04/01/2014

Gripen dans les cieux slovène & islandais !

251986906.jpg


 

 

Depuis le premier janvier, des avions de combat Saab JAS39 C/D hongrois assurent la police du ciel en Slovénie, de même que des Gripen C/D tchèques exécutent les mêmes tâches en Islandes.

 

En Slovénie, les Gripen hongrois viennent de remplacer les Eurofighter italiens et en Islande les Tchèques remplacent les Allemand qui assumaient ce travail et ceci, dans le cadre de la coopération des pays de l'OTAN, pour protéger l'espace aérien des pays qui ne disposent pas de leur propre force aérienne. 

Un petit nombre de pays ne disposent pas d’une force aérienne, on compte notamment 

l’Estonie, la Lituanie et la Lettonie. 

 

Pas d’avion, pas de souveraineté aérienne :

 

Cette actualité est l’occasion de rappeler qu’aucun pays ne peut se passer d’une force aérienne et que dans le cas où des pays ne peuvent pour des raisons financières et politiques assumer une telle mission, L’OTAN impose systématiquement une surveillance aérienne. Cette surveillance n’est pas gratuite, tant financière que politique. Le fait de sous-traiter la surveillance aérienne de son espace aérien diminue également la souveraineté de l’Etat en question. En effet, L’OTAN peut du même coup imposer ses vues et utiliser comme bon lui semble les voies aériennes qui traversent ces pays.

 

Voilà un élément à ne pas perdre de vue, lors de la prochaine votation en mai sur les Gripen en Suisse ! CQFD.


 

avion-chasse-gripen-1.jpg


 

 

Photos : 1 Gripen C hongrois @ Max Briansky 2 Gripen D tchèques @ Tchèque air forces

 

 

21/12/2013

Gripen E : intégration du Meteor !

saab gripenf,gripene,meteor,mbda meteor,brazil giprn,swiss gripen,blog gripen


 

 

Saab va procéder suite à la commande de l’administration chargée des équipements de Défense, l’intégration définitive du missile Meteor de MBDA sur le Gripen E. Il s’agit là de la dernière phase d’installation qui fait suite aux nombreux essais. 

 

"La commande supplémentaire assure la mise en œuvre de l'intégration du missile Meteor sur le Gripen E », a déclaré Ulf Nilsson, chef de l'unité de produit Gripen de Saab. " Il confirme également la position du Gripen E, comme le premier système de combat avec une conception flexible qui offre de grandes possibilités d'intégrer de nouvelles fonctionnalités."

 

Phase finale : 


 

3006309492.jpg


 

L’intégration du missile Meteor sur le Gripen E arrive dans sa phase terminale. Le premier tir d’un Meteor «inerte» avait déjà été réalisé avec un Gripen A/B en 2005. Puis, en juillet de cette année, un Gripen C/D avait été le premier avion a tiré un Meteor «actif». Il fallait vérifier que le missile se sépare normalement de l’avion lanceur, contrôler le bon fonctionnement du système de transmission de données entre l’avion et le missile et s’assurer du parfait fonctionnement du radar du missile sur des cibles factices.

 

La famille «Gripen» C/D/E sera ainsi la première à bénéficier du nouveau missile européen. Elle sera ensuite rejointe par le Rafale puis l’Eurofighter et enfin, le F-35.

 

Le MBDA Meteor :


 

270874267.4.jpg


 

Le missile Meteor produit par le MBDA  alimenté par statoréacteur est destiné à des missions de défense aérienne. Il va intercepter des cibles à très longue portée. Produit conjointement par l’Angleterre, la France, l’Italie, l’Espagne et la Suède, il est doté d’une zone d'interception assurée nettement supérieure à celle des missiles de même gamme actuellement en service.

 

Le Meteor sera prioritairement réservé aux missions d'interception à grande distance, au-delà de la portée optique (BVR) de tout type d'aéronefs. Son utilisation sera privilégiée pour les cibles de haute valeur telles que l'attaque à plus de 100 km d'avions radar ou de ravitailleurs.

