27/05/2019

Air New Zealand opte pour le B787-10 !

1D977509-5255-4E0D-98D7-038A5E0F3DED.jpeg

Boeing et Air New Zealand ont annoncé aujourd'hui que la compagnie envisageait d'ajouter le plus grand modèle de B787 « Dreamliner » à sa flotte de classe mondiale en s'engageant à en acheter huit B787-10. Cette commande est évaluée à 2,7 milliards de dollars au prix catalogue. Le transporteur, connu pour son réseau mondial et ses opérations à longue distance, affirme que le B787-10 complète ses parcs actuels de 787-9 et 777 en offrant plus de sièges et une plus grande efficacité pour développer son activité.

"Il s'agit d'une décision extrêmement importante pour notre compagnie aérienne. Avec le B787-10 offrant environ 15% d'espace supplémentaire pour les clients et le fret par rapport au B787-9, cet investissement crée la plate-forme de notre future direction stratégique et ouvre de nouvelles opportunités de croissance. , "a déclaré Christopher Luxon, directeur général d’Air New Zealand. "Le B787-10 est plus long et encore plus économe en carburant. Cependant, en changeant notre approche de coopération avec Boeing, nous avons veillé à ce que le B787-10 réponde aux besoins de notre réseau, notamment en termes de capacité à effectuer des missions similaires à notre flotte actuelle de B777-200. "

Le B787-10 est le membre le plus important de la famille « Dreamliner ». D'une longueur de 68 mètres, le B787-10 peut transporter jusqu'à 330 passagers en configuration standard à deux classes, soit environ 40 de plus que le B787-9. Propulsé par une suite de nouvelles technologies et une conception révolutionnaire, le B787-10 constitue une nouvelle référence en matière d'économie de carburant et d'économie de fonctionnement lorsqu'il est entré en service commercial l'année dernière. L'avion permet aux exploitants d'améliorer de 25% la consommation de carburant par siège par rapport aux avions précédents.

Lancé en juin 2013 au salon du Bourget, le nouveau B787-10 élargit et complète la famille «787» : il transportera de 300 à 330 passagers dans un rayon d’action de 11’910km et couvrira plus de 90 % des lignes desservies par les bi-couloirs à travers le monde. Le B787-10 sera également 25 % plus économe en carburant que les actuels avions de dimensions équivalentes et plus de 10 % moins gourmand que tout ce que propose la concurrence pour l’avenir.

Le B787-10 disposera de l’aménagement intérieur hors du commun de la famille «787». Ses passagers bénéficieront de technologies qui rendent les vols plus agréables : des hublots plus grands avec variateur de luminosité, un air plus sain, une hygrométrie accrue, une pressurisation de la cabine plus confortable, des coffres à bagages plus volumineux, un éclairage par LED apaisant et un vol moins sujet aux turbulences.

Le B787-10 a gagné 149 commandes de la part de neuf clients à travers le monde, y compris le clients de lancement Singapore Airlines, Air Lease Corporation (ALC), All Nippon Airways (ANA), British Airways, Etihad Airways, EVA Air, GE Capital Aviation Services (GECAS) , KLM royal Dutch Airlines et United Airlines.

Photo : B787-10 aux couleurs d’Air New Zealand @ Boeing

 

17/05/2019

Boeing a finalisé le correctif logiciel pour le B737 MAX !

E5C8056B-64EB-4D1D-A367-6032E1E29030.jpeg

Boeing a annoncé la résolution du logiciel correctif destiné au B737 MAX. Selon l’avionneur, la  réparation logicielle a été testée pendant plus de 360 heures au cours de 207 vols d'essai, ainsi que des tests sur simulateur. Le correctif logiciel doit encore être approuvé par la US Federal Aviation Administration (FAA) avant de pouvoir être installé sur les avions. 

En parallèle, Boeing est actuellement entré dans une phase ou l’avionneur transmet des informations supplémentaires pour répondre aux demandes de la Federal Aviation Administration (FAA), qui incluent des détails sur la manière dont les pilotes interagissent avec les commandes et les affichages de l'avion dans différents scénarios de vol. Une fois les demandes traitées, Boeing travaillera avec la FAA pour planifier des vols d'essais en vue de la certification du logiciel corrigé.

A suivre...

Photo : B737MAX @Boeing

16/05/2019

Le F-15EX « Advanced Eagle » prêt pour l’année prochaine !

