30/10/2019

Modernisation des F-15 japonais !

IMG_0408.jpeg

Le Département d’État américain a approuvé une enveloppe de 4,5 milliards de dollars destinée à la modernisation des 98 Mitsubishi F-15J « Eagle » de la Force d’autodéfense du Japon (JSDF). Les mises à niveau transformeraient le F-15J en un « Super intercepteur japonais », a déclaré la Defense Security Cooperation Agency.

La mise à jour :

Le F-15J est la version japonaise du Boeing F-15C, il est fabriqué sous licence par Mitsubishi Heavy Industries.  Dans le cadre de son programme de modernisation, le gouvernement japonais demande 103 radars Raytheon APG-82 (v) 1 à balayage électronique actifs (AESA), 116 ordinateurs de mission Boeing Advanced Display Core Processor II et 101 systèmes de guerre électronique numérique BAE Systems ALQ-239.

Le paquet de modernisation inclut également les systèmes de planification de mission conjointe, les modules anti-usurpation à disponibilité sélective et les radios définies Rockwell Collins ARC-210.

Une partie du programme de modernisation sera vendue au Japon dans le cadre du processus de vente de matériel militaire à l'étranger (FMS), a annoncé la Defense Security Cooperation Agency. L’agence n’a pas révélé les travaux qui passeraient par FMS, mais a indiqué que Boeing serait le maître d’œuvre.

Une suite logique :

Cette mise à jour, la quatrième, des F-15J japonais est la suite logique de celle entreprise en 2013 qui comprenait l’arrivée prochaine de nouveaux missiles tels : l’AMRAAM 120C7 et une série de mises à niveau permettant de mener des opérations en réseaux et faisant corps avec la navigation GPS et le système de viseur de casque HMCS (Helmet Mounted Cueing System). 

IMG_2035.jpeg

Photos : F-15J japonais @ JSDF

 

 

23/10/2019

Partenariat commercial entre Etihad Airways et Saudi Arabian Airlines !

12.jpg

C’est un renforcement de la collaboration stratégique qui s’opère entre les transporteurs Etihad Airways la compagnie aérienne nationale des Émirats arabes unis et Saudia Arabian Airlines, la compagnie aérienne nationale du Royaume d'Arabie saoudite. Déjà partenaire depuis près de 12 mois, les deux compagnies aériennes vont accélérer le pas, avec la création de 12 nouvelles liaisons à code multiple vers des destinations clés en Asie et en Europe.

Depuis la signature de leur accord en octobre 2018, les deux compagnies aériennes ont apposé leurs codes de vol sur les services respectifs d’Abou Dhabi et des villes saoudiennes de Dammam, Jeddah, Riyadh et Medina. Saudia a également ajouté son code «SV» aux vols Etihad entre Abu Dhabi et 12 autres destinations - Ahmedabad, Belgrade, Brisbane, Chengdu, Chicago, Düsseldorf, Lagos, Melbourne, Moscou-Domodedovo, Rabat, Seychelles et Sydney - tandis qu'Etihad a placé son code «EY» sur les vols Saudia à destination de Peshawar, Multan, Port-Soudan et Vienne.

Dans le cadre de l’accord annoncé cette semaine, et sous réserve des approbations réglementaires, Saudia Arabia Airlines ajoutera progressivement son code aux vols Etihad entre Abu Dhabi et 11 destinations supplémentaires dans neuf pays: Amsterdam, Bakou, Bruxelles, Dublin, Hong Kong, Katmandou, Bangkok, Phuket, Nagoya, etc. Tokyo et Séoul, ce qui étend considérablement la portée de Saudia.

Tony Douglas, directeur général du groupe Etihad Aviation, a déclaré: "Les Émirats arabes unis et le Royaume d'Arabie saoudite entretiennent de solides liens économiques, diplomatiques et culturels, et le partenariat entre nos deux transporteurs nationaux est un prolongement naturel et productif de ces relations. "

Un B787 aux couleurs du club de Manchester City :

0.jpg

Etihad Airways, a dévoilé en début de semaine un Boeing B787-9 « Dreamliner » avec une livrée spéciale  en honneur au club de Football de Manchester City.

Manchester est une destination très importante dans le réseau au service des voyageurs d'affaires et de loisirs pour le transporteur Etihad Airways. La compagnie rend ici hommage au partenariat engagé avec le club de football en tant que sponsors.

