30/11/2017

CemAir opte pour le Q400 !

original.jpeg

Bombardier Avions commerciaux a annoncé la conclusion d’une entente d’achat ferme de deux biturbopropulseurs Q400 neufs avec CemAir (PTY) Ltd d’Afrique du Sud. Cette entreprise a aussi signé un contrat de location pour un avion Q400 d’occasion qui a été livré ce mois-ci. Selon le prix courant de l’avion Q400, la valeur de cette commande s’élève à environ 66 millions de dollars américains.

« Nous sommes très heureux que CemAir ait choisi l’avion Q400 pour agrandir sa flotte, a dit Jean-Paul Boutibou, vice-président, Ventes, Moyen-Orient et Afrique, Bombardier Avions commerciaux. Le Q400 est l’avion tout désigné pour appuyer la croissance de la flotte d’avions Bombardier CRJ Series et Q Series de CemAir. La société pourra profiter de la polyvalence du Q400 pour augmenter sa capacité sur les liaisons clés et saisir des occasions commerciales sur des liaisons intérieures et de futures routes régionales. De plus, grâce au rendement supérieur et à la rentabilité de ses autres appareils, CemAir demeure en bonne position face à ses concurrents dans ce marché en expansion. »   

Avec ses avions Q400, CemAir pourra compter sur une flotte de 17 avions Bombardier, soit 5 biturbopropulseurs Q Series et 12 avions CRJ Series. Ces Q400 compléteront une flotte largement composée d’avions Bombardier; le plus récent étant un avion CRJ900 d’occasion, le premier en Afrique du Sud.

Photo : Q400 aux couleurs de CemAir @ Bombardier

 

17/10/2017

Alliance Airbus Bombardier !

 

bombardier,boeing,airbus,cseries,alliance avionneurs,canada,aviation canada,québec aviation,transport aérien,infos aviation

L’annonce du rapprochement entre les avionneurs Airbus et Bombardier en ce qui concerne le programme CSéries vient bouleverser le secteur des transporteurs civiles. Ce nouveau partenariat voit Airbus prendre une part majoritaire du programme d'avions moyen-courrier CSeries du canadien Bombardier.

Selon les termes de l'accord, Airbus détiendra approximativement 50,01% de l'entité qui gère le programme CSeries, alors que Bombardier et Investissement Québec, bras du gouvernement provincial, ne détiendront respectivement plus que 31 et 19%. Si le siège du programme et la ligne d'assemblage principale resteront basés au Québec, une seconde ligne d'assemblage sera établie à Mobile, Alabama (Sud des États-Unis), où Airbus a aussi installé une ligne d'assemblage finale pour sa famille A320.

Un partenariat commercial fort :

Cette alliance aura plusieurs effets importants. D’une part l’ouverture d’une chaîne de fabrication du Cséries aux Etats-Unis aura pour effet de contrer la volonté américaine de taxer l’avion canadien à 220%. A noter que de son côté Boeing a fait savoir que pour lui que ce rapprochement ressemble à « un accord discutable entre deux compétiteurs dépendant grandement des subventions de l'État pour contourner que ce rapprochement ressemble à «un accord discutable entre deux compétiteurs dépendant grandement des subventions de l'État pour contourner la décision américaine d'imposer des droits compensatoires et antidumping au CSeries ».

Si Airbus n’injectera pas d’argent directement, sa capacité commerciale permettra à Bombardier de profiter d’un accès sans précédent en direction des transporteurs clients de l’avionneur européen. Par ailleurs, des économies importantes pourront être faites en terme de production chez les deux avionneurs.

 

De l’autre côté Airbus bénéficiera d’un renfort sur le segment des avions monocouloirs de 100 à 150 places. Certes, il y a bien l'A319, mais celui-ci se vend mal depuis cinq ans.

Une mauvaise nouvelle pour la concurrence :

Si Boeing peu grincer des dents, l’avionneur américain ne sera pas pour autant le plus touché par cette alliance. Les acteurs du segment des 80 à 150 places seront les premiers à en faire les frais, Mitsubishi avec son MRJ, Sukhoi et son SSJ100 et d’une certaine manière le brésilien Embraer avec sa gamme ERJ. Mais l’alliance Airbus/Bombardier aura également un poids conséquent sur le marché chinois et les créations locales qui sont en difficultés.

Et après ?

Cette alliance aura-t-elle d’autres développements ? Bombardier pourrait apporter à Airbus une gamme complète d’avions d’affaires (LearJet, Challenger, Global) et en ce qui concerne les petits jets régionaux,  le CRJ et le turbopropulseur Q400 complètent à merveilles la gamme. Peut-on également imaginer un futur partenariat militaire sur l’Eurofighter et même l’après Typhoon ? Tout est envisageable aujourd’hui.

 

Photo : CS100 de SWISS @ Bombardier

 

 

04/10/2017

SpiceJet commande 25 Q400 !

original.jpeg

Bombardier Avions commerciaux a annoncé la conclusion d’une entente d’achat ferme avec SpiceJet Limited (« SpiceJet ») de Gurgaon, en Inde, qui pourrait aller jusqu’à 50 avions de type turbopropulseurs Q400. Il s’agit de la plus importante commande individuelle du programme d’avions Q400 et fait franchir le cap des 600 commandes fermes d’avions Q400. Au moment de la livraison, le transporteur aérien deviendra le premier au monde à exploiter un turbopropulseur de 90 places, sous réserve de la certification par les organismes de règlementation.

L’entente d’achat comprend 25 avions turbopropulseurs Q400 et des droits d’achat de 25 avions supplémentaires. Selon le prix courant de l’avion, la valeur de la commande s’élève à 1,7 milliard de dollars US.