Ce missile doit pouvoir assurer une efficacité de destruction à des distances aujourd'hui encore importantes, de l'ordre de 50 Nm (entre la cible et l'avion tireur au moment de l'impact). 

A cette fin, le système d'arme comporte :

 

 Un radar de bord qui doit fournir des informations précises sur la cible avant le départ du missile, et une liaison de données de type Link16 assurant les mêmes fonctions en retransmettant vers l'avion tireur les informations d'un capteur porté par un autre aéronef.

 

  1. Des systèmes d'identification des cibles à des distances compatibles avec la portée du missile.
  2. Une manœuvrabilité suffisante du missile dans toutes les phases de vol, pour toutes les distances de tir, qui doit lui assurer une grande probabilité de destruction des cibles. 

 

La propulsion de ce missile est également un défi technologique du fait du concept retenu : celui d'un statoréacteur. Ce statoréacteur à propergol solide et à poussée régulée (Throttleable Ducted Rocket ou TDR) dans sa phase de croisière comporte un accélérateur à poudre intégré dans la chambre de combustion, ce qui permet de donner une impulsion initiale suffisante pour atteindre une vitesse compatible avec le fonctionnement du statoréacteur.


 

IMG_0207.PNG


 

Photos : 1 Gripen F de développement à Emmen @ PK 2 Meteor sur JAS39A/B en 2005 3 Tir d’un Meteor actif en 2013 4 Montage de Meteor sur le Gripen F @ Saab

27/08/2013

Gripen : C’est OUI !

1408514438.jpg

 

 

C’est fait, la sous-commission du national approuve par 14 voix contre 9 l’achat des 22 avions de combat Gripen E. Prochaine étape, le Parlement et très vraisemblablement un vote devant le peuple.

 

 

Rappel :

 

L’ultime point de divergence de la sous-commission concernait le paiement. A la négociation du contrat, Saab demandait un versement de 2 milliards (66%) avant livraison et le solde ensuite.

Pour nos politiciens, ce montant était inacceptable et ceux-ci militaient pour 15% du prix total.

 

Saab a revu sa copie et le contrat définitif demande un premier versement de 1 milliard (40%) avant livraison, le reste en plusieurs versements (montants non communiqués). Signalons également la mise en place de contreparties payées par l'Etat suédois en cas de retard de livraisons, 12 millions.

 

 Pourquoi payer 1 milliard  ?

 

Ce montant peut sembler énorme, mais il faut savoir que le constructeur SAAB nous livre un avion clef en main. Plusieurs éléments comme le moteur : (General-Electric), l’antenne radar et l’IRST (Selex Es) et l’armement  (Diehl BGT, MBDA) sont fabriqués par des tiers. Il faut donc s’approvisionner dans une multitude de systèmes, cela coûte.

 

Le bon choix :

 

Il est difficile de demander plus et ceci d’autant plus que nous avons obtenu un rabais de près de 20% sur le prix total ! Ajoutons qu’un juriste suédois, mandaté par armasuisse, a pu consulter le document et le service juridique en a conclu que «les garanties et assurances sont clairement régies et appuyées par un système de règlement de litige avantageux ».

 

 

 

 

 

23/06/2013

Gripen : radar AESA de série & IRST !

Sans titre.png


 

LINKOPING, Saab Aerospace vient de débuter les essais en vol du Gripen F de développement avec le radar AESA de série (qui a remplacé le prototype de l'AESA qui volait jusqu'a présent) couplé à l’optronique frontale IRST. Ces ultimes tests sont en parfaite conformité avec le calendrier du programme Gripen E.

 

 

Ultime phase d’essais :


 

phase5.png


 

Dernière phase de tests (phase 5) va permettre de valider le radar AESA  ES-05 «Raven» de série avec l’IRST Skyward-G et le nouvel affichage numérique HUD qui équiperont le Gripen E. Le Gripen F MS21 est aujourd’hui au standard 39-8. Les derniers correctifs l’amèneront au standard 39-9, puis, il sera rejoint par les trois Gripen E de préséries qui serviront pour la certification au standard MS21 39-10. 

