02/09/2013

Le TAI HÜRKUŞ a volé !

taihurkus.jpg


 

 

ANKARA, l’avion école HÜRKUŞ développé par le constructeur turc Turkish Aerospace Industries (TAI) vient d’effectuer son premier vol avec succès. L’essais en vol a reçu  l'autorisation de la Direction générale de l'aviation civile turque.

 

Après le démarrage de la turbine à 07h30, le prototype du HÜRKUŞ a décollé à 07h35 pour effectuer son premier vol durant 33 minutes. L’avion a grimpé à 9500m piloté, par le chef pilote de TAI Murat Özpala. Durant ce vol d’une courte durée, la maniabilité et le bon fonctionnement des systèmes de base ont pu être vérifiés.

 

Le TAI HÜRKUŞ (Hurkus) : 


 

large_dsc-5032.jpg


 

Le TAI Hurkus est un avion d'entraînement primaire et de base conçu et fabriqué par Turkish Aerospace Industries (TAI). L’avion est un dérivé du KAI KT-1 coréen, mais construit principalement pour répondre aux exigences de la Force aérienne turque (TAF). L'avion sera utilisé pour permettre la formation des pilotes de base, le vol aux instruments, formation à la navigation ainsi que des armes de bord.

 

La Turquie prévoit également de le proposer à l’exportation comme un avion civil et militaire de formation. Mais, le programme comprend le développement de deux variantes de l’avion, à savoir l’Hurkus en tant qu’entraîneur de base et l’Advanced Trainer Hurkus B qui pourra servir comme avion école avancé.

 

L’Hurkus dispose d'un cockpit en verre avec une configuration de siège tandem pour deux membres d'équipage, un élève-pilote et un instructeur. L'avion a une vitesse de croisière maximale de 574 kilomètres par heure, sa vitesse de décrochage est 143 km/h. Le cockpit est équipé de sièges éjectables zéro-zéro. Il est également équipé d'une avionique entièrement numérique, avec système de pressurisation du cockpit, un système de génération d'oxygène de bord (OBOG).

Le cockpit est équipé d'un auvent en verre renforcé pour une bonne visibilité et une bonne résistance aux impacts d'oiseaux. Il intègre un écran principal de vol (PFD) qui fournit des données de vol du pilote. Un petit écran multifonction est également installé sur le côté gauche du PFD. 

La suite avionique installée dans le Hurkus inclut un affichage tête haute (HUD). L’Hurkus est propulsé par un turbopropulseur Pratt & Whitney Canada PT6A- 68T et d’une hélice à cinq pales Hartzell HC- B5MA -3, le moteur développe une puissance de 1.600 shp. Le Hurkus devrait atteindre un plafond maximum de 34.700 pieds et peut monter à la vitesse de 4.370 pieds minute. Le rayon d’action maximal de l’ordre de 1’478 km.


 

large_hurkus-ilk-ucus-4-.jpg


 

Photos :  1 TAI Hurkus 2 Au décollage 3 Le pilote d’essais après le vol @ TAI


31/05/2013

Entrée en service du PC-7MKII en Inde !

IAF PC-7 MkII 2.JPG


 

Air Force Academy de Dundigal en Inde, L’Indian Air Force vient officiellement de réceptionner ses 12 premiers avions d’entrainement Pilatus PC-7MkII, lors d’une cérémonie ce vendredi.

 

S'adressant aux médias, le chef de la Force aérienne, le maréchal de l'air Nak Browne a décrit cette introduction du nouvel appareil comme un événement important dans l'histoire de l'IAF. 

 

Ces 12 premiers Pilatus PC-7MKII ont été remis à l’IAF en respect avec le calendrier prévu. Le premier lot de 75 PC-7MKII sera entièrement livré d’ici 2015. Selon les premières informations, l’IAF pourrait commander une seconde tranche de 37 PC-7MKII d’ici le mois de novembre de cette année déjà.

 

L'avion école du constructeur Pilatus réunit toutes les fonctions de formation de base pour les pilotes ab initio, y compris voltige et permet de préparer celui-ci au vol tactique , l’instrumentation de nuit. De plus, le constructeur de Stans à adapté les PC-7 pour correspondre aux besoins spécifiques de l’IAF.


