26/10/2017

F-16 hollandais pour la Jordanie !

Two_F-16_of_the_Royal_Jordanian_Air_Force.jpg

Les six premiers des 15 avions de combat multirôle Lockheed-Martin F-16 « Fighting Falcon » que les Pays-Bas ont vendus à la Jordanie ont été transférés de la base aérienne de Volkel par des pilotes jordaniens pour leur nouvelle maison à la base aérienne d'Al-Azraq le 25 octobre dernier.

Renforcement de l’aviation jordanienne :

À ce jour, la Jordanie a reçu un total de 35 F-16 des gouvernements américain et néerlandais. Les Pays-Bas ont vendus 15 avions de combat F-16 MLU excédentaires à Amman.

Dans un premier temps, s’est l'assistance militaire américaine qui a permis la modernisation de l'armée de l'air jordanienne, avec des chasseurs F-16 d’occasion de l’US Air Force. Ce soutien fait suite à l’appui de la Jordanie aux États-Unis pendant la guerre du Golfe, les États-Unis ont repris leurs relations militaires avec la Jordanie en commençant par le don de 16 F-16A et 4 F-16B entreposés au Centre de maintenance et de régénération aérospatiales (AMARC) de la base militaire de Davis Monthan. Les livraisons ont débuté en 1997 et se sont achevées l'année suivante pour venir remplacer les Mirage F1CJ dans le rôle de défense aérienne.

Avec l’arrivée prochaine des 15 F-16 hollandais, l’avion américain forme dorénavant l’épine dorsale de la RJAF.

Un nouvel avion à partir de 2020 :

La Jordanie ne va pas s’arrêter en si bon chemin, la modernisation de son école de pilote militaire avec l’arrivée prochaine du Pilatus 21, prépare l’achat d’un nouvel avion de combat à partir de 2020, pour venir épauler, puis remplacer les actuels F-16.

 

Photo : F-16 jordaniens @ RJAF

25/10/2017

Russie, second lot de bombardiers Su-34 livré !

4444391.jpg

Moscou, l’avionneur Sukhoi a remis un second lot de bombardier Su-34 « Fullback » de première ligne au ministère de la Défense de la Fédération de Russie, conformément à l'ordre de la défense de l'État de 2017. L'avion a décollé de l'aérodrome de V.P.Chkalov Novosibirsk Aircraft et s'est dirigé vers le lieu son lieu de déploiement.

Par ailleurs, de nouvelles armes sont également ajoutées. Ces nouvelles armes font parties de la nouvelle génération, testée en Syrie. L'avion peut déjà transporter une large gamme de munitions air-sol et peut même effectuer des missions qui ont déjà été assignées à l’époque aux bombardiers Tupolev Tu-22M3 « Backfire ». Le Su-34 dispose désormais de six nouvelles armes, y compris des armes à longue portée telles que les missiles Kh-38 « Raduga » et Kh-59MK2 et les derniers missiles air-air disponibles.

Le Sukhoi Su-34 «Fullback» : 

Le Su-34 « Fullback » peut attaquer des cibles terrestres, maritimes et aériennes, de jour comme de nuit et par tous les temps, en utilisant l’ensemble des types de munitions en service en Russie. En termes de capacités opérationnelles, il s'agit d'un appareil de génération 4+. Son système de sécurité active avec les nouveaux ordinateurs, fournit des capacités supplémentaires pour le pilote et le navigateur, pour effectuer des bombardements précis et à manœuvrer sous le feu ennemi. L’excellente aérodynamique de l’avion, les grands réservoirs de carburant de capacité interne, la nouvelle génération de moteurs plus économe en carburant, doté d’une commande numérique. Font que le Su-34 de bombardement tactique, se trouve très proche de la catégorie de bombardier stratégique de classe moyenne. L’avion dispose d'un système de brouillage numérique Khibiny L175V / KS418 grâce auquel l'avion peut être utilisé comme un brouilleur de combat aérien. Les deux radars (avant et arrière) sont couplés à un système de ciblage électro-optique qui est capable de capturer et de surveiller de façon continue plusieurs cibles simultanément. 

Le Su-34 dispose également d’un système de communication et le système d'échange d'informations de type liaison16 (Link16) lui permettant une interface avec des troupes terrestres et des navires de surface, ainsi qu’avec d’autres aéronefs. Les caractéristiques du Su-34 incluent un rayon d’action jusqu'à 4000 km, une vitesse maximale de 1900 km/h, et une charge utile de jusqu'à 8 tonnes. L'espace entre les sièges du cockpit permet de se coucher dans le couloir, le cas échéant. Un office et un WC sont situés derrière les sièges de l'équipage.

