13/01/2019

L’USAF poursuit le maintien de la flotte de F-16 !

345.jpg

Lancé en 2015 par leDépartement américain de la défense (DoD), le programme SLEP devait dans un premeir temps assurer l’extension de vie des F-16 Block 40, 42, 50 et 52. A ce jour, Lockheed-Martin a réalisé une série de tests de durabilité sur un F-16 Block30 et Block50 qui ont montré la durabilité à grande échelle des cellules.

La seconde phase :

Voici que la seconde phase est lancée avec un programme de prototypage récemment lancé qui doit conduire à une modernisation de la guerre électronique à l’échelle de la flotte pour plus de 900 F-16 de l’armée de l’air américaine.

Les mises à niveau proposées pourraient inclure une gamme complète de systèmes actifs et passifs, notamment un récepteur d’alerte radar numérique, un brouilleur d’autoprotection et un leurre remorqué, ont annoncé des documents d’acquisition publiés le 3 janvier par le Laboratoire de recherche de l’US Air Force.

Bien que jadis censée être remplacée par le Lockheed-Martin F-35, l’US Air Force souhaite désormais s’assurer que la flotte de F-16 sera pertinente jusqu’en 2046. En décembre, l'armée de l'air a informé les responsables de l'industrie d'une stratégie de mise à niveau longue de 15 ans, qui débutera cette année par une phase de prototypage.

L’armée de l’air souhaite choisir deux constructeurs pour construire des prototypes de récepteur d’alerte radar numérique avec une largeur de bande accrue et une capacité accrue de détection de la position des émetteurs de radiofréquences.

Une fois les prototypes aboutis, l’USAF prévoit de commencer à mettre en service le nouveau détecteur de émissions mis à niveau à partir de la fin de 2021.

Deux ans plus tard, la Force aérienne pourrait étendre la mise à niveau aux systèmes de guerre électronique actifs, y compris un nouveau brouilleur à autoprotection monté à l'intérieur et un leurre remorqué amélioré.

Confirmation de la mixité :

Cette nouvelle information confirme un peu plus ce que j’avance depuis un certain temps, en ce qui concerne la « mixité » des avions entre les « furtifs » F-22 et F-35 avec un regain d’intérêts pour les aéronefs tels que les F-15, F-16 et F/A-18 pour la Navy.

45.jpg

Photos : le F-16 aura encore de beaux jours devant lui @ Tyler Rogoway

12/01/2019

L’Indonésie opte pour plus de H225M !

H225-indonesia.jpg

L’Indonésie a signé un contrat avec Airbus Helicopters un contrat portatn sur 8 hélicoptères H225M « Caracal ». Ces appareils seront livrés à l'armée de l'air après le réassemblage et la finalisation de l'équipement et de la personnalisation des équipements de mission dans les  locaux de Bandung, en Indonésie. Ces hélicoptères supplémentaires rejoindront la flotte existante de six H225M de la force aérienne pour effectuer des missions de recherche et de sauvetage au combat similaires. 

«Nous nous félicitons de la sélection par l’Indonésie de nos hélicoptères H225M pour leur flotte en expansion. Le H225M est un hélicoptère éprouvé au combat qui est bien considéré par les clients militaires du monde entier. La commande additionnelle de l’Indonésie témoigne de leur confiance en les hélicoptères Airbus », a déclaré Ben Bridge, vice-président exécutif, Global Business, d’Airbus Helicopters. «L’Indonésie continue de jouer un rôle vital dans l’empreinte industrielle mondiale d’Airbus Helicopters. Avec un partenaire de confiance dans PTDI, nous sommes prêts à soutenir la disponibilité de la flotte indonésienne. "

PT Dirgantara Indonesia est chargé pour le compte d'Airbus Helicopters des ventes en Indonésie et réalise aussi sur son site de Bandung l'installation et la personnalisation des équipements de mission des appareils.

 Le H225M "Caracal": 

Le H225M « Caracal » ( ex EC725)  est la dernière version du « Super Puma » et de la famille « Cougar ». Cet hélicoptère de 11 tonnes  bimoteur est équipé d'un rotor à  cinq pales et d'un réservoir de carburant de grande capacité, offrant des performances et une autonomie plus grande de vol. Il a été conçu pour effectuer de multiples missions, telles que la recherche et sauvetage de combat (SAR), Le  de transport aérien tactique, longue distance le  transport en ambulance aérienne (MEDEVAC), l'appui logistique et les missions navales. Le H225M est également équipé d'une tourelle FLIR.

Photo :H225M indonésien @ Airbus Helicopters

 

 

 

11/01/2019

Le premier Rafale F3-R pour la Marine !

