17/10/2012

Le Rafale tire le Meteor !

GG_N19A0549.jpg


 

L’avion de combat de Dassault aviation vient de franchir une étape importante  avec le tir d’un missile Meteor. Ce premier tir du missile à très longue portée depuis une plateforme Rafale confirme l’avancée du programme de missile européen de demain.

 

Le Rafale no : B301 opérant à partir de la base aérienne de Cazaux dans le centre sud-ouest de la France, à réussi avec succès le tir d’un missile Meteor (BVRAAM) le 10 octobre dernier.

 

Le Meteor : 

 

Le missile Meteor produit par le MBDA  alimenté par statoréacteur est destiné à des missions de défense aérienne. Il va intercepter des cibles à très longue portée. Produit conjointement par l’Angleterre, la France, l’Italie, l’Espagne et la Suède, il est doté d’une zone d'interception assurée nettement supérieure à celle des missiles de même gamme actuellement en service.

 

GetFile.jpg

Il sera prioritairement réservé aux missions d'interception à grande distance, au-delà de la portée optique (BVR) de tout type d'aéronefs. Son utilisation sera privilégiée pour les cibles de haute valeur telles que l'attaque à plus de 100 km d'avions radar ou de ravitailleurs.

Ce missile doit pouvoir assurer une efficacité de destruction à des distances aujourd'hui encore importantes, de l'ordre de 50 Nm (entre la cible et l'avion tireur au moment de l'impact). 

A cette fin, le système d'arme comporte :

 

1. Un radar de bord qui doit fournir des informations précises sur la cible avant le départ du missile, et une liaison de données de type Link16 assurant les mêmes fonctions en retransmettant vers l'avion tireur les informations d'un capteur porté par un autre aéronef 

 

  1. Des systèmes d'identification des cibles à des distances compatibles avec la portée du missile.
  2. Une manœuvrabilité suffisante du missile dans toutes les phases de vol, pour toutes les distances de tir, qui doit lui assurer une grande probabilité de destruction des cibles. 

 

La propulsion de ce missile est également un défi technologique du fait du concept retenu : celui d'un statoréacteur. Ce statoréacteur à propergol solide et à poussée régulée (Throttleable Ducted Rocket ou TDR) dans sa phase de croisière comporte un accélérateur à poudre intégré dans la chambre de combustion, ce qui permet de donner une impulsion initiale suffisante pour atteindre une vitesse compatible avec le fonctionnement du statoréacteur.

 

La capacité européenne :

 

L’Europe peut se targuer de disposer de trois avions de combat qui dans leur standard respectif le plus élevé soit le Rafale F3-04T, l’Eurofighter DA7 tranche 3 et le Gripen E sont à la pointe de la technologie de demain. Ces trois appareils disposeront également de ce qui se fait de mieux en matière de missile de nouvelle génération, le METEOR.

 

Le tir d’un missile Meteor à partir d’un Rafale vient compléter le premier tir d'essai du missile Météor qui avait été effectué depuis un Gripen C en 2006 (Vidsel, Suède). En ce qui concerne l’Eurofighter, il a terminé sa première série d’essais le 20 juin 2011 (Aberporth, Royaume-Uni), consistant en des tirs de séparation. 


 

571228329.jpg


 

Photos : 1 & 2 Meteor sur le Rafale @ Dassault Aviation 3 Le Meteor @ MBDA

 

30/09/2012

Dassault va renforcer sa présence à Moscou !

082_Falcon7X_2012DVD38.jpg


 

Dassault Falcon et Avia groupe travaillent ensemble sur un accord visant à établir un centre de service autorisé (ASC) à l'aéroport Sheremetyevo de Moscou en 2013.

 

L'ASC permettrait à Dassault Falcon d'élargir considérablement son empreinte en matière d’entretien à Moscou et serait une plaque tournante importante pour les avions d'affaires basé en Russie. L’objectif étant également pour le constructeur français de s’assurer une présence solide dans le plus grand aéroport de la ville, qui devrait connaître une croissance rapide dans les années à venir.