 

PILATUS_MK_II_1472709f.jpg


 

Rappel sur la commande indienne : 

 

 

En date du 15 mai 2012,  Pilatus Aircraft a décroché le plus gros contrat jamais réalisé avec la livraison d'un premier lot de 75 appareils d’entrainement pour l’Indian  Air Force (IAF), soit, un contrat estimé à près de 1 milliard de dollars ! Au total avec la seconde série d’avions de 106 appareils, c’est un total de 181 aéronefs qui seront livrés, un record !

Grande concurrence :

Equiper l’IAF en avions écoles de base, revêt un intérêt tout particulier de part le nombre d’appareils en besoin, et de fait, s’avère être un juteux contrat. Plusieurs constructeurs se sont alors présentés pour répondre à l’appel d’offre soit : Embraer avec le «Super Tucano», l’Aermacchi 311, l’EADS PZL Orlik Turbo 130, le Grob G-120TP, le Hawker Beechraft T-6C, le KAI KT-1B et le Pilatus PC-7 MKII.

Les essais en vol ont eu lieu durant cinq jours sur la base aérienne de Jamnagar, les pilotes d’essais indiens, ainsi que des instructeurs de l’école de l’IAF ont pu se familiariser avec les différents prétendants.

 

Les avantages du PC-7MKII :

Si la concurrence était très forte et certains avions assez proche techniquement, la firme suisse a su faire la différence sur plusieurs éléments, d’abord elle est en mesure de pouvoir livrer rapidement la Force aérienne indienne qui se retrouvait aujourd’hui sans appareils écoles de base. Le rapport qualité prix était également très important, le PC-7 MkII est un appareil mûr, qui évolue déjà dans de nombreuses Forces aériennes avec succès et fiabilité. Le dernier point concerne la possibilité de pouvoir équiper l’avionique de l’appareil avec un très grand choix de systèmes, selon les souhaits du futur opérateur et ceci en adéquation avec les appareils de combat en ligne et futurs comme le Rafale qui vient d’être choisit par l’Inde.

De fait, les PC-7 MkII prépareront les élèves pilotes indiens à transiter sur Bae " Hawk "ou sur le HAL "Kiran" avant de pouvoir passer sur un des nombreux appareils qui équipent l’IAF (SU-27, Mirage 2000, HAL Tejas et le futur Rafale).


 

1aero-india-2013-2_020613114833.jpg


 

Photos : 1 Arrivée du premier PC-7MKII en Inde 2 Cérémonie ce matin de réception 3 Les instructeurs indiens volent le PC-7MKII @ Pilatus Aircraft

30/05/2013

Le premier PC-21 destiné à L’Arabie Saoudite !

yourfile.jpg

 

STANS, Pilatus débute les essais du premier exemplaire du PC-21 destiné l’Arabie Saoudite. L’Arabie Saoudite a commandé 55 appareils de type PC-21, qui équiperont l’école des pilotes militaires et ceci à partir de 2014. Ce pays est déjà client chez Pilatus avec 47 appareils de type PC-9.

 

Cinq clients pour le Pilatus PC-21 :

 

En choisissant l’avion suisse de dernière génération le PC-21, l’Arabie Saoudite devient le quatrième client du dernier né de chez Pilatus après la Suisse (8), Singapore (19) et les EAU (25). Au total se sont 55 appareils qui équiperont l’école des pilotes militaires et ceci à partir de 2014. Ce pays est déjà client chez Pilatus avec 47 appareils de type PC-9. Depuis, le Qatar (24) à également opté pour l’avion suisse.