199014_1.jpg

Le commandant de la base aérienne navale de Landivisiau a officiellement réceptionné le premier Rafale standard F3-R. Converti par le détachement des ateliers aéronautiques de l’AIA Bretagne, le Rafale Marine n°30 a été livré au groupe de soutien technique aérospatial pour être préparé et remis au détachement de chasse de l’escadron CEPA / 10S.

L'avion mis à niveau a effectué son premier vol depuis la base aérienne de Landivisiau le 17 décembre 2018 à 16 h 15. Il sera initialement utilisé par CEPA / 10, qui réalisera un certain nombre d'essais qui, en cas de succès, permettront au commandement de Naval Aviation de déclarer la mise en service opérationnelle de la norme Rafale F3-R, qui sera initialement exploitée par Flotille 11F (11ème escadron aéronaval), la première unité à exploiter le nouveau standard de l’avion.

 Le Rafale F-3R :

Rafale-M-F-3R-Landivisiau.jpg

La nouvelle norme Rafale F3-R apporte de nouvelles capacités dans les domaines du renseignement, de la communication, du combat et du commandement. Si l'intégration du missile à longue portée Meteor et du pod de désignation laser « Talios » de nouvelle génération sont des innovations majeures, d'autres développements (principalement logiciels) dans les systèmes embarqués permettent à l'avion d'évoluer.

La norme F3-R comprend également l’installation d’un système anticollision automatique au sol (AGCAS) et diverses améliorations apportées au radar RBE2, au système de guerre électronique Spectra, à la nacelle Reco NG et au système de navigation par inertie.

Avec la norme F3-R, le Rafale Marine sera également équipé d’une nacelle de ravitaillement en vol de nouvelle génération. Le F-3R peut notamment utiliser les armements suivants :bombes guidées laser GBU-12/24 et bombes guidées Hammer, la capacités de  frappes dans la profondeur avec missiles de croisière Scalp, attaque en mer mer avec missile Exocet AM39 BlockII. La reconnaissance tactique et stratégique en temps réel avec nacelle Areos  et le ravitaillement en vol d'un Rafale à un autre de type « buddy-buddy ». Sans oublier la dissuasion nucléaire avec missile ASMP-A. 

Infos techniques : DefenseAero

Photos : 1 La flotille 11F 2 La remise du Rafale F-3R @ Dassault aviation

09/01/2019

Pas de F-16 israéliens pour la Croatie !

iniohos2016_63.jpg

Washington s’est opposé au transfert de technologies sensibles concernant la vente de F-16 israéliens d’occasions à la Croatie. La Croatie, membre de l'OTAN, se préparait à acheter à Israël 12 chasseurs F-16 « Barak » de seconde main, pour 500 millions de dollars. Pour la Croatie, l'accord lui aurait permis d'obtenir un avion de combat assez moderne pour remplacer sa flotte vieillissante de MiG-21, un modèle soviétique entré en service en 1959.

Les discussions entre les deux pays ont débuté l'année dernière et les États-Unis se sont joints à celles-ci en juin, alors que Washington doit accepter toute vente à des tiers d'équipements fabriqués aux États-Unis. Les négociations se sont poursuivies jusqu’en décembre, lorsque le Département d’Etat est intervenu pour bloquer la vente, craignant qu’Israël ne prévoit de transférer des technologies qu’il n’était pas autorisé à transférer. Les Etats-Unis ont déclaré qu'Israël devait retirer des jets les améliorations apportées au fil des ans avant le transfert de l'avion.

En effet, Israël a modernisé ses F-16 avec des systèmes électroniques et radar sophistiqués d'origine autochtone comme le système Elta L-8240 entre autres. un élément essentiel de la décision de la Croatie d'acheter des F-16 à Israël plutôt qu'aux États-Unis.

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, désireux de vendre des avions, a personnellement abordé la question avec le secrétaire d’État Mike Pompeo lors de sa réunion au Brésil plus tôt ce mois-ci, mais il n’a pas pu changer la position américaine, selon les médias israéliens.

Les Croates, pour leur part, craignent maintenant que l'annulation de l'accord de 500 millions de dollars ne réduise considérablement leurs dépenses de défense, qui représentent moins d'un milliard de dollars par an. Cela pourrait placer le pays dans le collimateur de l'administration Trump et de l'OTAN, qui ont tous deux réclamé une augmentation des dépenses de défense. Zagreb consacre actuellement environ 1,2% de son PIB à la défense, ce qui est bien en deçà de l'objectif de 2% fixé par l'OTAN.

Zagreb se tourne vers la Suède :

Zagreb semble maintenant revenir en direction de la Suède en ce qui concerne l’offre de l’avionneur Saab avec le JAS-39 C/D Gripen qui était proche de l’offre israélienne, un responsable croate a suggéré que ce pays pourrait être le favori.

