30/04/2019

Air2030 : Essais du Super Hornet !

190425_192826_JMI_5164.jpg

 

Nous voici entré dans la seconde phase des essais en vol avec le deuxième avion en test, soit le Boeing F/A-18 E/F « Super Hornet ».

Le Boeing F/A-18 E/F « Super Hornet » BlockII :

Les deux avions biplaces « F » sont arrivés en fin de journée le 25 avril en compagnie d’un DC-10 Tanker de la société Omega sur la base aérienne de Payerne. Ces avions appartiennent au VFA-106 « Gladiators » basé à Océana en Virginie. Le VFA-106 est une unité spécialisée dans la formation des pilotes et les démonstrations (TAC DEMO). Pour les essais en Suisse, les marquages spécifiques de l’unité ont été retirés.

Le Super Hornet BlockII est un avion de combat de génération 4++ doté d’une avionique numérique avec système HOTAS. Issus de son petit frère le « Hornet », le Super Hornet dispose d’une structure agrandie qui permet une augmentation de carburant de l’ordre de 33%. La structure et le train d’atterrissage sont renforcés, pour permettre d’augmenter la masse maximale au décollage et à l’atterrissage.

Avion multirôle, le Super Hornet peut effectuer les missions suivantes simultanément : supériorité aérienne, interdiction aérienne, suppression de la défense aérienne ennemie (SEAD), soutien aérien rapproché (CAS) et attaque maritime. L’avionique comprend trois écrans couleurs, dont un est tactile ainsi que des éléments numériques additionnels comme la radio et données moteurs. Les améliorations du poste de pilotage permettent de simplifier le travail du pilote. Un système anticollision équipe l'avion. La pilote dispose du viseur de casque Boeing JHMCS. Liaison de données tactique Link16 de l’Otan.

59380705_2302021076521665_7833589743072837632_o.jpg

Les systèmes du Super Hornet :

Radar AESA :

Le Super Hornet est doté du radar Raytheon à balayage électronique (AESA) AN/APG-79 qui augmente la portée de détection et de poursuite de cible air-air et fournit une cartographie air-sol à haute résolution et à longue portée.  L'AN/APG-79 dispose d'un diagnostic de surveillance interne qui peut être interprété sur le terrain et sur les lignes de front, ce qui permet de réduire les coûts et d'améliorer l'état de préparation en temps de guerre 

IRST21 :

L’IRST (Infrared Search-and-Track) AN/ASG-34  destiné au « Super Hornet » est  développé en commun par Lockheed-Martin, Boeing et General Electric. Contrairement aux systèmes IRST montés sur les nez des aéronefs, celui-ci, est installé dans un réservoir ventral de type General-Electric FPU-13. Selon ses concepteurs, il est capable malgré sa position particulière sur l’aéronef, de suivre des cibles en hauteur et ceci jusqu’à 16’000 mètres d’altitudes. Les données du capteur de IRST21 sont fusionnées avec les autres informations acquises par les différents capteurs qui équipent le F/A-18E/F « Super Hornet » et augmente ainsi, la conscience de la situation du pilote. Le système permet un partage d'information avec avec d'autres aéronefs non équipés de l'IRST.

Contre-mesure IDECM :

Le système intégré de contre-mesures défensives AN/ALQ-214 (IDECM) assure une prise de conscience coordonnée de la situation et gère les contre-mesures de tromperie embarquées et non embarquées, les leurres consommables et le contrôle du signal et de la fréquence des émissions. Le système a été développé conjointement par les systèmes de guerre électronique et d'information de BAE Systems.

Le système IDECM comprend le distributeur de contre-mesures ALE-47, le leurre remorqué AN/ALE-55 à fibre optique et le récepteur d’avertisseurs radar AN/ALR-67 (V) 3. Ce dernier intercepte, identifie et hiérarchise les signaux de menace, qui se caractérisent par la fréquence, l'amplitude, la direction et la largeur d'impulsion.

Nacelles :

ATFLIR/Reco :

L’appareil est équipé du module de ciblage de précision Raytheon AN/ASQ-228 ATFLIR (infrarouge à visée avancée de ciblage avancé). L’ATFLIR consiste en un réseau de plans focaux fixes de 3 à 5 microns ciblant en mode FLIR, et qui comprend un suiveur laser à haute puissance pompé par diode de BAE Systems Avionics, une caméra de navigation FLIR et de télévision CCD de BAE Systems Avionics.

SNIPER:

Les avions de l’US Marine Corps sont équipés du module de ciblage avancé Northening Grumman Litening AT, avec FLIR de 540 x 512 pixels, téléviseur CCD, système de suivi de point laser, marqueur laser infrarouge et télémètre / indicateur laser infrarouge. La nacelle AN/AAQ-33 « Sniper Advanced Targeting Pod » est également disponible. L’avion est doté du module de reconnaissance multifonction Raytheon SHARP qui est capable de la reconnaissance simultanée aéroportée et terrestre. 