 

La génération PC-21:

 

Le PC-21 permet une formation complète des élèves pilotes et ceci avec des possibilités offrant une nouvelle dimension. En effet, il s’agit là, d’un système d’écolage en vol performant, qui remplace totalement la transition sur avion école à réaction de type Hawk ou Alpha jet. En effet, le PC-21 offre la possibilité unique au monde  d’assurer une transition directe vers des chasseurs modernes tels que F/A-18, Rafale, Gripen, Eurofighter, pour ne citer que ceux-là. Les coûts de formation, de maintenance sont très largement diminués, sans oublier la réduction significative des nuisances sonores et de l’optimisation de la consommation de kérosène. L'avion permet une simulation complète et ceci sans armement, car ceux-ci sont simulés grâce à une interface spécialement développée pour l’avion.

 

Moins de bruit grâce à une nouvelle hélice :

 

Des essais ont eu lieu avec les Forces aériennes suisses, il y a quelques mois, pour réduire le bruit des PC-21. L’objectif de ces tests est de réduire encore un peu le niveau sonore de l’avion. Les Forces aériennes prévoient d’adapter une nouvelle hélice sur l’ensemble de la flotte d’ici fin 2014 afin de pouvoir à l’avenir remplir sa mission d’instruction de manière encore plus silencieuse.

 

pc21_parsys_22629_Image_direct.jpg

 

Photos :1  Le premier PC-21 destiné à l’Arabie Saoudite 2 PC-21 Swiss Air Force  @ Pilatus Aircraft

 

23/05/2012

L’Arabie Saoudite opte pour le binôme Hawk/PC-21 !

 

3fd44b57ae14daa7e2bc1ed68c3a3c4b-PC-21(50)[1].jpg


 

L’Arabie Saoudite vient d’annoncer le nom des deux nouveaux d'entraînement militaire qui équiperont sa Force aérienne, il s’agit du Pilatus PC-21 et du BAe Hawk. Le coût total de l’acquisition est estimé à près de 2,5 milliards de dollars.


Quatrième clients pour le Pilatus PC-21 :

En choisissant l’avion suisse de dernière génération le PC-21, l’Arabie Saoudite devient le quatrième client du dernier né de chez Pilatus après la Suisse, Singapore et les EAU. Au total se sont 55 appareils qui équiperont l’école des pilotes militaires et ceci à partir de 2014. Ce pays est déjà client chez Pilatus avec 47 appareils de type PC-9.

La génération PC-21:

Le PC-21 permet une formation complète des élèves pilotes et ceci avec des possibilités offrant une nouvelle dimension. En effet, il s’agit là d’un système d’écolage en vol performant, qui remplace totalement la transition sur avion école à réaction de type Hawk ou Alpha jet. En effet, le PC-21 offre la possibilité unique au monde  d’assurer une transition directe vers des chasseurs modernes tels que F/A-18, Rafale, Gripen, Eurofighter, pour ne citer que ceux-là. Les coûts de formation, de maintenance sont très largement diminués sans oublier la réduction significative des nuisances sonores et de l’optimisation de la consommation de kérosène. L'avion permet une simulation complète et ceci sans armement, d'ailleurs il n'est pas possible de le modifier sans altéré la connectivité des système et le rendre innutilisable.

Après l’annonce du contrat du siècle en l’Inde la semaine dernière pour le PC-7MKII, la firme de Stans peut aujourd’hui aisément sabler le champagne!

BAe Hawk :

800px-Bae_hawk_t1_xx245_inflight_arp.jpg


 

Autre acquisition de l’Arabie Saoudite, l’avion école avancé BAe Hawk T2 au nombre de 77 appareils qui seront livré pour 2016. Ce pays utilise également des Hawk de la version MK65.

Hawk Hawk T2 (MK128) :

Le BAe Hawk T2 (ou MK128) fait partie de la nouvelle génération de jet (AJT) destiné au départ pour la Royal Air Force et la Royal Navy.  Le T2 comprend un affichage moderne de type LCD à la place de l'instrumentation classique, et permet la préparation pour le vol des avions de combat modernes, en particulier le tout "en verre"  comme le Typhoon dont l’Arabie Saoudite à commandé 72 exemplaires. Il utilise un moteur  Rolls-Royce Adour 951.

Deux pays ont également déjà optés pour ce modèle, l’Afrique du sud et l’Inde.

Photos : 1 PC-21 @ Pilatus Aircraft 2 Hawk T2 @ RAF

 

28/09/2011

L’USAF cherche un remplaçant à ses T-38 «Talon»!

