18/02/2021

Livraison du premier AT-6 pour l’USAF !

at-6e-top.jpg

L'US Air Force (USAF) a reçu son en premier avion d'attaque léger de type Textron AT-6E « Wolverine ». Au total, l’USAF a passé commande pour deux avions d'attaque légers AT-6 E. Ces appareils viendront compléter la paire de Embraer A-29 « Super Tucano ». Ces appareils seront utilisés pour poursuivre les essais d’engagement en matière d'attaque légère (LAE).

Un AT-6 spécifique :

La désignation AT-6E est spécifique à l'USAF pour le « Wolverine » comprend une configuration de base, ainsi que les communications par satellite avec une antenne située au sommet du nez et d'autres équipements comme une tourelle FLIR WESCAM MX-15D, qui comprend également un désignateur laser, de L3Harris. Pour en revenir aux communications, l’AT-6 E est doté de radios ARC-210/VHF/UHF/ avec cryptage AES / SATCOM / Iridium Cell Satellite / AERONet / Full motion ROVER vidéo.

On notera un élément particulier sur l’AT-6 E, soit la livrée camouflage de type « Europe » qui n’était plus de mise depuis la fin des années 1980.

L’AT-6 « Wolverine » Light Attack :

Basé sur la cellule de son avion d’entraînement militaire AT-6, Hawker Beechcraft a développé une version d’attaque au sol & surveillance pour répondre aux besoins d’appui au sol des unités antiguérillas et de lutte contre les narcotrafiquants. Cette solution devrait convenir selon son constructeur d’évoluer à proximité directe des Forces au sol et ceci de manière plus proche que les actuels A-10.  La réalisation de l’AT-6 Light Attack est la conclusion de nombreux essais effectués entre le constructeur et l’Air National Guard Reserve Command Test de l’Arizona.

L’appareil intègre un système de gestion NetCentric de combat dérivé de l’A-10, permettant l’utilisation d’un viseur de casque, une tourelle FLIR couplée à un armement complet. La cellule est renforcée et permet de résister aux impacts d’armes légères. L’AT-6 dispose également d’une turbine plus puissante que son petit frère, une Pratt&Whitney PT6A-68D de 1600 chevaux.

L’appareil doit donc pouvoir évoluer et surveiller les frontières, ainsi que les secteurs proches d’unités au sol. Permettre de détecter tout mouvement adverse et d’apporter si besoin une réponse armée.

Photo : L’AT-6 E « Wolverine » de l’USAF @ USAF

 

 

 

 

17/02/2021

Le Canada modernise ses CH-146 Griffon !

Bell-CH-146-Griffon--Serial-No--146469---408-Tactical-Helicopter-Squadron--CFB-Wainwright--Alberta--Ex-MAPLE-RESOLVE-May-2016.jpg

La Royal Canadian Air Force (RCAF) a lancé un programme de modernisation de sa flotte d’hélicoptères CH-146 « Griffon » (Bell 412). Le programme d’un montant de 640millions de dollars canadien vise une prolongation de vie jusqu’en 2031.

Rappel :

Commandé au début des année 1990 le CH-146 « Griffon » est issu de l’hélicoptère Bell-412 assemblés au Canada sur le site de Mirabel à Montréal. Au total, 85 appareils ont été acquis pour le transport tactique et utilisé pour remplir de nombreuses fonctions, notamment le transport tactique des troupes, les missions de surveillance, d’escorte et de reconnaissance, l’évacuation des blessés, les secours en cas de catastrophe, l’appui aérien des opérations spéciales et les opérations de recherche et sauvetage (SAR).

Modernisation des CH-146 « Griffon » :

Selon le cahier des charges de la RCAF, il est prévu de remplacer certains systèmes de l’avionique de l’appareil, les radios de communication et l’équipement cryptographique, les enregistreurs de vol et de conversations dans le poste de pilotage, les systèmes de navigation, les systèmes de contrôle automatique de vol et les tableaux de commande et d’affichage. De nouveaux écrans EFIS seront installés, une mise à niveau des moteurs et l’intégration d’un système de systèmes de détection et d’alerte missile (MAW) de nouvelle génération. Par ailleurs, le simulateur de vol et les dispositifs de formation seront également mis à niveau.

