06/03/2012

Le Sukhoi SU-35 intéresse la Chine !

 

7_04_09_778.jpg


 

La Chine vient de faire part à la Russie de son intérêt pour l’acquisition d’avion de combat Sukhoi SU-35. Pékin continue d'investir massivement dans la modernisation de son armée avec une augmentation du budget militaire de 11,2 % par rapport aux années précédentes. Mais ce qui étonne dans cette demande, c’est le fait,  que la Chine aurait dû en théorie être capable de subvenir à ses besoins en aéronautique militaire sans le soutien de l’étranger en usant exclusivement des développements nationaux.  Du moins, c’est ce que prétendait Pékin, il n’y pas si longtemps !

Une aéronautique qui marque le pas :

Si, les projets d’avions de combat ne manquent pas en Chine en ce moment, avec les révélations du Chengu J-20 furtif, le Shenyang J-16 et la modernisation du Chengdu J-10 en Super Dragon Véloce (voir les liens), la Chine n’est vraisemblablement pas encore autonome en matière de développement d’avion de combat.

D’abord car celle-ci, manque d’expérience en recherches & développement (R&D) à force de copies d’avions d’origines russes. Ses ingénieurs semblent buter sur de nombreux problèmes notamment en matière de motorisation. Souvenez-vous l’été dernier, Pékin lançait l’acquisition de moteurs russes de type Saturn AL-31FN du constructeur Saliout pour motoriser le Chengdu J-10 et ceci, du fait de la faible fiabilité du moteur indigène WS-10A «Taihang».

Les appareils dérivés de la gamme SU-27 comme les J-11 et J-15 représentent aujourd’hui l’épine dorsale de l’aviation militaire chinoise, mais ne pourront être remplacés par un appareils indigène avant longtemps. De fait, la chine se trouve obligée d’aller faire son «marché» une nouvelle fois chez son fournisseur favoris, le russe Sukhoi!

Le Sukhoi SU-35 :

Si, la Chine s’intéresse donc au SU-35, c’est que celui-ci lui permettrait d’entrer dans l’ère des avions de combat de la génération 4++ avec une cellule améliorée qui lui permettra une augmentation de l’ordre de 6.000 heures de vol sa durée de vie soit 30 années de service. Le motoriste NPO Saturn à développé spécialement pour l’appareil l’AL-117S dérivé de l’AL-31F.  Ces moteurs sont doté de nouvelles turbines haute et basse pression ainsi qu’un FADEC (système de contrôle numérique) de dernière génération. La poussée atteint désormais 14,500kgf, et la période pour la première révision passera à 1.500 heures en lieu est place de 500 heures.

Le Su-35S dispose d'une nouvelle série d'instruments de bord. Son noyau est le système de gestion de l'information (SGI), qui intègre les sous-systèmes fonctionnels, logiques, d'information et de logiciels en un complexe unique qui assure l'interaction entre l'équipage et l'équipement. L'IMS comprend deux ordinateurs centraux numériques, dispositifs de commutation et de l'information.  Le pilote dispose de deux écrans MFI affichage multi-fonctions  de 9 x 12 pouces  et une résolution de 1400x1050 pixels.

_SPS1828.jpg

 

 

Les yeux et les oreilles :

Le  SU-35S dispose de deux doubles radars en bande X en réseau à antennes progressives Irbis-E, soit un N-12 à l’avant et un N-011 dans la queue arrière. A l’avant le N-12 est monté sur une unité de commande hydraulique à deux étapes(en azimut et en rouleau). Le dispositif d'antenne scans par un faisceau électronique dans l'azimut et l'angle d'élévation dans les secteurs non inférieure à 60 . L'unité d'entraînement en deux étapes électro-hydraulique tourne en outre l'antenne par des moyens mécaniques à 60 ° en azimut et 120 ° en roulis. Ainsi, en utilisant la commande électronique et mécanique tour supplémentaire de l'antenne, l'angle de braquage maximal du faisceau peut atteindre 120 °. Le radar Irbis-E détecte les cibles aériennes à une section efficace absolue de 3 m2 sur une tête sur la bonne voie à une portée maximale de 400 km. Le tout avec une nouvelle génération d'optique frontale.

Négociations difficiles :

Pour l’instant la Chine n’a fait qu’une demande d’information pour le SU-35 et l’on ne connait pas le nombre d’appareils désirés. La Russie va examiner cette demande avec soin avant de répondre à cette demande, mais là ou les choses risquent de se compliquer, c’est que la Russie garde un très mauvais souvenir de la vente des Sukhoi SU-27 qui ont finit par être dupliqués par les chinois (J-11) est proposé à la vente au nez et à la barbe des russes sur des marchés habituellement réservés à ceux-ci !