Etihad Airways dessert l'aéroport de Manchester 14 fois par semaine, et offre aux clients un accès direct au lieu culturel du Royaume-Uni. En plus de vols à destination et de Londres Heathrow, la compagnie aérienne se connecte facilement au Royaume-Uni à Abu Dhabi et aux destinations internationales à travers le Moyen-Orient, en Afrique, en Asie et en Australie.

Le Boeing B787-9 « Dreamliner » spécialement peint volera en direction de Manchester, la Jordanie, l'Espagne, l'Indonésie et la Chine.

Photos : 1 Partenariat Etihad / Saudi 2 B787 Manchester City @ Etihad Airways

21/10/2019

La RAAF désire doter ses Super Hornet de L’IRST21 !

maxresdefault.jpg

La Royal Australian Air Force (RAAF) prévoit d’augmenter la puissance de traitement de ses Boeing F/A-18F « Super Hornet » et des EA-18G « Growler », en y ajoutant la fonction de recherche et de suivi infrarouge (IRST).

Pour ce faire l’US Naval Air Systems Command (NAVAIR) a attribué à Boeing un contrat relatif à une modification technique intégrant l'ordinateur de mission General Dynamics Advanced Capabilities (ACMC) des « Super Hornet » et « Growler » de la RAAF. L’ACMC est un système complémentaire à l'ordinateur de mission avancé (AMC), installé à l'origine dans la famille « Super Hornet ». L’ACMC est rétro-compatible avec les précédents standards de « Super Hornet » et de « Growler», et fournit des ressources informatiques supplémentaires. Cette modification et nécessaire en vue de l’intégration du système IRST21 destinés au « Super Hornet » de la RAAF.

L’intérêt australien :

L’IRST21 offre aux pilotes les avantages suivants : " voir d’abord, frappe d’abord ", et permet la détection, la poursuite et la télémétrie des menaces furtives dans des environnements sans radar. La thermographie infrarouge développée sur l’IRST21 permet de détecter notamment les traces d’humidité sur un aéronef, rendant ainsi la furtivité quasi-obsolète. Non seulement l'IRST21 peut détecter les menaces aériennes, mais il offre également une détection accrue de la formation de menaces à des distances plus longues, améliorant ainsi considérablement la résolution de plusieurs cibles par rapport au radar. De plus, le système peut transmettre l’information à d’autres aéronefs non équipés de la nacelle.

L’AN/ASG-34 IRST21 :

download.jpg

L’IRST21 (Infrared Search-and-Track) AN/ASG-34 destiné au « Super Hornet » est  développé en commun par Lockheed-Martin, Boeing et General Electric. Contrairement aux systèmes IRST montés sur les nez des aéronefs, celui-ci, est installé dans un réservoir ventral de type General-Electric FPU-13. Selon ses concepteurs, il est capable malgré sa position particulière sur l’aéronef, de suivre des cibles en hauteur et ceci jusqu’à 16’000 mètres d’altitudes. Les données du capteur de IRST21 sont fusionnées avec les autres informations acquises par les différents capteurs qui équipent le F/A-18E/F « Super Hornet » et augmente ainsi, la conscience de la situation du pilote. De plus, il offre une augmentation de carburant, puisque le réservoir conserve son rôle primaire.

L’ajout d’un capteur IRST sur le « Super Hornet » permet à celui-ci de combler son retard en ce qui concerne la détection passive (sans révéler sa propre position) et permet au « Super Hornet » d’évoluer jusqu’en 2040-2045 en parallèle avec le Lockheed-Martin F-35.

Dans le cadre de la phase de développement technique, Lockheed a fourni les lots de production initiale 1 et 2 à faible coût en 2019. Ces lots sont utilisés pour les essais, l'entraînement et le développement tactique et comprennent 18 capteurs intégrés dans les réservoirs de carburant. A noter que l’IRST21 a été présenté en Suisse, lors des essais air2030 ce printemps par Boeing. En 2022, Lockheed fournira les actifs d'ingénierie, de développement et de fabrication à grande échelle.

L’IRST21 va être progressivement installé sur les « Super Hornet » BlockII et sera de série sur l’Advanced Super Hornet BlockIII de l’US Navy (il est proposé à la Finlande & la Suisse).

