23/01/2019

La Côte D’Ivoire finalise l’achat d’un C295 !

5a0c0f9081bdf.jpg

 

Les forces aériennes ivoiriennes ont finalisé une commande portant sur un avion de transport tactique Airbus DS C295. L’avion viendra compléter la flotte composée d’Antonov An-26, et d’un trio d'hélicoptères d'attaque Mil Mi-24 « Hind-D »

Le C-295 : 

Au début des années 1980, l'Espagne cherche un appareil complémentaire au C-212, le constructeur national CASA s'entend avec l'indonésien IPTN pour produire la version de base d'un appareil de transport tactique, les autres versions pouvant être produites nationalement. Le premier vol intervient le 11 novembre 1983 et l'avion entra en service dans l'Ejercito del Aire en 1988.
Le CN-235 reprend les éléments traditionnels du transport tactique : ailes et dérives hautes pour les protéger des projections venues des pistes non préparées, aile droite pour diminuer la vitesse d'approche, rampe de chargement à l'arrière. Le CN-235 peut ainsi transporter 51 combattants, 18 brancards ou 4 palettes.

En 1995, l'Espagne crée une version très modernisée, le C-295, pour compléter sa flotte. Le C-295 dispose d'une soute plus longue de 3 mètres, d'une nouvelle avionique, d'un train et d'une structure renforcés, de points d'emports sous les ailes et de moteurs Pratt & Whitney PW127G entraînant des hélices hexapales. Il peut ainsi transporter 71 combattants, 48 parachutistes, 24 civières ou 5 palettes. Il est également proposé en version Persuader pouvant accomplir des missions de chasse aux sous-marins. Le C-295 est vendu à une dizaine d'états, comme le Portugal, la Pologne, l'Algérie ou le Brésil.
Plus de 85 avions C295 sont en service aujourd’hui avec 14 opérateurs différents.

Photo :C295 @ Airbus DS

 

22/01/2019

La RAF prépare l’arrivée du « Poseidon » !

 

3345.jpg

 

Dans quelques mois, la RAF prendra livraison de son premier avion de patrouille maritime de type Boeing MRA Mk1 « Poseidon » (P-8A). Au total 9 appareils viendront restaurer la capacité de patrouille maritime perdue avec le retrait des Nimrod. C’est en 2015 que que le Royaume-Uni à commander ces appareisl auprès de l’avionneur américain.

Les premiers équipages anglais ont débuté leur formation sur la base aéronavale de Jacksonville en Floride. Le corps initial de 38 membres, issus de la RAF Lossiemouth, est composé d’équipages et d’ingénieurs et sera formé sur l’escadron d’entraînement de la marine américaine, le Patrol Squadron 30 (VP-30). Le personnel de la RAF sera formé aux États-Unis au cours des trois prochaines années, avant la transition de la RAF, afin de former tout son personnel  sur le P-8A « Poséidon » au Royaume-Uni à Lossiemouth. Le temps de formation est d’environ 6 mois.
perfectionnés, à la pointe de la technologie, anti-sous-marins et anti-surface. 
Le premier Boeing MRA Mk «  Poseidon » entrera en service dans la RAF en octobre 2019, initialement à la Naval Air Station de Jacksonville, et arrivera en Écosse au printemps 2020.

 Le P-8A «Poseidon» :

Le P-8A « Poseidon » est un avion de longue portée de lutte anti-sous-marine (ASM) et antisurface (LAN), renseignement, surveillance et reconnaissance (RSR). Le P-8A est capable de longues patrouilles proche et loin des côtes.

Le P-8A « Poseidon » est conçu pour assurer l'avenir de la Marine à long rayon d'action dans les missions de patrouille maritime. Le P-8A offre une plus grande capacité de combat et demandera moins d'infrastructure tout en se concentrant sur la réactivité et l'interopérabilité avec les forces traditionnelles. L’avion pourra échanger ses informations avec l’ensemble des bâtiments de surface, sous-marins, avions et drones en service.

Pour Boeing, le choix de base d’une cellule de B737 NG permet une réduction des coûts importante, le constructeur estime cette base permettra de décliner d’autres versions du P-8A afin  de remplacer plusieurs appareils actuellement en services et destinés à des opérations spéciales. Pour Boeing, il sera possible par exemple de remplacer les B707 et autres C-130 spécialisés dans les domaines de l’écoute électronique, commandement volant, guerre psychologique (PsyOps), brouillage.

Cet avion équipé de liaison 11, liaison 16 et de systèmes internet, doit agir dans un concept de guerre en réseau en collaboration les autre aéronefs.

