29/07/2017

Boeing prépare le CH-47F Block II !

307229-01_CH-47FG_Block%20II_scene_NEW_low - Copy.jpg

Boeing va construire et tester trois hélicoptères CH-47F « Chinook » au futur standard « Block II » dans le cadre d'un effort de modernisation qui apportera probablement encore deux décennies de travail sur le site de Philadelphie de l'entreprise. 

Ce nouveau standard desriné au célèbre « Chinook » sera réalisé grâce à un contrat de l’armée de 276 millions de dollars qui servira à financer ces prototypes et qui validera les progrès technologiques qui permettront d'accroître la puissance de levage de l'hélicoptère emblématique. 

Le standard « BlockII » comprendra un nouveau groupe motopropulseur amélioréqui transférera une plus grande puissance des moteurs, couplé avec de nouvelles pales qui permettront de soulever 1’500 livres supplémentaires. La configuration actuelle de six réservoirs de carburant soit trois de chaque côté sera remplacée par deux plus grands. De plus, la structure du fuselage sera renforcée dans les zones critiques pour permettre au CH-47F de transporter la charge utile supplémentaire. 

Boeing va commencer à construire le premier prototype l'année prochaine. Le programme d'essai commencera en 2019 et la première livraison du « Block II » est attendue en 2023. Par la suite, l'armée mettra à jour plus de 500 Chinooks au standrard « Block II ».

Photo : Image de synthèse du futur CH-47F BlockII @ Boeing 

13/07/2017

Modernisation des Super Hornet australiens !

3234.jpg

 Le département d'État américain a approuvé la vente de systèmes électroniques en veu de la modernisation de 24 appareils de combat Boeing F/A-18 E/F « Super Hornet » de la Royal Australian Air Force (RAAF). La valeur du contrat est estimée à 101 millions de dollars.

La société Harris Corporation fournira 32 systèmes de radio tactique JITRS MIDS et 39 systèmes de contre-mesures AN/ALS-214A (V) 4, a fin de venir renforcer le potentiel des « Super Hornet » australiens.

Cet équipement aidera l'Aviation royale australienne à communiquer et à protéger son avion F/A-18, et l'ajout de MIDS JTRS atteindra l'objectif de rendre les avions américains et australiens plus interopérables lorsqu'ils soutiendront des forces opérationnelles.

Le Joint Tactical Radio System (JTRS) est un programme développé par le Département de la défense en 1997 pour remplacer 25 à 30 familles de systèmes radio utilisés par les forces armées américaines dans le but de rendre intéropérable l’ensemble des systèmes de transmissions radio. Intégré dans le programme Futur Combat Systems, le JTRS est un système basé sur le principe de radio logicielle et utilisant les technologies les plus modernes. Le but à long terme est d'être le cœur des réseaux hertziens du futur et ainsi d'obtenir une liaison de données tactiques unique et largement interopérable. Le JTRS se présente pour la majorité des systèmes comme une unité remplaçable en ligne qui pourra remplacer le système radio déjà existant. Couvrant le spectre de fréquence de 2 à 2 000 MHz, le JTRS sera un système sans fil capable de transmettre voix, vidéo et données à haut débit. Le système fournira des postes de radio tactiques qui peuvent inclure des routeurs et autres composants de réseaux (fonctions intégrante de l'ensemble et configuré pour répondre à la diversité de l'hôte). Ces postes seront adaptables sur d’anciens systèmes comme le MIDS JTRS de la liaison 16 par exemple ou seront utilisables directement comme moyen de communication. Le programme JTRS est d’ailleurs développé en quatre segments qui étudient chacun des besoins spécifiques.

Photo : Super Hornet australien@ RAAF

 

09/07/2017

Australie, modernisation des E-7A « Wedgetail » !

231.jpg

La flotte de détection lointaine et de contrôle d’avions Boeing E-7A « Wedgetail » AEW& C australienne va subir une mise à niveau des systèmes de mission.

La mise à niveau comprend de nouveaux capteurs d'identification de combat et plus avancés, des liens de données tactiques et des systèmes de communication et de cryptage améliorés, a déclaré le ministère australien de la Défense dans un communiqué. La valeur du contrat s'élève à 583 millions de dollars, et les travaux doivent être achevés d'ici le milieu de 2022. Le travail sera principalement mené dans deux bases aériennes australiennes celle de Amberley et Williamtown.

Ces améliorations sont une étape importante dans le maintien d'une puissante de combat aérienne forte et doivent permettre de maintenir l'interopérabilité continue avec les alliés y compris les membres de l'Organisation du Traité des États-Unis et de l'Atlantique Nord.

Rappel :

C’est en 2012 que l’Australie a finalisé l'acquisition de ses six E-7A (Boeing B737) « Wedgetail » de détection lointaine et de contrôle (AEW & C). La Royal Australian Air Force (RAAF) exploite les aéronefs, qui fournissent l'Australie une surveillance aérienne de pointe, de communication et de gestion des combats.

Le B737 «Wedgetail» AEW &C :

Basé sur le Boeing 737-700  «Next-Generation» commercial, l'AEW & C  E-7A est conçu pour fournir la surveillance de l’espace aérien et la gestion de celui-ci  grâce à son  radar à balayage électronique radar qui retransmet à  l’équipage de la mission l’ensemble des cibles aériennes et maritimes en temps réel. L'équipage de mission peut diriger les forces offensives et défensives tout en maintenant une surveillance continue de la zone opérationnelle.