Bref, Moscou avait mal digéré cet épisode et ne se risquera pas de si tôt à revivre une telle aventure ! La vente potentielle de SU-35 à la Chine, ne pourra se faire qu’avec de nombreuses garanties sans quoi elle risque d’échouer ! A suivre donc ....

Liens sur l’aviation militaire chinoise déjà publiés :

http://psk.blog.24heures.ch/tag/jian+j-10

http://psk.blog.24heures.ch/tag/j-11

http://psk.blog.24heures.ch/archive/2011/05/03/le-shenyan...

http://psk.blog.24heures.ch/archive/2011/01/11/chengdu-j-...

7_04_09_848.jpg

 

 

Photos : Sukhoi SU-35 @ Sukhoi

 

15/11/2011

Chine & Pakistan lancent JF-17 Thunder Block II !

 

1850485.jpg


 

La Chine et le Pakistan qui co-produisent l’avion de combat JF-17 «Thunder» vont démarrer la production du standard Block II de l’avion dès l’année prochaine.

Co-produit par le constructeur aéronautique chinois AVIC et la société PakistanComlex (PAC) le JF-17 « Thunder » va être produit dans un standard amélioré qui comprendra une liaison de données (Link16) d’une meilleure capacité de guerre électronique. L’avion pourra être ravitaillé en vol et disposera d’un armement élargit, notamment le missile courte portée A-Darter conçu par le Brésil et l’Afrique du SUD (version pakistanaise uniquement). Le Block II sera produit est livré de la mi-2012 à fin 2015.

Radar intermédiaire :

Le JF-17 « Thunder » block II disposera d’un radar intermédiaire, que je l’écrivais en début d’année, soit  le KLJ-7 fabriqué en chine par CTEC et il est doté d’une antenne mécanique. Le KLJ est assez proche du RC400 de THALES. On se rappelle d’ailleurs que la société française était en course pour équiper la version pakistanaise de l’avion, mais les tensions entre les deux pays à propos de la vente de sous-marins ont fait avorter ce projet.

Préparer le standard Block III :

Le standard Block II prépare en fait la version définitive de l’avion soit le Block III qui sera produite à partir de 2016. Cette ultime version recevra un radar à balayage électronique (AESA) dérivé du modèle prévu pour équipe le J-10B chinois. Celui-ci, sera cependant plus petit et donc mois efficient.

En ce qui concerne la version pakistanaise, les Bock III seront produit de manière indigène mais recevront le radar AESA à Nanjing en Chine.

A propos du JF-17 « Thunder » / FC-1 Xiaolong :

Le JF-17 « Thunder »  (Pakistan) ou FC-1 « Xiaolong » (Chine) est une association sino-pakistanaise. Conçu en Chine par le constructeur d’Etat AVIC, il est cofinancé par le Pakistan et produit par  PakistanComlex (PAC). Chasseur mono-réacteur propulsé par une version chinoise du réacteur RD-93 dérivé du RD-33 russe qui équipe le MIG-29. L’avion a effectué son premier vol en septembre 2003. Avion multi-rôles d’un faible coût, soit environ 20 millions de dollars il est équipé d’une avionique moderne par rapport aux A-5C et F-7P (dérivés des MIG-19/21).

L’armement comprend deus canons GSh-23 (23mm), jusqu’à 3.700kg/£ 8150 de charge utile. Doté d’armement occidental pour la version JF-17 comme des Sidewinder AIM-9P ou des PL-7/8/9 chinois.

La version chinoise dispose d’une capacité de tir à grande distance avec le missile PL-12/SD-10.

A l’exportation :

Ces modernisations qui servent à l’aviation pakistanaise et chinoise pourraient également permettre à l’avion de trouver une certaine clientèle en dehors des deux constructeurs, pour L’Air Chief Marshall Rao Qamar Suleiman (PAF) le FJ-17 intéresse divers clients susceptibles de vouloir remplacer de vieux avions comme les MIG-21, F-4 Phantom ou Mirage V. Plusieurs pays ont été déjà démarché en Amérique latine, en Asie et en Afrique.

1822250.jpg

 

 

Photos : JF-17-Thunder pakistanais @ Weimeng

 

21:18 Écrit par Pascal dans aviation | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : chine, pakistan, jf-17 thunder, fc-1 xiaolong |  Facebook | |

22/09/2011

Taïwan va moderniser ses F-16 !

