09/07/2019

L’intégration de l’ASRAAM sur le Su-30 préoccupe Moscou !

Su-30_MKI_SB_065.jpg

L’Indian Air Force désire intégrer le missile MBDA ASRAAM sur sa flotte d’avions de combat Sukhoi Su-30MKI. Cette volonté n’est pas sans déclencher les protestations de Moscou.

Pour Moscou, l’intégration d’un missile occidental sur un aéronef russe présente un risque pour la sécurité de la technologie. Selon Rosoboronexport, il y a des inquiétudes en ce qui concerne l’accès aux données sensibles de l’avion par des ingénieurs occidentaux. De plus, pour la Russie le client doit impérativement passer par l’équipementier russe pour tout ce qui concerne la mise à nouveau d’un appareil.

Pour l’Inde, l’adaptation du missile MBDS ASRAAM sur la flotte de Su-30MKI relève essentiellement d’une normalisation d’une arme sur ses flottes d’avions de combat, afin de simplifier la doctrine et la gestion des stocks. Mais au-delà d’une simple mise à jour, l’IAF semble vouloir remplacer définitivement le missile russe R-73 « Vympel » par l’ASRAAM. La Russie tentait de son côté de vendre la nouvelle version de son missile le R-73 à l’Inde. 

Un précédent qui a accéléré le mouvement :

Il semble par ailleurs que le récent combat aérien avec le Pakistan a pu accélérer le choix de l’Inde dans le rééquipement de sa flotte de Su-30.  A terme donc, l’Inde prépare un renouvellement progressif de ses stocks de missiles  en faveur d’engins occidentaux du moins en partie.

Le MBDA AS-132 ASRAAM : 

iaf,sukhoi,su-30mki,mbda,asraam,blog défense,les nouvelles de l'aviation,aviation militaire,ronandie aviation,aviation francophone

L’AIM-132 ASRAAM (Advanced Short-Range Air-to-Air Missile), est un missile anglais de courte portée soit 0,3 km à18 km, muni d’un système de guidage à infrarouge conçu par la firme américaine Raytheon. L’autodirecteur du missile comporte une matrice plan focal (imageur infrarouge de résolution 128x128). À distance d’acquisition longue, l’ASRAAM résiste aux contre-mesures et peut effectuer un tir d’accrochage sur cible à 90 degrés hors-axe. Il est capable d’identifier des parties spécifiques de l’aéronef ciblé telles que le cockpit ou les moteurs. L’ASRAAM comporte également une capacité d’accrochage après tir (Lock-On After Launch).

Photos : 1 Su-30MLI @ IAF 2 ASRAAM@ MBDA

 

08/07/2019

Un second A330 MRTT Phénix pour l’Armée de l’air !

20180712_d590173.jpg

Le 2 juillet 2019, la Direction générale de l'armement (DGA) a reçu le deuxième avion-citerne multi-rôles A330-MRTT « Phénix » (MultiRole Tanker Transport) sur la base aérienne 125 d'Istres. Cet avion a été livré à la Force aérienne trois mois à l’avance et doté d’une première capacité MedEvac (évacuation médicale), afin d’atteindre sa pleine capacité opérationnelle à l’automne.

Il permettra le transport médicalisé d'une douzaine de patients très gravement blessés, ou le transport médical de 40 patients légèrement blessés nécessitant moins d'assistance médicale. Grâce à sa polyvalence, le MRTT Phoenix remplace deux flottes distinctes pour toute cette gamme de missions: la flotte actuelle de ravitaillement en vol de C135-FR et de KC135R et la flotte stratégique de transport de personnel et de fret de A310 et A340.

La loi de programmation militaire 2019-2025 prévoit l'accélération de la modernisation de l'équipement des forces, et en particulier de la flotte d'avions ravitailleurs. Il proposera à 2023, deux ans plus tôt que prévu, la livraison des douze premiers avions et créer les conditions permettant une augmentation ultérieure du parc à quinze appareils les années suivantes.

Après une campagne d'évaluation technique et opérationnelle visant à développer les procédures d'utilisation de l'avion en exploitation, les deux premiers appareils Airbus A330 Phénix seront déclarés opérationnels d'ici la fin du mois d'octobre 2019.

L’A330 MRTT « Phénix » : 

Nommé « Phénix » au sein de l’Armée de l’air, le premier A330 a été remis sur la base aérienne 125 d'Istres-Le Tubé en septembre dernier, les appareils suivants devant être livré d'ici la fin de 2023 dans les délais prescrits par la France. Le Phénix est équipé de moteurs Rolls-Royce Trent 700 et d’une combinaison du système de rampe de ravitaillement Airbus (ARBS) et de cosses de ravitaillement sous tuyau orientables. Les « Phénix » pourront également être reconfigurés pour transporter 271 passagers en tant qu’avion de transport. En version évacuation médicale (MEDEVAC) l'avion est équipé du module « Morphee » de soins intensifs, qui peut transporter 10 patients et 88 passagers. 

