24/06/2020

F-35 : enquête au Congrès !

190206-f-od616-0028__main.jpg

Nouvelle épine dans le pied du programme F-35. Des membres du Congrès lancent une enquête sur le programme d'avions de combat F-35 de l’avionneur Lockheed- Martin. Cette enquête est lancée suite au fait que l'armée américaine avait dépensé 300 millions de dollars au cours des cinq dernières années pour des pièces défectueuses et manquantes.

L’enquête menée par l'inspecteur général du ministère de la Défense a déclaré que le bureau supervisant le programme de pièces de rechange "n'a pas reçu ... des pièces de rechange destinées au F-35 conformément aux exigences du contrat et a payé des primes d'incitation à la performance sur les contrats de maintien en puissance basées sur un nombre d’heures de vols gonflé et non vérifier. Il s’avère également que la disponibilité des F-35A en serait diminuée davantage que ce qui était prévu. 

Selon les GAO, le problème des pièces détachées continuera de coûter aux militaires environ 55 millions de dollars par an, selon un récent rapport. Maintenant, les problèmes attirent l'attention de la représentante des États-Unis, Carolyn Maloney, D-N.Y., Qui préside le comité de la Chambre sur la surveillance et la réforme. Elle a envoyé une lettre à Lockheed-Matin mardi dernier demandant des milliers de documents liés au programme de pièces détachées du F-35.

Selon cette dernière, "L'armée dépense des dizaines de millions de dollars par an pour surmonter les problèmes non résolus avec le système que Lockheed- Martin a construit et entretient pour suivre les pièces de rechange du F-35", indique la lettre. « Ces problèmes doivent être résolus rapidement, car ils créent un lourd fardeau administratif pour le personnel de maintenance ». Selon les investigations du Congrès, les problèmes liés aux pièces de rechange sont « omniprésents » et demande une main-d'œuvre énorme.

120719-F-NQ744-003.JPG.png

Photos : Maintenance F-35A @ USAF

 

 

23/06/2020

L’US Navy à l’heure du StormBreaker !

content_dam_mae_online_articles_2017_09_fa_18ef_14_sept_2017.png

L’US Navy s’intéresse à la bombe intelligente de petit diamètre Raytheon GBU-53 StormBreaker. Jusqu’ici c’était l’US Air Force qui poussait l’intégration de cette dernière sur ses F-15 notamment. La semaine dernière un Boeing F/ A-1 E/F « Super Hornet  a mené une série de tests en vue de la qualification de l’arme sur l’avion.

La capacité opérationnelle initiale pour l’utilisation sur le « Super Hornet » est prévue pour la fin de 2020. Le StormBreaker est également destiné à armer les Lockheed Martin F-35B et F-35C de l’USMX et de la Navy.

Le Raytheon GBU-53 StormBreaker :

https---api.thedrive.com-wp-content-uploads-2020-06-hornet-stormbreaker-top-2.jpg?quality=85.jpeg

Le StormBreaker (renommé pour éviter toute confusion avec le Boeing GBU-39 / B SDB) emploie un chercheur tri-mode avec GPS / guidage inertiel. Le système peut identifier et frapper des cibles mobiles à des distances différentes dans toutes les conditions météorologiques. Le système utilise

un capteur infrarouge d'imagerie pour une meilleure discrimination des cibles, un système laser semi-actif pour frapper les points désignés par la plate-forme de lancement ou un laser hors-bord et un radar à ondes millimétriques qui peut détecter et suivre les cibles à travers le temps et dans n'importe quelle conditions de luminosité. La section de guidage tire et fusionne les informations des trois capteurs, pour fournir une capacité d'attaque précise contre les cibles fixes et mobiles. Un système GPS / inertiel est utilisé pour le guidage pendant le vol vers le voisinage cible. 

Lorsqu'il est libéré de haute altitude, le StormBreaker a une portée de plus de 72 km contre des cibles en mouvement grâce à des ailes escamotables et peut atteindre plus de 100 km contre une cible fixe. Pesant 93 kg et avec une forme compacte, le StormBreaker peut être transporté sur des racks à quatre magasins.