 

 

1289312.jpg

 

 

TAIPEI, le gouvernement de l’Ile de Taïwan en partenariat avec Lockheed-Martin va procéder à la modernisation de ses 146 Lockheed-Martin F-16 A/B «Fighting Falcon». Le coût est estimé à 5,8 milliards de dollars.

Mise à jour des F-16 :

Cette mise à jour doit permettre une revalorisation des appareils de type F-16 A/B, afin, de combler le retard technologique vis-à-vis de l’imposant et menaçant voisin chinois. Celui-ci, a en effet sérieusement renforcé sa position avec la mise en ligne des Shenyang J-2 « Dragon Véloce » et l’arrivée des Shenyang J-11 (Sukhoi 27 chinois).

La modernisation des F-16 taïwanais comprendra l’adjonction d’un nouveau radar de type AESA, soit le Northrop-Grumman APG-80, une avionique modernisée, un cockpit tout écrans compatible avec des lunettes de vision nocturne, une central de navigation GPS, un nouveau système de guerre électronique de type l’ALQ-176 couplé avec système de leurres ALQ-184 (V) 7.  En matière de communication les appareils recevront de nouvelles radios numériques ainsi qu’une liaison de donnée (Link16) améliorée. Les pilotes recevront un viseur de casque permettant l’emploi du missile Raytheon AIM-9X «hyper véloce» en remplacement des AIM-9PM actuels.

Question motorisation, les moteurs Pratt & Whitney F100-PW-220 seront portés à la norme -229E plus puissant et permettant de réduire le temps de maintenance.

Taïwan prévoit l’acquisition d’un pod de ciblage, mais n’a pour l’heure pas précisé le modèle choisit entre le AN/AAQ-33 SNIPER ou AN/AAQ-28 LITENING plus ancien.

Concernant l’armement, les F-16 seront dotés en plus de l’AIM-9X de missiles AIM-120C7 AMRAAM et d’une variété d’armes guidées d’attaque au sol comme les bombes GBU-10 Enhanced Paveway II ou GBU-56 JDAM Laser.

ELEC_AN-APG-80_lg.jpg

 

 

Remplacement des F-5E et Mirage 2000 :

Si, officiellement, la messe n’est pas dite sur l’optique du remplacement des 60 Northrop F-5E/F et des 60 Mirage 2000-5S, en juillet dernier pourtant, le Département d'Etat américain a indiqué qu'une décision finale sur la fourniture de 66 F-16 C/D Block 50/55 serait faite au début octobre. Cette vente est estimée à plus de 8 milliards de dollars  US.

Les motivations américano-taïwanaise :

Il est à craindre que la perte de Taiwan pourrait signifier la fin de la projection de puissance américaine dans la région. Perdre Taiwan, au profit de la Chine, ferait tout changer en matière de perspective opérationnelle dans la région. Pires, c’est toute la région du sud-est asiatique qui en serait déstabilisée. De son côté, la Chine qui détient environ 8%  de la dette américaine, tente de son point de vue d’infléchir tant cette modernisation que la vente d’un lot additionnel de F-16. De son côté le gouvernement de Taïwan espère conclure rapidement le second contrats non seulement pour des questions d’équilibre militaire, mais également pour satisfaire son industrie et les emplois.

1304244.jpg

 

 

Photos : 1 & 3 F-16A Taïwanais  @ Dennis Chang 2 Antenne AESA du radar APG-80 @ Northrop-Grumman

 

02/01/2011

Le Pakistan va fabriquer le radar du chasseur JF-17 « Thunder » !

 

 

1841929.jpg

 

 

Le chef d'état major de la Force aérienne pakistanaise (PAF) vient de confirmer la nouvelle, le Pakistan va fabriquer sous licence le radar de l’avion de combat JF-17 « Thunder » et ceci conjointement avec la Chine.

 

L’Air Chief Marshal Rao Qamar Suleman confirme que le radar du JF-17 sera construit par la société PakistanComlex (PAC) avec l’aide de la Chine dans la province de Kamra au nord d’Islamabad. Le radar concerné est le KLJ-7 fabriqué à l’origine par la société chinoise CTEC. Selon les dernières informations disponibles, le radar KLJ-7 serait comparable au RC400 de l’européen THALES (radar à antenne mécanique). On se rappelle que THALES était en course pour équiper justement les avions de combat JF-17 pakistanais, mais les tensions entre la France et le Pakistan au sujet de la vente de sous-marins ont péjoré la vente du radar embarqué.

