12/05/2016

Le Danemark confirme le F-35 !

Cg9XuClWIAADCVe.jpg-large.jpeg

Copenhague, le ministère de la défense et le gouvernement du Danemark ont ​​recommandé la sélection du Lockheed-Martin F-35A « Lightning II » comme futur avion de combat pour le pays. Cette décision fait suite à une réévaluation. La décision finale a été annoncée par le Premier ministre Lars Løkke Rasmussen et le ministre de la Défense Peter Christensen ce matin.

Trois appareils en compétition :

Pour faire taire les critiques concernant la préférence du F-35A, le gouvernement du Danemark avait décidé de lancer une dernière compétition en vue d’une évaluation définitive. Trois appareils étaient concernés, l’Airbus DS Eurofighter, le Boeing F/A-18 E/F « Super Hornet » et le Lockheed-Martin F-35.

Pour le Danemark, le choix du F-35 offre le meilleur potentiel à long terme et le plus grand potentiel pour la promotion des intérêts danois à l’avenir. Le gouvernement prévoit d’acquérir 27 Lockheed-Martin F-35A. Auparavant, le Danemark prévoyait d’en acquérir 30, mais les coûts prohibitifs de l’avion ne permettent pas pour l’instant d’en acquérir plus.

Une décision qui ne surprend pas :

La décision de ce jour n’est pas une surprise, le Danemark est engagé financièrement dans le programme F-35 depuis près de huit ans. La grande question reste qu’en matière de dotation minimale, ces 27 F-35A sont insuffisants pour compenser le futur départ à la retraite des 77 F-16 en service, dont 44 au standard MLU Block60. Un plan « B » a été imaginé par la Force aérienne qui propose de garder encore quelques les F-16 MLU Block60 pour épauler la petite flotte de F-35.

 

1024px-050618_-_F-16_-_01.jpg

Photos : 1 F-35 Lightning II @ USAF 2 F-16C Block60 @ Danish air Force

 

 

22/04/2016

Le Mitsubishi X-2 a effectué son vol inaugural !

external.jpeg

Le Mitsubishi X-2 a effectué son vol inaugural au départ de l’aéroport de Nagoya au Japon. Le Japon devient ainsi, le quatrième pays à tester en vol son propre avion de combat furtif.

L’avion a décollé ce matin de l'aéroport de Nagoya au centre du Japon à 08h50, pour ensuite venir se poser à 09H13 sur l’aérodrome militaire de Gifu. Durant ce court vol, le pilote d’essais a effectué les opérations de base de vérification des systèmes de l’avion. Après le vol, le pilote d'essai a déclaré que l'avion était "extrêmement stable" et que celui-ci, réagissait à l’identique aux vols de simulation.

L'avion, désigné auparavant ATD-X, est conçu pour permettre au Japon d’explorer les technologies de combat avancées, telles que la furtivité, la poussée vectorielle, les systèmes de capteurs avancés et la liaison des données.

Le gouvernement japonais prendra sa décision en vue du remplacement des avions de combat actuels à la fin du mois de mars 2019. C’est à ce moment qu’il sera décidé, si le Japon développe un nouvel avion de combat basé sur le prototype du X-2.

En cas de décision positive, le futur appareil dérivé du X-2 disposera de moteurs plus puissants que ceux testés aujourd’hui. De plus, la capacité d’emport d’armement devra être augmentée. Le Mitsubishi X-2 est long de 14 mètres est doté d’une motorisation développée par IHI Corp. l’avion dispose d’une masse maximale au décollage de 13.000 kg, un plafond de pratique de 65.000 pieds, un niveau maximum de Mach 2,25 (1,82 en mode Supercruise) et un rayon d’action de 761 km et 2900km avec réservoirs largables. Selon l’avionneur japonais, le développement du X-2 a coûté près de 366 millions de dollars à ce jour.

 

yourfile.jpg

Photos : Le premier vol du X-2 @Mitsubishi Heavy Industries

 

 

04/04/2016

La Russie commande 30 Su-30SM !

2693987.jpg

Moscou, le ministère russe de la Défense et le constructeur aéronautique Irkut ont signé un contrat portant sur l’achat de supplémentaire de 30 avions de combat Sukhoi Su-30SM. Les livraisons seront échelonnées à partir de 2018. Le premier contrat remonte à 2012 et portait sur un total de 60 appareils.

Le Sukhoi Su-30SM :

Les Su-30SM se différencient des Su-30MKI indiens par leurs équipements entièrement russes, leur système d'identification "ami/ennemi" (IFF) et par d’autres éléments. Pour développer cette version, Sukhoi profita de son expérience avec le programme Su-35 en ce qui concerne par exemple l’avionique. Tout comme la version MKI, le SM dispose de plans canard et de tuyères à poussée vectorielle couplées aux moteurs Saturn Lyulka AL-31Fl.

L’appareil dispose d’un radar à antenne à balayage électronique (AESA) de type Zhuk-AE du fabricant russe Phazotron. L’antenne en bande X permet de suivre 30 cibles aériennes en mode piste, pendant l’exploration et d’engager 6 cibles simultanément en mode attaque. L’avionique est également de dernière génération avec écrans multifonctions (EFIS), système de positionnement par satellite GLONASS et un nouveau système de communication sécurisée.

