26/11/2017

La Finlande veut 64 nouveaux avions de combat !

 

F-18 Hornet 4 NOAM 2012 -harjoitus Lapin lennosto Rovaniemi 2012.jpeg

Helsinki, dans le cadre du programme de remplacement de la flotte actuelle de sa flotte de Boeing F/A-18C/D « Hornet », le ministère finlandais de la Défense prévoit l'achat de 64 nouveaux chasseurs à réaction pour un montant d'environ 7 à 10 milliards d'euros.

Pas question de restreindre les capacités :

La Force aérienne veut un minimum de 64 nouveaux avions de combat multirôle, soit la même dotation qu’actuellement. Pour la Finlande, il n’est pas question de sacrifier sa capacité d’action. La Finlande ne veut pas suivre les exemples de pays voisins, qui sacrifient la dotation et qui se retrouveront dans une limitation de capacités et d’engagement. Pour le pays il est primordial de garder une marge de manœuvre avec un nombre d’avions qui permet de tenir le ciel en cas de situation de tensions.

"Nous avons besoins de 64 avions de chasse, parce que les nouveaux avions ne sont pas plus rapides et ne peuvent rester plus longtemps en l'air que les avions actuels, nous aurons besoin du même nombre de jets pour maintenir la défense aérienne ", Lauri Puranen du ministère de la Défense finlandaise.

Appel d’offres :

Le ministère a annoncé qu'il enverrait des appels d'offres début 2018 à Boeing et Lockheed-Martin, Saab, Dassault Aviation et Airbus DS.

On retrouve une nouvelle fois les grands classiques du moment, avec le Lockheed-Martin F-35 «Lightning II», le Saab JAS-39 Gripen E MS21,  l’Eurofighter «Typhoon II» T3A/B Block20 et le Dassault Rafale F3-R, ainsi que le Boeing F/A-18 E/F « Super Hornet ».

Le Parlement finlandais a décidé qu'il dépenserait entre 7 et 10 milliards d'euros pour l’achat nouveaux avions, ce qui fera de cette acquisition le plus gros achat jamais effectué par la Finlande.

Essais et choix : 

Les essais des aéronefs proposés auront lieu à la fin de 2019 et au début de 2020 afin de démontrer la performance dans des conditions météorologiques difficiles. La sélection est prévue pour 2021, avec des livraisons en cours d'exécution entre 2025-2030.

Photo : F/A-18 C Hornet finlandais@ aviation finlandaise

24/11/2017

Police du ciel : premier test de 36 heures réussi !

ce98cf0f94333c05e8ab3c50f7aef419.jpg

 

Le développement de la disponibilité du service de police aérienne se poursuivra par étapes jusqu’à fin 2020. À terme, il est prévu que deux avions armés soient opérationnels 24 heures sur 24, 365 jours par an. Depuis janvier 2017, le service de police aérienne est déjà disponible tous les jours, week-ends et jours fériés compris, de 8h00 à 18h00. Les Forces aériennes ont toutefois ordonné au service de police aérienne d’atteindre une disponibilité encore plus élevée du 20 au 21 novembre 2017.

Le projet Police aérienne 24 (PA24) vise à atteindre une disponibilité permanente 24 heures sur 24 et 365 jours par an d’ici fin 2020. La phase actuelle de sa mise en œuvre prévoit une disponibilité normale de 8h00 à 18h00, 365 jours par an. Cependant, l’ordre a été donné d’assurer la disponibilité aussi pendant la nuit du 20 au 21 novembre 2017. Ainsi, la disponibilité a pu être maintenue de façon ininterrompue pendant 36 heures.

Avec cette mesure, les Forces aériennes poursuivent deux objectifs : il s’agit, d’une part, de pouvoir ordonner de temps à autre une augmentation aléatoire de la disponibilité afin de rester imprévisible en cassant la routine et, d’autre part, d’acquérir des connaissances utiles pour la mise en œuvre des phases ultérieures, où la disponibilité sera plus élevée. En effet, dès le 1er janvier 2019, le service de police aérienne sera disponible de 6h00 à 22h00, 365 jours par an, et les Forces aériennes seront prêtes à l’engagement tous les jours, 24 heures sur 24, à partir de fin 2020.