 

A propos du JF-17 « Thunder » :

 

Le JF-17 « Thunder » est un avion de combat sino-pakistanais. Conçu en Chine, par le constructeur d’Etat AVIC, il est cofinancé par le Pakistan. En Chine, il porte la dénomination FC-1. Il s’agit d’un chasseur mono-réacteur propulsé par une version chinoise du réacteur RD-93 dérivé du RD-33 russe qui équipe le MIG-29. L’avion a effectué son premier vol en septembre 2003. Le FJ-17/FC-1 est un chasseur léger multi-rôle d’un faible coût (moins de 20 millions de dollars) mais équipé d’une électronique moderne, et représentant un progrès par rapport aux vieux avions pakistanais 5C et F-7P (dérivés des MiG-19/21 chinois), et au Mirage III français.

L’armement comprend des canons double GSh-23 (23mm) qui peuvent être améliorés vers un double GSh-30 (30mm). Jusqu’à 3.700 kg / £ 8150 de la charge utile peut être effectuée sur sa station centrale, plus 2 sous voilure et 1 pylônes d’extrémité d’aile sur chaque aile. L’avion peut être équipé de Sidewinder AIM-9P ou de missiles air-air chinois PL-7/8/9 à courte portée sur les rails en bout d’aile et sous les ailes. Les missiles chinois PL-12/SD-10 de moyenne portée ont été confirmés comme son armement principal.

 

1836751.jpg

 

 


Photos : le JF-17 Thunder pakistanais @Weimeng

 

13:39 Écrit par Pascal dans aviation | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : jf-17 thunder, fc.1, pakistan, chine, défense |  Facebook | |

05/11/2010

La Chine signe un accord portant sur 102 appareils Airbus

fama320.jpg

China Aviation Supplies Holding Company (CAS) a signé un accord avec Airbus, pour un total de 102 appareils incluant une nouvelle commande de 66 avions. Cette dernière est composée de 50 appareils de la famille A320, six A330 et dix A350 XWB.

Cet accord a été signé aujourd’hui au Palais de l’Elysée à Paris par Li Hai, Président de CAS et Tom Enders, Président et CEO d’Airbus, en présence du Président chinois Hu Jintao, du Président Nicolas Sarkozy, du Ministre de l’industrie du Royaume-Uni, Mark Prisk, et du CEO d’EADS, Louis Gallois.

 

Airbus et la Chine :

 

Airbus est entré sur le marché chinois en 1985, date à laquelle un premier A310 a été livré à l’actuelle China Eastern Airlines. La flotte Airbus en service en Chine comptait, fin octobre 2010, 637 appareils à son actif soit 43 % de la flotte totale. Fin octobre, le nombre d’appareils commandés par la Chine directement auprès d’Airbus s’élevait à 738 exemplaires.

 

La famille A320 :

 

La famille A320, référence sur le marché des monocouloirs, comprend l'A318, l'A319, l'A320 et l'A321. Avec plus de 6 700 appareils vendus et plus de 4 400 appareils livrés à quelque 316 clients et utilisateurs dans le monde, les monocouloirs Airbus, qui affichent les coûts d’exploitation par siège les plus bas, constituent la famille d'appareils best-seller de tous les temps. Fin octobre, plus de 530 appareils de la famille A320 étaient exploités en Chine et 219 exemplaires devaient encore être livrés.

 

L’A330 :

 

Les appareils de la famille A330, à la rentabilité inégalée et aux performances opérationnelles accrues, comptent parmi les biréacteurs gros-porteurs les plus exploités aujourd’hui. Airbus totalise à ce jour plus de 1 100 commandes pour les différentes versions de l’A330, et plus de 700 exemplaires sont d’ores et déjà en service dans le monde auprès de 116 clients et utilisateurs. Quelque 70 A330 étaient en service en Chine fin octobre et plus de 40 appareils de ce type restaient à livrer.

 

Le futur A350 :

 

La famille A350 XWB est une gamme de produits totalement nouveaux, offrant une capacité de 270 à 350 sièges, dans un aménagement tri-classe standard. Airbus totalisait fin octobre 573 commandes fermes émanant de 35 clients dans le monde pour cet appareil, dont la mise en ligne est prévue pour 2013.

 

Photo : la famile A320 @ airbus

13:54 Écrit par Pascal dans aviation | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : airbus, chine, nouveaux avions de ligne |  Facebook | |