 

Le radar AESA et l’IRST :


 

yourfile.jpg


 

Le radar du Gripen E est produit par Selex en Écosse. Le ES-05 est un radar  à antenne de type Active Electronically Scanned Array («Antenne Active à Balayage Electronique») et signifie que, contrairement aux anciennes générations de radars, il n'a pas seulement une antenne, mais dispose d’une rangée complète de petites antennes, appelées modules émetteurs-récepteurs (Transmit-Receive TR). Le radar AESA du Gripen est constitué de ~1000 éléments de type TR. Chaque élément peut émettre un faisceau d'énergie électromagnétique, et chaque faisceau peut être balayé électroniquement pour pointer dans différentes directions. De plus, l’ES-05 se trouve sur un plateau cyclique (Swashplate) qui représente une invention très intelligente. Cela signifie que les éléments faisceaux pointent à 30 degrés vers le côté de l'avion, dès le départ, lorsqu'ils pointent droit devant par rapport au panneau. Lorsque les faisceaux sont aussi redirigés électroniquement encore plus sur le côté, le radar pointe aussi très largement vers le côté par rapport à l'avion, à plus de 100 degrés. Et si le pilote change de cible et veut surveiller la situation de l'autre côté, le panneau tourne rapidement sur son axe longitudinal. Cette capacité à regarder largement sur le côté de l'avion fournit un avantage tactique très important.


 

gripen f. saab gripen,gripen suisse,gripen e,swiss air force,jas-39e gripen


L'IRST Skyward-G est également produit par Selex en Écosse. L’Infrared Search and Track (IRST) est un capteur passif, ce qui signifie qu'il n'émet jamais d'énergie. Il ne fait que suivre l'énergie provenant d'autres sources. L'avantage tactique d'un capteur passif est qu'il n'indiquera jamais votre position. Le Skyward-G permet de suivre toutes sortes d’aéronefs notamment furtifs, mais il peut également détecter, suivre et acquérir un missile en approche pour ensuite permettre la destruction de celui-ci. Signalons au passage, que l’IRST du Gripen E permet également un transfert de données via la liaison électronique (LInk16) vers un autre Gripen E. De fait, une patrouille de Gripen E sera entièrement connectée et synchronisée. 


 

sensor1.jpg


Liaisons de données avec le sol

Pour une communication claire avec un contrôleur aérien avancé (FAC - forward air controller) ou un contrôleur d'attaque terminale conjointe (JTAC - joint terminal attack controller) au sol, le Gripen dispose d'une liaison de données avec le sol qui permet au pilote de recevoir du FAC/JTAC les informations appelées «nine-liner» sous forme numérique. Il est aussi possible de transmettre des images de ciblage depuis l'avion au FAC/JTAC, pour vraiment s'assurer que le pilote du Gripen et le soldat FAC/JTAC au sol partagent la même perception de la cible. Cette liaison de données avec le sol est appelée ROVER.

Prochaines étapes techniques :


 

gripen programme.png


Une équipe de pilotes et de techniciens suisses partiront en Suède vérifier les données du radar AESA de série et de l’IRST. 

Fin de l’année 2014, arrivée du premier Gripen E MS21 39-10 de pré-séries, qui sera suivit au début 2015 par deux autres appareils. 

Début des livraisons des Gripen E de série en 2018.

Liens sur le dossier : 

http://psk.blog.24heures.ch/tag/avia+news+gripen+e

http://psk.blog.24heures.ch/archive/2013/01/17/le-gripen-...

http://psk.blog.24heures.ch/archive/2012/11/20/le-gripen-...

http://psk.blog.24heures.ch/archive/2013/01/17/le-gripen-f-de-retour-en-suisse.html

http://psk.blog.24heures.ch/archive/2013/01/20/le-gripen-...


 

firstflightph5.png


 

Photos : 1,2,3 Gripen F en vol avec l‘IRST et le radar AESA de série @ Saab Gripen