En effet, le gouvernement suédois avait soumis une offre comprenant la vente de douze ou de huit Gripen C/D de la dernière génération. L'offre comprenait également un accord de support et d'entraînement pour les techniciens et les pilotes. Dans le but d'assurer que les Forces aériennes croates restent opérationnelles sans interruption lorsque leurs MiG-21 actuels seront mis hors service.  Saab proposait un ensemble de coopération industrielle. Sur la base des expériences et des ressources combinées de son important réseau industriel, Saab et la base de fournisseurs Gripen offrent à la Croatie un partenariat à travers un programme de défense et de coopération industrielle de nouvelle génération. Saab est prêt à s'engager dans une obligation de coopération industrielle évaluée à 100 pour cent de la valeur du contrat.

 

saab_jas39.jpg

 

Photos : 1 F-16 C Block 40 « Barak » @ Georges Caravatos JAS-39 Gripen C @ Flygvapnet

 

06/01/2019

Essais en vol du ravitailleur IL-78M-90A !

w.jpg

Le nouvel avion ravitailleur en vol Ilyushin Il-78M-90A amélioré de United Aircraft (UAC) a commencé ses essais en vol avec une première sortie effectuée depuis le site de production d'Aviastar SP à Oulanovsk à la fin de l’année dernière.

Les principaux changements apportés au modèle mis à jour comprennent une nouvelle aile à capacité de carburant accrue et des moteurs Perm PS-90A-76, comme la version -90A du transport Il-76. En plus d'améliorer l'efficacité énergétique, ils permettront également de réduire la distance de décollage du nouvel avion, malgré l'augmentation de la masse maximale au décollage.

Ravitailleur polyvalent :

Outre ses performances améliorées notamment en ce qui concerne la capacité de ravitaillement en vol, UAC note que le nouveau modèle peut être reconfiguré pour être utilisé comme moyen de transport, en retirant ses réservoirs de carburant supplémentaires embarqués. Le -90A est également doté de nouveaux systèmes de navigation qui lui permettront d’être exploités dans l’espace aérien international conformément aux exigences du secteur civil.

Après l'achèvement de la phase de test en vol en cours, l'Il-78M-90A sera transféré pour des essais étatiques à partir de l'aérodrome de Joukovski, près de Moscou.

Moscou a précédemment annoncé son intention d'acquérir 31 ravitailleurs de la nouvelle génération.

L’Il-476/ Il-76MD-90A/ Il-78M-90A :

L'avion de transport lourd Il-476 (IL-76MD-90A) est une version profondément modernisée de l'Il-76 qui était produit à Tachkent (Ouzbékistan) à l'époque de l'URSS. l’Il-476 présente une voilure revue et corrigée ainsi qu’une structure simplifiée, mais sa construction a beaucoup changé et l'avion est maintenant doté de nouveaux systèmes de commande et de navigation. Le nouvel appareil a une autonomie de vol de 5.000 km avec une charge utile de 52 tonnes (contre 4.000 km et une charge utile de 47 tonnes pour son prédécesseur). Son poids au décollage a augmenté de 190 tonnes à 210 tonnes. L'avion requiert un équipage moins nombreux (six membres d'équipages contre sept pour l'Il-76 de base). Doté d’une nouvelle avionique avec des systèmes de navigation modernisés, il a reçu des moteurs de conception récente de type Aviadvigatel PS-90A-76, déjà montés sur les Tupolev 204/214.

Un premier prototype de l’Il-476 est sorti en juillet 2012 de la chaîne d’assemblage de l’usine Aviastar-SP, située dans la région d’Oulianovsk. Le développement de cet appareil, lancé en 2006, repose sur le quadrimoteur IL-76 (code Otan : Candid), dont l’origine remonte aux années 1960 et qui a été vendu à de nombreuses forces appartenant notamment à la sphère d’influence soviétique, ainsi qu’à des compagnies aériennes.

Dans le cadre de sa modernisation, la Russie développe également un système aéroporté d'alerte et de contrôle (AWACS) variante devant être désignée l'A-100 (les AWACS actuelles base-76-Il, dont il existe 20 exemplaires actuellement en service avec le VVS, est désigné l'A-50 'Mainstay'.

L’Il-78m-90A est directement dérivé du de l’Il-76MD-90A.

La nouvelle famille : 

IL-76MD-90A : avion cargo.

A100 : dérivé de l’IL-76MD-90A d’alerte lointaine AWACS.

IL-78M-90A : version ravitailleur en vol multirôle.

 

beb13d7a5283d36a99f0943fa72474c8.jpg

Photos :Prototype il-78M-90a @UAC