04/10/2017

Le B-1B jusqu’en 2040 !

b_1_gallery_med_01_960x600.jpg

La Force aérienne des États-Unis a terminé une série d’inspections qui démontre que les tests de fatigue à grande échelle ne demandent pas d'extension structurale majeure pour maintenir la flotte en état jusqu’en 2040.

Des tests d'ailes et de fuselage des B-1B ont été effectué par Boeing à Tukwila près de Washington. Avec 72% des essais sur les ailes et 20% de tests de fatigue du fuselage terminés, l'Air Force estime que le B-1B peut fonctionner jusqu'en 2040 sans avoir besoin d'une extension de vie coûteuse.

Cela signifie que le Rockwell B-1B « Lancer » volera plus longtemps que prévu sans avoir besoin de nouvelles ailes ou d'autres améliorations structurelles. Le B-1B a été initialement conçu pour voler 9’ 681 heures de vol. Mais les données fournies par le centre d’essais en vol de Wright-Patterson AFB, en Ohio, montrent que le bombardier pourra voler plus longtemps, soit près de 19’900 heures de vol.

L’obsolescence :

Le vrai problème qui se pose pour l’US Air Force concerne l'obsolescence des pièces et celle des logiciels. Il faudra, comme c’est le cas pour les B-52, réaliser des pièces détachées personnalisées. De l’autre, l’USAF devra revoir régulièrement les systèmes informatiques, afin de pouvoir les adapter à l’évolution technologique.

Pour ce faire, le flotte de B-1B a déjà reçu de nouvelles radios Rockwell Collins-Joint Tactical Radio System (MIDS-JTRS) pour améliorer la communication en réseautage. Prochainement un programme de mise à jours prévoit l’adaptation du système IFF mode 5 et du système de surveillance automatique ADS-B Out en vigueur pour le trafic aérien de la prochaine génération de la FAA.

Le B-1B a 32 ans : 

Le premier exemplaire a été livré le 29 juin 1985 à l'US Air Force. Le B-1B n’a cessé d'évoluer pour répondre aux exigences d'un champ de bataille en évolution rapide. Capable de remplir une mission nucléaire comme un bombardier classique, il est également capable d’effectuer mission d'appui au sol classique.

Développé par la firme Rockwell à partir de 1974, le B-1B Lancer est un bombardier à long rayon d’action et utilisant des ailes à géométrie variable. C’est l’Administration dirigée par le président Reagan, qui en 1981 le développement de cet avion. Le premier B-1B est sorti d’usine en septembre 1984 et le premier avion fût livré au 96e Bomb Wing à Dyess AFB au Texas. Commandé à 100 exemplaires à l’époque, le « Lancer »subit plusieurs améliorations pour  l’adapter aux multiplications des menaces.

 

b_1_gallery_med_02_960x600.jpg

Photos : Rockwell B-1B « Lancer » @ USAF

03/10/2017

Une première en Suisse: des modifications robotiques sur F/A-18 !

0.0.0.0_Sourcing Serivces.jpg

Un important jalon du deuxième projet de renforcement structurel du F/A-18 a été franchi avec la première modification préventive implémentée sur un Boeing F/A-18 « Hornet » J-5003. Ce premier prototype, réalisé avec un an d’avance sur le programme initial, consiste à améliorer deux positions critiques de la cellule grâce à un fraisage local effectué par un robot.

Une première en Suisse :

58 autres sous-projets sont en phase de développement dans le cadre du deuxième projet de renforcement structurel (SRP2) du F/A-18. La modification en question consiste à fraiser un cadre dans le but d’enlever la couche supérieure sujette à des microfissures et à optimiser la géométrie localement. L’idée est de prévenir la propagation de fissures à cet endroit afin d’éviter des inspections coûteuses et, le cas échéant, des réparations complexes.