Radios & IFF :

L’avion dispose de radios cryptées numériques Rockwell-Collins AN/ARC-210 Gen 5.2, MIDS-JTRS, SATCOM-DAMA, et du système de reconnaissance ami/ennemi IFF AN/APX-111 (V) de Bae Systems.

Données techniques & armement du Super Hornet BlockII :

Deux moteurs Général-Electric F414-400 de 62,3kN et 97,9 kN avec postcombustion. Masse à vide 14’552kg, maximale 29’937kg. Vitesse Mach 1,8. Plafond pratique 15’000m. vitesse ascensionnelle plus de 250m/s, rayon d’action 2’346km.

Armement : (12 points d’emport) : 1 canon Vulcan M61A2 de 20mm. Air-air : AIM-9X-2, AIM-120C7. Air-sol : JASSM, AGM-84 SLAM,  Maverick.  Anti-radar : HARM.  Anti-navire : Harpoon. Bombes guidées : MK-76, MK-82LD, MK-82HD, MK-84, JDAM, JSOW.

La version disponible en 2025 :

F/A-18 E/F « Advanced Super Hornet » BlockIII :

image.jpeg

Si notre pays devait opter pour cet avion, le standard livré en 2025 serait l’Advanced Super Hornet BlockIII. L’avion disposera d’une amélioration en ce qui concerne la furtivité des revêtements et de la signature radar de l'avion, avec le montage de trappes qui permettent le transport des armes en interne (CFTS). La particularité résident dans le fait, qu’il est possible en fonction de la mission, de choisir entre le transport en interne ou de revenir au transport traditionnelle. Une autre amélioration est l'aérodynamique Digital Flight Control System, qui améliore la fiabilité de l'avion et réduit le poids de la  cellule. L’adoption d’une peinture absorbante sur l’ensemble de la cellule contribue également à la diminution de la signature radar. L’adjonction de réservoirs de carburant supplémentaires sur l’épine dorsale de l’avion en augmente le rayon d’action, permet de supprimer les réservoirs sous les ailes pour de l’armement additionnel, le cas échéant.

Un nouveau système de guerre électronique Digital Electronic Warfare System (DEWS) qui travaille de concert avec le radar Raytheon Electronic Scanning Array (AESA) permet une optimisation des différents capteurs et senseurs. L’avionique comprend un écran géant couleur d’Elbit Systems. L’avion est doté d’un capteur IRST. En matière de motorisation, l’appareil est doté de deux General Electric F414-440 qui augmentent la puissance de 20%. Le mode SuperCroisière sera dès lors disponible.

Le Boeing « Super Hornet Block III » peut ainsi effectuer la plupart des missions imaginées pour le F-35 de la Navy à l’exception de la pénétration furtive.

e560d882f7d1.jpg

Liens de l'essai précédent de l'Eurofighter:

http://psk.blog.24heures.ch/archive/2019/04/12/air3020-l-...

Photos : 1 F/A-18 F « Super Hornet » @DDPS 2 De face @ Neo Falcon Cockpit Advanced Super Hornet @ Boeing

 

24/04/2019

Boeing à l’offensive après les chiffres du premier trimestre !

B737-max-1024x768.png

Chicago, l’avionneur américain était attendu de pied ferme pour sa présentation des chiffres du premier trimestre de l’année. Les problèmes du B737MAX étaient au premier plan.

Petitrésumé des points forts :

  • Boeing s’engage auprès des autorités de réglementation et de ses clients du monde entier pour assurer la remise en service en toute sécurité du B737MAX.
  • Le Groupe annonce un chiffre d’affaires de 22,9 milliards de dollars reflétant 149 livraisons d’avions commerciaux et une hausse du volume d’activité dans la défense et les services.
  • Le bénéfice par action selon les normes comptables GAAP ressort à 3,75 dollars et le bénéfice par action non-GAAP à 3,16 dollars.
  • Le cash-flow opérationnel a atteint 2,8 milliards de dollars ; le Groupe a versé 1,2 milliard de dollars en dividendes.
  • Le carnet de commandes total s’élève à 487 milliards de dollars et compte plus de 5 600 avions commerciaux.
  • La trésorerie disponible et les titres négociables, pour un montant de 7,7 milliards de dollars, assurent une importante liquidité.
  • Les prévisions publiées antérieurement pour l’exercice 2019 ne tiennent pas compte des répercussions liées au B737 MA ; de nouvelles prévisions seront publiées à une date ultérieure.

