04/02/2016

Inde, présentation du HTT 40 !

yourfile-1.jpg

Hindustan Aeronautics (HAL) a présenté le premier prototype de l'avion d'entraînement de base HTT-40. L'avion va effectuer des essais au sol et des tests de roulage avant son premier vol.

Le HTT-40 est un aéronef à voilure fixe incorporant une conception de cellule tout en métal. Sa masse au maximale au décollage et de 2800 kg et peut être configuré pour porter des armes, en vue d le l’entrainement, mais également pour des missions de contre-insurrection. Le cockpit climatisé peut accueillir deux membres d'équipage, dont un instructeur et stagiaire dans la configuration des sièges en tandem de type « zéro-zéro ». Il intègre une avionique avec écrans multifonctions et des systèmes de navigation et de communication modernes. La motorisation du HHT40 comprend une turbine Honeywell TPE331-12B dotée d’un FADEC et qui développe une puissance maximale de 950 ch sur l'arbre (shp). Le HTT40 devrait pouvoir atteindre une vitesse maximale de 450 kilomètres par heure pour un rayon d’action 1000 km. La vitesse de décrochage avec les volets sera 135 km/h.

 

Un concurrent pour la troisième tranche de PC-7MKII :

L’Indian Air Force (IAF) avait prévu une formation en trois phases pour ses élèves pilotes. La formation de base (BTA) s’effectue sur l’avion suisse Pilatus PC-7MKII, puis la phase II, dite intermédiaire devait être faite sur l’avion indigène HAL HTT40. Puis, la phase avancée se termine sur le jet anglais BAE Hawk. Mais les nombreux retards de conception du HAL HTT40 ont obligé l’IAF à revoir le cursus de formation.

A l’origine, l’Inde prévoyait d’acheter une centaine d’avion HTT40. L’arrivée du Pilatus PC-7MKII a permis de combler les deux étapes primaires de formation des élèves pilotes indiens. Le ministère indien de la défense a l'intention, aujourd’hui, d'acheter 68 HTT40 élaborés localement pour satisfaire une partie de ses besoins pour 180 avions écoles. En effet 120 avions PC-7MKII ont été commandés à ce jour.

De fait, la troisième tranche de PC-7MKII sera directement liée au bon fonctionnement ou non du HAL HTT40. Un feuilleton qui n’est pas sans rappeler, celui du contrat Rafale et du Tejas !

647266650.jpg

 

Photos : HAL HTT40 @ HAL

 

28/05/2015

L’Inde signe pour des Apache & Chinook !

AH-64E%205%20March%202014.jpg

 

New Dehli, le Ministère indien de la Défense (MoD) a autorisé l'acquisition de 22 hélicoptères Boeing AH-64 E « Apache »  et 15 hélicoptères Boeing  CH-47F « Chinook » pour un montant de  2,5 milliards de dollars us. La signature des contrats se fera dans quelques jours, lors de la visite du secrétaire américain à la Défense Ashton Carter à New Delhi.

 

Négociations tendues :

 

Il faut noter que les négociations pour ces deux types d’appareils n’ont pas été simplifiées, de nombreux retards ont ponctués celles-ci. En effet, les contrats transmis par Boeing devaient être signés il y plusieurs mois déjà selon la date d’échéance des prix négociés à la fin de 2013. Boeing a accepté la demande du MoD indien pour maintenir ce prix d'achat un peu plus longtemps que prévu, jusqu’au 30 juin prochain, mais ceci pour  la dernière fois. Chez Boeing, on est un peu agacé des interminables lenteurs du processus administratif de l’Etat indien.

 

La vente :

 

La vente de 22 hélicoptères de combat AH-64D Apache comprend également une large panoplie d’armement tel que : 812 missiles AGM-114L-3 Hellfire Longbow, 542 missiles AGM-114R-3 Hellfire-II, 245 missiles Stinger Block I-92H. Des munitions de 30mm pour approvisionner les canons. Il faut également ajouter  12 radars de définition de cible AN/APG-78, 12 Interféromètres AN/APR-48A à fréquence radar. L’Inde prévoit également de se doter d’un important stock de moteur de réserve avec 50 turbines General-El T700-GE-701D.

Nouvelle victoire de Boeing en Inde, après avoir remporté le contrat portant sur 22 AH-64 Apache Block III pour un montant de l’ordre de 1,4 milliards de dollars. L’Inde par l’intermédiaire de son ministère de la défense confirme le choix en matière d’hélicoptère lourd du CH-47F « Chinook ».

La Russie est une nouvelle fois la grande perdante de ce marché, celle-ci comptait placer le Mil MI 26.

 

ch47f6354_boeing.jpg

 

Photos :1  Boeing AH-64 E Apache 2 Boeing CH-47F Chinook @Boeing

09/02/2015

Premier vol pour le second Tejas naval !

NP2.9.jpg

 

Bangalore, le deuxième prototype de la version navale de l'Hindustan Aeronautics (HAL) Tejas (LCA) a effectué son vol inaugural ce samedi. Le vol a duré 35 minutes, l’avion 

est désigné NP2 est monoplace.

 

Un second prototype amélioré : 

 

Selon les déclarations de l’avionneur indien HAL, le second prototype NP2 intègre un certain nombre d'améliorations par rapport au premier appareil NP1. L'avion peut dispose d’un train d'atterrissage renforcé qui faisait défaut sur le NP1. L’avion intègre également différents correctifs électroniques qui lui permettront des angles d’attaques serrés, en vue d’un appontage sur porte-avions. L’avion dispose également de son crochet d’appontage.

 

Pour l’instant, les deux prototypes sont motorisés avec le moteur General-Electric F404-IN-20. par la suite, ils recevront pour les opérations en mer, le moteur de General-Electric F414 plus puissant, qui alimentera également le Tejas Mk II.

 

Le second prototype NP2 était attendu en 2011, mais les lourds problèmes rencontrés pour la mise au point du programme «Tejas» ont encore une fois retardés le calendrier. L’arrivée du second prototype est en soi une nouvelle percée dans un programme qui a pris énormément de retard, soit près de quinze années. 

 

L’arrivée des premiers Tejas MkI de série pour l’air Force et ce second prototype pour la Marine semble démontrer que l’avion de combat indien prend, enfin, son envol.

 

871109487.jpg

 

Le TEJAS Marine :

 

Basé sur la version de l’air Force, le Tejas version «Marine» formera donc la composante de la défense aérienne navale aux côtés des MiG-29K, qui agiront dans la profondeur du dispositif. Le Tejas naval dispose d'une structure de cellule renforcée, ainsi que le train d'atterrissage. Il est également doté d'un crochet d'arrêt pour permettre son fonctionnement à partir de porte-avions.

Une surface de contrôle de type vortex a été montée à l'avant de l'aile et permet une vitesse d'atterrissage réduite, tandis que les performances du moteur et de la visibilité ont été améliorés pour les opérations embarquées. Au total, l’Inde prévoit de s’équiper de 260 Tejas pour l’air Force et la Marine.

 

np2.jpg

 

 

Photos : 1 HAL Tejas NP2 @ Rana 2 Le Tejas NP1 3 Le NP2 au décollage @ HAL