06/02/2009

Edelweiss meilleure compagnie Suisse !

A320edl.JPG

 

A l'occasion de la 4ièmeremise des prix «Les compagnies aériennes des Jahres» (compagnie aérienne de l'année), le magazine alémanique ReiseBlick un distingue les meilleures compagnies aériennes desservant la Suisse.

 

 

La parole aux lecteurs:

 

Les lecteurs du magazine ont répondu à une enquête menée par ce magazine. Les points suivants ont été pris en compte:

 

--          La qualité et la satisfaction lors de l'enregistrement.

--          La qualité Et la satisfaction à bord.

--          Le sentiment de sécurité.

--          La ponctualité.

--          Le rapport qualité prix.

--          La propreté de l'avion.

--          L'accueil du personnel Navigant.

--          La qualité des repas.

 

 

B777SA.JPG

Trois catégories:

 

La base de la classification prend en compte une différenciation entre les trois catégories que sont les longs-courriers, les moyens-courriers et les courts-courriers.

L'enquête classe les entreprises au même niveau, quelle que soit leur position sur le marché en tant que «low cost», «charte» ou «compagnie traditionnelle». En effet, toutes permettent un accès direct via une réservation en ligne sans forcément passer par des intermédiaires que sont les tours opérateurs.

 

Et les gagnants sont:

 

Long-courrier:

 

1èrePlacer: Singapore Airlines,2èmePlacer: Thai Airways,3èmePlacer: Edelweiss Air.

 

Moyen-courrier:

 

1èrePlacer: Edelweiss Air,2èmePlacer: Belair,3èmePlacer: Swiss.

 

Court-courrier:

 

1èrePlacer: Air Berlin,2èmePlacer: Suisse,3èmePlacer: Easyjet.

 

 

 

Edelweiss Air au top suisse:

 

Avec une 1èreplace en catégorie Moyen-courrier et une bonne 3èmeen long-courrier, la compagnie charter se retrouve la meilleure compagnie helvétique devant Swiss et Belair (groupe Air Berlin).

 

Mais Rappelons que depuis le 1 novembre 2008 la compagnie Edelweiss Air appartient au groupe de Swiss Int. mais en restant toutefois indépendante.

 

 

A319ab.JPG

 

 

Photos:  les trois entreprises gagnantes à Zürich!1: A320 d'Edelweiss Air à Zurich,  @  Luc Verkeringen.

2: Boeing 777 de Singapore Airlines, Steeve @ Cervantes,3: A319 d'Air Berlin, @ David Zbinden.

 

 

 

 

30/12/2008

L'avenir de l'aviation commerciale 2009-2027

 

747.JPG

 

Le transport aérien, malgré la crise actuelle, est dans une période très dynamique. Les défis comprennent le ralentissement de l'économie mondiale, les prix élevés du pétrole, et dans certains marchés le ralentissement de la croissance du trafic. Voici comment le transport aérien sera transformé au cours des 20 prochaines années.

b787boexku3[1].jpg

 

Récapitulatif : 

 Au cours des 20 dernières années le voyage aérien a augmenté en moyenne de 4,8 pour cent chaque année. Cela, malgré les fléchissements que sont  les actes terroristes, la crise financière asiatique de 1997, le syndrome respiratoire aigu (SRAS) en 2003 et deux guerres du Golfe. Au cours de ses 40 années de production, les constructeurs ont appris que la capacité de résistance de la croissance du transport aérien vient de son importance intrinsèque à la vie des populations partout dans le monde.

 


Quel Avenir et  perspective jusqu’en 2027 ?


En moyenne, au cours des 20 prochaines années, le transport  de passagers augmentera à 5,0 pour cent et le fret de 5,8 pour cent. La solution la plus rapide croissance de l'économie entraînera la transformation en une géographiquement plus équilibrée du marché. Plus productif, de nouveaux avions vont jouer un rôle plus important.
Chaque avions en 2027 aura un meilleurs rendement qu’aujourd’hui.

Moins d'avions seront nécessaires pour accueillir le même volume de passagers. Ainsi, la flotte doit augmenter de seulement 3,2 pour cent chaque année, bien que les vols passagers vont  augmenter de 5,0 pour cent.

rpp07.PNG


De plus longues distances :


La croissance moyenne en nombre de passagers des compagnies aériennes sera d'environ 4,0 pour cent chaque année. Plus de personnes qui voyageront par avion que la croissance économique. Les marchés ouverts grâce à la réduction de la réglementation et concurrence accrue. Comme l'expansion des marchés, de nouvelles possibilités de Voyage seront dès lors possible principalement sur les vols longue distance.

