15/03/2017

Le Canada prépare l’achat de Super Hornet !

397900558.jpg

Le Canada vient de franchir une nouvelle étape dans sa volonté d’acquérir une flotte transitoire composée de 18 Boeing F/A-18 E/F « Super Hornet » avec une lettre de demande d’information au gouvernement américain.

Le Canada attend une réponse des États-Unis pour cet automne, indique un communiqué de presse du gouvernement du 14 mars. De fait, nous assistons à la première partie des négociations entre le gouvernement du Canada, le gouvernement américain et l’US Navy pour déterminer les besoins canadiens pour ces appareils, les configurations possibles et ce qui sera inclus dans le «package» final.

Le Canada prévoit d’acquérir le standard BlockII du « Super Hornet ». Celui-ci pourrait également à l’avenir évoluer au BlockIII, soit « L’Advanced Super Hornet ». En matière de coûts, le gouvernement canadien estime qu’un « Super Hornet » standard se négocie aux allentours de 65 millions de dollars US. En fonction des options choisies, le coûts total pourrait attendre les 90 millions de dollars US, soit une facture encore très inférieure à celle du F-35.

Par ailleurs, on apprend que Boeing et le nouveau gouvernement américain s’engagent à appliquer la politique des avantages industriels et technologiques à cette acquisition potentielle, ce qui oblige les fournisseurs à faire des investissements au Canada égaux à 100% de leur valeur contractuelle.

 Les États-Unis et le Canada pourraient conclure un accord officiel sur la flotte de « Super Hornet » au début de 2018.

 

Photo: Boeing F/A-18 E/F « Super Hornet » @ USN

14/03/2017

Chine, L’Y-20 « Kunpeng » en production !

456.jpg

L’Armée de libération de la Force aérienne du peuple (PLAAF) a pris possession de ses deux premiers avions de transport tactique Xian Y-20 « Kunpeng » en juin de l’année dernière pour des essais opérationnels. Ceux-ci se sont révélés pleinement satisfaisant.

Production et moteurs chinois :

Xian Aircraft Industrial Corporation en collaboration avec la PLAAF vient de déclarer le lancement de la production du de l’avion de transport. Au total se sont pas moins de 400 appareils qui viendront équiper l’armée chinoise. De plus, selon l’avionneur un nouveau calendrier de production prévoit l’installation de moteurs chinois d’ici 2019. Actuellement le Y-20 est doté de moteurs russes NPO Saturn Soloviev D-30KP2 de 10,5 tonnes de poussée. Selon les données disponibles, Xian compte équiper le Y-20 de moteurs chinois Shenyang-Liming WS-20 qui produiront 14 tonnes métriques de poussée et permettront ainsi à l'Y-20 d'atteindre sa charge utile maximale de 66 tonnes. Actuellement ces moteurs sont en phase de qualification sur un IL-76.

Xian Aircraft déclare pouvoir produire 20 Y-20 par an d’ici deux ans. Par ailleurs, l’avionneur travaille sur une nouvelle version civile de l’avion et un modèle plus lourd ayant une charge utile de 200 kg (440 lbs).

 

Le Xian Y-20 « Kunpeng » :

Le Xian Aircraft Industrial Corporation Y-20 « Kunpeng » est l’aboutissement d’un long programme, devant permettre à la Chine de se doter d’un appareil lourd de transport militaire stratégique. Les ingénieurs chinois n’ayant pas d’expérience pour un tel appareil, ils ont dû faire appel à des consultants russes et ukrainiens en ce qui concerne les domaines critiques de l’avion. D’une envergure de 50 mètres. L’avion utilise de nombreux matériaux composites. Pour abaisser les coûts de fabrication, plusieurs éléments ont été produits à l’aide d’imprimantes 3-D.

Exploité par un équipage de trois personnes, l’Y-20 est conçu pour transporter jusqu’à 60 tonnes de fret jusqu’à 4’400km (2'734 miles) à une vitesse de croisière de mach 0,75 et avec un plafond pratique de 13'000 mètres (42'700 pieds). Selon l’avionneur chinois, l’avion est capable de décoller sur 700 mètres. L’avionique comprend quatre grands écrans couleurs EFIS.

L’avion ne semble pas pour l’instant disposer de capacité de ravitaillement en vol. Il semble également que l’avionneur prépare une version dotée d’un radar d'alerte précoce (AEW), d’une version de guerre électronique et d’une variante destinée au ravitaillement en vol.

3234.jpg

 

Photos : 1 Y-20 Kunpeng @ Zu Wei 2 Y-20 en vol @ Zhangliming

13/03/2017

Un nouveau radar pour les V-22 « Osprey » !

V22-Osprey.jpg

L’US Air Force (USAF) prépare l’intégration d’un nouveau radar pour venir équiper les flottes de CV-22B et MV-22 « Osprey ».

Selon la demande de l’US Air Force, les 50 CV-22B et les 50 CV-22B actuellement en service recevront en rattrapage le radar Raytheon AN/APQ-187 Silent Knight Radar (SKR). Les futurs V-22 en seront également dotés et seront connu sous le standard Block30 soit la troisième amélioration de l’aéronef.