2721967.jpg

Photos : 1 Su-34 @ Max Briansky 2 Su-34@ Massimo Rossi

 

24/10/2017

Livraison de MiG-29M à la Serbie !

DMkqYHjW4AAdjOy.jpg

La Russie a commencé à livrer six avions de combat MiG-29M « Fulcrum » à la Serbie. Deux des avions de combat démontés ont été transporté sur un avion cargo russe qui a atterri dans un aéroport militaire près de Belgrade en début de semaine dernière. Depuis, quatre autres appareils sont arrivés dans le pays.

Complément et modernisation :

Moscou a remis gratuitement les MiG à la Serbie. Par contre, le pays a payé la somme 236 millions de dollars pour la mise à niveau des avions. Le président serbe Aleksandar Vucic a déclaré lundi que, outre les avions, le pays va renforcer sa défense antiaérienne. Il a négocié l'achat des systèmes S-300 fabriqués en Russie.

En plus de l’arrivée de ces nouvraux MiG-29M, Belgrade s’est engagée à la refonte générale et l'extension du cycle de vie et la modernisation de 10 avions de combat MiG-29 de la Force aérienne serbe.

Modernisation des MiG-29 :

Les appareils qui seront modernisés sont des MiG-29B et MiG-29UB. L'objectif est d'amener les 10 avions à la norme MiG-29SM et d'augmenter leur durée de vie en Serbie au-delà de 2030.

Le MiG-29SM est une version multirôle doté d’une avionique améliorée permettant l’emport d'armes de haute précision capables de détruire les cibles aériennes et terrestres. 

Le MiG-29SM est doté du radar N-019E (N-019ME) couplé à un ordinateur MVK-04. L’avionique comprend un nouveau système d'affichage de données avec un écran couleur multifonction MFD-54 et d'un système de contrôle de gestion d'armes supplémentaire. L’avion est doté d’un récepteur GPS. Un nouveau système de contre-mesures électroniques équipe également l’avion. Le MiG-29SM a reçu canal multiplex d'échange de données est ajouté avec un bus de la norme MIL STD 1553B.

L’avion emporte les missiles R-27ER1, R-27ET1 (T1) avec des têtes de guidage par radar et IR et des missiles RVV-AE avec des têtes de radar actives. Le système de gestion des armes amélioré garantit l'application d'armes de haute précision de la classe "A-S": les missiles Kh-29T (TE), Kh-31A, Kh-31P et les bombes guidées KAB-500Kr et KAB-500-OD. Lors de l'utilisation du pod de désignation cible ou de l'éclairage externe cible, il est possible d'appliquer les missiles Kh-29L, Kh-25ML ainsi que les bombes laser guidées.

DMkqWrdWAAAOOPu.jpg

Photos : Les MiG-29M livrés par la Russie@ FAS

 

23/10/2017

IRST amélioré pour les Super Hornet !

ea-18g-growler-1080i-1080p-ea-18g-growler-f-18-jet-snow-super-hornet.jpg

L'US Navy modernise ses avions de combat Boeing F/A-18E/F et E/A-18 « Growler » avec un système de capteurs Lockheed-Martin IRST21 amélioré. Lockheed a reçu deux contrats d'une valeur de 100 millions de dollars par l'intermédiaire de Boeing et fournira un logiciel avancé, des mises à niveau matérielles et des livraisons de prototypes dans le cadre du système IRST BlockII.

Une version plus ancienne de l'IRST qui détecte les menaces aéroportées existe dàjà sur la flotte « Super Hornet » de l'US Navy et les avions F-15.

L’AN/ASG-34 :

L’IRST (Infrared Search-and-Track) AN/ASG-34  (IRST21) destiné au « Super Hornet » est  développé en commun par Lockheed-Martin, Boeing et General Electric. Contrairement aux systèmes IRST montés sur les nez des aéronefs, celui-ci, est installé dans un réservoir ventral de type General-Electric FPU-13. Selon ses concepteurs, il est capable malgré sa position particulière sur l’aéronef, de suivre des cibles en hauteur et ceci jusqu’à 16’000 mètres d’altitudes. Les données du capteur de IRST21 sont fusionnées avec les autres informations acquises par les différents capteurs qui équipent le F/A-18E/F « Super Hornet » et augmentera ainsi, la conscience de la situation du pilote. 