Bell 412 / CH-146 Griffon :

Le Bell 412 est un hélicoptère léger biturbine, muni d’un rotor principal quadripale et d’un rotor de queue bipale, d’un train d’atterrissage constitué de patins et pouvant transporter jusqu’à 14 passagers. Vers la fin des années 1970, Bell Helicopter décide de moderniser son Bell 212 et de le munir d’un rotor principal quadripale et de plus faible diamètre, afin d’augmenter ses performances. Deux Bell 212 sont modifiés et reçoivent le nouveau rotor, muni de quatre pales en matériaux composites. Le premier vol est effectué en août 1979 et la certification est obtenue en janvier 1981. Directement dérivé du Bell 212, il en garde la cellule robuste et les caractéristiques générales. Le poste de pilotage est équipé de deux sièges anti-crash. La cabine, d’un volume de 6,23 m3, permet de transporter jusqu’à 13 passagers. Les sièges facilement démontables permettent l’emport de fret ou de deux civières en cas de transport sanitaire. Il est toutefois possible, en cas d’urgence, de transporter jusqu’à six blessés sur civières. L’accès à la cabine est facilité par une porte de 2,34 m de large de chaque côté de l’appareil. De plus, ces portes sont largables en cas de nécessité. Un compartiment à bagage de 0,8 0m3, dans la poutre de queue, permet d’emporter jusqu’à 180 kg de matériel. Les turbines sont des Pratt & Whitney PT6T-3B-1 de 671 kW (912 cv) chacune. La capacité totale en carburant est de 1250 L, contenus dans sept réservoirs auto-étanches. Un réservoir de carburant auxiliaire de 620 L peut être emporté, portant la distance franchissable à 980 km.  Un pilote automatique trois axes diminue la charge de l’équipage, lui permettant de mieux se concentrer sur sa mission. Un radar météorologique et un altimètre radar permettent également de faciliter le vol.

Le CH-146 « Griffon » est un dérivé direct du Bell 412EP (Enhanced Performance), il dispose d’un système de vol automatique numérique et des turbines PT6T-3D «Twin Pac » avec un cockpit avec affichage numérique semblable à celui du Bell 429, comportant des écrans multifonctions tactiles.

23.jpg

Photos : CH-146 Griffon @ RCAF

16/02/2021

Tirs air-sol sur la place de Forel !

IMG_6034.jpeg

Les Forces aériennes suisses effectueront des exercices de tirs air-sol dans le lac de Neuchâtel du 15 février au 19 mars 2021. Ces entraînements pourront générer des nuisances sonores. 

Du 15 février au 19 mars 2021, les Forces aériennes effectueront des exercices de tirs d'aviation dans le lac de Neuchâtel, sur la place de tir pour avions de Forel (FR). Des avions de combat de type F/A-18 Hornet seront engagés dans le cadre de ces exercices. Les différents vols peuvent avoir lieu du lundi au vendredi, de 09h00 à 12h00 et 13h30 à 16h00 selon la convention entre les cantons de Fribourg, Vaud et Neuchâtel et le DDPS. Ils pourraient générer des nuisances sonores soudaines et répétitives. 

La place de tir de Forel est utilisée depuis 1926 et fait partie des trois dernières places pour l’entraînement des tirs air-sol des Forces aériennes. Les périodes de tirs s'étendent chaque année de janvier à mai et d'octobre à décembre. 

Lors de ces journées, les pilotes entraînent les tirs air-sol au canon de manière réelle sur des cibles fixes ou en mouvement, placées sur le lac. 

IMG_6035.jpeg

Engagement pour protéger la Grande Cariçaie :

Les exercices de tirs sur le Lac de Neuchâtel sont bien évidemment critiqués par certains pour leurs atteintes à l’environnement, pourtant la réalité est différente. En effet, depuis 5 ans, l’Association de la Grande Cariçaie et armasuisse collaborent à la réalisation de travaux d’entretien des milieux naturels et de valorisation de la biodiversité dans le secteur de la zone de tir de l’aviation de Forel (FR), incluse dans l’une des réserves naturelles de la Grande Cariçaie. Ces mesures, formalisées dans le programme « Nature, Paysage et Armée » de la place de tir de Forel, encadrent à la fois l’usage militaire du site et définissent une série d’interventions pour l’atteinte d’objectifs biologiques dans le secteur. De nouveaux travaux actuellement en cours ont fait l’objet d’une présentation à la presse ce dernièrement.


La place de tir de Forel (FR) est utilisée depuis les années 1960 pour l’entraînement au tir des avions militaires sur cibles d’abord terrestres puis lacustres, et plus récemment pour d’autres exercices militaires comme l’entraînement à la survie des pilotes. Englobée dans la réserve naturelle des Grèves de la Corbière (l’une des 8 réserves naturelles constituant la Grande Cariçaie) au début des années 2000, la zone a fait l’objet en 2012 d’un programme NPA « Nature, Paysage et Armée » dont les objectifs étaient de réduire au maximum les impacts liés à l’usage militaire de la zone, et parallèlement de conserver ou d’améliorer la qualité des habitats pour la faune et la flore sauvage.

