11/02/2018

Avions de combat, l’Inde a-t-elle encore les moyens de ses ambitions ?

1032530204.jpg

L’Inde multiplie les acquisitions en matière d’achat d’armement et notamment en ce qui concerne ses Forces aériennes. Le pays dispose d’un budget colossal qui fait de nombreux envieux en Europe. Pourtant certains signaux semblent montrer un début d’essoufflement de la part de l’Inde.

De l’achat de nouveaux avions écoles BAe Hawk et Pilatus PC-7, de Sukhoi MKI, de MiG-29MK pour la Marine en passant par la première tranche de Rafale, de Boeing P-8A et la modernisation de la flotte de Jaquar et le soutien au programme national Tejas sans oublier les hélicoptères Apache et Chinook. A cela s’ajoute les différentes compétitions avenir entre le Gripen le F-16 et la relance d’un avion ravitailleur.

Trop de programme :

Les premiers signes d’une limitation des projets semblent aujourd’hui se mettre en place. Le premier concerne la participation de l’Inde au développement du Sukhoi Su-57. L’Inde aurait dû déjà franchir la prochaine étape du processus, qui consiste à s'engager dans un effort de plusieurs milliards de dollars pour développer une variante réelle de l'avion qui serait modifiée pour répondre aux besoins de l'Inde. Pour l’instant rien à l’horizon. La seconde et inévitable tranche d’avions de combat Rafale n’est pas pour l’heure prévue et reste théorique, alors que le renforcement de l’épine dorsale de l’IAF est devenue prioritaire.

Certes, l’Inde semble ces dernières années vouloir diminuer ses liens en matière d’approvisionnement auprès de la seule Russie, et d’opérer une diversification en direction de fournisseurs Occidents. La grande problématique de l’Inde vient du fait que celle-ci ne connaît pas la rationalisation des projets et multiplie les fournisseurs, créant ainsi une montagne de procédures qui ont également un coût.

La difficulté pour l’Inde, est de pouvoir au final acquérir un nombre suffisant d’appareils et non une panoplie hétéroclique d’aéronefs. A plus forte raison, que l’achat d’un ou deux avions de type multirôles d’avèrerait plus efficient et rentable que quatre ou cinq modèles.

A terme l’Inde devra sacrifier un deux projet d’envergure pour pouvoir rentrer dans ses comptes, la question est : le ou lesquels ?

Light-Combat-Aircraft-LCA-Tejas-India-01-Naval-Prototype-NP-1.jpg

 

Photos 1 Su-57 @ Sukhoi 2 le Tejas marine @ HAL

10/02/2018

Slovaquie : Gripen vs F-16 pour remplacer le MiG-29 !

Mig-29AS_slovaque_Mindef_slovaque_.png

 

Le ministère slovaque de la Défense a annoncé durant ce mois de février qu'il entreprend une étude pour examiner la faisabilité des offres soumises par les gouvernements suédois et américain, qui proposent tous deux de nouveaux chasseurs pour remplacer les MiG-29 obsolètes fabriqués en Russie.

Le ministère de la Défense a déclaré qu'il soumettrait au gouvernement de coalition slovaque les résultats de l'étude de faisabilité détaillée de la passation des marchés d'ici le 29 juin pour le Saab JAS 39 Gripen C/D ou éventuellement le « E » et le Lockheed Martin F-16V Block 70/72.

 Pas d’avions d’occasions :

Contrairement à sa première idée le gouvernement slovaque semble se diriger en direction de l’achat d’un avion neuf et non d’appareils d’occasions. Le Saab JAS-39 Gripen en version C/D ou peut- être même au standard « E » semble être le favori. D’une part l’avion permet de travailler en collaboration avec le voisin tchèque en matière de formation et de maintenance et de l’autre une lettre d'intention pour l'utilisation de l'avion de combat Gripen de Saab a été signée en 2014 ouvrant une peu plus la voie de l’avion suédois aus ein de la Force aérienne slovaque. Mais il faudra attendre le mois de juin pour connaître le gagnant de la compétition.

Le Saab JAS-39C/D Gripen : 

2247803782.jpeg

Bien que prochainement dépassé par le nouvelle version « E », le nouveau standard C/D offert par l’avionneur suédois à de quoi intéresser de nombreux pays.

La modernisation au standard MS20 des Gripen C/D englobe les systèmes suivants : une nouvelle architecture électronique pour faire face à l’évolution des menaces et de la guerre électronique à venir. L’arrivée du radar PS-05 Mk4 à antenne mécanique est le développement le plus récent du radar PS-05 radar, développé à l'origine pour l'avion de combat Gripen. Une nouvelle configuration et un nouveau « back-end » complètent et permettent de renforcer les performances en matière de plage de fonctionnement et de détection. Cette nouvelle version à antenne mécanique, doit permettre à la version actuelle du Gripen d’emporter le missile MBDA METEOR (premier avion officiellement porteur) et la dernière version du Raytheon AIM-120C7 AMRAAM. 

