07/09/2015

L’Australie a choisi le Pilatus PC-21 !

7-2012-4-pc-21.jpg

 

 

Département australien de la Défense (DoD) a choisi le nouvel avion école  qui équipera la Royal Australian Air Force (RAAF), il s’agit du Pilatus PC-21. L’avion de l’avionneur suisse remplacera la flotte actuelle de 69 Pilatus PC-9. Cette commande confirme que l’Australie apprécie particulièrement l’avionneur basé Stans.

 

Le perdant de la compétition l’équipe emmenée par BAE Systems Australia et le  Beechcraft T-6C en partenariat avec CAE Australie.

La commande comprend un total de 49 Pilatus PC-21 qui seront acquis dans le cadre du programme « AIR 5428 ». Pilatus travaillera avec Lockheed-Martin qui travaillera en tant que soumissionnaire. Le système de formation du PC-21 va être spécifiquement adapté pour la transition des pilotes sur le futur Lockheed-martin F-35 de la RAAF.

 

6ème client :

L’Australie devient ainsi le 6ème client pour le système d’entrainement PC-21, les autres pays sont : la Suisse avec 8 appareils (2 en options), Singapour 19 aéronefs, les Emirats arabes unis 25 appareils, l’Arabie Saoudite 55 appareils en commandes et le Qatar 24 appareils en commandes.

 

La génération PC-21:

Le PC-21 permet une formation complète des élèves pilotes et ceci avec des possibilités offrant une nouvelle dimension. En effet, il s’agit là, d’un système d’écolage en vol performant, qui remplace totalement la transition sur avion école à réaction de type Hawk ou Alpha jet. En effet, le PC-21 offre la possibilité unique au monde  d’assurer une transition directe vers des chasseurs modernes tels que F/A-18, Rafale, Gripen, Eurofighter, pour ne citer que ceux-là. Il est également possible d’opter pour une combinaison en binôme avec un jet école, dans ce cas la formation sur jet peut être réduite en nombre d’heure. Les coûts de formation, de maintenance sont très largement diminués, sans oublier la réduction significative des nuisances sonores et de l’optimisation de la consommation de kérosène. L'avion permet une simulation complète et ceci sans armement, car ceux-ci sont simulés grâce à une interface spécialement développée pour l’avion.

 

PC21_Intro_007.JPG

Photos : 1 Pilatus PC-21  2 Cockpit @ Pilatus Aircraft

06/09/2015

MiG prépare son retour !

8837jpg.jpg

 

Le célèbre avionneur russe Mikoyan-Gourevitch (MiG) aujourd’hui Russian Aircraft Corporation (RAC) a fortement perdu de sa superbe, ces vingt dernières années, dépassé par son concurrent Sukhoi /Irkut, l’avionneur peine à revenir au premier plan de l’industrie aéronautique militaire.

 

La gloire :

 

3975.jpg

Il est loin le temps ou le simple fait d’énoncer le nom de MiG était synonyme de terreur aérienne. L’avionneur russe a fait ses lettres de noblesses, lors de la guerre de Corée avec le très célèbre MiG-15, puis avec les MiG-17 et MiG-21, qui lors, de la guerre du Vietnam obligèrent les américains à revoir l’ensemble de leurs tactiques de combat. Ces deux conflits associés à l’avionneur MiG ont profondément marqué l’idéologie aérienne en Occident, les Etats-Unis ont créé le célèbre centre de perfectionnement en combat aérien de « Top Gun ». Dans les années quatre-vingt, l’arrivée du MiG-25 puis, du MiG-29 permis à l’avionneur russe de maintenir son image d’avionneur de premier plan. Mais la chute du Mur de Berlin allait changer les choses.

 

La chute :

La réunification allemande et l’intégration des MiG-29 « Fulcrum » de l’ex-RDA au sein de la Luftwaffe allait montrer que le Mig-29, certes très bon en maniabilité et en accélération, avait dix ans de retard en matière d’électronique, offrait une couteuse maintenance et une consommation de kérosène épouvantable. Le mythe allait s’écrouler peu à peu.

