09/06/2015

Les Tupolev Tu-95 cloués au sol !

 

800px-Tupolev_Tu-95_Marina.jpg

 

 

Après les Mig-29KUB de la marine russe, ce sont les bombardiers stratégiques Tupolev Tu-95 « Bear » qui se retrouvent cloués au sol. Cette décision fait à une sortie de piste et incendie moteur au décollage qui a eu lieu le 8 juin dernier.

 

La suspension des activités de vol couvre l’ensemble de la flotte des 71 Tu-95MS6  actuellement en service au sein de l’aviation militaire russe (Voyenno-Vozdushnyye Sily - VVS), et restera en place jusqu'à ce que l'enquête sur soit terminée.

 

L'accident est survenu au cours d'un vol d'entraînement sur l'aérodrome d’Ukrainka  à 17h00 heure de Moscou (23:00 heure locale). Le Tu-95 a roulé sur la piste et durant  l'accélération un incendie moteur s’est déclaré causant l’interruption du décollage.

 

 

Le Tupolev Tu-95 « Bear » :

 

Le Tu-95 Bear a été conçu comme bombardier nucléaire dans les années 1950 et est aujourd’hui toujours en service au sein des forces aériennes russes dans sa dernière version : le Tu-95MS Bear H. Le Tu-95MS Bear H assure toujours les même missions avec des missiles AS-15 en place des bombes à chute libre initialement emportées par les Tu-95M Bear A. Ayant effectué son premier vol en 1952. Le Tu-95 est aisément reconnaissable à ses quatre turbopropulseurs entraînant chacun deux hélices quadri-pales contrarotatives. Tous les Tu-95 sont ravitaillables en vol grâce à une perche fixe placée à l’avant du fuselage. Environ 500 appareils ont été produits au total toutes versions confondues entre 1952 et 1992.

 

12/05/2015

Crimée, nouveau déploiement de Su-34 & Su-27 russes !

9876.jpg

 

 

La Force aérienne russe vient de confirmer, qu’un nouveau lot d’avions de combat Sukhoi Su-34 et Sukhoi Su-27, viennent de rejoindre les forces basées en Crimée dans la région de Rostov-sur-le-Don.

 

Le service de presse de l’armée russe parle de cinq nouveaux avions de combats dont des chasseurs-bombardiers multirôles Su-34 « Fullback » et des Sukhoi Su-27MSM, le même communiqué confirme l’arrivée prochaine de près de 40 avions de combats supplémentaires dans la région. Il semble également que la Russie a entamé dans la région, le remplacement des bombardiers Sukhoi Su-24 « Fencer » par le tout nouveau Su-34  « Fullback ». A l'heure actuelle, l'armée russe utilise quatre aérodromes en Crimée. L'aérodrome Gvardeïski, situé près de Simferopol, est le plus important d'entre eux.

 

Ce renforcement fait suite à l’arrivée en Crimée de plus de 40 Su-27SM et Su-30M et bombardier Tupolev Tu-22M3M. Il semble cette fois-ci certain que la Russie compte doté ses bases en Crimée de l’ensemble de ses moyens aériens modernes, l’arrivée du dernier -né des chasseurs-bombardiers multirôles Su-34 « Fullback » le confirme.

 

 

Le Sukhoi Su-34 «Fullback» : 


451.jpg


 

Le Su-34 peut  attaquer des cibles terrestres, maritimes et aériennes, de jour comme de nuit et par tous les temps, en utilisant l’ensemble des types de munitions en service en Russie. En termes de capacités opérationnelles, il s'agit d'un appareil de génération 4+. Son système de sécurité active avec les nouveaux ordinateurs, fournit des capacités supplémentaires pour le pilote et le navigateur, pour effectuer des bombardements précis et à manœuvrer sous le feu ennemi. L’excellente aérodynamique de l’avion, les grands réservoirs de carburant de capacité interne, la nouvelle génération de moteurs plus économe en carburant, doté d’une commande numérique. Font que le Su-34 de bombardement tactique, se trouve très proche de la catégorie de bombardier stratégique de classe moyenne.

