analyses à plus grande échelle doivent encore être conduites pour confirmer l’application efficiente et sûre d’une telle formule aérodynamique aux avions de grande capacité.

Dassault Aviation avait déjà réalisé une série concluante de vols d’essai d’un profil laminaire expérimental de 1986 à 1989 à bord d’un Falcon 50 modifié pour l’occasion.

 

065_Falcon7X.jpg

 

Photos : Falcon 7X de Dassault @ Dassault aviation

 

08:04 Écrit par Pascal dans aviation | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : dassault, falcon 7x, clean sky, essais laminaire |  Facebook | |