03/08/2017

Le prototype du S-97 « Raider » rate son atterrissage !

S-97-crash-landing.jpg

Le prototype de l’hélicoptère tactique léger S-97 « Raider » a raté son atterrissage après un vol d’essai, au centre de vol de Sikorsky Development à West Palm Beach. Deux pilotes étaient à bord, mais aucun n’a été blessé selon les déclarations de Sikorsky. Il faudra plusieurs semaines avant que l'appareil puisse être réparé et reprenne sa campagne de vol. Mais il semble déjà que cet incident ne remette pas en cause la participation de l'appareil, lors de la compétition pour venir équiper l'US Army.

Le « Raider » de Sikorsky a débuté sa campagne d’essai en vol en mai 2015. Le S-97 « Raider » avec son rotor coaxial rigidedoit être testé à des vitesse jusqu'à 220kt - soit environ 50 kt plus vite que la limite de vitesse de la plupart des hélicoptères classiques.

Le Sikorsky S-97 « Raider » :

Le «Raider» est basé sur la technologie du X-2 développé par Sikorsky à la fin des années 2000. Le démonstrateur X-2 est une plate-forme de 5’000 livres, alors que le «Raider» est d'environ 11’000  livres et permettra d’emporter jusqu’à six soldats en mode assaut. En mode reconnaissance, cet espace pourrait être utilisé pour l'équipement supplémentaire ou des munitions avec 2 pilotes et réservoirs de carburant auxiliaire. Outre, sa vitesse maximale presque deux fois supérieure, à 250 nœuds, le S-97 sera plus manœuvrable et aura une signature acoustique plus faible qu’un hélicoptère standard.

Le principe des rotors contrarotatifs coaxiaux à hélices propulsives offrent des vitesses de croisière allant jusqu'à 250 kt (253 mph), plus du double de la vitesse des hélicoptères classiques, selon Sikorsky. Le S-97 est propulsé par un moteur General Electric YT706, une variante du CT7. 

Pour Sikorsky, ces attributs permettront au S-97 d’égaler ou dépasser les exigences de l’US Army pour son prochain hélicoptère léger polyvalent, car celui-ci, sera en plus, très performant dans les opérations à haute altitude qui posent problème aux hélicoptères légers actuels.

 

408129044.jpg

Photos : 1 Le 97 accidenté 2 lors de son premier vol en 2015@ Sikorsky

02/08/2017

Air Force One, on renégocie !

defense-large.jpg

Boeing et l'armée de l'air des États-Unis ont confirmé avoir repris les négociation en vue de baisser le prix du futur nouvel avion présidentiel « Air Force One ».

Rappel : 

Le nouvel avion présidentiel américain a été sélectionné par l’administration Obama. Le choix s’est porté sur la nouvelle génération du Boeing B747-800 « Intercontinental ». Le remplacement de trois aéronefs de type B747-200 présidentiels (VC-25A) stationnés sur la base aérienne d’Andrews AFB est une grande priorité pour l'US Air Force. L’objectif est de pouvoir continuer à disposer de deux avions opérationnels à tout moment pour le transport du président des Etats-Unis, tandis que le troisième est à l’entretien. Selon un rapport de l’US Air Force, ce taux de disponibilité simultanée pourrait tomber à 28% en 2025" contre 60%, si les trois nouveaux appareils n’entrent pas en service d’ici là. 

On se rappelle les menaces de Donald Trump ayant déclaré sur Twitter « Je vais négocier les prix. Les avions sont trop chers et nous allons faire baisser les prix. Et si nous n'obtenons pas une réduction des coûts nous ne les commanderons pas. Nous allons rester avec ce que nous avons » !

Selon l’équipe de la nouvelle administration américaine, le programme d'acquisition du nouvel Air Force One, a grimpé à 4 milliards de dollars.

Selon l’avionneur américain, le coût du programme de remplacement des deux B747-200 actuels serait de 2,87 milliards de dollars. Hors, selon le catalogue de Boeing un B747-800 se négocie à 378 millions de dollars l’appareil. 