 

Cette offensive de Dassault en Russie fait suite à la tenue du Salon d’aviation d’affaires Jet Expo de Moscou du 14 au 16 septembre dernier. Un Falcon 2000LX et un Falcon 7X avaient été présentés sur l’exposition statique à l'aéroport Vnukovo-3.

 

La société, présente en Russie depuis le début des années 1990, projette d’augmenter de manière significative la présence de la gamme «Falcon» dans le pays dans les prochaines années.
« La Russie est un très grand pays avec des ressources énergétiques énormes et une économie en expansion rapide. Nous constatons que les entrepreneurs et les hommes d'affaires russes s'adaptent rapidement à l'aviation d'affaires en raison des grands avantages qu'elle offre au niveau de la gestion des déplacements et du temps, » a déclaré Gilles Gautier, directeur général des ventes de Falcon dans l'hémisphère oriental.

Les Russes apprécient notamment la fiabilité, la robustesse et la technologie de pointe des avions «Falcon» utilisés dans un environnement où les conditions de vol sont difficiles avec des températures extrêmement basses et des terrains d'aviation courts. Plus de 50 Falcon sont actuellement opérationnels en Russie, ce qui représentant presque 40% de parts du marché local dans le segment des avions d’affaires à large cabine. La moitié des nouvelles commandes vont au Falcon 7X.

059_Falcon900LX_2012DVD38.jpg

 

Le Falcon 7X :

 

Le Falcon 7X vole plus vite, Seul jet d’affaires long-courrier certifié par l’AESA et la FAA pour décoller de l’aéroport de London City, le Falcon 7X possède un rayon d’action de 5 950nm (11 000km) lorsqu’il transporte huit passagers à Mach 0.80.Il ouvre une nouvelle ère d’innovation, de confort et de performances. Le Falcon 7X parcourt 11 000 km (5950 nm) sans escale et relie Paris à Tokyo,  New York à Dubaï, Berlin à Los Angeles,  Johannesburg à Londres, il est le seul jet d’affaires long-courrier certifié par l’AESA et la FAA.

 

Le Falcon 900LX :


Le Falcon 900LX présente une grande flexibilité d'emploi. Il peut notamment enchaîner au cours de la même mission, des étapes courtes avec un vol long courrier sans escale technique. L'avion présente des performances opérationnelles exemplaires et peut se poser sur un grand nombre de pistes de longueurs réduites ou réputées difficiles d'accès (type London City). Son niveau de consommation carburant est sensiblement plus faible que celui de ses concurrents. Le Falcon 900LX offre tout le confort de la spacieuse cabine qui fait depuis longtemps la réputation de la série 900. Il peut relier Londres à Miami, New York à Sao Paulo ou encore Hong Kong à Moscou. 


 

069_Falcon900LX_2012DVD38.jpg


Photos : 1 Falcon 7X 2 Falcon 900LX en vol 3 Intérieur du 900LCX @ Dassault Aviation


28/09/2012

Premier tir opérationel d’un Exocet depuis un Rafale M !

rafale-0105.jpg


 

Le 20 septembre 2012 dernier dans l’après-midi, un Rafale M a réalisé le tir opérationnel d’un missile Exocet AM39 en contexte opérationnel.

L’avion, un Rafale M no: 27 catapulté depuis le pont d‘envol du porte-avions Charles De Gaulles validé l’emploi du missile anti-navire de surface AM39 sur l’avion. Ce teste marque  la fin des essais opérationnels et la qualification du binôme Exocet/Rafale au sein de la Marine Nationale. 

C'est la première fois qu'un Rafale appartenant à l'Aéronautique navale procède au tir d'un missile Exocet. Celui-ci avait été qualifié sur Rafale en 2007 par la DGA, dans le cadre de la mise au point du standard F3. Ce jalon important ouvre la voie à la prochaine mise en service opérationnel de cette capacité au sein des deux flottilles Rafale (11F et 12F) de l'Aéronautique navale.

Ces essais sont très important pour la Marine française, car il démontre ainsi la très bonne intégration du missile et permettra au Rafale de reprendre entièrement à son compte l’attaque de cibles navales en lieu et place des Super Etendard. L’efficacité opérationnel du Rafale combinée à l’efficacité du célèbre missile conférera des possibilités inégalées à ce jour au sein de la Marine.


