14/12/2017

Dassault suspend le Falcon 5X !

3397471434.jpg

C’est une décision rare que vient de prendre l’avionneur français Dassault Aviation avec la suspention du programme Falcon 5X. Dassault Aviation engage le processus de résiliation du contrat Silvercrest conduisant à l’arrêt du programme Falcon 5X et annonce le lancement d’un nouvel avion avec une entrée en service en 2022.

Les problèmes du Silvercrest :

Le moteur du Falcon 5X, le Safran (ex SNECMA) Silvercrest souffre de nombreux problèmes de mise au point. Le Silvercrest, qui devait entrer en service en 2013, a accumulé les problèmes. En mars 2015, Safran a annoncé un premier décalage de livraisons à 2017, mais sans impact sur le 5X. Dès octobre 2015, Éric Trappier déclare s'attendre à un impact sur le nouveau jet d'affaires. Début 2016, le programme est à nouveau décalé de deux ans, la production du 5X est gelée et la première livraison reportée à 2020. Ces nombreux retards ont finalement suscité l’inquiétude des clients et provoqué des annulations de commandes (12 en 2016).

1074914384.jpg

Équipé de moteurs provisoires non conformes aux spécifications, le Falcon 5X a réalisé son 1er vol le 5 juillet 2017 et entamé une campagne d’essais préliminaire limitée par les capacités du moteur. Le comportement de l’avion s’est révélé conforme aux attentes. À l’automne 2017, Safran a rencontré des problèmes sur le compresseur haute pression et a informé Dassault Aviation d’un retard supplémentaire et de nouvelles dégradations de performances, rendant impossible l’entrée en service de l’avion en 2020.

Au vu de l’ampleur des risques techniques et calendaires du Silvercrest, Dassault Aviation engage le processus de résiliation du contrat Silvercrest conduisant à l’arrêt du programme Falcon 5X et prévoit de lancer des négociations avec Safran en ce qui concerne des pénalités.

Un nouvel avion :

Dassault Aviation, prépare déjà un projet de nouveau Falcon, équipé de moteurs Pratt & Whitney Canada. Ce nouvel avion reprendra le fuselage du 5X, aura un rayon d'action de plus de 10.000 km (5500 nautiques) et sera mis en service en 2022. Ce nouveau jet répondra aux besoins des clients pour un avion à long rayon d'action et à large cabine. Besoins qui restent «intacts», souligne Éric Trappier, dans un communiqué. 

 

1374681894.jpg

Photos : 1 Le Falcon 5X 2 Le Silvercrest@ Safran 3 Roll out du Falcon 5X@ Dassault aviation

17/11/2017

Les EAU vont moderniser les Mirage 2000-9 !

uae_mirage_2000.jpg

 

Salon aéronautique de Dubaï, les Emirats Arabes Unis ont dévoilé un plan de modernisation de leur flotte d'avions de combat Mirage 2000-9 en service.Cette nouvelle intervient, alors que le pays est à la recherche d'un remplaçant pour les Mirage justement, mais semble encore très indécis sur le choix. Il semble bien que cette indécision soit à la base de la modernisation. Un étape qui semble indispensable à fin d'assurer le jointure avec l'arrivée d'un futur combattant.

 

Rappel :

 Les Emirats Arabes Unis (EAU) ont sélectionné en 2014 à la grande surprise de tous le Lockheed-Martin F-16E/F «Desert Falcon», soit une seconde tranche de cet appareil, alors que le Rafale et l'Eurofighter se disputaient la victoire dans un feuilleton aux multiples rebondissements.

 

Un contrat pour Dassault :

C'est Dassault aviation qui sera chargé de la mise à jour des Mirage 2000-9 des EAU. L'entreprise refuse de fournir de plus amples informations, mais affirme qu'elle "se félicite de cette décision, et est reconnaissante envers les autorités des EAU pour leur confiance". Il souligne également la «participation de haute qualité du combattant monomoteur aux opérations de coalition internationales».

Thales, le fournisseur d'avionique, bénéficiera du contrat éventuel en fournissant du matériel, notamment le radar, l'ordinateur de mission, les systèmes de guerre électronique, les écrans de cockpit et la technologie pour le viseur de casque sur casque du Mirage 2000-9.