Un espace aérien plus sûr :

La surveillance active de l’espace aérien est déjà une réalité depuis 2005. Sa grande utilité a à nouveau été démontrée récemment. En effet, le 31 octobre dernier, un avion de ligne survolant la Suisse a dû procéder à une descente d’urgence, une manœuvre consistant à quitter l’altitude de vol actuelle pour entamer rapidement une descente en raison de problèmes techniques liés par exemple à la pression dans la cabine. La centrale d’engagement de la défense aérienne a suivi cet événement activement. Alors que l’avion avait atteint une altitude d’environ 3500 mètres dans le secteur de Zurich, toutes les données du transpondeur ont cessé d’être transmises. Cet appareil permet d’afficher un aéronef sur les écrans radars du contrôle aérien civil. Si le transpondeur d’un avion tombe en panne, celui-ci disparaît des écrans radars. Quand cela s’est produit, seul le service de la navigation aérienne militaire était encore en mesure de maintenir un contact radar avec l’aéronef en question, car les radars militaires peuvent aussi repérer et afficher des avions qui n’émettent pas de signal activement. Ainsi, les contrôleurs aériens militaires ont pu transmettre en tout temps la situation de l’avion à leurs homologues civils. Cette excellente collaboration accroît la sécurité de l’espace aérien. Des informations ont aussi été transmises à l’armée de l’air allemande, car la trajectoire de vol prévue menait en Allemagne. La situation a pu être clarifiée alors que l’avion se trouvait dans l’espace aérien allemand. Le signal du transpondeur a pu être reçu, et l’aéronef a été redirigé vers Munich afin d’y atterrir.

Une motion datant de 2009 de l’ancien conseiller aux Etats Hans Hess (PLR/OW) est à l’origine de la PA 24. Elle demandait que la disponibilité opérationnelle du service de police aérienne soit aussi garantie en dehors des heures de travail habituelles. Le projet PA24 va permettre de réaliser en quatre étapes la disponibilité opérationnelle permanente avec deux avions armés prêts à décoller en l’espace de 15 minutes au maximum. (Sources DDPS).

 

22/11/2017

Leonardo a livré le premier AW101 à la Norvège !

yourfile (2).jpg

 



Acquis dans le cadre du programme norvégien d'hélicoptères de recherche et de sauvetage tous temps (NAWSARH), l'AW101 a quitté l'usine de fabrication de Leonardo Yeovil, au Royaume-Uni, le 17 novembre pour la base aérienne de Sola, dans le sud de la Norvège. L'hélicoptère va maintenant subir une période de tests opérationnels et d'évaluation avant l'entrée en service au sein de la Royal Norwegian Air Force en 2018.

Les livraisons se poursuivront jusqu'en 2020, les AW101 seront déployés sur six bases. Le ministère norvégien de la Justice et de la Sécurité publique a fait l'acquisition des AW101 pour remplacer sa flotte existante de Westland S-3 Sea Kings. Selon le cahier des charges norvégien, le type d’hélicoptère choisi, est capable de sauver jusqu'à 20 personnes à partir d'un navire à 150nm (277 km) de la base d'exploitation et l'hélicoptère doit avoir d'une portée maximale de 240 à 360nm.

Les AW101 norvégiens vont être équipés d'un ensemble d'équipements SAR de pointe, y compris le nouveau radar Selex-ES Osprey dernière génération opérant à 360 ° et doté d’une antenne active Actif Electronically Scanned Array (AESA). Basé autour d'une conception d'antenne à écran plat, le radar Osprey est le premier radar de surveillance aérienne léger au monde a être construit avec aucune pièce mobile. L’avionique comprend un système à quatre axes numérique automatique pour les commandes de vol (AFCS). De plus, l’hélicoptère est doté de deux treuils de sauvetage, d’un projecteur, d’un dispositif électro-optique, un système de détection de téléphone mobile. L’appareil comprend également deux détecteurs soit un Obstacle Laser Avoidance System (de LOAM) et un Obstacle Proximité système LIDAR (OPLS) qui fournissent des avertissements de contre les et d'autres obstacles dont le sol. Les grandes portes de la cabine et la rampe arrière offrent un accès facile pour le personnel.

 L’AW101 «Merlin» : 

L’AgustaWestland AW101, l’appareil de type tri-turbine doté de structure en nid d’abeille à base d’alliage en aluminium-lithium et composite surmonté d’un rotor à 5 pales vola pour la première fois en 1987. Les difficultés financières rencontrées par Westland obligèrent une réorganisation du groupe pour donner naissance à AgustaWestland et la disparition d’EH Industrie. Les premières commandes furent obtenues en 1991.

L’appareil offre deux motorisations à choix soit, le Rolls-Royce-Turbomeca RTM322 ou le General Electric CT7-8. L’AW101 dispose d’un cockpit doté d’écrans EFIS compatible NVG (Night Vision Goggle) d’un système de communication par satellite, d’un TCAS (Terrain ans Collision Avoidance System). 
Il offre une capacité opérationnelle accrue tout en répondant aux exigences de sécurité les plus récents, qui comprennent la redondance dans les systèmes critiques quand il vole et il est capable de voler durant 30 minutes après que la boîte de vitesses soit à court de lubrifiant.

 Photo : l'AW101 norvégien



20/11/2017

Sortie du premier Tu-160 de nouvelle production !

yourfile (1).jpg

L'avionneur russe Tupolev a présenté le premier bombardier stratégique Tu-160 produit à l'usine Kazan Aviation. Le premier vol de l'avion supersonique à nouveau produit est prévu pour février 2018. Le Tu-160 a été produit pour la dernière fois en 2007. Ce nouvel exemplaire est un test clé de la capacité de Tupolev à restaurer l'assemblage final du célèbre bombardier. L'avion est également doté de sa nouvelle motorisation avec les Kuznetsov NK-32-02.

