24/12/2018

Vol inaugural pour le TH-119 IFR !

yourfile.jpg

Leonardo est heureux d'annoncer qu'il a terminé avec succès le test en vol initial de l'hélicoptère de formation TH-119 IFR hier. Le TH-119 fait partie de l’offre de Leonardo pour remplacer la flotte vieillissante d’hélicoptères d’entraînement TH-57 « Sea Ranger » de l’US Navy, une variante du modèle à succès de l’AW119, fabriqué aux États-Unis avec une base solide de fournisseurs locaux. En franchissant cette étape importante, le TH-119 reste sur la bonne voie pour obtenir la certification IFR FAA complète début 2019, ce qui en fait le seul hélicoptère monomoteur certifié IFR en production depuis des décennies. 

Le pilote de Leonardo Patrick McKernan pilotait le TH-119 où toutes les variantes de l’AW119 sont construites. L’hélicoptère a excellé pendant le vol et a notamment évalué les systèmes de traitement général et les systèmes avioniques. Si sélectionné par la US Navy, une flotte de plus de 125 TH-119 sera construite à Philadelphie en utilisant les installations de fabrication et d’assistance existantes de l’usine de l’AW119. 

«Déjà fabriqué aux États-Unis, le TH-119 est un hélicoptère d’enseignement abordable, prêt à l’emploi, qui allie performance, flexibilité et sécurité. Il est conçu pour accomplir chaque mission d’entraînement de premier cycle et chaque manœuvre de pilotage de la Marine, avec beaucoup de marge de manœuvre pour se développer par rapport au vénérable TH-57 », a déclaré Andrew Gappy, directeur de Leonardo aux Ventes gouvernementales aux États-Unis.

Le TH-119 est une variante du célèbre AW119 spécialement conçu pour la formation militaire. Il s’agit du seul hélicoptère monomoteur moderne certifié capable de fonctionner dans des conditions de vol aux instruments (IMC), ce qui permet de disposer de plus de jours de formation disponibles qui limitent temps total pour former. Le TH-119 est un hélicoptère d’entraînement à spectre complet, ce qui signifie qu’avec une seule configuration, la Navy peut effectuer des vols d’entraînement fondamentaux, tels que des atterrissages coulissants, des vol stationnaires et des autorotations complètes (sans en décharger aucun d’entre eux pour la simulation), ainsi qu’un entraînement avancé vols, y compris NVG, instruments, navigation, tactique, monte-charge, cargaison externe et recherche et sauvetage. Cela fait du TH-119 la meilleure solution sur le marché pour les journées «Marine»: conditions météorologiques difficiles et faible visibilité.

 

m10_th119_home_fullspectrum.jpg

Le cockpit doté d’écrans EFIS évolués à double affichage de Genesys Aerosystems permet d’instruire l’un ou l’autre des sièges du pilote avec des capacités IFR complètes, y compris un directeur de vol et un pilote automatique complet à 3 axes. Son siège d'observation unique réglable à 180 degrés offre aux étudiants-pilotes une vue complète du cockpit, offrant un meilleur environnement d'apprentissage, même en tant que passager. Le TH-119 combine des marges de puissance exceptionnelles, grâce à son moteur PT6-B Pratt & Whitney Canada de 1’000 shp, populaire et fiable, à la durabilité d'une cellule en métal de type cocon et à des patins renforcés stabilisés pour l'entraînement au toucher. Pour minimiser le temps passé au sol et maximiser la flexibilité opérationnelle, le TH-119 peut faire le plein de carburant sous pression.

Le TH-119 est fabriqué et supporté dans les installations de production existantes à Philadelphie, offrant à la Marine un calendrier de livraison à faible risque et une assistance de flotte, ainsi que des coûts économiques monomoteurs permettant de réaliser des économies de plusieurs millions $ par rapport aux hélicoptères bimoteurs concurrents.

 

TH-119.jpg

Photo :Le TH-119 IFR @ Leonardo

 

23/12/2018

Vol inaugural pour le M-345 HET de série !

original_06_g.jpg

L’avionneur italien Leonardo a effectué le vol inaugural de la version de série de son petit jet école, le M-345 HET. L’avion doit entrer en service au sein de l’armée de l’air italienne en 2020. Ce premier vol a été réalisé à partir du site de la société à Venogono Superiore, dans le nord de l'Italie, la sortie a été effectuée par les pilotes d'essai Quirino Bucci et Giacomo Iannelli.

Le chef pilote d’essais Quirino Bucci a déclaré que l'avion avait "d'excellentes performances" avec son moteur Williams International FJ44-4M-34 montrant une "réponse exceptionnelle aux changements de puissance. Un facteur clé du rôle que jouera le M-345, en particulier pour les vols acrobatiques. Nous avons également testé les systèmes embarqués avancés et je suis extrêmement satisfait de l'excellente intégration de l'avionique et de l'interface homme-machine. "

L’Armée de l’air italienne est à commandé un premier lot de 5 M-345 (T-345A) sur une réserve éventuelle de 45 exemplaires afin de remplacer progressivement la flotte de 137 Aermacchi MB-339 de son armée de l’air, y compris celles pilotées par son équipe de voltige acrobatique Frecce Tricolori. Les livraisons commenceront en 2020. L’avion doit venir compléter le M-346 déjà en service. Cependant, le nombre exact de M-345 n’est pas encore pleinement défini hormis pour la Patrouille de démonstration. En effet, l’avion semble faire double emploi sur certains points avec son grand frère le M-346. De fait. On pourrait donc s’acheminer vers un mixte de M-345 et 346 dont le nombre reste à déterminer avec précision.

