09/04/2018

La Colombie va recevoir ses S-70i« Black-Hawk » !

 

Sikorsky_S-70i_Blackhawk,_PZL-Mielec_JP7213250.jpg

L'armée de l'air colombienne va recevoir prochainement des hélicoptères Sikorsky S-70i « Black Hawk ». Sikorsky prévoit de livrer un premier lot de trois Black Hawks S-70i commandés par l'armée de l'air colombienne en août, suivi d'une deuxième série de livraisons en octobre.

 

Grand utilisateur du « Black-Hawk » :

La Colombie est le second opérateur, par le nombre d’appareils en service, de l’hélicoptère Sikorsky UH-60 « Black-Hawk » après l’US Army. L’ armée de terre dispose de 55 UH-60, l’armée de l’air de 32 appareils et la police 7.

Avec l’arrivée prochaine de la nouvelle version S-70i, la Colombie va renforcer un peu plus sa capacité de transport tactique et d’appuis.

Le Sikorsky S-70i :

Le Sikorsky S-70i est un dérivé des versions MH-60 destiné à l’exportation. La nécessité d'une plate-forme d'un tout nouveau Black-Hawk. Le Hawk «M» a émergé durant les années 1990 avec l'obligation de mettre à jour l’avionique analogique des UH-60A et UH-60L avec un cockpit numérique intégré, des commandes de vol numériques doublées et des moteurs plus puissants et des améliorations structurelles. Conçu par Sikorsky est doté d’une interface de Lockheed Martin, le S-70i (MH-60) représente l’évolution des versions précédentes, grâce aux leçons apprises durant les différents déploiements et durant les nombreuses opérations de ces dernières années. Cette nouvelle version permet un engagement multi-missions en utilisant un équipage de trois personnes. Outre, l’attaque de navires et de sous-marins, l’hélicoptère est susceptible de remplir l’ensemble des missions secondaires telles que : la recherche et le  sauvetage (SAR), le  ravitaillement vertical, le soutien aux incendies de surface, l’évacuation médicale (MEDEVAC)  ainsi que le relais des communications.

Photo :S-70i @ Sikorsky/PZL

 

 

08/04/2018

Production du Super Hornet jusqu’en 2025 !

32.jpg

Au sein de la division « avions de combat » de Boeing, le sourire est à nouveau sur les lèvres des employés chargés du « Super Hornet ». Il y a encore quelques mois, la ligne de production était condamnée à une fermeture pour 2020, mais l’arrivée de nouvelles commandes prolonge, celle-ci à 7 ans, soit jusqu’en 2025.

Trump & le Koweit:

La première bonne nouvelle est venue de l’Administration Trump avec une commande de 24 avions de combat Boeing F/A-18 E/F « Super Hornet » au menu programme des acquisitions du budget militaire 2019. Cette décision inverse le choix fait à l’époque par l'administration Obama d'arrêter d'acheter le chasseur après cette année. La Marine américaine a fait valoir qu'elle a besoin de plus d'avions de type F/A-18E/F pour combler une pénurie dans son inventaire jusqu'à ce que plus de nouveaux F-35 de Lockheed-Martin soient déployés. 

La proposition dans le budget qui doit être présentée le 12 février prochain et sera probablement bien accueillie au Congrès, qui a toujours ajouté plus de « Super Hornet » que demandé et a résisté aux plans du Pentagone sous l'ancien président Barack Obama pour l'éliminer. Les législateurs ont approuvé 12 avions supplémentaires au cours de l'exercice 2016 alors qu'aucun n'a été demandé et 12 de plus au cours de l'exercice 2017, lorsque deux ont été demandés. Au cours de l'exercice, les conseillers de la Chambre et du Sénat ont proposé d'ajouter 10 avions aux 14 demandés. Au total, la Marine achète 24 Super Hornets au cours de l'exercice 2018, et plus de 100 chasseurs supplémentaires sont prévus pour l'approvisionnement au cours des cinq prochaines années.

