15/01/2020

L’US Navy a choisi le TH-73A de Leonardo !

th-73a-us-navy-contract.jpg

Il semble bien que les présidences républicaines soient favorables aux aéronefs européens. Leonardo vient de remporter un second contrat aux USA pour remplacer les hélicoptères école de l’US Navy. Cette réussite fait suite au choix de l’AW139 de l’US Air Force en fin d’année dernière.

C’est la division américaine de Leonardo, soit AgustaWestland Philadelphia Corp., qui remporte un contrat de 176,5 millions de dollars pour la production de 32 hélicoptères TH-73A (dénomination pour l'US Navy) pour le renouvellement du système de formation avancé sur hélicoptère (AHTS). Le contrat comprend également les pièces de rechange initiales, l'équipement de soutien particulier, les trousses de flyaway, les treuils, les charges d'élingues, la formation des pilotes instructeurs et auxiliaire et du personnel de maintenance.

Les hélicoptères seront produit à Philadelphie, Pennsylvanie (87%); Mineral Wells, Texas (5%); et divers endroits en dehors du continent américain (8%), et devrait être achevé en octobre 2021. 

Le nouvel hélicoptère répondra aux exigences avancées en matière de formation à voilure tournante et à rotor basculant intermédiaire pour la Marine, le Corps des Marines et la Garde côtière jusqu'en 2050.

Le TH-73A/ TH-119 / AW-119 :

maxresdefault.jpg

Le TH-73A /TH-119 est une variante du célèbre AW119 spécialement conçu pour la formation militaire. Il s’agit du seul hélicoptère monomoteur moderne certifié capable de fonctionner dans des conditions de vol aux instruments (IMC), ce qui permet de disposer de plus de jours de formation disponibles qui limitent temps total pour former. Le TH-119 est un hélicoptère d’entraînement à spectre complet, ce qui signifie qu’avec une seule configuration, la Navy peut effectuer des vols d’entraînement fondamentaux, tels que des atterrissages coulissants, des vol stationnaires et des autorotations complètes (sans en décharger aucun d’entre eux pour la simulation), ainsi qu’un entraînement avancé vols, y compris NVG, instruments, navigation, tactique, monte-charge, cargaison externe et recherche et sauvetage.  

Le cockpit doté d’écrans EFIS évolués à double affichage de Genesys Aerosystems permet d’instruire l’un ou l’autre des sièges du pilote avec des capacités IFR complètes, y compris un directeur de vol et un pilote automatique complet à 3 axes. Son siège d'observation unique réglable à 180 degrés offre aux étudiants-pilotes une vue complète du cockpit, offrant un meilleur environnement d'apprentissage, même en tant que passager. Le TH-119/TH-73A combine des marges de puissance exceptionnelles, grâce à son moteur PT6-B Pratt & Whitney Canada de 1’000 shp, populaire et fiable, à la durabilité d'une cellule en métal de type cocon et à des patins renforcés stabilisés pour l'entraînement au toucher. Pour minimiser le temps passé au sol et maximiser la flexibilité opérationnelle, le TH-119/TH-73A peut faire le plein de carburant sous pression.

208900_1F.jpg

Photos : 1 & 3 TH-73A 2 cockpit @ Leonardo

 

13/01/2020

Finlande : essais de l’Eurofighter !

Eurofighter_Finland03.jpg

Comme notre pays, la Finlande est engagée dans un processus d’évaluation d’un nouvel avion de combat. Dans le cadre du programme HX Challenge, les cinq types d’avions vont être soumis à une série d'essais sur la base aérienne de Pirkkala. Chaque série de tests durera une période de sept jours.

Cadre des essais :

Des missions air-air seront effectuées contre des avions finlandais Hornet et Hawk. La planification et l'exécution du HX Challenge sont gérées par le Air Combat Center du Satakunta Air Command. Les agences de l'armée et de la marine participent également à l'évaluation de la capacité des candidats à soutenir les opérations terrestres et maritimes. Les exigences spécifiques du HX exigent que l'avion soit capable de mener des missions air-air, air-sol, air-mer et à longue portée, ainsi que des services de renseignement, de surveillance, de reconnaissance et d'acquisition d'objectifs.