Raytheon AN/APQ-187 Silent Knight Radar :

Le radar multi-modes (MMR) APQ-187 Silent Knight Radar (SKR) offre un suivi du terrain et une capacité d’évitement pour une grande variété d'avions militaires. Le MMR permet de voler en toute sécurité jusqu'à une distance de 100 pieds la nuit, dans des conditions météorologiques défavorables et dans des environnements très menaçants. Il réduit la probabilité de détection par les forces ennemies et augmente la réussite de la mission et en minimisant le temps passé dans la plage de menace. Il réduit les risques pour l'équipage et l'aéronef en équilibrant l'altitude de bas niveau avec des considérations de sécurité de vol. Le SKR utilise des algorithmes de contrôle éprouvés, des logiciels fiables et intégrés pour fournir un système de confiance élevée. Les modes du SKR comprennent:

Le suivi de terrain (TF)

Une faible puissance / faible vitesse (LP / LV) TF

Capacité d’évitement du terrain (TA)

Cartographie au sol (GM)

Distance air-sol

Détection météorologique (WX)

Interrogation de balise (BCN)

Modes de balayage croisé (TF / TA, TF / GM, TF / WX, TF / BCN)

Mode passif 

Le Bell/ Boeing V-22 « Osprey » :

Le V-22 « Osprey » est aéronef de transport multirôle utilisant la technologie du rotor basculant pour combiner  les performances en vol vertical d'un hélicoptère avec la vitesse et la portée d'un aéronef à voilure fixe. Avec ses nacelles et les rotors en position verticale, il peut décoller, atterrir et décoller comme un hélicoptère. Une fois en vol, ses nacelles basculent. Pour se comporter comme  un avion à turbopropulseur capable de haute vitesse et  de vol à haute altitude.

 

323.jpg

Photos : V-22 Osprey de l’US Marines Corps @ USMC

 

 

 

12/03/2017

L’US Navy doit maintenir plus longtemps le E-6B !

884798b32318125ca90b47fe3f689df8.jpg

La Marine américaine cherche à recapitaliser sa flotte aérienne de E-6B de commandement et de contrôle ce qui pourrait donner lieu à une coentreprise avec l'US Air Force.

Les E6-B de la Marine américaine soutiennent l’engagement des sous-marins lanceurs de missiles balistiques et permettent à l'USAF de lancer des missiles si les centres de commandement sur le terrain deviennent inutilisables pendant une crise nucléaire.

Lors d'une audition au Congrès datant du 8 mars dernier, le chef du Commandement Stratégique américain a déclaré aux législateurs qu'il avait ordonné à la Marine d'examiner le remplacement des E-6B. Sauf, que les moyens financiers de la celle-ci ne permettent pas une telle option pour l’instant. De plus, l’US Navy à modernisé sa flotte de E-6B en 2002, lorsque Boeing a offert une modernisation spécifique pour l’ensemble des B707 avec un nouveau poste de pilotage, un système de communications à large bande et un équipement de gestion de combat, de commandement et de contrôle. De fait l’US Navy va devoir compter sur le E-6B au moins jusqu’en 2038 avant de pouvoir remplacer le vénérable appareil. Cependant, la Marine américaine réfléchit à un programme conjoint avec l'US Air Force en vue de recapitaliser la flotte de E-6B avec l’US Air Force. L’idée devrait permettre par exemple de moderniser en commun l’avion et de partager les coûts.

Le Boeing E-6B « Mercury » :

Le Boeing E-6 Mercury est un poste de commandement aéroporté destiné à la Marine américaine dans le cadre d'une riposte nucléaire. Il est directement basé sur la cellule du B707. Sa mission est dite « TACAMO » pour « Take Charge And Move Out », « prendre en charge et s'en aller ». L ‘E-6B est doté de plusieurs équipements électronique de haute technologie, tels un GPS différentiel, divers systèmes de communications à basse et très basse fréquence. Dans ce cas deux antennes filaires sont tractées et rangées dans des conteneurs spéciaux dans le fuselage de l'avion. La première a une longueur de 1 220 mètres et la seconde de 7 925 mètres. Elles permettent de communiquer avec les submersibles en plongée. Outre sa livrée blanche caractéristique l'E-6 « Mercury » se reconnait au premier coup d'œil par le bulbe d'extrado sur le fuselage qui renferme divers équipement électroniques dont le système radar AN/ALR-66. Au-dessus de son cockpit triplace l'avion dispose d'un réceptacle de ravitaillement en vol destiné à lui accroitre le rayon d'action. Le Boeing E-6 Mercury est le plus gros avion à avoir porté les couleurs de la marine américaine.

 

AIR_E-6B_Landing_lg.jpg

Photos : Boeing E-6B « Mercury » @ USN

Conception préliminaire terminée pour le B-21 !

b-21bomber-northropgruman.jpg

Washington, le nouveau bombardier B-21 de l'US Air Force a récemment franchi une étape importante en terminant son examen de conception préliminaire.

Au cours d'une audience du Comité des services armés de la Chambre sur la dissuasion nucléaire, le général Stephen Wilson, vice-chef d'état-major de l'armée de l'air, a dit aux législateurs qu'il recevait régulièrement des mises à jour sur le programme de développement du futur B-21 « Raider ». Les Ingénieurs de Northrop-Grumman ont ainsi terminé l’examen de conception préliminaire récemment.

Concernant le revêtement furtif :

Selon les dernière informations disponibles et il y en a très peu, le futur bombardier B-21 devrait recevoir son revêtement furtif dans la même usine qui avait en son temps équiper l’actuel B-2 « Spirit ». Il s’agit des installations de la «42 Force Air Force Plant» à Palmdale, en Californie.

A ce sujet, Northrop-Grumman a reçu une modification de contrat de 35,8 millions de dollars en janvier dernier pour la construction d'une nouvelle installation destinée à la préparation du revêtement furtif de 45 900 pieds carrés sur le site de Palmdale.

Le prix du B-21 :

L’US Air Force n’a pas révélé la valeur totale du contrat attribué à Northrop, mais on estime que l'appareil coûtera environ 550 millions de dollars par appareil.

 

342.jpg

Photos : Image du B-21 « Raider »@ Northrop -Grumman