La seconde nouvelle est apparue le 3 avril dernier avec la signature du contrat avec le Koweït pour  la production et la livraison de 22 F/A-18E et 6 F/A-18F « Super Hornet ».  

Nouvelle version et exportations :

2992116781.jpg

A celà, s’ajoute le développement du nouveau standard Block III, également connu sous la dénomination « Advanced Super Hornet » qui viendra moderniser progressivement les versions actuelles du « Super Hornet » au sein de la Navy et qui pourra le cas échéant être commandé par celle-ci et pourquoi pas à des clients à l’exportations. Boeing avançait l’idée de proposer le BlockIII à la vente pour la Finlande et la Suisse. De plus, l’avion est également en concours actuellement en Inde. 

Par ailleurs, Boeing revendique le faible coût d'exploitation de l'avion et sa capacité à être mis à jour rapidement. Pour Jennifer Splaingard, gestionnaire du programme Boeing pour le développement du F/A-18: «Ce qui la rend vraiment compétitif, c'est la capacité à fournir rapidement des capacités à un coût abordable ».

Le Boeing F/A-18 E/F « Super Hornet » :

Le Boeing F/A-18E/F «Super Hornet» est un avion multirôle, capable d'effectuer pratiquement toutes les missions dans le spectre de tactiques, y compris la supériorité aérienne, de jour comme de nuit avec des armes à guidage de précision, chasseurs d'escorte, de soutien aérien rapproché, la suppression de défenses aériennes ennemies, de reconnaissance.  En comparaison du «Hornet» le «Super Hornet» permet des missions à très grand rayon d’action. Le «Super Hornet» est doté du radar AESA (Active Electronically Scanned Array) APG-79 de Raytheon, des écrans plus grands tactile de 19 x 11 pouces. Un système d'alerte et de recherche infrarouge IRST complète les capteurs.

12.jpg

Photos : 1 & 3Super Hornet  3l’Advanced Super Hornet@ Boeing

06/04/2018

Eurofighter, sensible retard pour le radar AESA !

1085458406.jpeg

Le développement du nouveau radar a antenne à balayage électronique pour l'avion de combat Euro Fighter est en cours d'exécution, mais avec 13 mois de retard. De fait, le nouveau radar ne pourra pas être livré comme prévu cette année a confirmé un rapport du ministère de la Défense allemand.

En outre, la part de l'Allemagne dans le développement du radar a augmenté de 585 millions d'euros par rapport à l'estimation initiale, indique le rapport. L'acceptation et la livraison des avions du Block 25 (standard T3) continuent d'être retardées en raison d’une faiblesse dans la démonstration du nouvel ordinateur frontal révélé en 2017, indique le rapport.

Les retards sont dus à des difficultés imprévues dans le développement de logiciels et à une divergence persistante entre l'Allemagne et le Royaume-Uni sur la fonction principale du radar et à l'approbation tardive d'un nouvel ordinateur frontal. En outre, la "disponibilité limitée des composants radar souffre d’un retard de production.

airbus ds,eurofighter,typhonn2 t3,radar aea,radar captor-e,blog défense,aviation et défense,les nouvelles de l'aviation,aviation francophone,avia news le blog de pascal kümmerling

Selon les estimations actuelles de l'industrie, le plan de développement peut continuer à être respecté, mais maintenant avec un risque de développement logiciel très élevé. Les partenaires industriels d'Eurofighter, ainsi que le consortium Eurofighter confirment que le programme se déroule comme prévu et que ce retard ne remet pas en cause le développement de la nouvelle version du « Typhoon II ».

La capacité de l'équipement radar et du système d'armes Captor-E devrait être améliorée avec la capacité requise (norme P3E) pour venir équiper prochainement la force aérienne du Koweït.