Au premier trimestre 2019, Boeing a réalisé un chiffre d’affaires de 22,9 milliards de dollars, et annonce un bénéfice par action selon les normes comptables GAAP de 3,75 dollars et un bénéfice par action non-GAAP de 3,16 dollars, reflétant la baisse des livraisons de Boeing 737 partiellement compensée par une augmentation du volume d’activité dans la défense et les services. Boeing a généré un cash-flow opérationnel de 2,8 milliards de dollars et versé 1,2 milliard de dollars en dividendes.

Les prévisions financières annoncées précédemment pour l’exercice 2019 ne tiennent pas compte de la situation du B737 MAX et de ses répercussions. En raison des incertitudes qui entourent le calendrier et les conditions de remise en service de la flotte de B737 MAX, de nouvelles prévisions seront publiées à une date ultérieure. Boeing progresse régulièrement vers la certification finale de la mise à jour du logiciel utilisé sur les avions B737 MAX ; plus de 135 vols d’essai et de production de cette mise à jour ont été effectués. Le Groupe continue de travailler en étroite collaboration avec les autorités de réglementation internationales et les compagnies clientes en vue de tester le logiciel de façon exhaustive et de mettre au point un ensemble complet de moyens d’instruction et de formation.

« À tous les niveaux du Groupe, nous sommes concentrés sur la sécurité et la remise en service du 737 MAX dans le but de regagner et mériter la confiance de nos clients, des autorités de réglementation et des voyageurs du monde entier », a déclaré Dennis Muilenburg, Président-directeur général de Boeing. « Alors que nous travaillons d’arrache-pied pour traverser cette période difficile pour nos clients, nos partenaires et notre entreprise, notre attention reste pleinement concentrée sur l’excellence en matière de qualité et de performances, ainsi que sur la gestion d’une entreprise en croissance saine et durable qui repose sur des fondamentaux solides à long terme. »

Les performances opérationnelles du premier trimestre ont été marquées par des résultats clés dans le domaine de la défense, de solides performances et commandes sur le marché des avions gros-porteurs commerciaux, une croissance soutenue dans le secteur des services, ainsi que l’approbation des actionnaires d’Embraer concernant le projet de partenariat stratégique. (Communiqué officiel de Boeing).

Effet de l’interdiction des vols :

La suspension des vols de B737MAX à obligé Boeing à réduire son taux de production 42 avions par mois. En parallèle,  Boeing a enregistré une charge de 1 milliard de dollars. Cela a contribué à la perte de profit des avions commerciaux, pour atteindre 1,17 milliard de dollars au cours du trimestre se terminant en mars.

Prise de conscience :

Boeing se rend compte que suite aux accidents du B737MAX, l’avion ne peut pas regagner la confiance des passagers et des compagnies aériennes, sans avoir d'abord regagné la confiance des pilotes. Afin de regagner cette confiance, l’avionneur américain a lancé un programme de tests à grande échelle qui a pris en compte 90% des 50 transporteurs qui ont acheté le B7373MAX dans une série de tests en simulateur pour tester le correctif logiciel du système anti-décrochage défectueux (MCAS). Selon l’avionneur, les réactions ont été excellentes jusqu'à présent. Toujours selon Boeing,  cette étape est cruciale pour se diriger en direction d’une reconstruction de la confiance une fois que la Federal Aviation Administration  (FAA) et ses homologues de la réglementation dans le monde entier permettront à l'avion de revenir dans les airs. 

La réaction qui a séduit la bourse :  

Par ailleurs, l’avionneur a assuré que les difficultés du B737MAX n’affectent pas le développement des autres programmes du groupe. Le programme B777X poursuit son avancée normalement.

De plus, Boeing confirme les avancées sur le programme d’un nouvel avion, le NMA (New Model Aircraft) qui doit venir remplacer à terme les B757 et B767 en ce qui concerne le milieu du marché. Le lancement officiel sera effectué une fois que les discussions avec les clients potentiels seront terminées.

 

Photo : Assemblage de B737MAX@ Boeing

 

15/04/2019

Premier B787-10 pour ANA !

ANA_787-10_005-hi-res.jpg

Boeing a livré le premier des trois avions B787-10 à ANA (All Nippon Airways). Avec cette livraison importante, ANA devient la première compagnie aérienne en Asie à exploiter toute la famille « Dreamliner ».

En tant que segment du populaire B787-9, le B787-10 transporte 330 sièges en configuration standard à deux classes, ce qui ajoute environ 40 passagers supplémentaires, tout en établissant de nouveaux critères en matière de rendement énergétique et d'économie d'exploitation avec un carburant de 25% de moins par siège.

L'efficacité énergétique du B787, à la pointe du marché, a permis à ANA et à plus de 50 autres transporteurs aériens d'ouvrir au moins 210 nouvelles liaisons sans escale dans le monde entier. Avec plus de 800 Dreamliners en service dans le monde, le B787 a aidé les compagnies aériennes à économiser 35 milliards de livres de carburant depuis son lancement en 2011.