La Russie a l'intention de se procurer 50 des Tu-160 M2 de nouvelle génération, dont la production en série débutera en 2023.

Début de production en avril dernier :

L'usine aéronautique de Kazan, a officiellement annoncé la reprise de la production du Tu-160M2 « Blackjack » en avril dernier. Il s’agit de la version modernisée du célèbre bombardier. Les futurs nouveaux « Blackjack » vont venir compléter la flotte actuelle qui en pleine modernisation. Le Tu-160M2 est doté une avionique modernisée avec un nouveau cockpit doté d’écrans et de la nouvelle génération d’ordinateur de gestion de vol disponible. Une liaison électronique permettant la communication avec l’ensemble des aéronefs et des éléments des Forces russes sera installée.

Les moteurs Kuznetsov NK-32 sont dotés d’un nouveau FADEC (Full Authority Engine Control) et de diverses améliorations concernant la maintenance.

En matière d’armement, le programme de modernisation va permettre de renforcer la capacité nucléaire de l'avion et la capacité de transporter 12 missiles Raduga NPO Kh-555 (AS-15 Kent) de croisière à longue portée ainsi que des bombes à guidage laser.

Le Tu-160 sera également doté des nouveaux missiles Kh-101 et le Kh-102, avec des ogives nucléaires et conventionnelles. La puissance des ogives nucléaires est estimée à 180-200 kilotonnes. En outre, leur portée atteint les 5’500 km. Toutefois, pour augmenter la portée, il a fallu augmenter la masse de lancement de missiles de 700-800 kg, bien que le poids de l'ogive soit resté la même 400-410 kg.

 Avec une charge jusqu'à 40’000 kg et un rayon d’action (sans ravitaillement) de 12’297 km, et une vitesse maximale de 1’800 km/h le Tu-160 est l’une des armes les plus redoutable de la Russie. Conçu par le Bureau d'études soviétique Tupolev pendant les années 1970-1980, le bombardier porte-missiles stratégique Tu-160 «Blackjack» selon le code de l'OTAN (Cygne Blanc en Russie) est le plus grand et le plus puissant avion supersonique militaire doté d'ailes à géométrie variable. Le Tu-160 est aussi le plus lourd avion de combat au monde et le bombardier ayant la plus grande masse au décollage.

En service opérationnel depuis 1987, le Tu-160 est destiné à détruire des cibles importantes au moyen d'armes nucléaires et conventionnelles. Son équipage comprend quatre pilotes.

Selon le commandant de la Force aérienne russe (VVS) le Général Viktor Bondarev, la Russie devrait construire 35 bombardier stratégique Tupolev Tu-160 « Blackjack » se qui portera à 50 le nombre d’appareils en activité.

3209776271.jpg

Photos : 1 Le nouveau Tu-160 2 Tu-160 en vol

18/11/2017

Premier vol pour "l'Advanced Hawkeye" japonais !

 

yourfile.jpg

Northrop Grumman a effectué le premier vol de l'avion d'alerte précoce et de surveillance E-2D » Advanced Hawkeye » destiné au Japon. L'avion a été terminé au début du mois d'octobre à partir de l'installation de l'avionneur américain à St Augustine, en Floride.,

 

Rappel :

Le ministère de la Défense de Tokyo a choisi l'E-2D en 2014 pour répondre aux besoins de la Force aérienne d'autodéfense japonaise pour les avions d'alerte avancée aéroportés. Il a d'abord commandé un exemplaire solitaire, doublant son engagement en août 2016. Les deux avions devraient être livrés l'année prochaine.

Le Japon exploite actuellement une flotte de 13 anciens « Hawkeye » de modèle C.

Le Hawkeye E-2D « Advanced » :

Les systèmes du E-2D représentent un bond de plusieurs générations dans la technologie des systèmes embarqués d’alerte lointaine et doit permettre de s’adapter aux menaces d’aujourd’hui et de demain. Le Hawkeye E-2D « Advanced » dispose d’un grand nombre de nouveautés avec un radar AESA  AN/APY-9 qui remplace l’ancienne antenne mécanique, le radar permet une couverture totale à 360° et offre un suivi complet air et mer. L’appareil dispose également d’une nouvelle motorisation, soit le Rolls-Royce T-56-A-427A. Un cockpit entièrement numérique, d’un nouveau système d’identification ami/ennemi, de nouveaux postes de travail tactique, ainsi que d’une nouvelle architecture électronique et de communication couplée à une liaison de données.

1958620930.jpg

Photos : 1 Le premier E-2D japonais 2 Le E-2D Advanced Hawkeye @Northrop-Grumman