La force aérienne des EAU dispose d'une flotte active de 55 Mirage 2000-9, dont 14 entraîneurs, plus 10 Mirage 2000 de génération précédente. L'age de la flotte des Mirage 2000 varie 13 et 28 ans.

 

Photo : Mirage 2000-9 des EAU @EAU

27/10/2017

Taiwan: Dassault, Thales & Safran amendés pour le Mirage 2000 !

Mirage-2000-Taiwan-2.jpg

Taïwan, semble avoir réussi son pari en vue de mettre à l’amende Dassault Aviation, ainsi que les équipementiers Thales & Safran dans le cadre d’un vieux litige portant sur l’achat à l’époque par l’île de 60 avions de combat Mirage 2000-5.

De son côté, Dassault Aviation a déclaré avoir été condamné à une amende de 134 millions d'euros alors que le fabricant d'avionique et de systèmes Thales est frappé d'une amende de 64 millions d'euros et le motoriste Safran condamné à payer 29 millions d'euros.

Petit rappel :

L’affaire remonte à 1992, lorsque Taïwan et Dassault Aviation, l'électronicien Thomson CSF (devenu depuis Thales) et le motoriste Snecma (devenu depuis Safran) signent la vente de Mirage 2000-5 pour un contrat d’une valeur de 4,6 millards d’euros. Or, selon les plaignants, ce contrat aurait fait l'objet de commissions commerciales, alors que le contrat de vente était doté d’une clause signée par les contractants interdisant toute commission, lors de la signature du contrat portant sur les Mirage 2000-5.

 

Photo : Mirage 2000-5CI taïwanais @ Weimeng

 

 

 

 

 

07/10/2017

L’Argentine se procure 5 Super Etendard !

3469379253.jpg

Buenos Aires, négociait depuis près de 12 mois l’achat d’un petit lot de Super-Etendard modernisés (SEM) de la Marine Nationale française. Cette semiane l’accord a été signé pour la vente de 5 appareils d’occasions.

Les 5 Super Etendard qui rejoindront prochainement l’aéronavale argentine (Aviación Naval Argentina) sont des appareils retirés du service actif. Le contrat est estimé à environ 14,23 millions d'euros, dont 12,55 pour les avions de combat, les pièces de rechange, la documentation technique, et 1,68 million d'euros, pour le transport des avions.

Les Super Etendard vont venir renforcer la 2° Escuadrilla Aeronaval de Caza y Ataque avec déjà dotée de ce type d’avion sur la  Base Aeronaval Comandante Espora (BACE), située sur la côte est de l'Argentine. La Marine argentine avait acheté à Dassault Aviation 14 Super-Etendard en juillet 1979. Certains d'entre eux ont été engagés dans la guerre des Malouines.

Le Super Etendard modernisé (SEM) :

La Marine avait reçu le dernier exemplaire du Super Etendard modernisé au standard 5 (SEM 5) le 14 mai 2012. L’atelier industriel de l’aéronautique (AIA) de Cuers-Pierrefeu avait livré le Super Étendard modernisé (SEM) n°62, dernier SEM sorti des chaînes de maintenance du service industriel de l’aéronautique (SIAé).

Durant 30 ans, l’AIA de Cuers-Pierrefeu a été un acteur prépondérant dans la disponibilité de la flotte SEM en réalisant plus de 140 visites d’entretien majeur. L’atelier a également assuré toutes les modifications et les mises au standard de l’avion demandées par la marine nationale, en raison de l’évolution des technologies et des besoins opérationnels.

A l'origine, le Super Étendard ne devait être qu'une évolution de l'Étendard IVM. Mais la refonte de l'avion et de son système d'armes fut si complète que le Super Étendard ne partage plus guère aujourd'hui qu'une partie de son nom (et d'excellente qualité de vol) avec le glorieux ancêtre. Le Super Étendard est un appareil dont les qualités manœuvrières en basse et moyenne altitude en font un remarquable avion d'assaut capable de traiter des objectifs maritimes ou terrestres avec des armements aussi diversifiés que l'armement nucléaire, les missiles anti-surfaces et air-sol, les bombes et le canon.

3769680807.jpg

Photos : Super Etendard SEM @ Laurent Casaert

 

 

16/09/2017

Une très belle édition pour le Breitling SionAirshow !

