29/05/2018

Genève, le Salon EBACE a ouvert ses portes !

DSC_7603.jpg

 

C’est sous un ciel assombrit qui a fini par laisser paraître une splendide soleil que l’édition 2018 du Salon EBACE c’est ouverte ce matin. Le cordon marquant l’ouverture de la grande messe de l’aviation d’affaires a été coupé par Yves Rossy alias « Jetman » en compagnie du Président du conseil d’Etat Pierre Maudet et du Directeur général de l'aéroport de Genève André Schneider.

Les mots d’Yves Rossy :

IMG_1020.JPG

Les participants à la séance inaugurale de l'European Business Aviation Convention and Exhibition (EBACE2018) ont entendu des messages d'innovation et de persévérance. D’Yves "Jetman" Rossy qui a partagé sa quête inspirante de la "capacité divine" à voler comme les oiseaux.

Pilote militaire (notamment sur Mirage IIIS) et commercial accompli, Yves Rossy a passé près de 25 ans à apprendre à sauter en parachute, à glisser en l'air sur une planche à neige et en wingsuit et finalement à une série d'ailes gonflables et rigides qui l'ont propulsé à travers les Anglais.

Chaque pas rapprochait Rossy de son rêve, mais pas sans décourager les revers. "Tout a été d'apprendre en faisant ... et en apprenant par accident", a-t-il déclaré alors que des images d'une aile à double jet détruite étaient affichées sur des écrans derrière lui. "C'était un moment très frustrant; six mois de travail détruits. J'avais peur de repartir en l'air, alors j'ai dû faire une pause. "

Mais Rossy n'est pas resté terre-à-terre pour longtemps. En un an, il était de retour dans les airs, adoptant "une approche plus scientifique" qui a conduit à son actuel jetpack à quatre moteurs en fibre de carbone qui lui permet de voler à plat, de voler, de voler, de rester en l'air pendant plus de 10 minutes à la fois.

"C'est ce qui est fantastique à propos de la nature humaine", a-t-il déclaré aux participants. "Vous oubliez les mauvaises choses, et vous vous souvenez des bonnes. La petite flamme de la passion est toujours là. "

Les infos du jour :

Avancée pour le G500 :

DSC_7586.jpg

Gulfstream a annoncé que son nouveau G500 à grande cabine est sur le point de compléter les tests de fonctionnement et de fiabilité (F & R). Une fois terminée cet été, l'étape marquera la fin des vols requis pour la certification de type pour la FAA. L'avion a également effectué des essais de certification pour le vol dans des conditions connues de givrage et de haute altitude. Dans le même temps, le frère de la G500, le G600, sont en en voie d'approbation plus tard cette année pour la certification.

Le quatrième avion d'essai en vol G500 de Gulfstream est resté en l'air pendant 11 heures et 12 minutes, parcourant 5 204 km (9 638 km), pendant les essais de F & R. Cet avion a effectué 240 des 300 heures d'essais obligatoires de F & R et a effectué plus de 69 vols dans 41 aéroports de 21 pays répartis sur six continents. Les cinq avions d'essai G500 ont totalisé 4’955 heures de vol combinées.

Entre-temps, le G600 termine les essais de certification des systèmes mécaniques. Les cinq G600 de test en vol ont accumulé environ 1 950 heures de vol au cours de 510 vols. L'avion a récemment terminé la collecte de données que FlightSafety International (stand F79) utilisera pour construire un simulateur de niveau D.

 

Nouvelle version pour le Honda Aircraft :

DSC_7613.jpg

Honda Aircraft a dévoilé une nouvelle version de son jet léger à EBACE 2018, le HondaJet Elite. Plus qu'une simple mise à niveau esthétique, l'Elite élargit l'enveloppe de performance du jet léger tout en ajoutant des améliorations intérieures et des mises à jour importantes au poste de pilotage de type Garmin G3000.