L’utilisation d’un robot permet un fraisage de précision et une constante dans l’exécution, avantages importants qu’un travail manuel ne pourrait garantir. Il est intéressant de noter que, lors de la réalisation du prototype, une fissure a été découverte sur une des quatre positions travaillées. Ce cas de figure était prévu et le dommage a été éliminé en fraisant de manière plus profonde. Le robot étant préprogrammé pour cette opération, aucun retard dans l’exécution n’a été déploré. Cette fissure démontre la nécessité et l’urgence de ces modifications préventives. Une réalisation trop tardive des différents travaux ne permettrait en effet plus de prévenir les fissures.

image.171003-wissenswertes-robot.jpg

Coopération internationale:

Le groupe technologique RUAG est responsable du développement des modifications et des inspections. L’entreprise canadienne L3-MAS s’est vite imposée comme sous-traitant de RUAG pour les modifications robotiques car elle a acquis une grande expérience dans ce domaine lors de travaux pour l'Aviation royale canadienne (RCAF).

Le problème principal des modifications robotiques est leurs coûts de développement. Une diminution des charges de moitié a été réalisée grâce à l’excellente collaboration entre les forces aériennes finlandaises et armasuisse. Les dirigeants finlandais ont en effet été convaincus de l’utilité de ces modifications et ont accepté de contribuer financièrement à leur réalisation.

Les travaux de développement ont commencé durant l’été 2015 et se terminent avec le prototype J-5003. Le budget alloué pour ces travaux n’a pas été dépassé et ces derniers se clôturent plus d’un an avant la date prévue dans l’échéancier initial. On peut également noter que ceci n’aurait pas été possible sans le support de la RCAF qui a livré des données essentielles aux analyses de fatigue, lors d’échanges de gouvernement à gouvernement.

209 inspections et 54 modifications :

Le SRP2 consiste en 209 inspections et 54 modifications. Les inspections doivent garantir la sécurité en vol et les modifications ont pour but de prévenir des dommages. La disponibilité de la flotte à moyen et long terme s’en retrouve améliorée et les coûts d’exploitation diminués.

image.jpg

Texte : Michel Godinat, armasuisse

 

Photos : 1 Entretien de Hornet chez RUAG à Emmen 2 Robot effectuant la modification sur l’avion J-5003 3 Points critiques @ armasuisse

 

02/10/2017

Premiers « Black-Hawk » afghans !

image.jpg

Les pilotes de la Force aérienne afghane vont débuter à s'entraîner sur les deux premiers hélicoptères Sikorsky UH-60A « Black-Hawk » qui ont été livré en septembre dernier. Les deux premiers exemplaires sont arrivés à bord d’un avion de transport stratégique Boeing C-17 de l'US Air Force sur la base aérienne de Kandahar.

Plus de 150 « Black-Hawk » en provenance des stocks de l'armée américaine, seront expédiés en Afghanistan au cours des cinq prochaines années pour venir équiper la nouvelle armée du pays.

Selon les plans actuels, ce total comprendrait 61 appareils en configuration d'utilité de base, et environ 58 exemplaires en version armée. Ces appareils vont progressivement venir remplacer la flotte vieillissante Mil Mi-17.

Le Sikorsky UH-60A « Black-Hawk »

Le Black-Hawk est un hélicoptère utilitaire moyen développé pour l’armée américaine. Conçu par Sikorsky pour remplacer le célèbre UH-1, cet hélicoptère effectua son premier vol en 1974 et fut admis au service actif en 1979. Malgré son coût élevé, le Black- Hawk est un hélicoptère tactique très apprécié et qui possède d'excellentes qualités de vol et une bonne maniabilité. Le Black-Hawk se décline en près de 17 versions spécialisées.

GYG3JF7CPNAYXLCHGRJFCIIFYA.JPG

Photos : UH-60A « Black-Hawk » afghans @ US Air Force

 

01/10/2017

Les RC-135W de la RAF au complet !

3232.jpg

La Royal Air Force (RAF) a reçu son troisième et dernier avion oeing RC-135W « Airseeker » de renseignement, surveillance et de reconnaissance (RSR). L'avion n°ZZ666 est arrivé à sur la base de Waddington dans le Lincolnshire quelques mois avant l'annonce. Au total la RAF a payé près de 1 milliard de dollars pour le mise en place du programme « Airseeker » du Royaume-Uni.