DSC_7429.jpg

Depuis vendredi l’édition du Breitling SionAirshow a débuté son avec lot de démonstrations aériennes toutes plus impressionnantes les unes que les autres. Oldtimers, les patrouilles italiennes, suisses (PS & PC7 Team) et jordanienne et le Breitling Jet Team sans oublier les avions de combat les plus modernes et la douceur des planeurs et autres parachutistes sont tous là pour satisfaire un public de passionnés.

Pour les puristes, une petite déception le niveau de base des présentations a été rehaussée par l’OFAC, s’en suit des présentations 50 mètres plus haut que lors de l’édition 2011.

Un site exceptionnel :

DSC_7419.jpg

Sion est en soi une référence en matière de situation, la topographie des lieux est exceptionnelle pour voir évoluer tout ce que peut produire l’aéronautique. Les patrouilles aériennes et autres jets doivent adapter leur présentation pour faire corps avec la montagne, mais le résultat est simplement extraodinaire. On se souvient encore, des fabuleux meetings internationaux qui se déroulaient régulièrement dans les années quatre-vingts et une dernière fois en 97, puis, ce fut le grand vide (sauf les portes ouvertes organisées par les Forces aériennes) ! Par chance, une nouvelle organisation s’est mise en place pour relancer de manière régulière cette manifestation en 2011. Le meeting est organisé en partenariat avec l’ensemble des acteurs de la région, soit la ville de Sion, l’aéroport, les Forces aériennes, les autorités communales et l’aéro-club du valais. Cette nouvelle édition est une réussite, toute l’équipe des organisateur peut être fier, merci à toutes et tous !

Le Flyboard Air :

DSC_7319.jpg

Dans cette édition, dès vendredi nous avons pu admirer l’extraordinaire présentation de Franky Zapata avec son Flyboard Air. Techniquement le Flyboard Air se pilote comme un Segway, c'est-à- dire grâce au transfert de masse opéré par le pilote. Sauf qu'un Segway dispose d'un support et n'a pas pour préoccupation le lacet, ce mouvement de rotation horizontal autour d'un axe qui n'est, par ailleurs, pas toujours vertical dans le cas du Flyboard Air. Pour parvenir à stabiliser son engin, Francky Zapata a donc prévu de l'équiper de pas moins de six moteurs. Quatre sont disposés sous le plateau qui supporte le pilote, deux sur les côtés, ces derniers sont utilisés pour la rotation. Pourquoi quatre moteurs sous la planche au lieu d'un seul ? Pour stabiliser l'appareil. Ces quatre moteurs sont en effet en mouvement, afin d'ajuster au mieux la direction de la poussée en fonction des mouvements du pilote. Voir voler Franky à Sion est une pure merveille ! A noter qu’en France, son pays, Frank est interdit de vol. Nul n’est prophète en son pays paraît-il ?

Nouvel avion de combat la bataille à débuté :

IMG_0129.JPG

Ils sont presque tous présents les futurs avions en compétition pour notre pays, Gripen, Rafale et Eurofighter ont donné le ton dès vendredi dans le ciel sédunois pour le plus grand plaisir des yeux et des oreilles. Mais la bataille à débuté en coulisse. Airbus DS, Dassault Aviation, Saab et Lockheed-Martin sont tous présents avec un stand. Distribution de casquettes, porte-clefs, autocollants, visites de cockpits pour les uns, simulateurs pour les autres, le public a le choix pour se familiariser avec chacun des appareils.

Ce vendredi, une importante délégation composée d’industriels suisses est venue visiter les avionneurs et parler d’offres compensatoires, soit un élément clef dans l’achat d’un tel avion. Ce samedi, l’avionneur Saab a convié la presse sur son stand pour une conférence de présentation des derniers développement son Gripen E.

 

DSC_7349.jpg

DSC_7404.jpg

DSC_7288.jpg

DSC_7278.jpg

 

DSC_7282.jpg

 

DSC_7311.jpg

DSC_7423.jpg

DSC_7425.jpg

Photos : 1 Sion un site privilégié 2 F-16 belge 3 Franky Zapata 4 Les stand des avionneurs 5 Les Frecce Tricolori, 6 Curtiss P-40, 7 Simulateur F-35, 8 Hawker Hurricane, 9 Antonov An-2, 10 F/A-18 Swiss solo Display, 11 Gripen C hongrois 12 Rafale RSD et Eurofighter allemands@ P.Kümmerling