 

Le Su-34 dispose également d’un système de communication et le système d'échange d'informations de type liaison16 (Link16) lui permettant une interface avec des troupes terrestres et des navires de surface, ainsi qu’avec d’autres aéronefs.

 

Question armement, le Su-34 met en oeuvre des missiles à longue portée air-surface et air-air ainsi que d'armes guidées multi-canal. Il est équipé d'un système de contre-mesures de dernière génération. Rappelons que le cockpit est blindé. L'avion peut effectuer des missions à basse altitude de type « by-pass et fly-by». A noter, que les pilotes disposent d’un petit cabinet WC, pour les longues missions.

 

L’avion a des capacités de lutte anti-navire et dispose d’un rayon d'action de 4.000 km, sa sa vitesse maximale est de 1.900 km/h. Il est doté d'un canon de 30 mm et peut emporter une charge de combat de 8.000 kg.

 

 

 

 

Sukhoi Su-27SM «Flanker» : 


3647.jpg


 

 Le Su-27SM (3) a été structurellement renforcé et pèse trois tonnes de plus au décollage que le modèle précédent. Alimenté par deux moteurs Saturn AL-31F-M1. Le Su-27SM (3) est équipé d'une avionique moderne et de points d’attaches supplémentaires.

Cette dernière version du Sukhoi, dispose d’un cockpit doté de 4 écrans multifonctions couplés à un nouveau système de communication sécurisé et plus résistant au brouillage. Les logiciels radars ont été adaptés pour permettre l’utilisation de la gamme la plus récente en matière de missiles «air-air» et «air-surface» de longue portée.

Le Su-27SM (3) est une version polyvalente capable de remplir des missions de combat en utilisant efficacement et avec une haute précision les armes "air-surface» y compris par guidage avec GPS (GLONASS).
La Russie dispose d’un parc d’un plus de 350 Su-27 répartit entre 12 régiments en plus du centre de démonstration en vol de la patrouille des Chevaliers Russes (Russian Knights), les unités d’entraînements et le centre d’essais en vol des Forces aériennes.

 

Photos :1 & 2 Sukhoi Su-34 « FullBack » @ Sergy  3 Sukhoi Su-27SM @Alexey Ershko

 

 

29/03/2015

Russie, deux cent Su-34 « Fullback »!

9562.jpg

 

 

La Russie a prévu de construire près de deux cent bombardiers de quatrième génération Sukhoi Su-34 « Fullback » dont 16 seront livrés à la Force aérienne russe cette année.

Les bombardiers Su-34 « Fullback » remplacent progressivement les Su-24 « Fencer ». Leur production en série n'est qu'un élément du programme destiné à moderniser 70% des armements russes d'ici 2020. 

 

Le Sukhoi Su-34 «Fullback» : 

 

Le Su-34 peut  attaquer des cibles terrestres, maritimes et aériennes, de jour comme de nuit et par tous les temps, en utilisant l’ensemble des types de munitions en service en Russie. En termes de capacités opérationnelles, il s'agit d'un appareil de génération 4+. Son système de sécurité active avec les nouveaux ordinateurs, fournit des capacités supplémentaires pour le pilote et le navigateur, pour effectuer des bombardements précis et à manœuvrer sous le feu ennemi. L’excellente aérodynamique de l’avion, les grands réservoirs de carburant de capacité interne, la nouvelle génération de moteurs plus économe en carburant, doté d’une commande numérique. Font que le Su-34 de bombardement tactique, se trouve très proche de la catégorie de bombardier stratégique de classe moyenne.

 

Le Su-34 dispose également d’un système de communication et le système d'échange d'informations de type liaison16 (Link16) lui permettant une interface avec des troupes terrestres et des navires de surface, ainsi qu’avec d’autres aéronefs.