Les années nonante ont été un véritable calvaire pour MiG avec la défection de nombreux ingénieurs, le manque de commande du nouvel Etat russe et l’arrivée sur le marché du Sukhoi Su-27 « Flanker » et des différentes déclinaisons de celui-ci (Su-30, Su-34, Su-35).

 

Une situation encore précaire :

 

4859.jpg

Lors du dernier salon de Moscou, le général et concepteur Sergei Korotkov de RAC/MiG a déclaré que le développement du MiG-35 se poursuit, en dépit de l'échec du nouveau chasseur à obtenir des commandes nationales ou étrangères. Une rumeur au début du salon semblait annoncer la vente de MiG-35, il n’en est rien. Toujours selon l’avionneur.  le ministère russe de la Défense a promis de commencer à acheter des MiG-35 en 2018, et ceci une fois que les derniers essais en vol auront été réalisé. On parle d’un premier lot de 30 unités. Un nouveau radar AESA, lors du salon MAKS2015,

la société de KRET a dévoilé une nouvelle version du radar AESA développé par sa société, le  Phazotron-NIIR spécialement étudié pour équiper le MiG-35. Pour l’avionneur il s’agit d’une très bonne nouvelle qui devrait permettre d’engendrer de nouvelles commandes, notamment à l’exportation.

 

L’avenir : le MiG-41 :

Mais l’avenir, RAC/MiG le voit dans le développement du futur MiG-41 qui doit à terme venir remplacer l’actuel MiG-31. Les ingénieurs de RAC/MiG travaillent sur un projet capable de voler jusqu'à Mach 4,3. Ce futur « super » intercepteur devrait également être doté d’une nouvelle génération d’armes elles, aussi particulièrement, rapides.

 

La situation aujourd’hui :

L’avionneur termine la modernisation des MiG-31 de la force aérienne russe tout en perfectionnant son MiG-35. Cette année, le carnet de commandes de MiG a augmenté à 4 milliards de dollars. RAC/MiG dispose de commandes de l’Etat russe pour 14 MiG-29SMT et deux MiG-29UBT.Un total de 32 MiG seront livrés à des clients nationaux et étrangers encore cette année, dont 24 MiG-29K/Kubs commandés par la marine russe en 2012, ainsi qu’un nombre non divulguer pour la marine indienne.  

 

8930.jpg

Photos : 1 MiG-29 « Fulcrum » 2 le célèbre MiG-15 3 MiG-35 4 MiG-31  @ Sergy

 

03/09/2015

L’Indonésie a choisi le Sukhoi Su-35 !

2030397890.jpg

 

 

 

Le ministère indonésien de la Défense (MoD) a choisi le Sukhoi Su-35 «Flanker-E » pour remplacer les actuels Northrop F-5E Tiger II de la Force aérienne. Ce programme représente la première commande à l'exportation du Su-35.

 

Les avions en concurrence étaient: le Rafale de Dassault Aviation, le Lockheed-Martin F-16 « Viper », l’Airbus Eurofighter T3 et le Saab Gripen E. Il semble que le prix a joué un rôle déterminant dans le choix, on parle ce soir d’un montant d’un milliard de dollars pour 16 appareils.

Cette réussite russe, montre qu'il va falloir une fois de plus compter sur le retour des avionneurs à "l'étoile rouge" sur le marché. Ceux-ci se montrent très agressifs et devraient à l'avenir être à nouveau capable de concurrencer les USA et compliquer le travail des européens.

 Les forces aériennes indonésiennes exploitent actuellement une flotte mixte d'appareils russes composée de Su-27SK, Su-27SKM, Su-30MK et de Su-30MK2, achetés par étapes depuis 2003.