Baser l'évaluation en Finlande permet non seulement au ministère de la Défense de concevoir les tests de manière équitable pour tous les soumissionnaires, mais évalue également les performances et les capacités de chaque candidat dans l'environnement hivernal finlandais. Bien que l'avion lui-même ait tous été prouvé pour des opérations par temps froid, des activités soutenues dans des combinaisons de températures glaciales, de neige, de pluie et de grésil ont inévitablement des effets néfastes et peuvent également affecter les performances des capteurs électro-optiques et autres.

Des tests supplémentaires peuvent être effectués ultérieurement par les fabricants dans leur propre pays, et d'autres mesures seront évaluées à l'aide de simulateurs. Dans l'ensemble, le HX Challenge est conçu pour vérifier les performances déclarées de chaque candidat, plutôt que de les opposer les uns aux autres dans un vol à cinq voies.

Le défi HX représente la première phase du processus d'évaluation des performances. La deuxième phase sera menée dans des simulateurs pour évaluer le succès des vols de quatre avions dans les missions clés énoncées dans l'exigence, sur la base des valeurs de performance vérifiées dans l'évaluation de vol. Une troisième phase verra comment les prétendants s'en sortent dans une évaluation de « wargaming » à long terme.

Essais de l’Airbus DS Eurofighter « Typhoon II » :

Le 9 janvier dernier, les essais ont débuté avec le premier candidat. Deux Eurofighter Typhoon, soit un FGR.Mk 4 monoplace et un T.Mk 3 biplace en provenance de l'escadron n ° 41 de la RAF basé à Conningsby. Il s’agit de l’unité d'essai et d'évaluation de la RAF. BAE Systems est le principal partenaire d'Eurofighter pour la campagne en Finlande. La période de test de l’Eurofighter doit se terminer le 17 janvier.

Le choix :

À la fin de 2021, le ministère finlandais de la Défense devrait avoir sélectionné un nouvel avion de combat polyvalent pour remplacer le F/A-18C/D « Hornet » en service au sein de force aérienne finlandaise d'ici 2030.

Rappel :

Le gouvernement finlandais a publié une première demande de renseignements en avril 2016, suivie d'une demande de devis (RFQ) en octobre 2019. Une meilleure et dernière offre devrait être présentée plus tard cette année suite aux réponses à la RFQ. Bien que la capacité et les performances des chasseurs soient un facteur extrêmement important dans la décision de sélection, les coûts d'approvisionnement et de cycle de vie, la sécurité d'approvisionnement, les avantages pour l'industrie nationale et l'impact sur la politique de sécurité / défense nationale sont également des considérations majeures.

Note : Les Eurofighter à l’essais sont de la même unité que ceux qui étaient engagés en Suisse au printemps derniers.  

EN6TW0VWsAItqRa.jpeg

Photos : Eurofighter TMK.3 / FGR.4 de la RAF à Pirkkala @ Finnish Air Force

12/01/2020

Décollage réussi d’un porte-avions pour le Tejas !

EOFCRtyU4AAa9gF.jpeg

La boucle est bouclée ce dimanche, après le premier appontage de la version navale du Tejas Mk1 sur le porte-avions indien INS Vikramaditya hier, l’avion a effectué son premier décollage depuis le bâtiment de surface.  

Le Tejas est le premier avion de combat développé par l'Inde à atterrir et à décoller d'un porte-avions. Actuellement, la Marine opère le chasseur russe MiG-29K sur le pont de l'INS Vikramaditya. La Marine a déclaré que l'atterrissage du Tejas naval prouvait la capacité des technologies indigènes pour les opérations sur pont, ouvrant la voie au développement d'un nouveau chasseur bimoteur sur pont.

marine indienne,tjeas marine,aéronavale indienne,tejas mk1,tejas mk2,tejas bimoteur,blog défense,aviation militaire,les nouvelles de l'aviation

Un Tejas naval bimoteur :

Le Twin Engine Deck Based Fighter (TEDBF), également connu sous le nom de Tejas Mk2, pourrait effectuer son premier vol d'ici 2026, selon le chef de la marine indienne, l'amiral Karambir Singh, qui a déclaré que la version actuelle du Tejas Mk1, était un démonstrateur technologique. La marine indienne semble se diriger en direction de la version bimoteur de l’avion en cours de développement.

