22/12/2016

Le CBO veut stopper les commandes de F-35 !

CygaChBWEAAwXLp.jpg-large.jpeg

Washington, le Bureau du Budget du Congrès américain (CBO) proposer ni plus ni moins que de stopper les commandes de l’avion de combat F-35 de Lockheed-Martin. L’objectif de cette demande du CBO doit permettre de réduire le déficit budgétaire des Etats-Unis.

Pour le Bureau du Budget du Congrès américain le programme d’avion de combat F-35 représente un coût estimé à près de 400 milliards de dollars. Le CBO explique dans un son raprt datant du 8 décembre dernier, que cette mesure devrait être appliquée au delà des 285 exemplaires déjà commandés par le Pentagone et de poursuivre la production des chasseurs actuels.

Pour les membres du CBO, une telle décision impliquerait une économie de 29 milliards de dollars sur la période 2017-2026.

Le rapport précise également comment gérer la flotte de F-35 initialement construite. Celle-ci devrait venir intégrer une future force d'appareils furtifs constituée des actuels bombardiers B-2 « Spirit » et des F-22 « Raptor » et du futur bombardier stratégique B-21.

Dans une seconde phase, le CBO préconise et l'achat des deux types de chasseurs non furtifs encore en production, soit le le F-16 C/D pour l'US Air Force et le F/A-18 pour la Navy et les Marines et ceci dans des versions plus modernes comme le « Viper » et « l’Advanced Super Hornet ».

Par ailleurs, le CBO rappelle que les deux composantes de l'armée américaine prévoient de développer des avions de combat "entièrement nouveaux" pour une mise en service dans les années 2030. L'USAF et l'US Navy "pourraient ainsi choisir de remplacer certains des F-35 prévus par ces nouveaux avions", souligne le rapport.

Trump négocie des baisses de coûts :

De son côté, le futur Président D. Trump a rencontré le PDG de Boeing, Dennis Muilenberg, en Floride. Les deux hommes semblent être d’accord sur le fait qu’il sera possible de livrer les futurs B747-800 « Air Force One » pour moins de 4 milliards de dollars. Des efforts sont possibles en vue de réduire les coûts du projet.

Concernant le F-35, D. Trump a également rencontré les dirigeants de Lockheed-Martin en vue de la mise en place d’un plan de réduction des coûts. Ce lundi, le général Christopher Bogdan, directeur du programme F-35 du ministère de la Défense, a défendu le programme en disant que les dépassements de coûts faisaient partir du passé et a déclaré que le Pentagone envisageait de négocier les prix des prochains lots F-35 à la baisse. De son côté l’avionneur américain s'attend à ce que le coût pour chacune des trois variantes du F-35 baisse de 6% à 7%. Cependant cette baisse est insuffisante pour D. Trump. L’histoire ne dit pas pour l’instant, si le futur locataire de Maison Blanche appliquera la recommandation du Bureau du Budget du Congrès américain (CBO) !

 

Photo : Le F-35 de Lockheed-Martin@ USAF

 

17/07/2016

Le F-16 n’a pas dit son dernier mot !

3786575113.jpg

La chaine de montage du célèbre chasseur F-16 n’a plus que 15 appareils neufs à produire pour l’instant. Cependant, l’avionneur Lockheed-Martin planifie une seconde vie pour le « Fighting Flacon ».

A Fort Worth au Texas, les installations de production de Lockheed-Martin fonctionnent essentiellement sur le programme du F-35 « Joint Strike Fighter ». Mais l’avionneur le sait, l’ensemble des clients du F-16 ne pourront pas se payer le F-35. Par ailleurs, certains utilisateurs du nouvel avion vont continuer à maintenir tant que possible le F-16 en service, afin de garantir une dotation suffisante en terme d’avions de combat.

Une nouvelle version du F-16 :

Alors, chez Lockheed-Martin on prépare une évolution de la dernière version disponible du F-16 « Viper ». Ce futur standard devra incorporer des technologies en provenance du F-22 et F-35. Ce nouveau programme de mise à niveau les F-16 semble être la prochaine étape naturelle pour les clients existants et émergents du F-16. Mais ce programme ouvre la voie également en vue d’en séduire de nouveaux et de relancer la fabrication du célèbre avion produit à ce jour à plus de 4'500 exemplaires.