L’AN/ASG-34 issus des systèmes de capteurs de Lockheed-Martin qui ont accumulés plus de 300 ‘000 heures de vol sur le F-14 de l'US Navy et le F-15.

L’ajout d’un capteur IRST sur le « Super Hornet » permettra à celui-ci de combler son retard en ce qui concerne la détection passive (sans révéler sa propre position) et permettra au « Super Hornet » d’évoluer jusqu’en 2035/40 en parallèle avec le Lockheed-Martin F-35.

Le capteur BlockII amélioré offre une portée étendue et une meilleure capacité de ciblage avec des systèmes internes améliorés, tels que le récepteur et le processeur. Les mises à niveau du BlockII font partie du programme IRST en cours de la marine américaine. Dans le cadre de la phase de développement technique, Lockheed fournira les lots de production initiale 1 et 2 à faible coût en en 2019. Ces lots seront utilisés pour les essais, l'entraînement et le développement tactique, et comprennent 18 capteurs intégrés dans les réservoirs de carburant. En 2022, Lockheed fournira les actifs d'ingénierie, de développement et de fabrication du BlockII.

Commentaire :

Bien que l’emplacement de l’IRST21 AN/ASG-34 ne soit pas spécialement idéal, celui-ci occupe le point central de l’avion, l’US Navy démontre vouloir investir encore pour son « Super Hornet » afin, de le garder en service durant une vingtaine d’années et épauler le jeune F-35. 

Ces investissements se font par contre au détriment du F/A-18C/D « Hornet » qui devrait donc, quitter progressivement l’US Navy à partir de 2023, pour être définitivement retiré du service en 2030.

7f22b-wmlnl40wy54zzrkzjtha.jpg

 

Photos : 1 EA-18G « Growler » @ US Navy 2 L’IRST21 installé dans son réservoir @ Lockheed-Martin

 

22/10/2017

Le C-130J « Super Hercules » de l’Armée de l’air !

2322.jpg

L’avionneur américain Lockeed-Martin a dévoilé le premier des quatre exemplaires du C-130J « Super Hercules » qui doit venir équiper l'Armée de l'air française d’ici la fin de l’année. Les trois autres appareils seront livrés au cours des deux prochaines années.

Rappel :

C’est en novembre 2015 que la France a opté pour l’achat de quatre exemplaires du C-130J « Super Hercules », soit deux au standard de transport tactique et deux avions KC-130J en mode ravitailleur en vol. La commande comprend en plus des quatre aéronefs, quatre turbopropulseurs Rolls-Royce AE2100D, en plus d'une gamme d'équipements de mission totalisant environ 355 millions de dollars. De plus, les futurs C-130J français seront dotés d’un système complet de contre-mesures, telles que les systèmes d’alerte missiles et d'alerte radar, un systèmes GPS de navigation, des radios UHF/VHF sécurisées.

Cette commande vise à pallier les insuffisances de capacités de l'A400M en matière de ravitaillement en hélicoptères, mais aussi de moyens de transport.

Flotte franco-allemande :

Les « Super Hercules » français seront intégrés dans une flotte franco-allemande qui sera basée sur la base aérienne 105 d’Evreux. Elle devrait inclure dix avions, quatre de l'armée de l'air et six en provenance de la Luftwaffe. Cependant, on attend toujours la décision allemande pour l’achat de C-130J à ce jour. Un retard qui pourrait à terme compromettre la mise en place d’une flotte commune.

Le C-130J « Super Hercules » :

Le C-130J «Super Hercules» est la version la plus avancée du célèbre  C-130 cargo,  il incorpore une technologie de pointe pour réduire les besoins en personnel, de fonctionnement de soutien avec des coûts de cycle de vie plus actuel que pour les anciens C-130. Le modèle dispose également d'une maniabilité accrue et une manutention plus courtes. Il est doté de nouveaux moteurs Rolls-Royce Allison AE 2100D3 dotés d’hélices à six pales.

Du point de vue de l’extérieur, le C-130J semble n’être qu’une version allongée du célèbre Hercules, cependant, il est équipé d’un poste de pilotage informatisé permettant de réduire le nombre de pilotes à deux. Il a une capacité de 26.000 kg de carburant et il est configuré pour recevoir des réservoirs additionnels de 11.000kg de carburant.

4322.jpg

Photos : Le premier C-130J destiné à l’Armée de l’air @ Lockheed-Martin