02/02/2018

L’US Air Force rejette le Scorpion !

53bea29b06088.jpg

L'US Air Force a exclu l'avion d'attaque légère Textron Aviation Scorpion dans le cadre du programme d’essais d’avion d’attaque au sol léger OA-X. Le choix de l’US Air Force se fera en direction de l'AT-6 « Wolverine » de Beechcraft et de l’Embraer A-29 « Super Tucano ».

La nouvelle est un coup dur le « Scorpion » de Textron Aviation visant à obtenir l'approbation de l'US Air Force. Un éventuel choix aurait facilité d’éventuelles exportations. Au lieu de cela, les turbopropulseurs AT-6 et A-29 sont «les deux avions d'attaque légers les plus prometteurs», a déclaré la secrétaire de la Force aérienne, Heather Wilson.

L'AT-6 et l'A-29 participeront à la deuxième phase de l'expérience OA-X de mai à juillet prochain sur  à l'aérodrome de Davis-Monthan en Arizona. La deuxième phase était prévue à l'origine comme une démonstration dans une zone de combat.

Encore faudra-t-il un budget ?

Mais le véritable soutien en ce qui concerne un avion d’attaque légère pour l’US Air Force est aujourd’hui difficile à juger. Il faudra attendre le mois de février pour savoir si l'Administration Trump optera pour un budget.

 

L’AT-6 « Wolverine :

 

2928239945.jpg

Basé sur la cellule de son avion d’entraînement militaire AT-6, Beechcraft a développé une version d’attaque au sol & surveillance pour répondre aux besoins d’appui au sol des unités antiguérillas et de lutte contre les narcotrafiquants. Cette solution devrait convenir selon son constructeur d’évoluer à proximité directe des Forces au sol et ceci de manière plus proches que les actuels A-10.  La réalisation de l’AT-6 Light Attack est la conclusion de nombreux essais effectués entre le constructeur et  l’Air National Guard Reserve Command Test de l’Arizona. L’appareil intègre un système de gestion NetCentric  de combat dérivé de l’A-10, permettant l’utilisation d’un viseur de casque, une tourelle FLIR couplée à un armement complet. La cellule est renforcée et permet de résister aux impacts d’armes légères. L’AT-6 dispose également d’une turbine plus puissante que sont petit frère, une Pratt & Whitney PT6A-68D de 1600 chevaux.L’appareil doit donc pouvoir évoluer et surveiller les frontières, ainsi que les secteurs proches d’unités au sol. Permettre de détecter tout mouvement adverse et d’apporter si besoin une réponse armée.

Le A-29 « Super Tucano :

 

2583994300.jpg

Le « Super Tucano » A-29 est doté d’un turbopropulseur Pratt & Whitney Canada PT6A-68C deux fois plus puissant que celui du Tucano de base et dispose d’une hélice Hartzell à cinq pales. Son fuselage est également plus long et deux mitrailleuses de 12,7mm Herstal M3P sont incorporées dans des ailes, dotées d’un nouveau profil. Effectuant fréquemment des missions à basse altitude et donc exposé à des tirs terrestres, l’habitacle du « Super Tucano » est protégé par un blindage en Kevlar. Un train d’atterrissage renforcé permet d’utiliser des pistes sommairement aménagées. L’appareil possède 5 points d’accrochage, dont un sous le fuselage, permettant d’emporter jusqu’à 1’500 kg d’armement selon diverses combinaisons. Ainsi, un canon de 20 mm peut être installé sous le fuselage, auquel s’ajoute, soit des bombes en chute libre ou guidées, des roquettes ou des missiles de types : AIM-9 Sidewinder, des MAA-1 Piranha ou des Python 3/4. Des réservoirs extérieurs de carburant peuvent également être utilisés pour augmenter l’autonomie de l’appareil. 

 

Photos : 1 Textron Scorpion@ Textron 2 AT-6 @ Beechcraft 3 A-29 @ Embraer

01/02/2018

L’armée britannique prépare le remplacement des Gazelle !

459.jpg

Angleterre, les premiers travaux ont débuté en vue du remplacement de la flotte active de l'armée britannique des derniers 22 hélicoptères Aérospatiale Gazelle AH1.

Il est prévu de remplacer les dernières Gazelle AH1 au sein de l’armée britannique d’ici 2025. Cependant, une accélération du retrait pourrait être décidé, si les coûts de maintenance devaient prendre l’ascenseur d’ici là. Par ailleurs, il semble également qu’une pénurie de pièces de rechange pourrait survenir prochainement.

Le futur remplaçant des Gazelle devra reprendre le rôle d’hélicoptère de reconnaissance et de liaison du champ de batailles et ceci dans des conditions météorologiques difficiles. Selon les premières estimations le nouvel hélicoptère sera plus performant et sera probablement acquis dans un nombre plus petit.

Quel remplaçant ?