Raytheon-StormBreaker-Smart-Weapon.jpg

Photos : 1 F/A-18 Super Hornet @ USN 2 GBU-53 StromBreaker @Raytheon

 

21/06/2020

Dans l’urgence, l’Inde veut commander des MiG et des Sukhoi !

unnamed-2.png

La situation exceptionnelle en ce qui concerne les tensions frontalières entre l'Inde et la Chine pousse New-Dehli à vouloir, dans l’urgence, compléter ses trois escadrons de MiG-29 et Sukhoi Su-30. Moscou de son côté est prêt à livrer des avions de combat Sukhoi Su-30 MKI et Mikoyan-Gurevich MiG-29 à l’Inde dans les plus brefs délais, dans un accord de gouvernement à gouvernement.

Achat accéléré :

L’achat était prévu, mais la situation devrait accélérer la commande de 21 avions de combat MiG 29 supplémentaires et de 12 avions Sukhoi Su-30 MKI. La proposition devrait être soumise au ministère de la Défense la semaine prochaine pour approbation finale. Cette commande doit permettre à l’Inde de renforcer ses unités, afin de disposer d’un ordre de bataille suffisant. Une partie de ces appareils doivent venir remplacer des avions perdus lors de crash.

Renforcer la dissuasion :

5_img128819101147.jpg

L’achat de 12 Sukhoi Su-30MkI s’ajoutent aux 272 exemplaires. Ces appareils sont susceptibles d'être fabriqués par Hindustan Aeronautics qui possède une usine de production à Nasik qui sera en panne d'ici l'année prochaine. Les Sukhoi forment la colonne vertébrale de l'IAF et doivent faire l'objet d'une mise à niveau qui est négociée séparément avec HAL. Ces 33 chasseurs seraient les premiers avions à être commandés après l'accord sur le Rafale signé en 2017 et ajouteraient aux capacités de combat de l'armée de l'air. Par ailleurs, le Sukhoi Su-30MKI de l’IAF commencent à recevoir la capacité d’emport du missile de croisière supersonique BrahMos-A, soit un élément central de la capacité de frappe en profondeur de l’IAF. Celle-ci doit permettre de peser en matière de dissuasion face à la Chine.

MiG-29 UPG :

image.jpeg

Les MiG-29 de l’IAF sont techniquement plus proches de la version MiG-29KUB de la marine indienne qui est entrée en service en 2010. L’avion est doté d’une nouvelle architecture informatisée qui fonctionne avec le nouveau radar de Phazotron-NIIR Corp Zhuk-M2E de type AESA capable de suivre dix cibles à 245km couplé avec le nouvel IRST de type NPK-SPP OLS-UEM qui combine un capteur infrarouge 320x256 pixels et une caméra TV 640x480 pixels portées comprises entre 200 mètres et 20 kilomètres. L'OLS-UEM a été conçu pour détecter des cibles aéroportées à des distances comprises entre 15 et 55 kilomètres. Il offre une couverture en azimut de +/- 90 degrés et de + 60 degrés à -15 degrés en élévation

L’avionique est entièrement nouvelle avec un cockpit doté d’écrans couleurs et d’éléments occidentaux comme le viseur de casque « Top-Sight » de Thales, d’une centrale de navigation SAGEM. L’avion est également doté d’une perche de ravitaillement en vol rétractable. En ce qui concerne la guerre électronique, les MIG-29UPG sont dotés de capteurs de fabrication indienne, mais reliés à des systèmes actifs/passifs d’origine israélienne. 

Question armement, les MiG-29UPG sont dotés des mêmes systèmes que les MIG-29SMT et MIG-29KUB avec les missiles RVV-AE R-77 de portée moyenne, le missile KH-31P antinavire et les bombes à guidage optique KAB-500KR. Conçu au départ pour la supériorité aérienne le standard l’UPG permet maintenant les attaques au sol et de surface. Selon le constructeur MiG, la durée de vie des avions modernisés est étendue à 3’500 heures de vol pour 40 ans.