Boeing a dû faire plus de 50 modifications coûtant un milliard de dollars pour adapter simplement la cellule de base du B737 pour satisfaire aux exigences de certification plus exigeante de la marine américaine. Le coût du développement est estimé à 5,5 milliards de dollars américain, tandis que le coût total (développement + appareils) est lui estimé à 20 milliards de dollars.

NASJax_CXX_Aircrew_Pers_medium.jpg

Photos : 1 MRA Mk1 Poseidon destiné à la RAF Personnel de la RAF à Jacksonville @ Boeing

20/01/2019

Inde, l’hélicoptère LCH bientôt opérationnel !

HAL-Light-Combat-Helicopter.jpg

La société indienne Hindustan Aeronautics Limited (HAL) a annoncé que son hélicoptère de combat léger (LCH) était «prêt pour l’induction opérationnelle» après avoir terminé tous ses tests d’intégration d’armes.

HAL a souligné que le LCH, qui devrait être exploité à la fois par le Corps de l’aviation de l’armée (AAC) et l’armée de l’air indienne (IAF), est également le premier hélicoptère de ce pays doté d’une capacité de combat air-air. Le LCH est capable de voler à des niveaux très bas et à des altitudes aussi élevées que le glacier Siachen dans l’Himalaya.

Le programme LCH :

Le LCH est basé sur des technologies développées pour le Dhruv, premier hélicoptère d'attaque développé par une entreprise indienne, le projet LCH a été lancé en 2006, les investissements réalisés dans le projet sont actuellement estimés à 3,76 milliards de roupies  soit environ 6 milliards d'euros. Surnommé de "Dhruv" armé et bien que transportant les mêmes armes balistiques, le LCH se distingue cependant par son fuselage proche du RAH-66 Comanche américain, la disposition des sièges est alignés comme sur les d’hélicoptères de modèles occidentaux et dispose d’une ossature entièrement nouvelle pour accueillir un blindage lourd et l'ensemble des systèmes spécifiques à l'appareil. Le premier prototype a commencé à réaliser plusieurs vols d'essai en mars 2009, pour tester les systèmes de vol en juillet 2009, une seconde série de tests permit de tester les senseurs électroniques et les systèmes d'armes, enfin une troisième série de tests fut menée en décembre 2009 sous la direction de l'armée de l'air indienne. La société Hindustrian Aeronautics annonça alors que la production pourrait démarrer dès décembre 2010, cependant, des retards dans le projet ont conduit à un report de la délivrance de l'autorisation finale de vol, repoussant ainsi l'intégration du LCH dans l'armée de l'air au courant 2012-2013.

La plupart des technologies du LCH sont déjà en fonction sur le Dhruv, tels, le moteur Shakti, les rotors et la boîte de transmission principale. En parallèle, les armes du LCH et les capteurs sont testés sur une version armée du Dhruv. Il s'agit notamment d'un canon de 20mm en tourelle Nexter, du missile  MBDA Mistral 2 en version air-air. L'Afrique du Sud en coopération avec l’Inde Defence R & D Organisation (DRDO) développe un missile antichar guidés (ATGM) pour le LCH dérivé du MOKOPA Sud Africain sous la désignation « Helina ». Le LCH emporte égalemet des paniers de roquettes de 70mm. En ce qui concerne les systèmes d’alertes et de lutte anti-missiles, la société HAL a confié le développement de l’ensemble des équipements au Suédois Saab.

CvigAHNVUAAsDum.jpg

Photos :Le HAL LCH @ HAL

18/01/2019

Singapour craque pour le F-35 !

sing_plane.jpg

Le ministère de la Défense de Singapour a annoncé la décision d’acquérir des Lockheed-Martin F-35 dans un bref communiqué publié sur son site Web. Ce choix doit permettre de venir remplacer progressivement la flotte de F-16 « Fighting Falcon » en service. Cependant, le ministre de la Défense nationale Ng Eng Hen a précisé que l’avion devait encore être évalué en petit nombre avant de décider de sa flotte à long terme.

Remplacer les F-16 :

L’enjeu consiste à venir remplacer progressivement les actuel 60 F-16 C/D Block52 peu après 2030. L’armée de l’air a achevé l’évaluation technique du remplacement et a décidé que le F-35 serait le chasseur de remplacement le plus approprié. Singapour deviendra ainsi le premier opérateur de F-35 en Asie du Sud-Est et le quatrième en Asie-Pacifique après l’Australie, le Japon et la Corée du Sud. Il deviendra également la première force aérienne du Sud-Est asiatique équipée d'un avion furtif.

DxLQ045U0AA6YmE.jpg

Lors de la prochaine phase, le Ministère de la Défense discutera des détails avec les parties américaines concernées avant de confirmer sa décision d'acquérir définitivement le F-35. Le nombre d’appareil n’est pour l’heure pas décidé.