Depuis 2010, SpiceJet a pris livraison de 15 nouveaux avions Q400. À l’heure actuelle, le transporteur aérien exploite 20 avions Q400 dans une configuration à 78 places vers des destinations au pays et à l’étranger.  Cette expansion de sa flotte permettra à SpiceJet de croître de façon rentable et de tirer parti de la forte demande prévue du marché régional de l’aviation qui connaît la croissance la plus rapide dans le monde.

Les turbopropulseurs Q Series  ont fait d’importantes avancées dans la région de l’Australasie où 240 avions Q Series, sont en service ou commandés.

Si on inclut la commande de SpiceJet, Bombardier a enregistré des commandes fermes pour un total de 610 avions Q400. 

Photo : Q400 aux couleurs de SpiceJet@ bombardier

 

29/09/2017

Vol inaugural du 4ème Global 7000 !

original.jpeg

Le quatrième véhicule d’essais en vol du Global 7000 a décollé hier des installation de Bombardier à Toronto pour son vol inaugural. Doté d’un intérieur de cabine, le FTV4, surnommé l’Architecte servira aux essais de validation de l’intérieur en plus de confirmer le confort, la connectivité et la productivité inégalés dont bénéficieront les clients de Bombardier.

Bombardier Global 7000 :

Avec un design visionnaire et des performances supérieures, le jet d’affaires Global 7000 redéfinit l’expérience de l’avion d’affaires. Doté de quatre espaces habitables distincts et d’une aire de repos réservée à l’équipage, il se démarque parmi les biréacteurs d’affaires par son espace, son confort et la grande polyvalence de son design personnalisable. Son système de divertissement en cabine à la fine pointe de la technologie, combiné  à la connexion Internet haute vitesse à bande Ka permet aux passagers de diffuser du contenu haute définition et de profiter d’une expérience de divertissement fiable.

La conception évoluée de l’aile de l’avion Global 7000 a été conçu pour optimiser la vitesse, la distance franchissable et le contrôle afin d’assurer un vol exceptionnellement en douceur. Avec sa capacité ultra long-courrier de 7’400 milles marins (13’705 km) à Mach 0,85, il peut transporter huit passagers sans escale de Londres à Singapour ou de Dubaï à New York avec une vitesse maximale opérationnelle de Mach 0,925.

bombardier,global 7000,jet privés,bizjet,aviation d'affaires,ebace,nbaa,infos aviation,les nouvelles de l'aviation

Photos : 1 Le 4ème Global 7000 2 Cockpit @ Bombardier

16/09/2017

Un Dash-8 chez Chrono Aviation !

dash8-chrono-aviation.jpg

La socitété Chrono Aviation au Canada vient d’ajouter à sa flotte avion Dash-8*. Cette acquisition marque un tournant majeur dans l’histoire de la compagnie qui a connu une croissance fulgurante de 1000% au cours des quatre dernières années. Forte de cette croissance, l’entreprise a récemment fait l’acquisition et la remise à neuf d’un Dash-8, un investissement total de sept millions de dollars, dont 1,6 million de dollars ont été consacrés à doter l’appareil de la toute dernière technologie en matière de poste de pilotage.

Le Dash 8 de l’entreprise est ainsi le premier appareil du type au Canada à être équipé de la vision synthétique 3D. L’arrivée du Dash 8, qui peut transporter 37 passagers, s’est aussi faite de pair avec l’obtention de la licence 705 de Transports Canada, qui s’applique aux appareils de 19 passagers et plus. Chrono joue donc maintenant dans la cour des grands de l’aviation au Canada et réaffirme sa position de leader en matière de nolisement privé au Québec.

Sur les sept millions de dollars d’investissement, deux millions ont été consacrés à la modification de l’appareil. Peinture extérieure, sièges tout neufs, système de divertissement et prises USB pour chaque passager: rien n’a été oublié pour remettre l’appareil à neuf. Mais ce qui le distingue vraiment, c’est son poste de pilotage, équipé de la plus récente technologie en matière de vision synthétique 3D. La mise à jour du poste est le fruit de la collaboration avec WAAS Avionique et Field Aviation. Rob Baseggio, vice-président au développement des affaires chez Field Aviation, ne cache pas sa fierté d’avoir contribué au projet. « L'avion est muni du plus récent système de navigation de Universal Avionics! Cet équipement procure aux pilotes une vision synthétique des terrains en 3D, ce qui augmente considérablement le niveau de sécurité », mentionne-t-il.

Le nouveau poste de pilotage du Dash 8 remplace les traditionnels instruments mécaniques de la cabine par cinq moniteurs ACL à écran plat EFI-890R d’Universal Avionics. Quatre de ces moniteurs fournissent au pilote des données de navigation, alors que le cinquième lui donne de l’information sur les moteurs. Ce système assure une redondance en favorisant la circulation des données entre les différents moniteurs. Il apporte aussi des avantages opérationnels, dont une conscience accrue de la situation, une charge de travail réduite pour le pilote, des capacités d’approche et de navigation avancées et une meilleure fiabilité de la disponibilité technique dans la cabine.

*     Nommé Dash-8-400 à l’origine, la lettre « Q » dans Q400 est pour quiet (« silencieux »), l'utilisation de 6 pales réduisant l'émission sonore. Le Q400 possède aussi le Noise and Vibration Suppression (NVS), un système réduisant les vibrations et le bruit. Il consomme moins de carburant et émet moins de gaz polluant. Il est aussi l'un des plus rapides avions turbopropulsés avec sa vitesse de croisière moyenne de 670 km/h.

 

Photo : le Dash-8 de Chrono Aviation