Le Sukhoi Su-30MkI :

800px-Indian_Air_Force_SU-30.JPG

Le Sukhoi Su-30MKI ou « Super 30 » bénéficie des capacités similaires à celle des avions de combat de cinquième génération. L’appareil est doté d’une avionique améliorée, du radar AESA de type Phazotron Zhuk-AE* en bande X qui peut suivre 30 cibles aériennes en mode suivi pendant le balayage et engager six cibles simultanément en mode attaque. Ce dernier, équipe la dernière version du Su-30MKI doté du missile BrahMos. Ce radar a montré qu’il permettait également un niveau plus élevé de connaissance de la situation. La suite de guerre-électronique (EW) est un plus grand défi dans la mesure où la grande section radar de l'avion rend obligatoire une capacité d'autoprotection robuste. La suite EW actuelle de l'avion est une variante du système monté sur nacelle KNIRTI SAP-518 de fabrication russe, qui peut être complétée par le module de brouillage SAP-14.

Le Sukhoi Su-30MKi ainsi modernisé est nommé « Super 30 », il bénéficie des capacités similaires à celle des avions de combat de cinquième génération. L’avionique dispose d’un mode carte numérique avec une capacité de guidage longue portée TV. L’appareil est doté de la version des moteurs AL-31FP de Saturn Corporation, dont la durée d’entretien est montée à 2’000 heures en lieu et place des 1’000 actuels. Un nouveau logiciel de contrôle de la poussée vectorielle (TVC) permet une meilleure sécurisation en cas de manœuvre extrême. L’autre nouveauté concerne l’adaptation des missiles indiens BrahMos et du KH-59M Ovod-M.

*Sur les versions antérieures indiennes, l’avion est doté du radar PESA N011M BAR.

Photos : 1 MiG-29 UPG & Su-30MKI 2 Tir de BrahMos d’un Su-30 3 MIG-29UPG 4 Su-30MkI @ IAF

 

20/06/2020

Air2030, les défis de la maintenance d’une flotte !

image.Titelbild_6972_006.png

Une séance d’information aux médias, portant sur la gestion des flottes à l’exemple du F/A-18, a eu lieu le vendredi 19 juin 2020 sur la Base aérienne d’Emmen. Cette manifestation a attiré de nombreux représentants des médias souhaitant s’informer directement sur place sur les défis actuels et à venir en rapport avec la flotte d’avions de combat de l’Armée suisse.

Garantir la sécurité :

Pour garantir la sécurité de la Suisse et de sa population, l’armée doit continuer de pouvoir assurer la surveillance de son espace aérien, le protéger et le défendre en cas d’attaque. En tant qu’État neutre, la Suisse veut dépendre le moins possible d’États ou organisations tiers. Cette indépendance, et donc aussi la neutralité, impliquent que la flotte d’avions de combat des Forces aériennes présente une certaine taille et une certaine disponibilité afin de pouvoir maintenir la protection de l’espace aérien sur le long terme, en toute situation et avec des moyens propres.

Ea4U-m8XkAEeOBU.jpeg

Priorité à la sécurité :

Le domaine de l’aviation doit répondre à des exigences élevées en matière de sécurité. Avant de pouvoir s’envoler pour la première fois dans l’espace aérien suisse, un avion de combat est vérifié et certifié par armasuisse. Il s’agit ensuite de respecter les concepts de maintenance en vigueur dans le cadre des opérations quotidiennes afin d’atteindre une durée d’utilisation maximale des appareils. Cependant, des impondérables peuvent entraîner une baisse rapide de la disponibilité de la flotte. C’est ainsi que la découverte de fissures a amené le DDPS à ordonner certaines restrictions d’utilisation de la flotte de F/A-18 comme mesures de sécurité. Car en temps de paix, le DDPS obéit au principe de ne pas prendre de risques inutiles.