Cette livraison marque le 67e Dreamliner à rejoindre la flotte de ANA composée de 36 B787-8 et 30 B787-9, la plus grande flotte de B787 au monde. La compagnie aérienne cinq étoiles SKYTRAX envisage d'exploiter le nouveau B787-10 sur sa célèbre ligne Tokyo-Singapour.

Le B787-10 :

Lancé en juin 2013 au salon du Bourget, le nouveau B787-10 élargit et complète la famille «787» : il transportera de 300 à 330 passagers dans un rayon d’action de 11’910km et couvrira plus de 90 % des lignes desservies par les bi-couloirs à travers le monde. Le B787-10 sera également 25 % plus économe en carburant que les actuels avions de dimensions équivalentes et plus de 10 % moins gourmand que tout ce que propose la concurrence pour l’avenir.

ANA-BC.jpg

Le B787-10 disposera de l’aménagement intérieur hors du commun de la famille «787». Ses passagers bénéficieront de technologies qui rendent les vols plus agréables : des hublots plus grands avec variateur de luminosité, un air plus sain, une hygrométrie accrue, une pressurisation de la cabine plus confortable, des coffres à bagages plus volumineux, un éclairage par LED apaisant et un vol moins sujet aux turbulences.

Le B787-10 a gagné 149 commandes de la part de neuf clients à travers le monde, y compris le clients de lancement Singapore Airlines, Air Lease Corporation (ALC), All Nippon Airways (ANA), British Airways, Etihad Airways, EVA Air, GE Capital Aviation Services (GECAS) , KLM royal Dutch Airlines et United Airlines.

ANA-EC.jpg

Photos : 1 B787-10 d’ANA 2 Intérieur business Economy @ Boeing

 

09/04/2019

B737MAX, Boeing souffle le chaud et le froid !

image.jpg

Boeing a livré 149 appareils lors des trois premiers mois de l'année, dont 89 de la gamme B737, contre 184 avions sur la même période en 2018, dont 132 de la gamme B737. La chute est encore plus spectaculaire par rapport au trimestre précédent, quand Boeing avait livré 238 appareils au total dont 173 appareils B737.

L’avionneur se doit de combler le problème de logiciel du MCAS. Tant que la mise à jour du logiciel n’est pas validée, les livraisons sont ralenti. Ce qui implique une accumulation d'avions qui sortent des chaînes d'assemblage mais qui ne peuvent plus être livrés, Boeing a déjà été forcé de sabrer de 20% la production de l'appareil: le constructeur prévoit de n'en produire plus que 42 par mois, contre 52 auparavant.

CALC maintien sa commande :

Le groupe chinois Aircraft Leasing Group Holdings Ltd (CALC) a annoncé mardi ne pas avoir suspendu sa commande de 100 avions Boeing B737 MAX, réfutant ainsi un précédent rapport du journal South China Morning Post (SCMP).  

Si certains transporterus pourraient toucher des indemnisations, d’autres semblent se diriger vers une négociation à la baisse du prix des avions en options. Une solution bénéfique tant pour les compagnies que pour Boeing, qui ne devrait   perdre trop de clients.

Photo :B737-7 MAX G Boeing

03/04/2019

B737MAX, Boeing doit revoir sa copie !

76CD305E-1A41-4E94-953A-0FDB1FFDA317.jpeg

 

Les améliorations initiales proposées par l’avionneur Boeing concernant le système MCAS ne sont pas suffisantes a déclaré la FAA. Celle-ci n’a pas donné son accord en vue de l’approbation du correctif. Il faudra donc attendre la version finale pour que la FAA autorise à nouveau les vols.

Cette décision doit permettre à l’avionneur d’identifier tous les problèmes et d’y remédier de manière définitive. Mais avant toute autorisation de vol, la FAA effectuera des tests approfondis.

Enquête sur la FAA :

La FAA est dans le collimateur des politiques aux USA. Un comité sénatorial a lancé une enquête relative à des allégations selon lesquelles une formation insuffisante des inspecteurs de la sécurité de la Federal Aviation Administration avait amené l'agence à évaluer de manière inappropriée le nouveau logiciel destiné du Boeing B737 Max lors des essais en vol en vue de la certification de celui-ci.

Le président du comité a déclaré dans une lettre à l'administrateur intérimaire de la FAA, Daniel Elwell, que des éléments de preuve suggéraient que la FAA aurait peut-être eu connaissance de ces lacunes dans la formation dès août 2018.

Il semble aujourd’hui avéré que de nombreux employés de la FAA, y compris ceux impliqués dans le groupe d'évaluation des avions B737 Max, n'avaient pas reçu la formation adéquate. Le comité cherche à déterminer si une formation insuffisante des inspecteurs a entraîné une "mauvaise évaluation" par la FAA du système de renforcement des caractéristiques de manœuvre du B737 Max.