Photos : 1 Super Hornet australien@ RAAF 2 l’IRST21 @Lockheed-Martin

10/10/2019

La famille V-22 a atteint les 500'000 heures de vol !

boeing,bell textron,rotor basculant,blog défense,les nouvelles de l'aviation,romandie aviation

La flotte de V-22 « Osprey » à rotors basculants construit par Bell Textron Inc et Boeing a dépassé le cap des 500’000 heures de vol. A ce jour, plus de 375 V-22 sont en service de l'US Air Force (CV-22) et de l’US Marine Corps (MV-22).

« Le V-22 offre une capacité inégalée pour les Marines des États-Unis et l'US Air Force Special Operations Command », a déclaré le Colonel Matthew Kelly de l’US Marine Corps.

Le V-22 « Osprey » est le seul aéronef en  production doté de rotors basculants au monde, et qui permet aux militaires de mener des missions diverses dans tous les environnements d'exploitation les plus difficiles. Plus récemment, l'aéronef a été déployé pour aider les efforts de secours aux Bahamas après l'ouragan Dorian.

Le Bell Boeing V-22 prend en charge la préparation par un effort de soutien logistique complet qui inclut la maintenance, la formation, des représentants sur place et l'analyse de données. Bell Boeing travaille également avec le bureau du programme V-22 sur plusieurs efforts pour améliorer la préparation des V-22.

Le V-22 «Osprey» :

Le V-22 « Osprey » est aéronef de transport multirôle utilisant la technologie du rotor basculant pour combiner  les performances en vol vertical d'un hélicoptère avec la vitesse et la portée d'un aéronef à voilure fixe. Avec ses nacelles et les rotors en position verticale, il peut décoller, atterrir et décoller comme un hélicoptère. Une fois en vol, ses nacelles basculent. Pour se comporter comme  un avion à turbopropulseur capable de haute vitesse et  de vol à haute altitude.

Le programme «Joint Advanced Vertical Lift Aircraft» est lancé en 1982 sous la direction de Bell Textron et Boeing. Le programme fut plusieurs fois menacé d’abandon pour des raisons budgétaires et le premier prototype commencera ses essais le 19 mai 1989, en vol stationnaire uniquement. Le premier vol horizontal ayant lieu le 14 septembre. En novembre 2000 le fonctionnement depuis un porte-avions est validé.

Il faudra cependant attendre 2005 pour le lancement de la production de présérie qui devra permettre la mise en service d’une escadrille «test».

boeing,bell textron,rotor basculant,blog défense,les nouvelles de l'aviation,romandie aviation

Photos : V-22 @ Boeing Bell Textron

04/10/2019

Le partenariat Boeing / Embraer prend forme !

boeing,embraer,les nouvelles de l'aviation,romandie aviation

Les avionneurs Boeing et Embraer continuent de travailler en étroite collaboration pour établir leur partenariat stratégique, le positionnement des deux entreprises pour offrir une valeur plus grande aux clients des compagnies aériennes et les voyageurs aériens, et d'accélérer la croissance sur les marchés mondiaux de l'aérospatiale.

Depuis qu'il a reçu l'approbation du partenariat des actionnaires d'Embraer en février de cette année, les entreprises ont entrepris une planification diligente pour la création d'une joint-venture composée des opérations d'avions commerciaux et de services d’Embraer. Boeing détiendra 80 %de la nouvelle société, qui sera nommé " Boeing Brasil Commercial". Embraer détiendra les 20 % restants.

La transaction reste soumise à l'approbation réglementaire, les deux entreprises sont engagées activement avec les autorités dans les juridictions compétentes et ont obtenu un certain nombre d'approbations réglementaires. La Commission européenne a récemment indiqué qu'elle ouvrira une évaluation de phase II dans son examen de la transaction. Sur la base de cette évolution, cependant, les entreprises attendent maintenant la transaction conclue au début de 2020.

Boeing et Embraer se préparent également à lancer une joint-venture pour promouvoir et développer des marchés en ce qui concerne le nouvel avion de transport tactique multirôle KC-390. Aux termes du partenariat proposé, Embraer détiendra une participation de 51 % dans la coentreprise et Boeing détiendra les 49 % restants.

Le partenariat stratégique global Boeing-Embraer, incarné par la joint-venture, positionnera les entreprises à concurrencer sur le marché mondial, pour offrir une plus grande valeur aux clients, et de stimuler l'industrie aérospatiale brésilienne dans son ensemble.

Photo : B787 & E-2