 

Validé en 2012, ce programme a depuis lors été mis en œuvre et des mesures en faveur de la biodiversité sont entreprises chaque année, sous la conduite de l’Association de la Grande Cariçaie, avec un financement principal par l’armée.Les mesures réalisées ces dernières années ont principalement consisté à rouvrir des clairières forestières qui s’étaient fortement embroussaillées et risquaient de voir disparaître certaines plantes et animaux liés aux prairies ouvertes. L’autre mesure importante a consisté à créer des connections entre ces clairières en utilisant pour cela les banquettes du chemin traversant la réserve naturelle. L’amélioration de la structure des lisières le long de ce chemin a également permis de restaurer des habitats favorables à certaines espèces spécialisées. Les suivis en cours dans le secteur du NPA montrent que les mesures réalisées semblent atteindre leurs objectifs en favorisant des oiseaux comme le Rossignol ou le Pouillot fitis, mais également une diversité plus large de la faune. (Sources Ass.Grande Cariçaie)

Photos : Tirs d’un Hornet sur la zone de Forel @ DDPS

 

 

 

14/02/2021

L’Argentine avance dans la certification du Pucara Fénix !

unnamed.jpg

L’Argentine travail à la certification de la nouvelle version de l’IA-58 « Pucara », le Fénix. La nouvelle version de l’avion est dotée d’une nouvelle motorisation et d’une avionique modernisée.

Le futur « Pucara Fénix » est doté d’une nouvelle motorisation, un nouveau système de navigation et de nouvelles radio cryptées. Une nacelle de désignation doit venir compléter l’équipement ainsi qu’une vision nocturne.

Rappel :

L’armée de l’air argentine prépare la transformation d’un nombre non divulgué d’avions d’attaque légers IA-58 « Pucara » en variantes de renseignement, de surveillance et de reconnaissance (Intelligence-Surveillance-Reconnaissance /ISR), en le renommant IA-58 « Fénix». Actuellement, 25 IA-58 sont répertoriés en état de vol.

L'armée de l'air argentine prévoit un certain nombre d'améliorations pour maintenir sa flotte d'IA-58 opérationnelle pendant encore 15 à 20 ans et ceci dans son nouveau rôle. La modernisation du « Pucara » en « Phoenix » comprend : le remplacement des deux turbopropulseurs Turbomeca Astazou de fabrication française par des turbopropulseurs Pratt & Whitney PT6A-62. Les hélices à trois pales de l’avion seront remplacées par des hélices à quatre pales du fabricant Hartzell. L'avion bénéficiera de nouveaux équipements ISR, tels qu'un capteur multispectral, un indicateur de cible laser et un radar à ouverture synthétique. De nouveaux équipements de communication seront également installés, notamment un modem de données par satellite.

Cette modernisation à la fois technique et tactique de l’avion est une résultante des maux dont souffre aujourd’hui la FAA avec un budget austère et toujours limité par l’embargo britannique. Il a donc fallu penser de manière créative et réadapter un ancien guerrier en fonction des besoins actuels.

L’IA-58 « Pucara » :

L’appareil, construit par la société publique Fabrica Militar de Aviones, est entré en service en 1975. L’avion d’attaque bi-turbopropulseurs a été piloté pour la première fois en 1969 et 107 exemplaires ont été produits entre 1974 et 1999. C'est en août 1966 que les responsables argentins décidèrent de se lancer dans le développement d'un avion de combat destiné à l'attaque au sol et à l'appui aérien rapproché. Le programme fut tout d'abord désigné AX-02 « Delfin » et devait également déboucher sur une version destinée aux forces aéronavales sous la désignation AX-04. L'avion fut baptisé « Pucara », désignant les murailles de pierres.

Le Pucará a été initialement conçu comme un avion STOL (Short Take Off and Landing) avec des spécifications pour les opérations de contre-insurrection, et a été testé au combat pendant la guerre des Malouines.

270874267.21.jpg

Photos : Le prototype du Pucara Fénix @ FAA

13/02/2021

Les L-39 Ouzbeks modernisés au complet !

FG_3892730-JDW-10448.jpg

Aero Vodochody a livré les six avions d'entraînement à réaction L-39C Albatros modernisés à l'Ouzbékistan, concluant un contrat de révision lancé en 2018.

Le constructeur tchèque a annoncé le 10 février que la livraison finale à la République d'Asie centrale avait eu lieu trois jours auparavant le délai final du contrat.

Les L-39 Albatros, ont subi une révision générale chez Aero Vodochody. Une partie de la révision des avions ouzbeks comprenait une modernisation partielle de leur équipement à bord. L'Ouzbékistan a confié à l'entreprise, la révision de ses six L-39 avec l'aide d'Omnipol en septembre 2018. En 2019, les six machines sont arrivées dans les installations d'Aero à Vodochody, en République tchèque, dans le plus strict secret.

Pour les travaux de modernisation, l'équipement de communication soviétique d'origine a été remplacé par des systèmes de fabrication tchèque. L’avionique et des aides à la navigation sont de type Garmin et ont également été installées. La boussole radio a également été remplacée par une technologie plus moderne, et l'indicateur de givrage a été remplacé par un nouvel équipement fabriqué par Rosemount Aerospace.

L'Ouzbékistan est le premier d'un certain nombre de clients à avoir opté pour des révisions et des modernisations effectuées par le fabricant d'origine, Aero Vodochody, qui est le seul au monde autorisé pour ce type de révision.

Photo : L-39C modernisé Ouzbek @ Aero Vodochody