La forte augmentation des coûts est due aux nombreuses modifications de l’avion. Capacité de ravitaillement en vol, protection contre les missiles, aménagement d’un réseau complet de communications sécurisées qui doit permettre au Président d’assurer la gouvernance en vol. Zone VIP, secteur de repos et salle de conférence et bien d’autres options. En évoquant la somme de 4 milliards, Trump semble parier sur de possibles surcoûts.

Achat d’avions existant :

L’une des solutions en négociation comprendrait l’achat de deux Boeing B747-800 « Intercontinental » qui étaient autrefois destinés au transporteur russe Transaero. Ces deux avions sont actuellement stockés au sein de la Southern California Logistics Airport à Victorville, en Californie. Ce rachat pourrait réduire la facture d’acquisition de base (sans les transformations) de près de 35% en lieu est place de construire deux nouveaux fuselages.

La porte-parole de l'Air Force, Ann Stefanek, a déclaré à propos de ces deux avions : "Nous travaillons à un accord pour fournir deux B747-800 « Intercontinental » à la Force aérienne. Cette entente vise à fournir une grande valeur pour l'armée de l'air et le meilleur prix pour le contribuable. "

Le prix catalogue d'un Boeing B747-800i est de 387 millions de dollars, selon l’avionneur. Dans sa soumission budgétaire de l'exercice 2018, la Force aérienne a demandé 434 millions de dollars en financement de recherche, développement, test et évaluation pour le programme de recapitalisation. Le service recherche un financement de 3,1 milliards de dollars d'ici 2022 pour finaliser la mise en service des deux futurs « Air Force One ».

Les négociations portent également sur d'autres points, notamment la surfacturation de plusieurs équipements intérieurs et des systèmes de protection électroniques. 

 

476197332.jpg

Photos : images d’artistes du futur Air Force One@ Boeing

01/08/2017

1 août 1955, premier vol de l’U-2 « Dragon lady » !

u-2_science_04b.jpg

Si, le 1 août est l’anniversaire de la Suisse, ce même jour en 1955 l’avion a effectué par accident son vol inaugural.

Le premier vol de l’avion espion Lockheed l'U-2 « Dragon Lady » a eu lieu accidentellement le 1er août 1955, lorsque les ailes ont soulevé celui-ci par inadvertance le prototype qui effectuait des essais de roulage à grande vitesse.

Le véritable premier vol planifié eu lieu trois jours plus tard avec le légendaire pilote de test de Lockheed, Tony LeViera aux commandes.

Le Lockheed-Martin U-2 : 

Le Lockheed U-2 est un avion de reconnaissance à haute altitude qui fut utilisé intensivement durant la Guerre Froide pour observer les territoires de l’ex-URSS. La caractéristique principale de l'U-2 est sa capacité à voler à haute altitude (70 000 pieds, soit environ 21 000 mètres, deux fois plus haut que les avions de ligne) pour être hors de portée des défenses anti-aériennes. Il dispose d'un important rayon d'action, mais d'une vitesse relativement limitée.

Techniquement, l'U-2 pourrait être considéré comme un "planeur propulsé" en raison de ses énormes ailes qu'on retrouve sur les planeurs. L'atterrissage et le décollage de cet avion étaient très délicats : en effet, le Lockheed U-2 dispose d'un train avant et d'un train arrière en tandem (à l'inverse des autres avions qui ont deux trains arrières et un train avant), auxquels sont rajoutées des roulettes de stabilisation aux extrémités des deux ailes. Ces roulettes tombent au décollage, allégeant l'avion, mais rendant l'atterrissage d'autant plus difficile et impose que du personnel au sol intervienne à chaque atterrissage.

Les premiers vols d'espionnage du Lockheed U-2 ont lieu en 1956. Testé depuis la Zone 51. Le premier objectif était de repérer et de photographier les sites de missiles stratégiques intercontinentaux dans le cadre des programmes de reconnaissance aérienne.