Le M-345 HET :

Pour Leonardo, le petit jet d’école offre aux élèves-pilotes un environnement d'entraînement simulant le comportement de vol, la capacité de manœuvre et l'expérience physique des avions à réaction. Le M-345 assure un niveau élevé, soit la norme de qualité qui doit être atteinte à la fin des activités de formation des élèves-pilotes.

L'avion est équipé de systèmes de bord simples et basiques nécessitant un minimum d'entretien et capables de garantir une sécurité et une fiabilité maximales. Le résultat est un avion d'entraînement très efficace alimenté par un moteur à double flux, mais avec des coûts d'achat et de cycle de vie  un peu supérieur à ceux des entraîneurs à turbopropulseurs. 

La structure du M-345, dans laquelle une large utilisation a été faite de matériaux composites, est construite pour beaucoup voler, avec une durée de vie allant jusqu'à 15’000 heures. Le moteur Williams FJ44-4M-34 sans post-combustion garantit une poussée substantielle, ce qui réduit la consommation de carburant et offre un système de contrôle numérique moderne.

original_9-g.jpeg

Les étudiants pilotes et les instructeurs sont assis sur des sièges éjectables Martin Baker Mk.IT16D de dernière génération dans un cockpit confortable, entièrement équipé d'instruments sophistiqués comprenant, entre autres, trois grands écrans multifonctions LCD - très similaires au type d'équipement que les futurs pilotes trouveront devant avion de combat. 

La division Avions de Leonardo a créé un système d'entraînement intégré capable de déplacer facilement les pilotes des entraîneurs de base vers les chasseurs de dernière génération.

La présence du système ETTS (Embedded Tactical Training Simulation) embarqué, basé sur celui offert par l'avion M-346 éprouvé, est fondamentale. Ce système est capable de simuler le scénario tactique le plus approprié en fonction des besoins d'entraînement, en faisant apparaître des forces alliées ou ennemies, simulant le fonctionnement des capteurs embarqués qui ne sont pas réellement présents ou des armes. Les pilotes sont immergés dans un environnement connu sous le nom de LVC, qui combine de manière transparente des avions volants (Live), des avions simulés (Virtual) avec d'autres forces virtuelles alliées ou ennemies (Constructive).Le M-345 équipera prochainement la célèbre patrouille italienne des Frecce Triccolori.

original_02_g.jpg

Photos :Le premier vol du M-345 HET de série, cockpit @ Leonardo

 

Royal Air Maroc réceptionne son premier B737MAX !

RAM MAX.jpg

Seattle, Boeing a livré le premier B737 MAX destiné à la compagnie Royal Air Maroc. Le porte-drapeau du Maroc qui a accueilli son premier B787-9 Dreamliner la semaine dernière et prendra livraison de trois autres B737-8 MAX et trois autres B787-9 au cours des prochains mois dans le cadre de son plan stratégique destiné à renforcer ses activités. 

« Nous sommes heureux de recevoir notre B737 MAX, qui sera bientôt rejoint par trois autres avions de ligne de la même famille. Ces nouveaux B737  MAX étendront notre portefeuille à moyen terme, qui constitue l'épine dorsale de la flotte de Royal Air Maroc. Le choix de cet avion est conforme à notre stratégie d'expansion continue et la modernisation de notre flotte, et vient seulement quelques jours après l'annonce de l'invitation de royal Air Maroc à rejoindre la prestigieuse alliinace Oneworld. Cela renforcera davantage notre position de leader sur le continent, tant pour notre pays et pour royal Air Maroc, a déclaré Abdelhamid Addou, directeur général et président de royal Air Maroc. 

Les B737-8 MAX 8 continueront le succès de la flotte de Royal Air Maroc avions déjà en service de type B737Next-Générations. Le MAX intègre les dernières technologies avec les moteurs CFM International LEAP-1B, l’Advanced Technology winglets, et d'autres améliorations de la cellule pour améliorer les performances et réduire les coûts d'exploitation. Par rapport au modèle « 737 » précédent, le MAX 8 peut voler 600 miles nautiques (1112 kilomètres) plus loin, tout en offrant une consommation de carburant inférieure de 14%. Le MAX 8 peut accueillir jusqu'à 178 passagers dans une configuration standard à deux classes et voler 3550 miles nautiques (6570 kilomètres). Royal Air Maroc prévoit de déployer son B737-8 MAX sur les routes de Casablanca à Accra, Lagos et Londres, Paris et Bologne.