Le Sukhoi Su.35 :

Le Su-35 est un appareil de la génération 4++.  Les caractéristiques de l'avion comprennent une nouvelle avionique numérique avec fusion des données, un nouveau réseau d'antennes radar progressive avec une longue portée de détection et de cibles aériennes. Son noyau est le système de gestion de l'information (SGI), qui intègre les sous-systèmes fonctionnels, logiques, d'information et de logiciels en un complexe unique qui assure l'interaction entre l'équipage et l'équipement. L'IMS comprend deux ordinateurs centraux numériques, dispositifs de commutation et de l'information. Le pilote dispose de deux écrans MFI affichage multi-fonctions de 9x12 pouces et une résolution de 1400x1050 pixels.

Le noyau du Su-35 dispose de deux doubles radars en bande X en réseau, à antennes progressives Irbis-E, soit un N-12 à l’avant et un N-011 dans la queue arrière. A l’avant le N-12 est monté sur une unité de commande hydraulique à deux étapes (en azimut et en rouleau). Le dispositif d'antenne scanne par un faisceau électronique dans l'azimut et l'angle d'élévation dans les secteurs non inférieure à 60°. L'unité d'entraînement en deux étapes électro-hydraulique tourne en outre l'antenne par des moyens mécaniques à 60 ° en azimut et 120 ° en roulis. Ainsi, en utilisant la commande électronique et mécanique tour supplémentaire de l'antenne, l'angle de braquage maximal du faisceau peut atteindre 120 °. Le radar Irbis-E détecte les cibles aériennes jusqu’à une portée maximale de 400 km. Le tout avec une nouvelle génération d'optique frontale.

La durée de vie de la cellule est de 6’000 heures de vol, soit un cycle de vie de 30 années d'exploitation. La durée de vie assignée des moteurs AL-117S dérivé de l’AL-31F avec poussée vectorielle est de 4’000 heures.

 

2975181373.JPG

Photos : Sukhoi Su-35 @ Irkut 

28/08/2015

P-8A pour l’Australie et second lot pour l’USN !

P-8A_Poseidon_VX-20_Squadron.jpg

 

 

Seattle,l’ordre a été validé aujourd’hui pour une commande portant sur 13 avions de patrouille maritime de type P-8a « Poseidon ». Cette commande d’un total de 1,49 milliard de dollars comprend neufs appareils supplémentaires pour l’US Navy et les quatre premiers aéronefs destinés à la Royal Australian Air Force.

 

"En travaillant ensemble depuis les premiers stades de développement du P-8A, les Etats-Unis et l'Australie ont créé une configuration d'avion qui répond aux besoins des deux pays", a déclaré le Capt. Scott Dillon, gestionnaire de programme de l'US Navy pour le  P-8A. "

Il faut remonter au mois de février 2014, lorsque à cette date, Canberra a confirmé qu'elle fera l'acquisition de huit avions de patrouille maritime de type Boeing P-8A «Poseidon». L’objectif étant d’obtenir les premiers exemplaires en 2017 et rendre la flotte opérationnelle pour 2021. L’Australie devient ainsi le deuxième client à l’exportation pour le P-8A, après l’Inde.

 

Le Boeing P-8A «Poseidon» : 

Le P-8A "Poseidon" est un avion de longue portée de lutte anti-sous-marine (ASM) et anti-surface (LAN), renseignement, surveillance et reconnaissance (RSR). Le P-8A est capable de longues patrouilles proche et loin des côtes.

Le P-8A "Poseidon" est conçu pour assurer l'avenir de la Marine à long rayon d'action dans les missions de patrouille maritime. Le P-8A offre une plus grande capacité de combat et demandera moins d'infrastructure tout en se concentrant sur la réactivité et l'interopérabilité avec les forces traditionnelles. L’avion pourra échanger ses informations avec l’ensemble des bâtiments de surface, sous-marins, avions et drones en service dans l’US Navy.