5c890ad874836.png

Boeing est prêt à livrer au moins deux exemplaires de son avion de combat F-15EX « Advanced Eagle », à l'US Air Force (USAF) dès 2020. La proclamation intervient alors que le sous-comité de la défense des crédits à la Chambre a inclus 986 millions de dollars dans un projet de budget de l'exercice 2010 pour huit avions F-15EX « Advanced Eagel destinés à remplacer les F-15C/D vieillissants. 

Le F-15EX « Advanced Eagle »  est une version légèrement modifiée du projet initial Advanced F-15, qui ne figure pas dans l'inventaire de la USAF. Le service s’intéresse au chasseur car son coût de 29 000 dollars par heure de vol est moins cher que celui du Lockheed Martin F-35. 

Boeing Defence, Space & Security fabrique des appareils Advanced F-15 au rythme de 12 par an dans ses installations de St. Louis, dans le Missouri. L’avionneur envisage de mettre fin à la production des avions à réaction destinés à l’Arabie saoudite en 2019, puis de passer à la commande du Qatar. Avec le carnet de commandes existant, le programme F-15 a encore trois ans de production. Puis il pourra complètement passer à la production destinée à l’USAF. La ligne de production de St. Louis a la capacité de construire jusqu'à 36 avions par an, a déclaré Boeing.

Le projet F-15EX  :

Sous la désignation de projet F-15EX, la nouvelle variante du jet offre des commandes de vol plus modernes, un grand écran unique et un radar amélioré. L'avion emportera également beaucoup plus d’armes avec plus de deux douzaines de missiles air-air, soit une capacité inégalée au sein de l’USAF.

Parfaitement conscient de la situation actuelle, l’avionneur Boeing travaille sur une solution basée sur des améliorations de l’actuel F-15.  Pour Boeing, il s’agit de reprendre les travaux engagés sur le « Silent Eagle » mais avec une capacité d’emport d’armement élargie. Le concept de Boeing « F-15 2.040C » (F-15X). La version 2. 040C permettrait également, selon les études de Boeing, de doubler le nombre de missiles à par avions et donc combler une énorme faiblesse du F-35, sa capacité d’emport.

Boeing va doter le F-15X du d’une version améliorée du radar Raytheon APG-63 (V) 3 à balayage électronique actif, avec une nouvelle suite de guerre électronique dénommée EPAWSS «  Eagle Passive/Active Warning Survivability », et un capteur IRST et une liaison de données améliorée permettant  de travaillant en binôme avec le F-22 et le F-35.

Le F-15 ainsi modernisé, offrirait la possibilité de travailler directement avec le F-22 et le F-35 en appuis avec une forte capacité de tir grâce au transport de missiles accrut, mais il permettrait également de fonctionner de manière plus furtive avec l’armement monté dans les trappes. La particularité résident dans le fait, qu’il sera possible en fonction de la mission, de choisir entre le transport en interne ou de revenir au transport traditionnel, emport de carburant et armes en externes.

Capacité d’emport phénoménale :

Avec la possibilité d’emporter jusqu’à 24 missiles air-air, le F-15X « Advanced » sera bien supérieur à ses concurrents, mais il pourra également emporter une gamme complète d’arme comme par exemple : le JSOW, le Harpoon, le missile antiradar  HARM. On parle également d’adapter progressivement des armes à énergie dirigée comme les lasers, une fois que ceux-ci seront disponibles. La grande taille de l’avion en facilitera l’intégration.  Dernier élément, le F-15X pourra travailler en binôme avec des drones pour les actions de frappes en profondeur.

780485621.2.jpg

Photos : 1 F-15EX Advanced Eagle Cockpit @ Boeing

13/05/2019

L’Inde réceptionne ses premiers Apache !

p1745474_main.jpg

L’armée de l’air indienne a réceptionné ses premiers hélicoptères d’attaque Boeing AH-64E « Apache » BlockIII, lors d’une cérémonie de remise. Des représentants de l'armée de l'air ont pris livraison des appareils  au centre de production de Boeing à Mesa. Les équipages indiens ont suivi une formation à Fort Rucker, en Alabama.

yourfile.jpg

Rappel : 

C’est le 28 mai 2015 que le Ministère indien de la Défense (MoD) a autorisé l'acquisition de 22 hélicoptères Boeing AH-64 E « Apache » et 15 hélicoptères Boeing  CH-47F « Chinook » pour un montant de 2,5 milliards de dollars US.