La flotte suisse de F/A-18 :

Les F/A-18, qui ont été introduits dans l’Armée suisse en 1997, sont toujours performants. À ce jour, divers projets ont été réalisés pour maintenir leur performance, avec l’introduction d’un système de transmission de données (Datalink), d’un nouveau système d’alerte radar, de nouveaux écrans de visualisation dans le cockpit ou d’un viseur de casque, par exemple. Mais le F/A-18 peut de moins en moins rivaliser avec les avions de combat modernes parce qu’il n’est pas équipé des radars ou systèmes d’autoprotection modernes et que son ordinateur de bord ne dispose pas de la capacité nécessaire. Le Parlement a approuvé en 2017 une prolongation jusqu’en 2030 de la durée d’utilisation du F/A‑18 afin d’éviter l’apparition de lacunes capacitaires dans notre défense aérienne d’ici à l’acquisition d’un nouvel avion de combat. Ce programme de maintien de la valeur opérationnelle des F/A-18 influe sur la gestion et la disponibilité de la flotte.

Des forces physiques extrêmes :

Accélération, vibrations, changements de températures : les avions de combat sont soumis à d’importants facteurs de charge et contraintes physiques. Le domaine de vol du F/A‑18 est clairement défini et respecté par les pilotes suisses. Les manœuvres inhérentes au combat aérien à vue mettent davantage les appareils à contribution que celles réalisées lors d’un engagement de police aérienne. Mais les pilotes doivent maîtriser tous types d’engagement et l’entraînement se fait selon le principe « train as you fight ». Afin de garantir une prolongation de la durée d’utilisation du F/A‑18 jusqu’en 2030, les Forces aériennes limitent le nombre de missions et de manœuvres impliquant des hauts facteurs de charge. Et certaines séquences d’entraînement se déroulent désormais sur simulateur.

air203,oui au nouvel avion de combat,votation 27 septembre 20,blog défense,les nouvelles de l'aviation,romandie aviation,aviation francophone

2030, date limite d’utilisation des F/A-18 :

L’année 2030 sonne comme la date limite d’utilisation des F/A-18 dans le monde. En effet, selon le rapport de l’US NAVY de 2017, l’avionneur Boeing ne fournira plus les mises à jour logiciels à partir de 2023, amenant progressivement les systèmes en direction d’une obsolescence. Par ailleurs, il ne sera pas possible de garantir aux utilisateurs de l’avion de disposer de pièces détachées à partir de 2032. C’est pour cela que les différents utilisateurs dans le monde travaillent, aujourd’hui au remplacement progressif des F/A-18.

Des travaux de maintenance intenses :

Les appareils F/A‑18 de l’Armée suisse nécessitent un entretien régulier, assuré au quotidien par des mécaniciens engagés sur les Bases aériennes de Payerne, d’Emmen et de Meiringen. Ces spécialistes vérifient les différents systèmes électroniques, électriques et hydrauliques, remplacent des filtres et lubrifient des composants en fonction des besoins. Outre les contrôles de routine avant et après un vol, les F/A‑18 sont également soumis à des examens planifiés après 50, 10, 200, 300 et 600 heures de vol. Les grands services d’entretien après 300 et 600 heures de vol requièrent un vaste démontage des appareils afin de pouvoir contrôler l’ensemble des systèmes, vérifier certains composants et analyser la structure de l’avion de combat. La maintenance prend beaucoup de temps et malgré le travail en équipes, une partie de la flotte se trouve toujours en cours d’entretien.

Du matériel de remplacement précieux :

La disponibilité des pièces de rechange fait l’objet d’une planification permanente, basée sur les propres expériences et les échanges d’expériences avec d’autres pays. Certains composants comme les gouvernes sont relativement faciles à remplacer si les pièces nécessaires sont disponibles en stock. D’autres éléments comme les sections maîtresses des ailes et du fuselage sont en revanche constitutives de la structure de l’avion et leur remplacement n’est généralement pas prévu par les avionneurs. Ce type d’intervention exige alors des ressources techniques et financières importantes et ne peut être effectué que par des spécialistes qualifiés. Ainsi, depuis l’acquisition des pièces jusqu’à l’achèvement des travaux, une telle intervention peut durer entre une et plusieurs années.