Ou le Gripen E :

SAAB-Gripen-E-Flight-Global.jpg

Doté du radar AESA (Active Electronically Scanned Array)  ES05 «Raven» offre une ouverture exceptionnelle et unique au monde sur 200°, l'avion suédois peut voir là ou les autres sont aveugles et ceci grâce au système SWASHPLATE, alors que les radars concurrents ouvrent sur 140°. L'antenne radar produite par Selex-ES est de même conception que celle de l'Eurofighter. Par ailleurs,le  Gripen et le seul à offrirune double liaison de données, soit la Link16 de l'Otan et la TAU propre à la famile "Gripen".

IRST(Infra-Red Seach and Track)le système de capteur passif/actif infrarouge Skyward-G produit par Selex-ES  est synchronisé (transmission de données d’acquisition entre les appareils) et offre également la capacité d’accrocher des missiles en rapprochement pour les combattre.

 Electronique le Gripen E dispose d’une nouvelle architecture électronique (Net Centric Warfare - NCW). Jugée dix fois plus rapide que ses concurrents. Le nouveau système central PPLI (Precise Participant Location and Identification) et relie l’ensemble aux pistes des capteurs internes et externes (RAVEN, IRST, EW39, pod ATFLIR) pour ensuite offrir les meilleures réponses aux menaces.

Large palette d’équipement : la famille « Gripen » est optimisée pour un choix d’armement et d’équipements connexes particulièrement large. Un utilisateur peut donc choisir, entre différents systèmes d’armes européens, américains, israéliens et brésiliens et sudafricain. Il en va de même pour les nacelles « recco » et de désignation laser. Mode Supercruise  & biokérosène : le Gripen E dispose du nouveau moteur General-Electric F-414G avec mode « SuperCruise » qui permet de décoller sans postcombustion à pleine charge et d’atteindre Mach1,2. Avec ce mode, les décibels chutent à 99 contre 123 avec la postcombustion. De plus, le moteur F414G est le seul pour l’instant à être validé avec du biokérosène. 

Lockheed-Martin F-16 « Viper » Block70 :

177509571.jpg

Le Lockheed-Martin F-16 « Viper » Block70 est le dernier et le plus avancé de la famille des « Fighting Falcon ». La configuration F-16V comprend de nombreuses améliorations destinées à maintenir le F-16 à la pointe des avions de combat. Selon Lockheed-Martin, cette nouvelle version va fournir des capacités de combat de pointe tout en restant une solution évolutive et abordable pour le client.

Le F-16V dispose d’un nouveau radar à antenne électronique Electronically Scanned Array (AESA) Northrop-Grumman APG-83 « Radar Scalable Agile Beam ». L'APG-83 fournit aux pilotes une vision inégalée en matière de détail de la zone de cibles et d’affichages cartographiques numérique couplé à un système IRST. L’avionique est également améliorée avec un écran géant 6x8 central (CPD) à haute résolution, un nouveau bus de données à haute vitesse. Les capacités opérationnelles sont améliorées grâce à un nouveau système de liaisons de données Link-16 « Theater Data Link », l’adjonction de la dernière version de la nacelle de désignation « Sniper », d’un nouveau système de navigation et de précision par GPS. L’avion est également doté du système automatique Ground Collision Avoidance (Auto GCAS). En matière d’armement, le F-16V permet d’emporter l’ensemble des armes disponibles et futures en de l’US Air Force.

 

Photos : 1 MiG-29 slovaque@ SaF 2 Gripen C 3 Gripen E @ Saab 4 F-16 Viper @ Lockheed-Martin

 

 

 

 

 

Salon de Singapour, les 50ans de la RSAF !

DVbQ70MWkAARVR6.jpg

L'armée de l'air de la République de Singapour (RSAF) a dévoilé une livrée spéciale pour son Boeing F-15SG en commémoration du 50ème anniversaire de la Force aérienne au salon aéronautique de Singapour. Le président de la ville-état Halimah Yacob était présent pour présenter le dévoilement. 

"Le statut de Singapour en tant que plaque tournante de l'aviation et du commerce est aujourd'hui basé sur la sécurité fournie par une force de défense forte", a déclaré Yacob, "ce n'est pas un hasard si Singapour a évolué rapidement dans notre métropole moderne et animée."