Alors que le certificat de type modifié pour le HondaJet Elite a été délivré par la FAA le 2 mai et qu'il est également certifié EASA, les ingénieurs de Honda Aircraft ont travaillé sur les améliorations depuis la certification du jet en décembre 2015, selon Michimasa. Fujino.

Grâce à la capacité de carburant supplémentaire et aux améliorations aérodynamiques qui incluent l'enlèvement des générateurs de vortex sur les bords d'empennage et d'aile, le HondaJet a besoin de moins de piste pour le décollage et peut voler plus loin. La gamme NBAA IFR avec quatre passagers est maintenant de 1’437 nm, en hausse de 17% par rapport à 1’223 nm.

À côté du remplissage de carburant, un bouton-poussoir lumineux a été ajouté, et lorsqu'il est poussé en avant que le ravitaillement ne commence, il avertit le ravitailleur de ralentir le débit lorsque le carburant s'approche du remplissage du réservoir arrière. Cela évite les fuites, car à ce stade, le débit de carburant doit être ralenti pour que le réservoir se remplisse correctement sans déborder.

Les bruits intérieurs et extérieurs ont été considérablement réduits grâce à une caractéristique de conception unique, une entrée perforée en sandwich alvéolaire conçue pour réduire le bruit de passage des pales du ventilateur.

Du côté du Citation jet:

IMG_1022.JPG

Textron Inc. a annoncé aujourd'hui qu'elle a livré un les premiers Cessna Citation M2 et Citation CJ3 à ORTA ° C (AOC) Ltd, la première entreprise de fonctionner avec de la gamme un avion Citation dans les îles Anglo-Normandes de Guernesey. L'équipe des opérations ORTA ° C gère l'aéronef pour le compte de ses clients, et utilisera l'avion pour affréter des avions commerciaux internationaux.

La nouvel intérieur Harmony d’Airbus :

5b0be616b6d86.jpg

Airbus Corporate Jets (ACJ) a créé un nouveau concept de cabine, baptisé Harmony, qui allie le confort et l'espace d'une cabine à large fuselage à la praticité pour s'adapter au vol le plus long.

Harmony combine de manière transparente les avantages des gros porteurs VIP d'Airbus Corporate Jets - tels que le confort, l'espace et la tranquillité - pour produire une expérience client toujours harmonieuse. Il s'appuie sur la marque de cabine Airspace de la famille Airbus. 

Initialement proposé pour la nouvelle famille ACJ330neo, qui comprend des moteurs de nouvelle génération et les Sharklets, Harmony peut également convenir à d'autres gros-porteurs Airbus, tels que l'ACJ350 XWB. 

Un globe holographique, montrant la position de l'avion, accueille les passagers entrant. En tournant à gauche, on accède à la chambre principale, au bureau et à la salle de bain, tandis que le virage à droite amène les voyageurs dans un salon spacieux avec des sièges groupés autour de tables rondes qui favorisent les interactions sociales. 

Les cercles concentriques, comme les ondulations sur un étang, sont une caractéristique de la disposition de la cabine. 

Juste au-delà du salon, il y a une table de conférence, et au-delà, il y a quatre suites VIP, chacune avec un bureau qui se transforme en une chambre et une salle de bains avec douche. 

Des sièges pour le personnel de soutien et une cuisine composent l'arrière de la cabine, qui peut être adapté pour servir les clients privés et gouvernementaux. 

Les avions Airbus ont la particularité d'être la famille la plus moderne et la plus complète du monde. Toutes les versions de jets d'affaires ont une capacité intercontinentale, certaines d'entre elles - comme les ACJ330neo et ACJ350 XWB Families - allant au-delà pour offrir une gamme «non-stop à la portée mondiale». 

Photos : 1le Stand Gulfstream 2Ouverture avec Yves Rossy 3le G500 4HondaJet @ Pascal Kümmerling 5intérieur Harmony @ Airbus

 

23/05/2018

Peter Brabeck-Letmathe réceptionne son Pilatus PC-24 !

unnamed.jpg

Peter Brabeck-Letmathe, ancien président-directeur général du groupe Nestlé, accepté les clés de son PC-24, le numéro de série 104. Peter Brabeck-Letmathe est l'un des premiers propriétaires à voler le tout nouveau biréacteur d'affaires suisse.