L’A330 MRTT d’Airbus Military est le seul avion stratégique de ravitaillement et de transport de nouvelle génération actuellement disponible et opérationnel au monde. L’importante capacité d’emport carburant de base (111 tonnes) de l’avion de ligne A330-200, dont il est dérivé, permet à l’A330 MRTT d’exceller dans les missions de ravitaillement en vol, sans l’adjonction de réservoir supplémentaire. L’A330 MRTT est proposé avec un choix de systèmes de ravitaillement incluant la perche caudale ARBS (Aerial Refuelling Boom System) d’Airbus Military et/ou une paire de nacelles tuyau/panier sous voilure et/ou un système ventral tuyau/panier FRU (Fuselage Refuelling Unit).

Grâce à son large fuselage, l’A330 MRTT peut également servir d’avion de transport capable de transporter 300 soldats ou 45 tonnes de charge utile.

ob_f7d78b_18056312-10209551572641352-32952978018.jpg

Photo :A330 MRTT Phénix @ DGA

 

 

07/07/2019

La Suède va rejoindre le programme Tempest !

2847307727.jpg

La Suède via son avionneur Saab va rejoindre les anglais de BAe Systems et les italiens de Leonardo, ainsi que les Pays-Bas au sein du programme du futur avion de combat européen « Tempest ». L’annonce devrait être officielle ces prochains jours et faire l’objet d’une conférence lors du RIAT 2019. Les discussiones entre BAe et Saab duraient depuis près de deux ans. 

Le programme Tempest vise à exploiter et à développer des capacités essentielles à la capacité aérienne de combat de la prochaine génération (NextGen) afin de conserver la position du Royaume-Uni en tant que leader mondial compétitif grâce à la compréhension des concepts, technologies et capacités futures.

La portée, la vitesse et la maniabilité de la charge utile veulent être la clé. Afin de détecter et d'intercepter les menaces, il est prétendu que les appareils sont équipés de capteurs à haute fréquence, de capteurs électro-optiques actifs et passifs et de mesures d'assistance électronique avancées.

D-zSeq6WsAAsa3J.jpg

Le système fonctionnera probablement avec des armes cinétiques et non cinétiques. L’intégration des armes à énergie dirigée par laser pour l’autodéfense et les combats en champ visuel est donc hautement probable. Les véhicules aériens sans pilote (UAV) via une baie de charge utile flexible permettent au système de gérer les environnements de déni de zone anti-accès dangereux.

Les forces aériennes du futur nécessiteront un système de combat extrêmement flexible et pouvant être appliqué à une grande variété d'opérations militaires. L'opérateur veut adapter rapidement le système pour exécuter de nouvelles fonctions ou modifier ses performances. Pour fournir un avantage significatif en termes d'information et d'efficacité de la mission, le futur système de combat aérien agira comme un «multiplicateur de force», interopérant avec un large éventail de systèmes en vol et au sol.

La mise en service du Tempest est prévue pour 2035-2040.

D-zSeqyW4AEZz75.jpg

Photo :maquette du Tempest @BAe Systems

06/07/2019

Vol inaugural pour le LAH coréen !

p1748632_main.jpg

Korea Aerospace Industries (KAI) a réalisé le premier vol de son prototype d’hélicoptère armé léger LAH. Selon l’hélicoptériste, le vol duré vol a duré d'e 20 minutes. Le LAH a été développé autour de la plate-forme d'Airbus Helicopters H155 (anciennement l'EC155 B1).

La conception du LAH a débuté en juin 2015, trois mois après qu'Airbus et KAI avaient annoncé le programme commun LAH / LCH basé sur le H155, qui s'appuie sur le succès de la précédente équipe d'hélicoptères utilitaires coréens ayant produit le « Surion » lui-même basé sur le « Super Puma ». La conception de base du LAH a été achevée en août 2016 et la conception détaillée en novembre 2017. Le premier exemple devrait effectuer son premier vol en mai 2019, les premières unités devant entrer en service en 2023.

Pour son rôle d'attaque légère, le LAH est équipé d'une tourelle de détection sur le nez, sous laquelle se trouve un canon tri-tubes de 20mm. Des pylônes latéraux de chaque côté de la cabine peuvent monter diverses armes et nacelles.