Photo : Le B737-8 MAX de Royal Air Maroc @ Boeing

 

22/12/2018

La manœuvrabilité du V-280 au programme !

bell-v280-valor_6.jpg

Le programme de démonstration du Bell V-280 « Valor »prévoit de continuer à élargir l’enveloppe de vol, en mettant l’accent sur la manœuvrabilité, après avoir atteint 250 kt en septembre dernier.

Jusqu'à présent, l'aéronef a été testé avec des virages de 50 à 200kt, ce qui équivaut à 1,8 g, indique Vince Tobin, vice-président exécutif de Bell pour les affaires militaires. Lors des prochains tests, le constructeur s'attend à ce que l'appareil effectue des virages générant plus de 3 g, a-t-il déclaré.

La compagnie teste également depuis environ six mois la capacité de l’appareil à effectuer des manoeuvres de type pirouette,  des vols où le tiltrotor tourne autour de son axe central tout en restant horizontal et en ligne droite.

Selon le porte-parole de Bell, l’appareil est extrêmement agile dans le mode hélicoptère et ceci même dans des conditions de vent important, l’aéronef a une capacité de roulis à basse vitesse vraiment inégalée par rapport aux machines existantes.

L’une des prochaines étapes consistera à pousser le giravion à atteindre son objectif de vitesse maximale à 280 kt au début de l'année prochaine. L’automne dernier, l’appareil a démontré une vitesse de montée de 4’500 pieds par minute (1’372 m par minute). Ces capacités ont été obtenues grâce à la puissance des moteurs associés aux ailes qui soutiennent le système de rotor.

Toujours selon le porte-parole de Bell, le programme V-280 progresse correctement et tout fonctionne selon les prévisions et les tests initiaux effectués en simulateur,  cela indique que le niveau de préparation technologique était assez élevé même au niveau de préparation de la fabrication en vue de la réalisation en série de l’aéronef.


Le Bell V-280 « Valor » : 

Le Bell V-280 «Valor» dont le design a été présenté pour la première fois le 10 avril 2013, lors de l'Army Aviation Association of America Annual Professional Forum and Exposition à Forth Worth au Texas. Le V-280 est un aéronef multi-rôle susceptible de répondre au programme «Vertical Lift Program» du département de la Défense. L'armée américaine et le ministère de la Défense sont en effet, à la recherche d’un hélicoptère capable à l’avenir de voler à une vitesse de 230 nœuds, en lieu et place des 140 actuels.

Le concept du V-280 «Valor» est basé sur la gamme des « tiltrotors » de troisième génération, fortement inspiré du V-22, mais légèrement plus petit. Une des grosses différences avec le V-22 est que les moteurs du V-280 seront fixes et ne pivotent pas avec le rotor, ce qui réduit la complexité et le nombre de pièces mobiles.

Le Bell V-280 «Valor» à rotors basculants doit offrir selon son concepteur, les plus hauts niveaux de maturité et de préparation technique. Le Bell V-280 aura la capacité d'effectuer une multitude de missions avec une vitesse inégalée avec une grande agilité. 

maxresdefault.jpg

Photos : le V-280 en vol @ Bell

 

 

09/04/2018

La Colombie va recevoir ses S-70i« Black-Hawk » !

 

Sikorsky_S-70i_Blackhawk,_PZL-Mielec_JP7213250.jpg

L'armée de l'air colombienne va recevoir prochainement des hélicoptères Sikorsky S-70i « Black Hawk ». Sikorsky prévoit de livrer un premier lot de trois Black Hawks S-70i commandés par l'armée de l'air colombienne en août, suivi d'une deuxième série de livraisons en octobre.

 

Grand utilisateur du « Black-Hawk » :

La Colombie est le second opérateur, par le nombre d’appareils en service, de l’hélicoptère Sikorsky UH-60 « Black-Hawk » après l’US Army. L’ armée de terre dispose de 55 UH-60, l’armée de l’air de 32 appareils et la police 7.

Avec l’arrivée prochaine de la nouvelle version S-70i, la Colombie va renforcer un peu plus sa capacité de transport tactique et d’appuis.

Le Sikorsky S-70i :

Le Sikorsky S-70i est un dérivé des versions MH-60 destiné à l’exportation. La nécessité d'une plate-forme d'un tout nouveau Black-Hawk. Le Hawk «M» a émergé durant les années 1990 avec l'obligation de mettre à jour l’avionique analogique des UH-60A et UH-60L avec un cockpit numérique intégré, des commandes de vol numériques doublées et des moteurs plus puissants et des améliorations structurelles. Conçu par Sikorsky est doté d’une interface de Lockheed Martin, le S-70i (MH-60) représente l’évolution des versions précédentes, grâce aux leçons apprises durant les différents déploiements et durant les nombreuses opérations de ces dernières années. Cette nouvelle version permet un engagement multi-missions en utilisant un équipage de trois personnes. Outre, l’attaque de navires et de sous-marins, l’hélicoptère est susceptible de remplir l’ensemble des missions secondaires telles que : la recherche et le  sauvetage (SAR), le  ravitaillement vertical, le soutien aux incendies de surface, l’évacuation médicale (MEDEVAC)  ainsi que le relais des communications.

Photo :S-70i @ Sikorsky/PZL