 

2012mldv092_004_095_cc_maloux.jpg


Photos : Rafale Marine avec le missile Exocet @ DGA/Dassault

 

21:52 Écrit par Pascal dans aviation | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : dassault, rafale, rafale m, rafale marine, exocet |  Facebook | |

22/01/2012

Présentation du Drone Neuron !

 

premier-demonstrateur-neuron.jpg


 

Le démonstrateur du drone multirôles européen «Neuron», soit, le premier drone furtif et armé européen, a été présenté la semaine dernière  aux directions des armements des pays partenaires du projet. Un pas décisif vers les phases de test qui vont s’étaler sur plus de deux ans avec un premier essai en vol prévu en milieu d’année.

Le premier démonstrateur du «Neuron» a été dévoilé hier à Istres :

L’avion de combat sans pilote « Unmanned Combat Air Vehicle »(UCAV) «Neuron» a été présenté aux délégations des armements des pays participants au projet. Les représentants des ministères de la Défense français, italien, espagnol, grec, suédois et suisse ont enfin vu l’appareil de Dassault monté dans son intégralité. Ce premier démonstrateur est « une étape importante dans le programme puisqu’il marque la fin de l’assemblage et le début des essais », explique t-on chez l’industriel.

Les premiers essais de vol devraient en effet avoir lieu à la mi 2012, aux alentours du mois de juillet. Dans la foulée, ce sont toute une batterie de tests qui seront effectués sur une durée de deux ans : tirs air-sol depuis les soutes, furtivité et fonctionnalités aériennes. Au delà du drone en lui même, l’ensemble de ce développement doit participer à l’avancée technologique nécessaire pour la prochaine génération d’avions de combat.

 

neuron-20120120.jpg

 

 

Ce projet a été initié en 2003 par le ministère de la Défense avec une ferme volonté d’en faire un appareil européen. Il implique des industriels des six pays partenaires, du Français Dassault au Suèdois Saab en passant par la branche espagnole Casa de l’Européen EADS, en Suisse, RUAG Aerospace à développé la capacité d’armement de type «berceau modulable» et la soufflerie d’Emmen (LU) a permis de validé l’aérodynamisme à basse altitude. Ce premier aéronef furtif de grande taille est stratégique pour les bureaux de recherche des industriels qui souhaitent maintenir leur niveau de compétitivité face au concurrent américain.

Dans les vingt prochaines années, l'industrie européenne des avions de combat doit faire face à trois grands défis :

  • le besoin de développer des technologies stratégiques
  • la nécessité de maintenir des pôles d'excellence dans les domaines ou l'industrie européenne a développé des niches technologiques
  • l’objectif de maintenir du plan de charge pour ses bureaux d'études

Le but du démonstrateur nEUROn est de donner aux bureaux d'études européens un projet qui leur permet de développer leur savoir-faire, et de maintenir leurs compétences technologiques pour les années à venir.

Ce projet va bien au-delà des études théoriques conduites jusqu’alors puisqu’il prévoit la construction, et la mise en vol d’un démonstrateur d’avion sans pilote.

C’est également un moyen de mettre en œuvre un processus innovant en termes de gestion et d'organisation d’un programme mené en coopération européenne.

Pour être totalement efficace, un point unique de décision, la Délégation Générale pour l’Armement française (DGA), ainsi qu’un point unique d'exécution, Dassault Aviation comme maître d’œuvre, ont été mis en place pour assurer la gestion du programme.

Les gouvernements italien, suédois, espagnol, grec et suisse, conjointement avec leurs équipes industrielles, Alenia, SAAB, EADS-CASA, Hellenic Aerospace Industry (HAI) et RUAG, ont rejoins l’initiative française.

A terme le Neuron ou son successeur seront capable de voler en binôme avec les appareils tels que le Gripen E/F, le Rafale F4 par exemple !

 

987662257.jpg

 

 

Photos : 1 Présentation 2 Au sol 3 Image de Synthèse @ Dassault Aviation

 

18/05/2011

Ouverture du Salon EBACE à Genève !