Pour l’instant il n’est pas précisé quelle version Singapour pourrait acheter. Selon les images fournies par le ministre de la Défense nationale Ng Eng Hen, on voit un F-35A de l’US Air Force portant et dans la seconde, le Ministre regarde un cockpit de F-35B. Cette dernière version pourrait bien intéresser au plus au point le pays, en raison de sa petite taille et du peu d’infrastructures.

Fort lobbying de Lockheed-Martin :

Cette décision n’est en soi pas une surprise, l’avionneur américain travail au corps les militaires du pays depuis longtemps à travers les liens acquis avec le F-16. Par ailleurs, Lockheed-Martin a engagé un important travail de communication lors des éditions du Salon aérien de Singapour avec notamment une maquette du F-35 au marquage RSAF. Par ailleurs, Singapour est un participant à la coopération en matière de sécurité dans le programme, lui donnant accès aux données du programme et lui permettant de demander des études spéciales.

DxLQ044UUAAj92P.jpg

Photos :1 présentation du F-35 à Singapour 2 & 3 le ministre de la Défense nationale Ng Eng Hen avec les deux F-35

17/01/2019

De nouvelles versions du J-20 devraient voir le jour !

987.jpg

L’avion furtif chinois Chengdu J-20 »Weilong », ou puissant dragon devrait donner naissance à de nouvelles versions selon une déclaration faite hier par des experts militaires chinois à la télévision centrale chinoise (CCTV).. Trois versions seraient actuellement à l’étude, l’une serait spécialisée dans le domaine de la guerre-électronique à la manière de l’EF-18G « Growler » de la marine américaine et le second serait un bombardier tactique et la troisième serait une variante pour l’aéronavale chinoise pour venir équiper ses porte-avions.

Une version biplace :

Si la variante actuelle du J-20 est un monoplace, il semble bien qu’un nouveau modèle biplace soit prévu notamment pour la version de guerre-électronique (EW). Ce qui en ferait le premier avion de chasse furtif biplace au monde. En effet, dans le cadre d’un conflit futur hautement numérisé, de grandes quantités d’informations seront disponibles. L’ajout d’un navigateur de combat s’avère important dans le cadre de missions dédiées au traitement des détecteurs adverses et de leur neutralisation. Dans le cadre de l’attaque au sol, le second pilote peut s’avérer une aide précieuse. Toujours selon le reportage de la télévision chinoise, le J-20 sera constamment adapté aux besoins  et constamment amélioré. Reste à voir comment la PLAAF va intégrer le J-20 avec le J-31, lui aussi furtif, mais de taille plus réduite.

 

Le J-20 « Weilong » :

Le Chengdu J-20 « Weilong » (puissant dragon) est l'un des avions de combat les plus perfectionnés selon les dires de l’avionneur chinois. L’avion est censé pouvoir répondre au F-22 américain.

Doté d’une aile de type delta et des plans canards à l'avant, le J-20 dispose de deux empennages verticaux en diagonale mobiles d'un seul bloc. Cependant, Il n'y a pas d'empennage horizontal mobile, les plans canards, les parties mobiles de l'aile delta et les deux empennages diagonaux suffisent à un contrôle optimum. L’avion est doté de la poussée vectorielle, permettant d'augmenter la maniabilité de celui-ci.

Pour l’instant, on ne connaît pas encore le modèle exact du moteur WS-10 qui équipe le J-20. Certains avancent en Chine, qu’il pourrait s’agit du WS-10-T2. Il semble par contre que la version du WS-10 est une dérivée du WS-10B qui incorpore les améliorations portées du WS-10G (14 200 kg), notamment au niveau de la structure de la soufflante et du compresseur. On estime la poussée à 14 tonnes avec postcombustion.

L’avion dispose d’une baie ventrale pour l’armement d’une longueur estimée à 4,5 mètres pour 3 mètres de largeur, l’avion semble pouvoir emporter quatre missiles air-air de moyenne portée PL-15 des missiles air-air à courte portée PL21. Par contre, les missiles air-air de courte portée sont localisés aux niveau des petites soutes latérales de chaque côté du fuselage à proximité des entrées d’air pouvant chacune recevoir un missile air-air PL-10.

Le J-20 mesure 20,3 mètres de long et a une envergure de 12,9 mètres. Il est fabriqués à partir d’alliages avancés, avec un poids à vide d’environ 19 000 kg pour une masse maximum de 32 000 kg. L’avion affiche un plafond de 20 km et une vitesse maximale supérieure à Mach 2 (2 470 km / heure),

Les coûts de recherche et développement du J-20 ont été estimés à plus de 30 milliards de yuans (4,4 milliards de dollars), avec un coût par avion de 100 à 110 millions de dollars.

654.jpg

Photos : J-20 au Salon de Zuhai 2018 @ Taohang Zhou