Les Eurofighter au standard T3 dont l’architecture repose autour du nouveau radar à balayage électronique actif Captor-E du consortium Euroradar offrant un champ de vision de 200 degrés. Il pourra emporter le pod de ciblage Lockheed Martin « Sniper » et des armes à guidage de précision, notamment le missile air-sol « Brimstone II » de MBDA et le missile de croisière « Storm Shadow ». L’avion emportera également les bombes à guidage laser GBU-12. La livraison de l'avion au standard T3 commencera en 2020.

2608938600.jpg

Photos :1 Eurofighter Typhoon T3 2 radar Captor-E @ Eurofighter

 

 

05/04/2018

Le Sénégal opte pour le L-39NG !

2542452017.jpg

Aero Vodochody a obtenu son premier acheteur pour la nouvelle génération de avion école et d’attaque légère L-39NG. La commande du Sénégal comprend 4 appareils, la fourniture de services de formation pour les pilotes et les techniciens de maintenance, ainsi que du matériel de soutien au sol, des pièces de rechange et un soutien logistique.

Les L-39NG viendront compléter le trio d'avions Embraer EMB-314 « Super Tucano » de l'armée de l'air sénégalaise. Les livraisons du nouveau modèle devraient débuter en 2020.

Le L-39NG est alimenté avec un nouveau moteur Williams FJ44-4M. L'avion a effectué son premier vol le 14 Septembre 2015 avec notamment l'essai une nouvelle centrale électrique. Les récents tests ont également permis de vérifier le bon fonctionnement de l’avionique qui équipe le poste de pilotage. Le L-39NG est doté du système Genesys Aerosystems qui comprend un nouvel affichage multifonctions (MFD) et un affichage tête haute (HUD).

Pour l’avionneur tchèque le L-39NG sera un avion école moderne et efficace, conçu comme un système d'entraînement complet et unifié pour les forces aériennes modernes. Le L-39NG est basé sur le concept aérodynamique du célèbre L-39, mais utilise les dernières technologies. La nouvelle avionique de l'avion permettra de venir former les futurs pilotes d'avions de 4ème et de 5ème générations. Le L-39NG est équipé de cinq points de fixation pour des armes. L'avion dispose d'un large éventail de technologies de simulation, y compris l'intégration dans les centres de simulation tactique de haute technologie dans le but d'accroître l'efficacité de l'entraînement. 

Pour Aero Vodochody le L-39NG est une solution moderne ayant un faible coût. Ce concept doit répondre aux besoins des Forces aériennes qui doivent régulièrement revoir les dépenses à la baisse.

751248561.jpg

Photos :Le L-39NG @ Aero Vodochody

 

 

Nouvelle étape franchie pour le KC-46A !

1.jpeg

Everett, Washington, Boeing a récemment franchi une étape importante de certification suite à un vol de ravitaillement réussi entre deux avions-citernes KC-46. Le programme du ravitailleur KC-46A vient de terminer sa certification de type supplémentaire (STC).

Un KC-46 transféré avec succès 146.000 livres de carburant à un second KC-46, tout en obtenant le taux de transfert  de carburant  de 1'200 gallons par minute. Les deux avions ont décollé et atterri à Boeing Field, au sud de Seattle.

Pour ses essais STC Federal Aviation Administration, le KC-46 a démontré la capacité de recevoir en toute sécurité / efficacité du carburant à partir de trois autres avions-citernes : KC-46, KC-135 et un avions KC-10. Dans le cadre de la série de tests, le KC-46 ont pris 540,600 livres de carburant et complété 68 contacts avec des avions de ravitaillement.

En service, le KC-46 pourra ravitailler en carburant les avions des Etats-Unis ainsi que les avions militaires alliés et de la coalition en utilisant son bras et flexible. Mais le KC-46A devait également démontré sa capacité à être lui-même ravitaillé, afin de pouvoir étendre sa gamme opérationnelle.

À ce jour, les KC-46A ont bouclé  2’700 heures de vol et plus de 2’500 contacts pendant le ravitaillement des vols avec des avions de type : F-16, F/A-18, AV-8B, C-17, A-10, KC-10 et KC-46.

1-1.jpeg

Photos :ravitaillement entre deux KC-46A @ Boeing