 

Question armement, le Su-34 met en oeuvre des missiles à longue portée air-surface et air-air ainsi que d'armes guidées multi-canal. Il est équipé d'un système de contre-mesures de dernière génération. Rappelons que le cockpit est blindé. L'avion peut effectuer des missions à basse altitude de type « by-pass et fly-by». A noter, que les pilotes disposent d’un petit cabinet WC, pour les longues missions.

 

L’avion a des capacités de lutte anti-navire et dispose d’un rayon d'action de 4.000 km, sa sa vitesse maximale est de 1.900 km/h. Il est doté d'un canon de 30 mm et peut emporter une charge de combat de 8.000 kg.

 

6578.jpg

 

Photos : Sukhoi Su-34 Fullback en vol @ Dmitri Barashev

17/03/2015

La nouvelle patrouille russe sur Yak-130 s’entraine !

ob_7f4d8c_yak130.jpg

 

 

 

Voronej, la toute nouvelle patrouille acrobatique de l’aviation russe « Krylia Tavridy » (Ailes de la Tauride) s'entraîne à voler en formation à bord d'avions Yakovlev Yak-130 à Borissoglebsk, dans la région de Voronej, a annoncé mardi le ministère russe de la Défense.

 

Le groupe de voltige aérienne composé d’avions d'entraînement Yak-130 « Krylia Tavridy » est actuellement doté de quatre avions, ensuite le nombre d'appareils sera porté à six. Cette nouvelle patrouille aérienne est lié à l'histoire de la Russie et de la Crimée.

La « Tauride » est le nom donné par les Grecs anciens à la presqu'île de Crimée. La Crimée est un nom plus récent de la région, qui provient de la langue tatare de Crimée. Sous l'Empire russe, la Crimée a constitué le gouvernement de Tauride (1802 à 1921).

La patrouille « Krylia Tavridy » est basée au centre de formation des pilotes Tchkalov de Borissoglebsk (région de Voronej).

 

Une livrée rouge ?

 

Officiellement, on ne connait pas encore le type de livrée que porte la patrouille « Krylia Tavridy ». Mais une photo prise par un photographe russe « Aleksei » (voir photo du haut) semble démontré que le rouge et le blanc ont été choisi. Reste à confirmer !

Nul doute, que cette nouvelle patrouille aura pour but de représenter le nouvel appareil du constructeur Yakovlev, afin d’offrir une vitrine de qualité pour d’éventuels futurs clients. Cette patrouille complétera les deux actuels, soit les «Russian Knights» (Chevaliers russes) qui évoluent sur six Sukhoi Su-27 «Flanker» et les six  MiG-29 «Fulcrum» des «Strizhi» (Martinets).

 

Le Yakovlov Yak-130 :


1967382629.jpg




 

Développé par le bureau d'études Yakovlev, le yak-130 permet de perfectionner les compétences des pilotes d'avions russes et étrangers de 5e génération. Il s'agit d'un avion universel d'entraînement et de combat qui peut être utilisé comme chasseur léger. Le programme russe d'armement prévoit l'acquisition de 65 avions de ce type pour l'Armée de l'air nationale à l'horizon 2020.

Le premier vol du Yak-130 a eu lieu en 1996 et il fut officiellement retenu par la force aérienne russe en 2002.  Initialement, il devait être développé et produit en coopération avec la firme italienne Aermacchi, mais suite aux nombreuses différences de points de vue, chacune des deux parties continua de son propre chef, d’où l’extrême ressemblance entre le Yak-130 et le M-346.

Le Yak-130 a subi une longue phase d’essais de 2005 à 2009 impliquant trois appareils. Les Yak-130 sortent de deux chaînes de production, l’une à Nizhny Novgorod et l’autre se situe à Irkutsk. La première commande export est venue de l’Algérie avec 16 appareils, dont les pilotes ont déjà commencé la transition.