En effet, en développement depuis 2003, la variante navale « MK1 » a été rejetée par la Marine en 2016 pour avoir été trop retardée et pour ne pas répondre aux exigences de l’aéronavale indienne.

ENKS0meUEAAwdpt.jpeg

 

Photos : 1 & 2 décollage du porte-avions pour le Tejas Mk1 3 Image de synthèse de la future version bimoteur @HAL

 

 

 

11/01/2020

Premier appontage du Tejas réussi !

EN_mX_lWAAAJgyh.jpeg

Le premier prototype de la version navale du Light Combat Aircraft (LCA) Tejas est devenu le premier avion de chasse de fabrication indienne à atterrir sur le pont d'un porte-avions.  Le prototype a atterri avec succès sur le pont du seul porte-avions opérationnel indien l’INS Vikramaditya, marquant une grande avancée dans le programme global du Tejas marine.

La version navale du Tejas a utilisé son crochet de queue pour accrocher avec succès le fil d'arrêt, qui agit comme un frein pour ralentir et arrêter l'avion de chasse, sur le pont du porte-avions. Un « atterrissage arrêté » sur le pont d'un porte-avions est une prouesse réalisée uniquement par une poignée d'avions de chasse développés aux États-Unis, en Russie, au Royaume-Uni, en France et plus récemment, en Chine.

Le prototype devrait également décoller prochainement du porte-avions. En septembre dernier, La variante navale de l’avion de combat indien HAL Tejas (LCA), a réussi son un arrêt avec la crosse d’appontage à Goa sur une piste. Cette réussite avait ouvert la voie à cette plateforme indigène pour entreprendre une démonstration d'atterrissage sur le porte-avions indien Vikramaditya.

L’essai a été effectué sous la supervision de l’Organisme de recherche et de développement de la défense (DRDO) et de l’Agence de développement aéronautique.

Le TEJAS Marine :

Basé sur la version de l’air Force, le Tejas version « Marine » formera donc la composante de la défense aérienne navale aux côtés des MiG-29K, qui agiront dans la profondeur du dispositif. Le Tejas naval dispose d'une structure de cellule renforcée, ainsi que le train d'atterrissage. Il est également doté d'un crochet d'arrêt pour permettre son fonctionnement à partir de porte-avions.

Une surface de contrôle de type vortex a été montée à l'avant de l'aile et permet une vitesse d'atterrissage réduite, tandis que les performances du moteur et de la visibilité ont été améliorés pour les opérations embarquées. Au total, l’Inde prévoit de s’équiper de 260 Tejas pour l’air Force et la Marine.

marine indienne,hal tejas,marine indienne,blog défense,aviation militaire,les nouvelles de l'aviation

Photos : appontage du Tejas marine @ HAL

10/01/2020

Air2030, seconde demande d’offres envoyée !

2224224314.7.jpg.png

Le 10 janvier 2020, armasuisse a remis la deuxième demande d’offre relative au prochain avion de combat aux organismes gouvernementaux des quatre constructeurs entrant en ligne de compte : l’Allemagne (Airbus Eurofighter), la France (Dassault Rafale) et les États-Unis (Boeing F/A-18 Super Hornet et Lockheed-Martin F-35A). La deuxième demande d’offre se fonde sur l’analyse de la première offre, des conclusions découlant des essais en vol, en simulateur et au sol, ainsi que des audits réalisés auprès des exploitants des avions de combat évalués. Les constructeurs soumissionnaires contactés par l’intermédiaire des organismes gouvernementaux sont invités à soumettre leur offre la plus avantageuse pour la Suisse.