L’arrivée du standard « Viper » permet le remplacement de l’actuel radar à antenne mécanique par le Northrop Grumman APG-83 « Radar Scalable Agile Beam » de type AESA couplé à un nouvel ordinateur de mission et une architecture dotée de la fusion de données. Cette modernisation doit permettre de mieux préparer et interagir avec les appareils de 5e génération ou de génération 4++.

A l’avenir, Lockheed-Martin veut ajouter un réseau de données à haut débit et un nouveau système informatique pour permettre plus de circulation de l'information dans les nouveaux écrans du jet. Une nouvelle version ainsi configurée du F-16, lui permettra de travailler de concert avec les F-22 et F-35 en réseaux. Mais ces nouvelles applications permettront également à l’avion d’emporter de nouvelles armes plus sophistiquées.

Pour l’avionneur, trois clients ont commandé plus de 300 F-16 modifiés à la nouvelle norme « Viper ». Il s’agit de Taïwan, la Corée du Sud et Singapour. D’autres utilisateurs pourraient être tentés à l’avenir de moderniser le F-16.

Lockheed-Martin espère donc continuer à placer le standard « Viper » à d’autres utilisateurs et du même coup préparer le lancement d’une version encore plus puissante, telle que décrite ici. L’occasion de venir sur de nouveaux marchés en Asie, Amérique Latine et en Europe. En effet, l’avionneur américain désire pouvoir offrir le futur standard « Viper amélioré » à des pays ne pouvant s’offrir pour diverses raisons le F-35 et qui pourraient être intéressés par un monomoteur performant.

 

324.jpg

Photos : F-16 Viper @ Lockheed-Martin

 

 

31/05/2016

Le Pakistan lorgne le J-31 !

2555701.jpg

Le Pakistan veut moderniser sa force aérienne et vient de révéler son projet « Vision 2030 ». Deux grandes lignes ressortent clairement de ce plan. L’une prévoit l’augmentation du développement indigène du JF-17 « Thunder » et l’autre l’intérêt visant l’achat du Shenyang J-31 chinois.

Améliorations du JF-17 :

Le programme commun avec la Chine du développement de l’avion de combat JF-17 « Thunder » doit permettre à l’avenir au Pakistan de poursuivre sa capacité à produire des systèmes indigènes qui viendront composer les équipements de l’avion. Selon le programme « Vision 2030 » le pays cherche à fabriquer des éléments d’avionique, des systèmes de communication et d'autres sous-systèmes et composants.

Un avion de cinquième génération :

Le Pakistan aimerait bien produire un avion de cinquième génération entièrement indigène. Mais ceci tient pour l’instant du rêve, tant du point de vue technique que financier. Cependant, le pays s’intéresse de plus en plus au Shenyang J-31 chinois. L’objectif pakistanais serait de rentrer dans le programme, comme cela s’est fait avec le JF-17. Des composants techniques pakistanais pourraient alors venir équiper la version destinée à l’Armée de l’air pakistanaise.

L’aviation est une priorité :

Pour réussir son pari, le Pakistan prépare la construction d’un complexe dédié à l’aéronautique près de la ville de Kamra. Ce site disposera d’une unité de recherche et de son propre établissement d'enseignement supérieur pour nourrir les talents d'ingénierie en aéronautique des futurs étudiants.

Le JF-17 « Thunder » :

78.jpg

Le JF-17 «Thunder» (Pakistan) ou FC-1 «Xiaolong» (Chine) est un chasseur monoréacteur propulsé par une version chinoise du réacteur RD-93 dérivé du RD-33 russe, qui équipe le MiG-29. L’avion a effectué son premier vol en septembre 2003. Avion multirôle d’un faible coût, soit environ 20 millions de dollars, il est équipé d’une avionique moderne par rapport aux A-5C et F-7P (dérivés des MiG-19/21). L’armement comprend deux canons GSh-23 (23mm), jusqu’à 3.700kg de charge utile. Doté d’armement occidental pour la version JF-17 comme des Sidewinder AIM-9P ou des PL-7/8/9 chinois. La version chinoise dispose d’une capacité de tir à grande distance avec le missile PL-12/SD-10.

Le Shenyang J-31 :

Le Shenyang J-31 est un chasseur de taille moyenne utilisant des moteurs russes RD-93 et à terme des moteurs chinois WS-13. L’avion reprend les entrées d’air du F-35 sans séparateur de couche, du moins en apparence. On notera que les tuyères sont classiques à la différence du F-22. 