Le radar MESA peut détecter jusqu’à 1.000 objets volants dans le même temps. Lorsque le degré de surveillance est en mode 360°, il peut détecter les avions ennemis dans un rayon de 370 km, et lorsqu’il concentre le faisceau dans une direction, il peut détecter des cibles à des distances allant jusqu'à 500 km. En d'autres termes, si l'avion vole près de la frontière. Avec les différents modes, le radar peut même détecter des cibles en mer. L'équipage de la mission peut diriger les forces offensives et défensives tout en maintenant une surveillance continue de la zone opérationnelle.

 

2345.jpg

Photos : E-7A Wedgetail de la RAAF@ RAAF

 

 

08/07/2017

Un C-17 de plus pour l’Inde !

1478242901_c-17-globemaster.JPG

L'Inde prévoit d’acquérir un exemplaire supplémentaire de l’avion de transport lourd Boeing C-17 « Globemaster III ». Cet achat augmenterait la flotte indienne de C-17à 11 exemplaires. Le contrat est estimé à 366 millions de dollars.

L'Agence américaine de défense et de sécurité a déclaré que l'ajout renforcerait la capacité de New Delhi à «répondre aux exigences actuelles et futures en matière de transport aérien stratégique» et à soutenir l'assistance humanitaire et les efforts de secours en cas de catastrophe.

A noter, que cette commande relancera  d emanière très limitée la production du C-17 qui s’est stoppée en novembre 2015. Actuellement l’avionneur Boeing produit essentiellement des pièces de rechange pour les appareils en service.

Le C-17 Globemaster III :

Conçu pour le transport multi missions de matériel militaire (troupes, logistique et évacuation sanitaire) le Boeing C-17 «Globemaster III»  a effectué son premier vol en 1991 pour ensuite commencer sa carrière en 1993. L’avion à l’origine dessiné par McDonnell-Douglas (avant son rachat par Boeing) dispose d’un train d’atterrissage composé de quatorze roues, son fuselage fait appel à bon nombre de matériaux composite et pour permettre une utilisation facilitée et ceci malgré sa taille, le pilote dispose d’une assistance numérique qui facilite tant le pilotage que son déplacement au sol.

L’avion est optimisé pour des missions à la fois tactiques et stratégiques. Sa soute est d’une longueur de 26.52 m et large de 5,49 m. La hauteur est de 4,11 m. Dotée de rails au sol la manutention en est grandement facilitée. En matière de transport de véhicule, le C-17 peut emporter par exemple un char d’assaut de 55 tonnes ou quatre hélicoptères UH-60 Black-Hawk.

 

Photo : C-17 de l’IAF @ Boeing

01/07/2017

Norwegian a reçu ses premiers B737MAX !

norwegian1.jpg

Seattle, la compagnie Norwegian a réceptionné ce vendredi ses deux premiers B737MAX-8. Norwegian est le premier transporteur européen à prendre livraison du B737MAX et déploiera les avions sur les vols transatlantiques entre le nord de l'Europe et la côte est des États-Unis.

 

"Nous attendions avec impatience la livraison de notre Boeing B737MAX, et nous sommes ravis de l'avoir aujourd'hui dans notre flotte", a déclaré Bjørn Kjos, chef de la direction de Norwegian. "Nous sommes la première compagnie aérienne européenne à exploiter ce nouvel avion, et nous sommes également la première compagnie aérienne au monde à opérer à destination et en provenance des États-Unis. Cet avion nous permet d'ouvrir de nouveaux itinéraires non desservis et d'offrir des tarifs transatlantiques encore plus abordables. Cela offrira également à nos passagers une expérience embarquée plus régulière, tout en réduisant considérablement l'utilisation du carburant et les émissions de dioxyde de carbone ".

Norwegian est le sixième transporteur à faible coût au monde et transite sur plus de 500 routes vers plus de 150 destinations en Europe, en Afrique du Nord, au Moyen-Orient, en Thaïlande, aux Caraïbes et aux États-Unis. Il exploite actuellement une flotte de plus de 100 B737-800NG et plus d'une douzaine de B787-8 et B787-9 « Dreamliner ». Le transporteur basé à Oslo a des commandes pour 108 B737MAX 8 et 19 B787-9.

Le B737 MAX :

Le B737 «MAX» est 13 % plus économe en carburant que les plus performants des monocouloirs actuels, avec un coût opérationnel par siège inférieur de 8 % par rapport à son futur concurrent. La configuration inclut les nouveaux moteurs LEAP-1B de CFM International qui sont optimisés pour la famille «MAX», un cône arrière redessiné et les nouvelles ailettes dites « Advanced Technology Winglet » conçues par Boeing pour réduire la consommation de carburant. Parmi les autres modifications intégrées, figurent des améliorations apportées aux écrans du poste de pilotage, au système de prélèvement d’air et au système de commande de vol. Par ailleurs, le B737MAX profite des progrès accompli dans le domaine de la connectivité. Le B737 «MAX» offrira à ses clients la possibilité d’utiliser des données en temps réel, pour prendre en cours de vol des décisions opérationnelles concernant la maintenance au sol. La famille B737 "MAX" comprend le B737-7 «MAX», le B737-8 «MAX» et le B737-9 «MAX», trois appareils qui occuperont le marché des monocouloirs de 100 à plus de 200 sièges. Le B737 «MAX » se caractérisera par un rayon d’action supérieur à celui de la famille B737 NG, avec une autonomie de 6’482 km (3’500 milles nautiques), soit 741 à 1’000 km de plus que le B737 NG. La première livraison du B737-9 «MAX» est prévue en 2018, suivie par la première livraison du B737-7 «MAX » en 2019.

Photo : B737MAX-8 de Norwegian@ Boeing