 

«Les systèmes et les capacités que le RSAF a mis en place au fil des années nous offrent une gamme de capacités qui peuvent être utiles dans un large éventail de scénarios pour répondre aux exigences des menaces conventionnelles et non conventionnelles dans un paysage de sécurité en évolution» a déclaré le Maj Gen Mervyn Tan. De la RSAF et d’ajouter : "En tant que petit pays sans profondeur stratégique, Singapour aura toujours besoin de capacités aériennes supérieures pour protéger ses intérêts et ses frontières."

 

yourfile.jpg

Photos : la livrée spéciale du F-15SG@ RSAF

 

09/02/2018

Premier vol pour le Kawasaki EC-2 ELINT !

345.jpg

L’avionneur japonais Kawasaki a effectué le vol inaugural d’une nouvelle version de son avion de transport lourd C-2. Cette nouvelle variante est destinée à la guerre-électronique.

Kawasaki EC-2 ELINT :

Désigné EC-2 ELINT (Electronic Intelligence) en raison de sa mission de guerre électronique, l'aéronef est reconnaissable grâce a plusieurs appendices et autres carénages attachés à son fuselage supérieur et latéral, et au sommet de la queue. Le radôme de l'avion est plus bulbeux comparé à celui de l'avion de ligne, et il est équipé d'un grand nombre d'antennes sous le fuselage.

L’avion va subir une campagne de tests pour ensuite venir équiper la Force d’auto-défense japonaise. Le nombre d'EC-2 en commande n'est pas connu à ce jour.

Le Kawasaki C-2 :

Le Kawasaki C-2 est un avion de transport bi-moteur à longue portée, qui peut transporter des charges utiles lourdes telles que des hélicotpères Mitsubishi H-600, des blindés lourds et des batterries de missiles Patriot. Selon l’avionneur japonais, le C-2 peut transport des charges jusqu'à 26 tonnes. L’avion peut aisément voler des routes aériennes internationales. Le C-2 est alimenté par une paire de moteurs de turboréacteur General-Electric CF6-80C2K. Il dispose d'un système automatisé de chargement et déchargement pour réduire les charges de travail. Les pilotes dispsoent d’une avionique dotée d’un système tactique de gestion de vol, d'un système de navigation de haute précision et de système de d’autoprotection.

234.jpg

Photos : EC-2 ELINT @ Shimizu

08/02/2018

Trump relance l’achat de Super Hornet !

5667.jpg

Le président Donald Trump a placé une commande de 24 avions de combat Boeing F/A-18 E/F « Super Hornet » au menu programme des acquisitions du budget militaire 2019. Cette décision inverse le choix fait à l’époque par l'administration Obama d'arrêter d'acheter le chasseur après cette année.

Combler les retards du F-35 :

La Marine américaine a fait valoir qu'elle a besoin de plus d'avions de type F/A-18E/F pour combler une pénurie dans son inventaire jusqu'à ce que plus de nouveaux F-35 de Lockheed-Martin soient déployés.

La proposition dans le budget qui doit être présentée le 12 février prochain et sera probablement bien accueillie au Congrès, qui a toujours ajouté plus de « Super Hornet » que demandé et a résisté aux plans du Pentagone sous l'ancien président Barack Obama pour l'éliminer. Les législateurs ont approuvé 12 avions supplémentaires au cours de l'exercice 2016 alors qu'aucun n'a été demandé et 12 de plus au cours de l'exercice 2017, lorsque deux ont été demandés. Au cours de l'exercice, les conseillers de la Chambre et du Sénat ont proposé d'ajouter 10 avions aux 14 demandés.

La ligne de production reconduite : 

L’avionneur Boeing se frotte les mains, car l’engagement du nouveau Président permettra de continuer à produire l’avion durant encore quelques années. Ce maintien de la production permettra également à Boeing de venir confiant vers de nouveaux clients, dont les évaluations pour un nouvel avion, va ou vont débuter prochainement.

Par aileurs, cette nouvelle commande conforte Boeing que l’US Navy se rapproche un peu plus du standard BlockIII « Advanced Super Hornet ».

Le Boeing F/A-18 E/F « Super Hornet » :

Le Boeing F/A-18E/F «Super Hornet» est un avion multirôle, capable d'effectuer pratiquement toutes les missions dans le spectre de tactiques, y compris la supériorité aérienne, de jour comme de nuit avec des armes à guidage de précision, chasseurs d'escorte, de soutien aérien rapproché, la suppression de défenses aériennes ennemies, de reconnaissance.  En comparaison du «Hornet» le «Super Hornet» permet des missions à très grand rayon d’action. Le «Super Hornet» est doté du radar AESA (Active Electronically Scanned Array) APG-79 de Raytheon.

FA-18_Super_Hornets_of_Strike_Fighter_Squadron_31_fly_patrol,_Afghanistan,_December_15,_2008.jpg

Photos : Super Hornet de la Nvay@ USN