Conçu par l'Institut 601 de Shenyang et fabriqué par l'usine 112, toujours à Shenyang. Selon les premières communication de la China Aviation Industry dédiée à cet avion indique qu'il a une faible signature radar et une forte capacité en matière de contre-mesures électroniques. Il y une capacité multirôles. Les systèmes de bords permettent la fusion des données. De plus l’avion capacité en logistique intégrée et un haut ratio qualité/prix. Il peut décoller sur 400mètres et atterrir sur 600mètres. Sa durée de vie est estimée entre 6 et 8 000 heures de vol ou 30 ans de service.

 

2607698.jpg

Photos 1 & 3 AVIC J-31 @ Weimeng 2 JF-17 @ Eric Salard

 

 

12/05/2016

Le Danemark confirme le F-35 !

Cg9XuClWIAADCVe.jpg-large.jpeg

Copenhague, le ministère de la défense et le gouvernement du Danemark ont ​​recommandé la sélection du Lockheed-Martin F-35A « Lightning II » comme futur avion de combat pour le pays. Cette décision fait suite à une réévaluation. La décision finale a été annoncée par le Premier ministre Lars Løkke Rasmussen et le ministre de la Défense Peter Christensen ce matin.

Trois appareils en compétition :

Pour faire taire les critiques concernant la préférence du F-35A, le gouvernement du Danemark avait décidé de lancer une dernière compétition en vue d’une évaluation définitive. Trois appareils étaient concernés, l’Airbus DS Eurofighter, le Boeing F/A-18 E/F « Super Hornet » et le Lockheed-Martin F-35.

Pour le Danemark, le choix du F-35 offre le meilleur potentiel à long terme et le plus grand potentiel pour la promotion des intérêts danois à l’avenir. Le gouvernement prévoit d’acquérir 27 Lockheed-Martin F-35A. Auparavant, le Danemark prévoyait d’en acquérir 30, mais les coûts prohibitifs de l’avion ne permettent pas pour l’instant d’en acquérir plus.

Une décision qui ne surprend pas :

La décision de ce jour n’est pas une surprise, le Danemark est engagé financièrement dans le programme F-35 depuis près de huit ans. La grande question reste qu’en matière de dotation minimale, ces 27 F-35A sont insuffisants pour compenser le futur départ à la retraite des 77 F-16 en service, dont 44 au standard MLU Block60. Un plan « B » a été imaginé par la Force aérienne qui propose de garder encore quelques les F-16 MLU Block60 pour épauler la petite flotte de F-35.

 

1024px-050618_-_F-16_-_01.jpg

Photos : 1 F-35 Lightning II @ USAF 2 F-16C Block60 @ Danish air Force

 

 

22/04/2016

Le Mitsubishi X-2 a effectué son vol inaugural !

external.jpeg

Le Mitsubishi X-2 a effectué son vol inaugural au départ de l’aéroport de Nagoya au Japon. Le Japon devient ainsi, le quatrième pays à tester en vol son propre avion de combat furtif.

L’avion a décollé ce matin de l'aéroport de Nagoya au centre du Japon à 08h50, pour ensuite venir se poser à 09H13 sur l’aérodrome militaire de Gifu. Durant ce court vol, le pilote d’essais a effectué les opérations de base de vérification des systèmes de l’avion. Après le vol, le pilote d'essai a déclaré que l'avion était "extrêmement stable" et que celui-ci, réagissait à l’identique aux vols de simulation.

L'avion, désigné auparavant ATD-X, est conçu pour permettre au Japon d’explorer les technologies de combat avancées, telles que la furtivité, la poussée vectorielle, les systèmes de capteurs avancés et la liaison des données.

Le gouvernement japonais prendra sa décision en vue du remplacement des avions de combat actuels à la fin du mois de mars 2019. C’est à ce moment qu’il sera décidé, si le Japon développe un nouvel avion de combat basé sur le prototype du X-2.

En cas de décision positive, le futur appareil dérivé du X-2 disposera de moteurs plus puissants que ceux testés aujourd’hui. De plus, la capacité d’emport d’armement devra être augmentée. Le Mitsubishi X-2 est long de 14 mètres est doté d’une motorisation développée par IHI Corp. l’avion dispose d’une masse maximale au décollage de 13.000 kg, un plafond de pratique de 65.000 pieds, un niveau maximum de Mach 2,25 (1,82 en mode Supercruise) et un rayon d’action de 761 km et 2900km avec réservoirs largables. Selon l’avionneur japonais, le développement du X-2 a coûté près de 366 millions de dollars à ce jour.

 

yourfile.jpg

Photos : Le premier vol du X-2 @Mitsubishi Heavy Industries