Homme d'affaires et pilote expérimenté Peter Brabeck-Letmathe a personnellement pris livraison de son PC-24, commandé en 2013, des mains d'Oscar J. Schwenk, président du Pilatus, lors d'une cérémonie de remise à Stans. 

Voler est sa grande passion, il a plus de 3’000 heures à ce jour. Brabeck-Letmathe a attiré l'attention il y a un an avec l'annonce que son nouveau PC-24 serait acheté par sa compagnie, Brabair et serait mis à la disposition des voyageurs privés et d'affaires en Europe, avec son PC-12 NG existant, au sein de « Flying club 24 ». 

pilatus aircraft,pc-24,jet d'affaires,buzjet,ebace 2018,infos aivation,jet privés,aviation d'affaires

« Ça a été la peine d'attendre, le numéro de série 104 est tout simplement fantastique! J'ai été totalement convaincu par le projet PC-24 depuis les premiers jours. Il est la suite logique de la famille de produits Pilatus. Le poste de pilotage est exceptionnel dans cette catégorie et la qualité de la finition est exactement comme on peut s'y attendre d'un produit suisse. Je suis vraiment hâte de prendre le siège du pilote et se familiariser avec les capacités uniques de mon super polyvalent Jet « . 

Le PC-24 sera basé à Sion. Le Jet super polyvalent transportera sept passagers et un pilote dans un environnement luxueux et ergonomique. La grande porte cargo qui est livré en standard permet le chargement facile et le déchargement des gros articles de bagages et du fret volumineux. Les courtes capacités de décollage et d'atterrissage de PC-24 ouvrent également de nouvelles possibilités en termes d'arriver plus proche de la destination finale, économisant ainsi un temps précieux. 

A propos du Super Jet Polyvalent :

Le PC-24 est le premier biréacteur d'affaires dans le monde entier conçu pour décoller et atterrir sur des pistes très courtes, ou les pistes non pavées, et d’offrir une porte cargo standard. Il dispose également d'une cabine très spacieuse dont l'intérieur peut être facilement adaptée aux besoins du personnels. La flexibilité exceptionnelle du PC-24 ouvre la porte sur un éventail enviable de possibilités, que ce soit en temps que jet d'affaires, d'avions d'ambulance ou pour d'autres missions spéciales. Tout cela fait un super polyvalent Jet, un avion conçu pour répondre à une grande variété de profils de mission individuels.

pilatus aircraft,pc-24,jet d'affaires,buzjet,ebace 2018,infos aivation,jet privés,aviation d'affaires

Photos :Livraison du PC-24 n°104 à Peter Brabeck @ Pilatus

 

 

 

 

18/04/2018

La REGA a reçu son premier Challenger 650 !

AB5_5699.jpg

La Garde aérienne suisse de sauvetage « Rega » a reçu le premier des trois nouveaux avions-ambulance de type Bombardier Challenger 650. Le nouvel avion de la Rega a été développé sur la base de la flotte précédente et apporte diverses améliorations pour les patients et les équipages. Lors de sa conférence de presse annuelle du jour, la Rega est revenue sur l’an dernier : avec 15'958 missions en 2017, la Rega a été sollicitée plus que jamais auparavant, tant en Suisse qu’à l’étranger. Cela représente une mission toutes les 33 minutes

L'avion-ambulance immatriculé HB-JWA est le premier des trois nouveaux avions-ambulance qui compléteront la flotte de la Rega d'ici à la fin 2018. Pour Ernst Kohler, CEO de la Rega, la nouvelle flotte représente un investissement pour le futur : "Le nouvel avion est l'un des avions-ambulance civils les plus modernes au monde ; nous nous assurons ainsi de pouvoir porter une assistance professionnelle et fiable aux patientes et patients dans le monde entier pour les prochaines années." La Rega parvient à clôturer ce projet dans les délais fixés et dans le budget prévu de 130 millions de francs au total pour les trois aéronefs. 