L’armement est multiple pour permettre l’engagement air-air et air-sol mais également air-surface. L’option de dissuasion nucléaire est également possible avec capacité de frappe d’interdiction et la suppression des défenses antiaériennes.

 

2707972.jpg

Photos : 1 Sukhoi su-30SM @ Svido Stanislav 2 Su-30SM@ Pavel Zhuravkov

 

25/01/2016

Rafale en Inde, accord politique !

rafale inde,dassault aviation,inde et rafale,avions de combat,blog défense,infos aviation,les nouvelles de l'aviation

New Dehli, les chances de conclurent « enfin » la vente de 36 avions de combat Rafale avancent, mais rien n’est encore sous toit ! Ce lundi, un pas important vient d’être franchis avec un accord politique entre les deux pays. La vente finale bute toujours sur le prix et les offsets.

Ce qui bloque le contrat :

L’accord politique de ce jour est important pour l’avionneur Dassault, mais le contrat tarde encore sur cet épineux dossier. Pour aboutir, il faut que les deux parties arrivent à se mettre d’accord sur le prix final et sur le dossier des offsets. L’Inde n’accepte toujours pas le prix actuel, soit 5,4 milliards d’euros pour 36 avions et demande à la France une baisse de prix de l’ordre de 10 % à 20 %. En parallèle, New Dehli, exige des offsets de l’ordre de 50% dont 30% directement réinvestit dans le pays.

Commentaire :

L’accord de ce jour est une bonne chose, mais ne doit pas faire oublier les points de discorde qui existent encore sur le fond du dossier, car sans un règlement de ceux-ci, il ne pourra pas y avoir de finalisation du contrat. Une chose se vérifie une nouvelle fois, les bonnes nouvelles concernant le programme Tejas mettent l’administration indienne en position de force pour la finalisation du contrat avec la France. Mais celle-ci, n’en fait-elle pas un peu trop ? En effet, le prix annoncé par la France en Inde est parfaitement raisonnable d’une part, il correspond par exemple à l’offre faite à l’époque à la Suisse (par appareil) et ceci sachant que les négociations ne portent plus sur 126 avions, mais sur un nombre réduit d'aéronefs. De plus, les difficultés de l’industrie indienne, rendent difficile le transfert de technologie, en ce qui concerne les offsets. La suite au prochain épisode !

 

Photo : Image de synthèse Rafale aux couleurs indiennes @ Dassault

 

11/01/2016

L’Algérie a soumis une demande pour des Sukhoi Su-34 !

843.jpg

L'Algérie vient de faire un pas de géant, en vue de l’acquisition d’une flotte de bombardiers tactiques de type Sukhoi Su-34 (Su-32 version export). En effet, le pays vient de transmette une demande officielle à l'agence d'exportation d'Etat russe Rosoboronexport pour la fourniture de 12 appareils. La nouvelle vient d’être confirmée par Sergueï Smirnov, directeur de l'usine de Novosibirsk Aircraft Production Association (ONAP).

 

Le Sukhoi Su-34 «Fullback» : 

Le Sukhoi Su-34 peut  attaquer des cibles terrestres, maritimes et aériennes, de jour comme de nuit et par tous les temps, en utilisant l’ensemble des types de munitions en service en Russie. En termes de capacités opérationnelles, il s'agit d'un appareil de génération 4+. Son système de sécurité active avec les nouveaux ordinateurs, fournit des capacités supplémentaires pour le pilote et le navigateur, pour effectuer des bombardements précis et à manœuvrer sous le feu ennemi. L’excellente aérodynamique de l’avion, les grands réservoirs de carburant de capacité interne, la nouvelle génération de moteurs plus économe en carburant, doté d’une commande numérique. Font que le Su-34 de bombardement tactique, se trouve très proche de la catégorie de bombardier stratégique de classe moyenne.

Le Su-34 dispose également d’un système de communication et le système d'échange d'informations de type liaison16 (Link16) lui permettant une interface avec des troupes terrestres et des navires de surface, ainsi qu’avec d’autres aéronefs.

Question armement, le Su-34 met en oeuvre des missiles à longue portée air-surface et air-air ainsi que d'armes guidées multicanal. Il est équipé d'un système de contre-mesures de dernière génération. Rappelons que le cockpit est blindé. L'avion peut effectuer des missions à basse altitude de type « by-pass et fly-by». A noter, que les pilotes disposent d’un petit cabinet WC, pour les longues missions. L’avion a des capacités de lutte antinavire et dispose d’un rayon d'action de 4.000 km, sa vitesse maximale.

Commentaire:

Si cette vente venait à se concrétiser, l'Algérie deviendrait le premier pays à recevoir la version export de l'avion et disposerait ainsi, du plus puissant bombardier tactique de la région. 

 

434.jpg

Photos : Sukhoi Su-34 « Fullback » @ G. Belyakov