1400697601204.jpg

 

Photos : 1 Un U-2 en vol au-dessus de la zone 51 2 U-2 en vol @ USAF

 

31/07/2017

La Royal Air Force d'Oman a pris livraison de ses premiers Hawk !

2332.jpg

Une cérémonie a eu lieu pour marquer la livraison des deux premiers avions formateurs BAe Hawk MK166  Advanced Jet Trainer (AJT) à la Royal Air Force d'Oman. Les deux avions sont arrivés à la base aérienne de Masirah le 29 juillet  et serviront à la formation des élèves-pilotes, en vue de leur transition sur les nouveaux avions de combat  Eurofighter  « Typhoon II » T2, dont les livraisons ont débuté en jun dernier.

Rappel : 

C’est en 2012 que le Sultanat d’Oman a passé une double commande concernant concerant 12 avions de comabt Airbus DS Eurofighter et 8 avions école Hawk pour.

Au mois de mai, les premiers avions  « Hawk » et « Typhoon » ont été formellement présentés au client lors d'une cérémonie qui s’est tenue au sur les installations de BAE Systems au Royaume-Uni, devant un public, composé notamment de son Excellence Sayyid Badr bin Saud al Busaidi,  Ministre de l'État d'Oman responsable des affaires de défense (MRDA) et le Commandant de la Royal Air Force d'Oman, le vice-maréchal de l'air Mattar bin Ali bin Mattar Al Obaidani.

 Le BAe Hawk AJT : 

La version Hawk MK166 Export AJT (T2 dans la RAF) et le standard destiné à la Royal Air Force d’Oman fait partie de la nouvelle génération de jet destiné au départ pour la Royal Air Force et la Royal Navy.  Le T2/MK166 comprend un affichage moderne de type LCD à la place de l'instrumentation classique et permet la préparation pour le vol des avions de combat modernes, en particulier le tout "en verre".  Les Hawk d’Oman sont doté du nouveau logiciel OC2 qui équipe la RAF et l’Arabie Saoudite. Il utilise un moteur Rolls-Royce Adour 951.Trois pays ont également déjà opté pour ce modèle, l’Afrique du Sud et l’Inde et l’Arabie Saoudite.

1434600087145.jpg

 

Photos : Le Hawk MK166 aux couleurs de la Royal Air Force d'Oman @ Bae Systems

30/07/2017

Des Mi-171 supplémentaires pour la Chine !

Xiao_Qingming.jpg

La Chine a commandé quatre hélicoptères intermédiaires Mi-171E multirôles auprès de la Russie. Cette commande vient d’être confirmée par l'agence russe d'exportation Rosoboronexport.

"Nous avons signé un contrat pour la fourniture d'un lot supplémentaire d'hélicoptères de transport Mi-171E et de leurs actifs en Chine. Nos partenaires recevront quatre appareils", a déclaré le directeur général de l'agence, Alexander Mikheev.

Ce contrat a été signé lors du dernier Salon aéronautique MAKS qui se tenait près de Moscou du 18 au 23 juillet dernier. La livraison sera réalisée entièrement en 2018.

Le Mi-171 E :

Le Mi-171 E dispose d’une avionique numérique KBO-17 développée par Ulianovsk (UIMDB) qui comprend un cockpit en verre permettant à un équipage de deux pilotes au lieu de trois auparavant. Cet équipement permet de voler dans toutes les conditions météorologiques, jour ou nuit. Le système de rotor dispose d'une hélice anti-couple « X-like » et des pales de rotor remodelées en matériaux composites au lieu de métal, ainsi qu'un nouveau moyeu de rotor principal avec plaque oscillante. Cette technologie est dérivée du développement Mi-38, et offre de meilleures qualités de manoeuvrabilité. Avec notamment une diminution des vibrations et une réduction de poids, tout en augmentant l'élévation maximale de 700 kg (1.500 livres). La performance de l'hélicoptère est également améliorée dans des conditions chaudes et élevées, ainsi que dans une forte humidité.

mi171e_china.jpg

Photos : 1 Mi-171 E de l’armée chinoise@ PLAAF 2 Mi-17 russe @ VVF