Challenger 650 : l'histoire à succès se poursuit

Le Challenger 650 est le successeur des trois avions-ambulance précédents de la Rega, les Challenger CL-604. Ces derniers ont œuvré pour des interventions en faveur de la population suisse depuis 16 ans - plus longtemps que n'importe quel autre avion dans l'histoire de la Rega. L'équipement intérieur et médical des avions-ambulance est fabriqué sur mesure : au cours des quatre dernières années, une équipe de pilotes, de professionnels de la santé et d'ingénieurs de la Rega s'est associée à des spécialistes externes pour développer la nouvelle cabine. Les modifications se basent non seulement sur l'expérience menée avec les CL-604 mais aussi sur l'expérience acquise par la Rega pendant près de 60 années d'activités dans le rapatriement de personnes malades ou blessées. 

TH8_0904.jpg

Les patients bénéficient d'amélioration en cabine et dans le cockpit

Les patients bénéficieront non seulement de places plus larges et multifonctionnelles et d'une diminution du bruit en cabine, mais aussi de la technologie de pilotage la plus moderne dans le cockpit. Grâce aux nouveaux outils de navigation et de communication, les pilotes peuvent désormais emprunter des routes aériennes de plus haute altitude, par exemple au-dessus de l'Atlantique. En raison d'une résistance de l'air plus faible aux altitudes élevées, le nouvel avion-ambulance brûle moins de kérosène, ce qui a pour conséquence de diminuer les arrêts pour s'approvisionner en carburant. Urs Nagel, chef pilote avion-ambulance de la Rega : "Avant tout, en ce qui concerne les vols long-courriers, nous pourrons rapatrier nos patients plus rapidement et plus économiquement". Par ailleurs, un nouveau radar météorologique augmente la sécurité durant le transport, d'une part, et, d'autre part, une caméra infrarouge permet l'approche d'un nombre supplémentaire d'aéroports en cas de mauvaise visibilité. C'est un avantage majeur pour les pilotes de la Rega, lesquels naviguent chaque année sur plus de 400 aérodromes différents à travers le monde. 

La Rega organise chaque année le rapatriement de plus de 1'200 patients

Les équipages de la Rega rapatrient des patients malades ou blessés de l'étranger à bord des trois avions-ambulance ou sur des vols de ligne. Les équipages médicaux à bord des avions-ambulance comprennent toujours au moins un-e médecin de vol et un-e spécialiste en soins intensifs. L'année dernière, la Rega a rapatrié 1'249 patients dont 901 dans l'un de ses trois avions-ambulance. La centrale d'intervention a organisé un transport sur vol de ligne pour 348 patients, accompagnés au besoin d'un-e médecin ou d'un-e infirmier-ière spécialiste en soins intensifs. 

Nouvelle flotte - nouvelle parure

La Rega renouvelle également une partie de sa flotte hélicoptère : d'ici le milieu de l'année 2019, six nouveaux hélicoptères de sauvetage de type Airbus Helicopters H145 remplaceront les EC 145 qui équipent ses bases de plaine. En 2021, trois hélicoptères de sauvetage toute météo de type AW 169-FIPS complèteront ce renouvellement. La Rega profite de la modernisation de sa flotte et saisit l'opportunité de rafraîchir son logo, resté inchangé depuis plus de 20 ans. Le nouvel avion-ambulance Challenger 650, immatriculé HB-JWA est le premier aéronef de la Rega à porter cette nouvelle signature.

 

TH8_0838.jpg

Photos :Le nouveau Challenger 650 de la REGA @ REGA

17/04/2018

Premier vol pour le BBJ MAX !