De nombreuses améliorations : 

Depuis la livraison du premier « Airseeker »  à la RAF en en 2014, plus de 60 améliorations ont été intégrées sur la flotte, allant de la mise à niveau des systèmes de mission à l'amélioration des moteurs en vue d’une efficacité accrue en terme de consommation et de durabilité. 

Le RC-135W :

Le Boeing RC-135 est la base d'une famille d'avions de reconnaissance électronique conçue à partir du C-135. Le RC-135V/W « Rivet Joint « est l'avion de type SIGINT (Renseignement électromagnétique  et électronique) de l'US Air Force. Il surveille à la fois les communications radio et les signaux électroniques émis par les radars adverses. Il dispose par ailleurs de capacités de brouillage de ces signaux.

Photo :RC-135W de la RAF @ Global Aviation

30/09/2017

La Corée test le Taurus sur un F-15K !

corée du sud,rocaf,missile taurus,kepd 350 taurus,boeing,f-15k slam eagle,blog défense,infos aviation,les nouvelles de l'aviation,aviation et défense,missile de croisière.,saab,abda

Entre les tensions nucléaires avec la Corée du Nord voisine, l'armée de l'air de la République de Corée (ROKAF) a effectué son premier test de missile de croisière Taurus KEPD 350 tiré depuis un Boeing F-15K « Slam Eagle . Le tir est réussi, le missile est venu frapper une cible près de la ville coréenne de Gunsan après avoir volé sur 400 km.

La Corée du Sud a signé une commande pour un total de 177 KEPD Taurus 350K à travers une joint venture constituée de MBDA Deutschland et Saab Dynamics, en novembre 2013, après que les États-Unis ont refusé la vente du missile air-surface AGM-158 (JASSM) à Séoul.  Les missiles Taurus font partie de la stratégie préventive de la Corée du Sud.

Le missile KEPD 350 «Taurus» : 

Le KEDD 350 «Taurus» (Target Adaptive Unitary and Dispenser Robotic Ubiquity System / Kinetic Energy Penetrator and Destroyer)  est un missile de croisière développé fin 2005 et fabriqué par la société germano-suédoise Taurus Systems (EADS/MBDA et Saab Bofors Dynamics).

Le missile possède des caractéristiques de furtivité et a une portée qui dépasse les 500km. Le Taurus est propulsé par un moteur turbofan à la vitesse de Mach 0,9. Le missile dispose d’une double charge explosive de 500 kg de type Multi-Effect Penetrator, HIgh Sophisticated and Target Optimised (MEPHISTO) qui se compose d'une charge principale et d'une charge initiale pour assurer la pénétration des d’éléments durcis comme des bunker, avec un effet de retardement de l'explosion de la charge principale.

Le Taurus peut être utilisé sur les avions : Tornado, Gripen C/D/E et F/A-18 Hornet, le F-15K et sera bientôt qualifié sur l’Eurofighter.

Le F-15 K Slam Eagle :

Le F-15K est un dérivé de pointe du F-15E « Strike Eagle » éprouvé au combat. Principalement développé pour la République de Corée Air Force (ROKAF).  Il intègrent les dernières technologies militaires. Ses capacités multi-rôles lui permettent simultanément d’effectuer  des missions air-air et air-sol ainsi que des missions air-mer.

Le F-15K dispose du radar  les AN/APG-63 avancés (V)1, d’un système de contre-mesures électroniques de troisième génération et doté d'un FLIR couplé à un IRST (Infrared Search and Track). Le pilote dispose du viseur  de casque JHMCS de Boeing.

Le F-15K « Slam Eagle » peut emporter jusqu’à 12’500 kilos de bombes diverses, dont la dernière génération du système guidé JDAM/MK-82. L’appareil emporte le missile de surface anti-navire Harpoon Block II, le SLAM ER et le tout dernier AIM-9X.

Unknown.jpeg

Photos :1 F-15K Slam Eagle @ ROCAF 2 Missile Taurus KEOD 350@ MBDA