Le remplacement des Gazelle anglaise ne laisse au final pas beaucoup de choix en ce qui concerne les futurs prétendants. Trois modèles d’hélicoptères sont actuellement susceptibles de concourir, il s’agit : l’Airbus H125M « Ecureuil », le Bell 429 « Global Ranger » et le MG-900 « Explorer ».

On notera un léger avantage pour l’Airbus H125M qui vient d’être choisi par l’Empire Test Pilot School, justement pour remplacer les 6 Gazelle HT Mk en service.

L’Airbus H125M :

323.jpg

Dérivé de la célèbre famille « Ecureuil », la version militaire offre une maniabilité intégrée, une excellente visibilité et de faibles niveaux de vibrations dans la cabine, le H125 a acquis sa réputation de véritable bourreau de travail multi-mission, devenant un spectacle courant dans les héliports, les aires d'atterrissage des hôpitaux, les centres de police et les aéroports du monde entier . 

L'élégante nouvelle cabine de la H125 dispose d'un plancher plat qui peut être rapidement et facilement reconfiguré pour différents types de missions, notamment le travail aérien, la lutte contre les incendies, l'application de la loi, la recherche et le sauvetage et le transport de passagers.

Bell 429 « Global Ranger » :

 

098.jpg

Le dernier né de chez Bell-Textron, le Bell 429 offre des performances de vol exceptionnelles avec un cockpit en verre totalement intégré. L’appareil est motorisé par deux turbines Pratt &Whitney PWC207D1. Il est le premier hélicoptère certifié par le processus MSG-3, ce qui entraîne des coûts de maintenance réduits pour les opérateurs. L'acheteur aura l'avantage d’une cabine spacieuse avec de grandes portes latérales de 60 pouces, ainsi que la capacité IFR certifié pour des opérations avec un seul pilote.

Le Bell 429 est un biturbine léger de dernière génération. Il rencontre un franc succès sur le marché du secours en raison de sa vaste cabine offrant une modularité et une ergonomie appréciée dans le milieu. Il est également équipé de portes coquilles à l'arrière de la cellule facilitant ainsi le chargement du brancard en configuration sanitaire ou des bagages en configuration VIP.

Sa cabine permet d'accueillir jusqu'à 6 passagers et 2 pilotes. Il est équipé d'un rotor principal à 4 pales et d'un rotor anti-couple également à 4 pales. Le Bell 429 est disponible en version standard, c'est-à-dire avec des patins ou en version WLG avec un train rentrant tricycle. La version "à roues" lui permet de gagner environ 5 nœuds en vitesse mais le mécanisme du train d’atterrissage réduit considérablement la charge utile de la machine.

MD-900 « Explorer » :

345.jpg

Le MD Helicopters MD-900 « Explorer »  a été développé dans les années 1990. Il est également connu sous sa désignation de MH-90 Enforcer au sein de l’US Coast Guard. Conçu ab-initio pour intégrer le système anticouple NOTAR le MD-900 Explorer.Tirant les enseignements des erreurs commises sur le MD 520N les ingénieurs et designers de MD Helicopters décidèrent d'intégrer ce NOTAR dans une poutre de que spécialement adaptée. Initialement désigné MDX ce nouvel hélicoptère visait aussi bien les marchés civils, que parapubliques ou militaires. Particulièrement répandu aux États-Unis et en Angleterre, leMD-900 Explorer a été acquis par plusieurs service de polices. On retrouve également des MD-900 au sein des forces polices allemandes, belges et hollandaise.

 

Photos : 1 Gazelle Britidh Army @ Arjo Stok 2 H125M @ Airbus 3 Bell 429 @ Bell 4 MD-900 @ MD

30/01/2018

Modernisation des Mi-24V/P hongrois !

MI24RG01h.jpg

La Hongrie va moderniser 8 de ses hélicoptères de combat  de type Mi-24V et Mi-24P. Les travaux seront menés par JSC 419 ARZ, JSC Moscou hélicoptère usine Mil, et JSC NPO Geofizika-NV dans le cadre d'un contrat signé par Russian Helicopters et la force aérienne hongroise  HuAF.

 Les huit hélicoptères seront démontés et leurs turbocompresseurs Klimov TV3-117V seront livrés à JSC ODK-Klimov, une filiale de United Engine Corporation de Rostec, pour réparation et prolongation de leur durée de vie. Par ailleurs des travaux de modernisation de l’avionique permettront l’utilisation de jumelle de vision nocturne (NVG).

Les Mi-24 « Hind » hongrois : 

La Hongrie disposait de 40 hélicoptères Mil Mi-24 « Hind » dont 20 Mi-24 « Hind-F ». A ce jour seul 17 appareils sont en core en état de voler, soit 6 Mi-24D, 9 Mi-24V et 2 Mi-24P. 