KAI prévoit de construire environ 200 LAH pour l'armée de la République de Corée afin de remplacer les Bell AH-1 « Cobra » et les MD 500 « Defenders » vieillissants. Ils serviront aux côtés du Boeing AH-64E « Apache Guardian », dont 36 ont été acquis. Le LAH doit également être offert à l'exportation. En novembre 2015, KAI et Airbus ont signé un protocole d'accord couvrant le marketing commun et l'assistance après-vente mondiaux pour LAH et LCH. Airbus ne propose pas de version armée du H155, mais des hélicoptères armés basés sur « Dauphin » ont été développés en Chine sous le nom de Harbin Z-9W et de son dérivé WZ-19 biplace.

1453841181.2.jpg

Photos : 1 Vol inaugural Roll-out @ KAI

 

05/07/2019

Vol inaugural pour le C295W canadien !

JAV20190705160610.jpg

Séville, le premier Airbus C295W commandé par la Royal Canadian Aire Force (RCAF) pour son programme d’aéronefs de recherche et sauvetage à voilure fixe (ARSVF) a complété son vol inaugural, franchissant ainsi une étape clé avant la livraison prévue à la fin 2019. L’avion, désigné sous le nom de CC-295 pour le client canadien, a décollé de Séville, en Espagne, le 4 juillet à 20:20 (GMT+1), avant d’atterrir au même site une heure et 27 minutes plus tard.

Rappel :

 Le contrat, attribué en décembre 2016, inclut 16 aéronefs C295W, des services d’ingénierie et de formation complets, la construction d’un nouveau centre de formation à Comox (Colombie-Britannique), ainsi que des services de maintenance et de soutien. Les avions seront basés aux différents emplacements où se situent actuellement les escadrons de recherche et sauvetage : Comox, en Colombie-Britannique, Winnipeg, au Manitoba, Trenton, en Ontario et Greenwood, en Nouvelle-Écosse. Le programme connait un progrès considérable depuis son annonce il y a deux ans et demi : un premier avion débutera des essais en vol, cinq autres sont présentement à divers stades d’assemblage, puis sept simulateurs et dispositifs d’entrainement sont à différentes phases d’essais.

Le programme canadien : 

Les premiers équipages de l’ARC débuteront leurs séances d’entraînement dans les semaines à venir au centre de formation international d’Airbus à Séville, en Espagne.Lles C-295W canadiens seront doté d'un FLIR ainsi que d'un radar qui permettront aux équipages de localiser plus facilement les personnes en détresse, même dans l'obscurité et dans des conditions météorologiques difficiles.

Au Canada, le programme d’ARSVF entraîne des retombées industrielles et technologiques (RIT) se chiffrant à quelque 2,5 milliards de dollars, grâce à des partenariats durables et de grande valeur avec des entreprises issues de l’industrie canadienne.

En janvier 2019, 86 % des principales activités de soutien en service canadien (SES) avaient été effectuées au Canada par des entreprises canadiennes, dans le cadre de l'établissement du système SES ARSVF. Airbus est donc engagée à fournir du travail de grande valeur à l'industrie canadienne, ce qu’elle a démontré par le développement et le transfert rapides et réussis de capacités aux entreprises canadiennes pour le soutien des avions de recherche et sauvetage à voilure fixe.

Au-delà de sa participation directe au programme, Airbus supporte des activités indirectes dans l'ensemble des industries aéronautique et spatiale militaires canadiennes, y compris au sein de petites et moyennes entreprises, à l'appui du programme RIT.

L’Airbus C-295W : 

Doté d’ailettes marginales (Winglets) et de moteurs modernisés de série, le nouveau modèle fournira aux opérateurs des performances accrues dans toutes les phases de vol. Il est particulièrement adapté aux missions réalisées en altitude et par temps chaud, pour lesquelles il promet une augmentation de charge utile d’au moins 1 000 kg. L’appareil est équipé de turbopropulseurs de Pratt & Whitney, qui motorisent toutes les versions du C295. De nouvelles procédures récemment certifiées au Canada et en Espagne permettent aux opérateurs d’augmenter la puissance, lors des phases ascensionnelles et de croisière. Outre les performances en altitude et par temps chaud, ces procédures améliorent les opérations sur des reliefs très élevés, comme la Cordillère des Andes ou l’Himalaya, avec des répercussions minimes sur les coûts de maintenance.

Ce contrat porte à 185 le nombre de C295 vendus par Airbus dans le monde depuis les débuts de ce programme en 1997.

IMG_3343.PNG

Photos : 1 le premier CC-295 en vol 2 Image de synthèse du futur CC-295 @ Airbus