1-1.jpeg

Boeing a célébré le vol inaugural du premier Boeing Business Jet (BBJ) MAX-8, qui étend la gamme en matière de performances et de confort cabine d'affaires.

Le premier BBJ MAX-8, est équipé d'un réservoir de carburant auxiliaire, ce qui permet au nouveau propriétaire de voler jusqu'à 6.640 miles nautiques (12’297 km) dans une configuration standard.

« Le BBJ MAX sera en mesure de relier des villes lointaines comme un avion commercial gros porteur ».

Les clients du monde entier ont placé des commandes pour près de 20 avions BBJ MAX, y compris les trois modèles: le BBJ MAX-7, BBJ MAX-8 et BBJ MAX-9. La première livraison est prévue pour la fin de cette année. En plus de sa gamme leader sur le marché et de l'espace intérieur, le BBJ MAX dispose également d'un système qui fournit une altitude cabine inférieure, un escaliers escamotables intégrés et d'autres équipements modernes.

2586804971.jpg

Le Boeing Business Jet MAX est  basé sur la nouvelle famille d'avion B737 MAX, il est conçu avec des moteurs plus économes en carburant, amélioration de l'aérodynamique et des systèmes avancés. La nouvelle technologie permet à tous les trois modèles de la famille de voler plus loin avec des coûts d'exploitation inférieurs à ses prédécesseurs.

Boeing Business Jets :

La gamme Boeing Business Jets (BBJ) est constituée d'avions de ligne aménagés spécialement pour un usage privé créée en 1996. Ces aménagements proposent en outre des chambres à coucher, des salles de bains avec douches, des salles à manger ou de réunion et un vaste salon. Boeing ne proposait initialement que des B737 aménagés. Face au succès rencontré, la flotte BBJ s'est étendue avec les B777, B787 et B747-400.

1.jpeg

 Photos : 1 & 3le BBJ MAX-8 2Intérieur @ Boeing

16/04/2018

Autonomie reccord pour le Global 7000 !

Da2l9LjX0AEGltN-1.jpg-large.jpeg

Les véhicules d’essais en vol Global 7000 ont effectué plusieurs vols long-courriers vers des destinations comme Sydney, Dubaï et Hawaï. Ce rigoureux programme d’essais en vol a démontré l’autonomie incroyable de l’avion et l’aptitude de l’avionneur Bombardier à dépasser ses engagements.

La nouvelle distance franchissable de 7’700 milles marins sera une caractéristique de base de du Global 7000 pour tous les clients existants et futurs. Cette performance améliorée est fournie sans coût supplémentaire.

Avec une autonomie opérationnelle maximale de 7’700 milles marins, l’avion Global 7000 peut voler plus loin que tout autre avion d’affaires. L’avion a été largement annoncé comme étant capable d’assurer certaines des plus longues liaisons du monde, comme New York‑Shanghai ou Singapour‑Seattle. Aujourd’hui, Bombardier confirme qu’avec son autonomie étendue, le biréacteur Global 7000 est le seul avion d’affaires qui peut relier New York à Hong Kong et Singapour à San Francisco.

Le Global 7000 :

Le biréacteur Global 7000 établit une nouvelle norme de catégorie de biréacteurs d’affaires à large fuselage grâce à sa spacieuse cabine à quatre zones. Les passagers voyageant à bord de l’avion Global 7000 jouiront de 20% de plus d’espace habitable que dans la cabine déjà impressionnante du meneur de l’industrie, le biréacteur Global 6000. Ce biréacteur offrira une longueur de cabine passagers étonnante, 18,17 m (59 pi 7 po) et avec, en plus, un régime de croisière rapide supérieur de M 0,90, cet appareil portera la gamme Global vers de nouveaux sommets à son entrée en service, en 2016. Avec 10 passagers à bord, cet avion peut s’enorgueillir d’une autonomie incroyable de 7’700 NM (14’260 km).

cq5dam.web.750.750.jpeg

Photos :le Global 7000 @ Bombardier