 

MI24359h.jpg

 Photos : Mi-24 hongrois @ Racz Gyula

 

28/01/2018

L’USAF relance la production d’ailes pour le A-10 !

maxresdefault.jpg

L'US Air Force prévoit de rouvrir un contrat pour produire de nouvelles ailes pour venir équiper les Fairchild Republic A-10 « Thunderbolt II » et préserver au moins quelques-uns des trois escadrons de combattants actuellement en préretraite en l'absence d’un véritable remplaçant.

Rappel :

En 2016, pour maintenir la flotte de A-10 en service, un contrat devait accélérer les travaux de maintenance. Diverses pièces devaient être usinées et Boeing aurait dû continuer à produire de nouvelles ailles pour l’avion. En effet, une partie de la flotte de A-10 a déjà reçu une nouvelle paire d’ailes. Mais il fallait encore remplacer les ailes les plus critiques, des A-10 encore services. Les ailes des A-10 ont été mises à lourde contribution, lors des nombreux déploiements sur divers théâtres opérationnels et de nombreuses fissures ont été décelées. 

Des retards :

Selon le dernier rapport de l’USAF, le contrat de remplacement des ailes arrive à son terme et une centaine d’avions n’ont pas été équipés. La raison de ce retard vient du fait que l’avionneur Boeing va fermer prochainement son usine de Macon, en Géorgie, où les nouvelles ailes des A-10 sont assemblées, avec les panneaux d'aile externes fournis par Korea Aerospace Industries. De plus, le contrat avec Boeing n’était selon l’avionneur, pas rentable.

De fait, l’USAF, prévoit d'acheter plus d'ensembles d'ailes pour l'A-10 avec des fonds disponibles dans le budget actuel et dans la demande de budget pour l'exercice 2019 qui sera publiée en février prochain. L'USAF devra créer une nouvelle chaîne de montage et sélectionner un entrepreneur différent pour terminer le travail de rééquipement des A-10.

Moins de A-10 que prévu :

Ce contretemps pourrait avoir comme conséquence une diminution du nombre de A-10. En effet, L'USAF n'a pas décidé combien des 109 A-10 seront au final doté de nouvelles ailes. Il se peut donc que certains appareils dont les ailes n’ont pas été remplacées soit finalement retiré.

 

1*WTs6CTIUIXJfZ8k6nryTSA.jpeg

Photos : A-10 Thunderbolt II @ USAF

27/01/2018

L’Italie a reçu son second G550 « EITAM » !

6765.jpg

Israël Aerospace Industries a livré à l'armée de l'air italienne son deuxième aéronef d'alerte précoce AEW & C conforme de type Gufstream G550 «  EITAM »complétant un ensemble d'accords réciproques signés par les deux nations en 2012.

Ce second et dernier exemplaire du G550 « EITAM » de commande et de contrôle a été acquis en vertu d'un contrat de 750 millions de dollars qui comprend également du matériel de soutien au sol et un soutien logistique. Rome a acheté séparément un satellite d'observation de la Terre produit par l'IAI dans le cadre de l'accord, tandis que Tel Aviv a acquis 30 avions d'entraînement à réaction Leonardo M-346 pour l'armée de l'air israélienne.

Selon les Forces aériennes italiennes le premier « EITAM » italien a participé à plusieurs exercices avec les forces aériennes de l'OTAN, avec une grande satisfaction.

Le G550 «EITAM» :

Basé sur une cellule d’avion d’affaires Gulfstream G550, le système EITAM est un appareil   de surveillance et d’alerte lointaine AEW & C. Israël Aerospace Industries (IAI) a installé un radar EL/W-2085 à antenne active (AESA) en bandes L et S. La matrice d'émission / réception (T / R) des modules permet au faisceau d'être dirigé électroniquement, ce qui permet au système ne pouvoir se passer d’un rotodome et de voir à 360°. Les israéliens étant très discrets sur les performances du système, on retiendra que celui-ci peut suivre au minimum 100 cibles en même temps et permet l’assistance du suivi d’interception air-air et air-sol de manière simultanée et ceci sur une distance de 200 mille nautiques (370 km).

En plus de ses capacités de détection, le système permet d’analyser les communications adverses et de mener la guerre-électronique. L’EITAM dispose également d’un système complet d’autoprotection. Le G550 permet de patrouiller sur 12.500 km (6.750nm) et dispose d’une autonomie de 11heures de vol.

Les opérateurs aux nombres de six disposent pour leur confort, d’une petite cuisine située au centre de l’avion, les ingénieurs d’IAI ayant également travaillés à un aménagement permettant de diminuer les risques de claustrophobie ou de suffocation dû, à la suppression des hublots. 

En service en Israël, le G550 «EITAM» aurait été utilisé pour gérer la frappe de destruction d’un réacteur nucléaire secret à Al-Kibar en Syrie (opération «Orchard» en 2007) ainsi que des convois transportant des armes au Soudan.

3400.jpg

Photos : G550 « EITAM » italien @ Paul Nelhams