 

Le Yak-130 est un avion très maniable subsonique avec un rayon d’action de 1.250 miles (2.000 kilomètres) et une vitesse maximale de 600mp/h (1.060 k /h) en vol en palier. Il peut transporter une charge utile de combat d'un maximum de £ 6.600 (3.000 kg), composé d'une variété d'armes russes et occidentaux.  Le Yak-130 peut être utilisé à partir de pistes non goudronnées et de petits aérodromes non préparées. L'appareil dispose d'un cockpit en tandem climatisé et pressurisé équipé de sièges éjectables NPO Zvezda K-36LT3.5  de type zéro-zéro (zéro altitude, zéro vitesse). Les pilotes ont une vue à travers une verrière thermoformée. 

 

Le Yak-130 de production est le premier avion russe avec une suite avionique entièrement  numérique. Comme avion d'entraînement avancé, Yak-130 est adapté pour la formation des pilotes ou le recyclage pour permettre de transiter sur des appareils de quatrième et cinquième générations. 

 

1753530443.jpeg

 

 

Photos : 1 Yak-130 aux couleurs des « Krylia Tavridy » ? @ Aleksei 2 cockpit Yak-130 @ Sergy 3 Image de synthèse Yak-130 @ Yakovlev

02/03/2015

La zone de vol des bombardiers russes va s’élargie !

LOS-OFFICIAL-20140916-002.jpg

 

Moscou n’a que faire des protestations de l’Otan, son aviation à long rayon d'action poursuivra ses vols de patrouille. 

 

"Ces vols sont réguliers et nous n'avons pas l'intention d'y renoncer. Nous allons élargir notre zone de patrouille dans le cadre de la coopération internationale avec nos alliés", a indiqué le ministre de la défense russe M.Choïgou, lors d'une réunion au Centre national de contrôle de la défense russe.

 

Nombreuses interceptions :

 

Le 28 janvier dernier deux TU-95 « Bear » ont été interceptés par des Eurofighter de la RAF et des avions de l’armée de l’Air française, alors qu’ils volaient au-dessus de la Manche, sans avoir déposé de plan de vol et en ayant coupé leur transpondeur.

Deux Mirage 2000-5 ont ainsi décollé de la base de Lann-Bihoué, où ils assuraient la permanence opérationnelle (PO), pour accompagner les bombardiers russes. Ces derniers ont ensuite été pris en charge par Un Rafale.

 

Le 3 février dernier, deux bombardiers lourds Tupolev Tu-96  « Bear »ont déclenchés l’alerte de la défense aérienne du Royaume-Uni, ainsi que celles de la Norvège et de la France. Il semble en effet, que selon les militaires britanniques, les écoutes des échanges radio ont démontré que l'un des deux bombardiers transportait une arme nucléaire (probablement inerte).

 

Le 18 février, eux avions Eurofighter Typhoon de la Royal Air Force (RAF) ont dû décoller en urgence pour aller intercepter deux bombardiers stratégiques TU-95 « Bear » russes qui volaient près  des côtes britanniques, au large de la Cornouailles

 

Nous avons ici que quelques exemples récents, mais les provocations russes durent depuis maintenant un peu plus de onze mois. On recense pas moins d’une cinquantaine de rencontres entre bombardiers russes de différent types ,près de l’espace de pays membres de l’Otan ou alliés comme la Finlande et la Suède.

 

Un début ?

 

Une chose est claire, la Russie montre sa force depuis la crise en Ukraine et celle-ci ne va pas changer sa méthode. Mieux le ministère russe de la Défense a même prévenu que ces Forces aériennes vont même étendre les zones de patrouille à travers le monde, confirmant ainsi les propos du ministre de la Défense.


Sukhoi_Su-24_inflight_Mishin-2.jpg


 

 

Photos : 1 TU-95 « Bear » intercepté par un Eurofighter de la RAF @ RAF 2 Le Sukhoi Su-24 « Fencer » est également utilisé  @ Sergy