Pour Boeing, le choix de base d’une cellule de B737 NG permet une importante réduction des coûts, le constructeur estime cette base permettra de décliner d’autres versions du P-8A afin de remplacer plusieurs appareils actuellement en services et destinés à des opérations spéciales. Pour Boeing, il sera possible par exemple de remplacer les B707 et autres C-130 spécialisés dans les domaines de l’écoute électronique, commandement volant, guerre psychologique (PsyOps), brouillage.

Cet avion équipé de liaisons 11 et 16 et de systèmes internet, doit agir dans un concept de guerre en réseau en collaboration avec la quarantaine des drones.

2424350857.jpg

 

Photos : P-8A « Poseidon » de l’USN @ USN

 

 

 

25/08/2015

L’US Air Force va déployer des F-22 en Europe !

54948.jpg

 

 

L'US Air Force va déployer de Lockheed-Martin F-22 « Raptor » en Europe dans le cadre de «l’European Reassurance Initiative ». Ces appareils vont venir grossir les rangs de différents autres d’avions déjà déployés sur le vieux contient, le nombre n'est pour l'instant pas communiqué.

L’objectif du Pentagone vise à apaiser les inquiétudes des alliés des États-Unis au sujet de l'activité russe en Ukraine. Il s’agit également de renforcer sensiblement le nombre d’avions de combat en direction de l’Est de l’Europe, dont la dotation est particulièrement faible.

Les Lockheed-Martin F-22 vont venir se joindre aux trois Boeing B-52H « Stratofortress » et deux Northrop-Grumman B-2 « Spirit » basés au Royaume-Uni ainsi que les 12 avions d'attaque Fairchild-République A-10C « Thunderbolt II » basé en l'Estonie (second déploiement).

 

 Rappel :

Le F-22 a été conçu pour réduire au maximum sa signature radar qui, au final, est environ 100 fois inférieure à celle d’un F-15 «Eagle» bien que les deux avions aient à peu près la même taille. L'avion est entièrement recouvert d'une peinture absorbant les ondes radar. De plus les surfaces de contrôles sont conçues par thermoformage pour éviter d'utiliser des rivets qui créeraient des aspérités et ses antennes et détecteurs sont noyés dans le revêtement.

Pour réduire la signature infrarouge le F-22  dispose d’un système de refroidissement très sophistiqué. La chaleur est évacuée dans le carburant et part dans le sillage des réacteurs. Ce système ayant été calculé avec une tolérance réduite, quand l'avion termine sa mission, les équipements internes sont à haute température et pour diminuer la chaleur, les soutes sont ouvertes au sol. C'est l'une des raisons qui font que les frais de maintenance  du F-22 sont particulièrement élevés.

Le Raptor dispose de son armement dans deux soutes latérales et une soute ventrale, afin, de maintenir sa furtivité. Les soutes latérales peuvent contenir 1 missile AIM-9 «Sidewinder»chacune. La soute ventrale peut recevoir 4 à 6 missiles AIM 120 AMRAAM, dans les soutes latérales et 2 AIM-120 AMRAAM ou 8 bombes  GBU39. Le F-22 dispose cependant de 4 pylônes sous les ailes, utilisables quand la furtivité n'est pas indispensable.

Le radar principal de type AESA est couplé directement aux divers capteurs noyé dans la cellule. Les moteurs Pratt & Whiney F119 qui produisent environ 38.000 livres de poussée chacun, permettent une vitesse de croisière Mach 1,8, sans postcombustion. Avec postcombustion la vitesse maximale est  d’environ Mach 2,2 et l’avion peut voler à 60.000 pieds. Les tuyères des réacteurs sont dotées de la poussée vectorielle et peuvent être orientées de 40 degrés vers le haut ou le bas, soit pour améliorer la manœuvrabilité, lors d'un combat aérien, soit pour réduire la distance de décollage.

Le F-22 est le premier avion militaire à disposer d'un tableau de bord entièrement composé d'écrans LCD multi-fonctions couleurs, en complément du système HOTAS (MMM, Mains sur Manettes et manche) et du viseur tête-haute.

 

539.jpg

Photos : Lockheed-Martin F-22 Raptor @ USAF