La vente de 22 hélicoptères de combat AH-64D Apache comprend également une large panoplie d’armement tel que : 812 missiles AGM-114L-3 Hellfire Longbow, 542 missiles AGM-114R-3 Hellfire-II, 245 missiles Stinger Block I-92H. Des munitions de 30mm pour approvisionner les canons. Il faut également ajouter  12 radars de définition de cible AN/APG-78, 12 Interféromètres AN/APR-48A à fréquence radar. L’Inde prévoit également de se doter d’un important stock de moteur de réserve avec 50 turbines General-El T700-GE-701D.

L’AH-64 E Apache Block III :

Le Bloc III est la variante la plus avancée de l'hélicoptère d'attaque. Il dispose d’une avionique et d’un système d’arme amélioré. L’appareil dispose d’une meilleure interopérabilité avec les systèmes aériens sans pilote (Drones). Ceci comprend un JTRS (Joint Tactical Radio System), de nouvelles commandes électriques, le nouveau radar de contrôle de tir Longbow block III. L’appareil dispose également d’une capacité en réseau permettant une connectivité avec l’ensemble des moyens aérien et terrestre. Question maintenance, les systèmes permettent une diminution des charges notamment en engagement.

3882142049.jpg

Photos : 1 & 3 Apache aux couleurs indiennes Cérémonie de remise @ Boeing

12/05/2019

Boeing prépare la modernisation de l’EA-18G « Growler » !

ea18g_vx31_29-web-lr1.jpg

Boeing a commencé les travaux de conception visant à moderniser la flotte d’avions de guerre électronique EA-18G « Growler » de la marine américaine.

L'avion mis à niveau sera désigné » Growler Block II » et comprendra des fonctionnalités déjà intégrées au F/A-18E/F « Advanced Super Hornet » BlockIII, telles que le système de cockpit avancé et les réservoirs de carburant conformes. Il inclura des capteurs améliorés et un package d'attaque électronique amélioré.

L’avionneur américain a débuté le travail en collaboration avec la marine américaine sur des études d'architecture initiales.  Un financement a par ailleurs été débloqué par l’US Navy, et qui a permis de renforcer les exigences et de faire passer la conception du « Growler Block II » à un examen des exigences fonctionnelles du système pour cette année encore.

Pour Boeing et l’US Navy, Il s’agit de renforcer la sensibilité des capteurs. En effet, la majeure partie des capteurs qui équipent le « Growler » ont été développés dans les années 90, si de nombreuses mise à jour ont été effectuées, il est temps de procéder à une amélioration progressive des systèmes dans leur ensemble. Pour l’instant, Boeing et la Navy ne communiquent pas sur les types de capteurs concernés.

Cependant, quelques informations ont été données. Le « Growler Block II » aura une architecture de système ouverte permettant des mises à niveau logicielles et matérielles plus rapides. Cela permettra à l’avion d’avoir une évolution continue et rapide dans le temps afin de pouvoir s’adapter au plus vite à l’évolution des menaces. Le « Growler Block II » disposera de la puissance informatique nécessaire à la gestion des véhicules aériens sans pilote (UAV) par exemple.

De son côté, l’US Navy n’a pas encore décidé du nombre de « Growler » qu’elle souhaite améliorer, bien que ce soit potentiellement l’ensemble de la flotte de160 avions. Il semble également que l’Australie qui est dotée du « Growler » puisse être intéressés. Les premier « Growler BlockII » devraient être disponible pour 2025.

Nouveau système de brouillage :

US_Navy_Next_Generation_Jammer_Raytheon_1.jpg

Une nouvelle nacelle de brouillage est en cours d’intégration sur la flotte actuelle de « Growler » et sera également disponible sur la future nouvelle version. En 2013, l’US Navy a choisi Raytheon pour fournir le « Jammer Next Generation » pour remplacer les systèmes ALQ-99 utilisés sur les avions d’attaque électroniques aériens EA-18G. En 2016, la US Navy a attribué à Raytheon un contrat d’ingénierie et de développement de fabrication (EMD) pour le brouilleur de nouvelle génération.

La nouvelle nacelle utilise les dernières technologies numériques, logicielles et à réseaux à balayage électronique actif, et fournira des capacités améliorées d'attaque électronique aéroportée pour perturber et dégrader les systèmes de défense aérienne et de communication terrestre ennemis.

 

DNqsi17VwAAqi3M.jpg

Photos : 1 EA-18G « Growler » @ USN 2 la nouvelle nacelle de brouillage @ Raytheon 3Le Growler BlockII @ Boeing