 

1877076.jpg


 

L’US Air Force vient de lancer un programme de remplacement des ses avions d’entraînements Northrop T-38C «Talon» vieux de près de 60 ans, le programme TX jet représente un fabuleux contrat de l’ordre de 350 à 500 appareils écoles ! Pour l’USAF, le nouvel avion d’entraînement doit commencer sa carrière en au quatrième trimestre de 2017.

Le contrat du siècle en matière de jet école :

Le remplacement des T-38 de l’US Air Force, soit près de 500 appareils et en soi un fabuleux contrat dont le coût se chiffrera en plusieurs milliards de dollars, trois concurrents se partagent la compétition, deux européens et un asiatique :

Hawk-Advanced-Jet-Training-System-Multimedia-Hero.jpg

 

 

Le BAe Hawk AJT :

Présent au sein de L’US Navy avec le T-45«Goshawk» l’anglais BAE Systems espère faire la passe de deux  et a conclu un partenariat avec Northrop-Grumman pour offrir son Hawk nouvel génération, soit le Hawk Advanced System Jet (AJT), soit le même modèle mis à jour pour la RAF et vendu à l’Inde.

Si le Hawk de BAE a volé pour la première fois en 1974, la version AJT n’a techniquement plus rien à voir avec les versions antérieurs, l’avionique est entièrement numérique et s’adapte à volontés pour permettre de transité vers des appareils de nouvelles générations tels que l’Eurofighter, le F-35. Le système de simulation permet l’ensemble des phases avancées de combat air-air et air-sol dans des environnements différents, l’élève pilote peut également apprendre à faire face à toutes sortes d’attaques grâce à des contre-mesures virtuelles.

712748519.jpg

 

 

Le M-346 :

L'Aermacchi M-346 se présente comme un monoplan à aile delta construit essentiellement en alliage d’aluminium. L’empennage horizontal est entièrement mobile et l’appareil, biplace en tandem, repose sur un train d’atterrissage tricycle. Les deux réacteurs Honeywell/ITEC F124-GA-200 de 2 880 kgp sont produits sous licence par Fiat- Avio. Le M-346 dispose d’un groupe auxiliaire de démarrage (APU) MicroturboRubis. Le cockpit est pressurisé et climatisé sous une verrière articulée à droite, doté de sièges éjectables «zero-zero» Martin-BakerMk 16D. Il dispose également d’un système embarqué de génération d’oxygène (OBOGS) éliminant le besoin de bouteilles, d’écrans multi-fonctions et d’un affichage HUD (Head Up Display), d’un équipement digital Fly-by-Wire programmable en fonction du niveau de l’élève ou simulant différents types d’avions. Un équipement de navigation à longue distance est prévu, ainsi que 3 points sous chaque aile pour une capacité de 1 800 kg et des rails en bout d’aile pour missiles air-air. Un bidon largable peut être emporté sous chaque aile, un bidon de convoyage sous le fuselage, et une perche de ravitaillement en vol est prévue en option.

 

1697505645.jpg

 

 

Le T-50 «Golden Eagle»:

Les T-50 Golden Eagle et largement dérivé du Lockheed Martin F-16 Fighting Falcon et dispose de nombreuses similitudes, les ingénieurs de KAI se sont largement inspiré de la production sous licence des F-16 pour la ROKAF. La gamme T-50 dispose par contre d’une avionique entièrement coréenne mais couplée à un certain nombre d’élément d’origine américaine comme le GPS fournit par Honeywell.

Le plafond pratique est de 14.600 mètres (48.000ft) et la cellule est prévue pour une de durée de 8000 heures de vol. Question motorisation les deux versions sont dotées d’un General Electric F404-102 à double flux-produit sous licence par Samsung Techwin. Le T-50 atteint la vitesse maximale de Mach 1,4.

Photos :  1 Le Northrop T-38C «Talon» @ James Shelbounes 2 BAe Hawk AJT @ Bae 3 M-346 @ Alenia 4 T-50 «Golden Eagle» @ KAI