 

DSC_0535.JPG

 

 

L’édition 2011 du Salon EBACE (European Business Aviation Convention & Exhibition) à ouvert ses portes hier à Genève, on y retrouve une nouvelle fois ce qui se fait de mieux en matière d’avions d’affaires toutes gammes confondues. Et contrairement à l’édition 2010 le soleil était présent, comme pour encourager une reprise timide sur le marché !

 

EBACE :

 

EBACE est un événement majeur et le lieu de rencontre annuelle pour la communauté de l'aviation d'affaires européenne. L'exposition rassemble des chefs d'entreprise, des responsables gouvernementaux, des fabricants, des entreprises du service du personnel de l'aviation et toutes sortes de personnes impliquées dans presque tous les aspects de l'aviation d'affaires. Les nouvelles entreprises d'avions d'affaires, les entreprises d'avionique, les fournisseurs et autres équipementiers.

EBACE est organisée conjointement chaque année par l'Association européenne de l'aviation d'affaires (EBAA), la principale association pour l'aviation d'affaires en Europe et la National Business Aviation Association (NBAA), le porte-parole de l'industrie de l'aviation d'affaires aux États-Unis. L'exposition prend forme comme un événement de trois jours à Genève. Bien que EBACE est le seul événement d'envergure européenne qui se concentre uniquement sur l'aviation d'affaires, les participants viennent d'aussi loin que l'Afrique, en Asie, au Moyen-Orient et Amérique du Nord.

 

DSC_0544.JPG

Une grande exposition :

L'impressionnante exposition couvre plus de 100.000 mètres carrés répartis dans sept salles. Genève Palexpo propose des services rapides et de compétences, avec un parking couvert pour 3.000 voitures et un accès rapide avec les transports publics genevois ainsi qu’avec les CFF.

La vitrine EBACE c’est près de 300 entreprises exposantes de partout dans le monde et qui couvre plus de 36.000 mètres carrés. A proximité de l'aéroport international de Genève, plus de 60 avions, dont presque tous de conception d'affaires sont exposés dans une zone spéciale de 18.000 mètres carrés de l'exposition statique.

 

DSC_0592.JPG

 

Les premières infos :

Airbus ACJ :

Airbus change sa visibilité en matière de jets d’affaires, chaque appareil d’affaires avait jusqu’à présent un nom spécifique comme par exemple  l’A318Elite ou l’A320 Prestige, désormais tous les noms seront identifiés de la même manière soit : ACJ (Airbus Corporate Jet). La nouvelle appellation sera A318 ACJ et A320ACJ ainsi de suite. En ce qui concerne l’image les ACJ revêtiront une peinture bleu métallisée avec des courbes.

 

DSC_0561.JPG

 

Hawker 400XPR :

 

Hawker Beechcraft Global Customer Support (GCS) a annoncé à l’ouverture d’EBACE qu’elle commençait la commercialisation du Hawker 400XPR, soit la version modernisée du Hawker 400.

Celui-ci est remotorisé avec deux Williams FJ44-a4 à double flux dotés d’un FADEC de nouvelle génération. L’avionique est composée du système  Rockwell Collins Pro Line 21.

 

 

 

Premier clients pour le B747-800 VIP :

Boeing Business Jet a annoncé  les cinq premiers clients privés pour son B747-800 Intercontinental VIP, ceux-ci auront la possibilité d'utiliser la version du moteurs GEnx puis ceux-ci recevront la version définitive du GEnx. Nommé GE Pusher, Beoing va utiliser les GEnx-2B des avions d’essais en vol pour le d’acheminement des avions puis les clients recevront des moteurs neufs dans leur version la plus récente. Cette solution permettra d’exclure tout retard de livraison.

 

K65269_med.jpg

 

Texte : V. Nowak-PACHE  & P. Kümmerling

 

Photos : 1 Le tarmac d’EBACE devant la halle 7 2 Bombardier Challenger 850  3 Intérieur Dassault Falcon 2000 4 Cessna Citation Mustang @ Pascal Kümmerling  5 GEnx du B747 intercontinental @ Boeing