Les offres devront notamment comprendre les éléments suivants :

  • prix correspondant à 36 et 40 avions, y compris la logistique et l'armement définis, en tant que point de départ contraignant des négociations approfondies avec le candidat à l’issue du choix de l’appareil
  • propositions de coopération entre les forces armées et les autorités en charge de l’acquisition suisses et celles du pays fournisseur
  • projets d’affaires compensatoires prévus ou d’ores et déjà engagés

L’accomplissement des missions en situation de tension constitue le point de départ pour la détermination du nombre d’avions de combat. Dans cette situation, les Forces Aériennes doivent être en mesure d’assurer la sauvegarde de la souveraineté sur l’espace aérien en maintenant en permanence une formation d'au minimum de quatre avions en vol pendant au moins quatre semaines. ainsi que d’empêcher quiconque de violer ou de faire un usage non autorisé de l’espace aérien suisse et contribuer ainsi à tenir la Suisse à l’écart de conflits armés. En outre, les Forces Aériennes assurent avec les nouveaux avions de combat le service de police aérienne 24 heures sur 24, sont capables de défendre l’espace aérien pendant une durée limitée et peuvent appuyer les forces terrestres en cas de conflit armé.  

image.Integrierte_Luftverteidigung-f.jpg

Nouveau système de défense sol-air de longue portée :

2178920852.jpg

Le 10 janvier 2020, armasuisse a également remis la deuxième demande d’offre aux organismes gouvernementaux des constructeurs entrant en ligne de compte pour le nouveau système de défense sol-air de longue portée : la France (Eurosam SAMP/T) et les États-Unis (Raytheon Patriot). Tout comme pour le prochain avion de combat, la deuxième demande d’offre se fonde sur l’analyse de la première offre, les conclusions des essais des capteurs en Suisse et les audits auprès des exploitants du système. Les constructeurs soumissionnaires contactés par l’intermédiaire des organismes gouvernementaux sont invités à soumettre leur offre la plus avantageuse pour la Suisse.

Les offres devront notamment comprendre les éléments suivants :

  • prix des systèmes de défense sol-air de longue portée en mesure de couvrir une surface d’au moins 15 000 km2, y compris la logistique et l'armement définis, en tant que point de départ contraignant des négociations approfondies avec le candidat à l’issue du choix du système
  • offres de coopération entre les forces armées et les autorités en charge de l’acquisition suisses et celles du pays fournisseur 
  • projets d’affaires compensatoires prévus ou d’ores et déjà engagés

Prochaines étapes du programme Air2030 :

Le document « Exigences relatives à l’acquisition du prochain avion de combat et du nouveau système de défense sol-air de longue portée » du 23 mars 2018 a été mis à jour. Les modifications concernent principalement les obligations liées aux affaires compensatoires et la répartition du volume de financement. En ce qui concerne le système de défense sol-air de longue portée, RUAG MRO Suisse a été désigné comme centre de compétences pour le matériel. La capacité de défense de ces systèmes contre des missiles balistiques (Ballistic Missile Defence) est par ailleurs à clarifier (types, versions).

Les informations de la deuxième offre et les conclusions des diverses évaluations permettront de déterminer l’utilité globale de chaque système. Utilité globale, coûts totaux et risques respectifs ne seront comparés qu’à l’issue de la votation sur le référendum auquel il convient de s’attendre. Les résultats seront alors conjugués à une analyse exhaustive du risque dans le cadre d’un rapport d’évaluation qui comparera l’utilité globale de chaque avion de combat et système de défense sol-air de longue portée en lice avec leurs coûts d’acquisition et d’exploitation respectifs sur une période de 30 ans. Sur la base des conclusions du rapport d’évaluation une recommandation quant à l’avion de combat et au système de défense sol-air de longue portée les plus adaptés pour la Suisse sera faite à la cheffe du DDPS. La décision finale du type sera prise par le Conseil fédéral. (Sources DDPS).

1459004669.jpg

Photos : 1 Les quatre avions en course Super Hornet, Rafale, Eurofighter et F-35 2 Radar Système Patriot 3 Radar système SEMP/T G P.Kümmerling