Le futur avion durera plus longtemps :

Les F/A-18 Hornet actuels ont une durée de vie cellule de 5'000 heures. En Suisse un programme de prolongation à 6'000 heures est actuellement engagé pour mener la flotte jusqu’en 2030. La transition vers le futur avion, doit se faire entre 2025 et 2030, afin d’assurer le lien entre la flotte actuelle et la nouvelle. Quel que soit le choix du nouvel avion de combat, celui-ci aura une vie cellule plus longue. La fourchette est définie comme suit : F-35 et Eurofighter = 8'000 heures, Rafale = 8'500 heures, Advanced Super Hornet = 10'000 heures. Par ailleurs, de nouveaux systèmes de diagnostique travaillant notamment avec de l’Intelligence Artificielle permettront de faciliter la maintenance.

image-1.jpg

Textes : Eve Hug DDPS et complément P.Kümmerling

Photos: Alfredo Barcos DDPS

 

19/06/2020

Des S-70i « Black-Hawk » armés pour les Philippines ?

fg_3204448-jdw-6517.jpg

L’hélicoptériste Sikorsky, prépare une proposition visant à offrir aux Philippines une version armée de son hélicoptère polyvalent S-70i « Black Hawk ». La proposition sera positionnée pour répondre aux besoins de la Philippine Air Force (PAF) afin de se procurer six hélicoptères d'attaque.

La proposition s'appuie également sur le contrat de Sikorsky - attribué en avril 2019 pour construire et livrer 16 S-70i « Black Hawk » afin de répondre au programme séparé de la PAF «Hélicoptère utilitaire de combat» (CUH). Sikorsky a déclaré que sa production des plates-formes CUH n'a pas été affectée par la pandémie de Covid-19. Les six premiers des « Black Hawk » qui sont tous produits par PZL Mielec, la société de Sikorsky en Pologne - seront livrés au quatrième trimestre 2020, le reste étant prévu pour 2021.

 

Selon les médias philippins, le programme CUH est évalué à environ 240 millions de dollars. Le programme d’hélicoptères d’attaque de la PAF est quant à lui budgété par les Philippines à environ 265 millions de dollars, ce qui est nettement inférieur aux deux offres connexes faites par le gouvernement américain fin avril.

Ces propositions, qui progresseront par le biais du mécanisme de vente militaire étrangère (FMS) du gouvernement américain, comprennent l'hélicoptère d'attaque Boeing AH-64E « Apache » ou le Bell AH-1Z « Viper ».

Le Sikorsky S-70i « Black-Hawk » :

Le Sikorsky S-70i est un dérivé des versions MH-60 destiné à l’exportation. La nécessité d'une plate-forme d'un tout nouveau Black-Hawk. Le Hawk « M » a émergé durant les années 1990 avec l'obligation de mettre à jour l’avionique analogique des UH-60A et UH-60L avec un cockpit numérique intégré, des commandes de vol numériques doublées et des moteurs plus puissants et des améliorations structurelles. Conçu par Sikorsky est doté d’une interface de Lockheed Martin, le S-70i (MH-60) représente l’évolution des versions précédentes, grâce aux leçons apprises durant les différents déploiements et durant les nombreuses opérations de ces dernières années. Cette nouvelle version permet un engagement multi-missions en utilisant un équipage de trois personnes.

Outre, l’attaque de navires et de sous-marins, l’hélicoptère est susceptible de remplir l’ensemble des missions secondaires telles que : la recherche et le sauvetage (SAR), le ravitaillement vertical.

L’hélicoptère S-70i présenté par Sikorsky PZL Mielec dispose de quatre pylônes sous les ailes qui peuvent engagés des missiles Lockheed-Martin AGM-114 « Hellfire » avec des paniers lance-roquettes Hydra 70. L’hélicoptère offre également l’option d’emport d’une mitrailleuse M134 de 12,7mm ou deux canon GAU-19.

Selon PZL Mielec, l'architecture du système permet au S-70i d'intégrer également d'autres armements selon l'inventaire des clients potentiels.

1831440585.jpg

Photos : S-70i « Black-Hawk » @ Sikorsky/PZL