La flotte de transport aérien joue un rôle fondamental dans la stimulation et le maintien de l'activité économique. Avec 3,2 pour cent de croissance annuelle de la flotte en fonction des prévisions de croissance économique à long terme.

rpp072.PNG


L’avion :


Comme les compagnies aériennes cherchent une meilleure rentabilité financière, les nouveaux avions devront être plus économique en matière de consommation mais aussi de maintenance.

Au cours de l'année 2027, 82 pour cent de la flotte sera composée d’avions qui n'existent pas aujourd'hui. Ils auront tous  été livrés a partir de 2015  ils  seront meilleures que la flotte d’aujourd'hui à tous les égards. Plus respectueuses de l'environnement. Meilleur confort  pour les passagers, y comprit en classe « économic ». Et offrant une meilleure rentabilité  pour les compagnies aériennes.

 

Aujourd'hui, le niveau record des prix du carburant (et les fluctuations persistantes du Pétrole) oblige de nombreuses compagnies aériennes à prendre des mesures urgentes dans la réduction de capacité ou de réduire la croissance prévue. Le principe étant de supprimer les flottes d’avions anciens tout en conservant leur investissement dans de nouveaux avions.

Le marché de la concurrence :

Les  marchés du transport aérien sont dynamiques: ils sont toujours en mutation. De nouveaux concurrents change la  conduite des opérations en cours. Le développement de nouveaux marchés sur de nouveaux territoires. Bien que les marchés les plus importants subsisteront, les marchés émergents deviendront  assez gros pour apporter de nouvelles influences sur  l'ordre mondial dans l'aviation.

 
L'Asie absorbera  la plupart des nouveaux avions et  représente le marché le plus important en valeur des livraisons. Pour la première fois, la valeur du marché européen sera équivalente à celle en Amérique du Nord.
De nouvelles routes commerciales et l'approvisionnement mondial va stimuler les marchés du fret aérien, par exemple, avec une forte croissance en Asie du sud-ouest.

 

rpp073.PNG


Un meilleur équilibre :


Les marchés dynamiques se combinent pour transformer l'avenir vers plus d'équilibre. En 2027, la région Asie Pacifique et l'Amérique du Nord auront  tous deux environ 30 pour cent de la flotte en service, avec un autre 25 pour cent en Europe et la CEI. Il sera également plus équilibré entre les différents types de compagnies aériennes et entre le remplacement et la croissance de la demande pour les avions.

Les Constructeurs :

Airbus et Boeing continueront d’être les « Leader » en matière de livraison d’avions commerciaux mais le segment moyen aura une concurrence renforcée du point de vue du « regional jet» entre les constructeurs tels que : Embraer, Bombardier, Mitsubishi, Sukhoi sans oublier le petit dernier le Chinois Comac et l’ARJ. Cependant, des fusions ne sont pas à exclure dans ce marché !!


 

media_object_image_lowres_A350800_HAWAIIAN_Feb08_lr[1].jpg

 

 

 Photos 1 & 2 : B747 et B787, Boeing press Seattle.

Tableaux 1,2,3 Boeing press Seattle.

Photo 3 : A350, Airbus press.

04/12/2008

ARJ-21 Premier Vol !

 

610x[1].jpg

Le premier avion régional commercial chinois, de 70 à 90 places, a effectué avec succès hier son premier vol dans la région de Shanghaï, où il est produit, a annoncé l’agence semi-officielle Nouvelles de Chine.

L’appareil, l’ARJ 21-700, a effectué un vol d’une heure. Son maniement a été apprécié du pilote, selon l’agence de presse chinoise. Le rayon d’action maximal de l’avion, dont le premier exemplaire est sorti de la chaîne d’assemblage voilà un an, atteint 3 700 kilomètres.

xin_b290f13f96354fa79dbb6118e65aedd7[1].jpg

Le chef du Parti communiste chinois pour la Commercial ­Aircraft Corporation of China (COMAC), Hu Haiyin, a précisé que la Chine avait fabriqué six avions ARJ 21 jusqu’ici, et que chacun d’entre eux subissait actuellement des tests de vol. La Chine est capable de produire 20 jets ARJ 21 par an. Avec ce premier appareil, la Chine franchit une étape qui vise à doter le pays de sa propre industrie aéronautique civil, l'insdustrie militaire étant déjà fortement dévellopée. L’avion a déjà convaincu des investisseurs étrangers. Lors du récent salon aéronautique de Zhuhai, le loueur américain GECAS a passé une commande pour cinq avions et pris une option pour 20 appareils supplémentaires.

La valeur estimée du contrat tourne autour de 732 millions de dollars.

20071221163460cockpit[1].jpg

    L'ARJ21 (Jet régional avancé pour le 21 siècle) a été  indépendemment développé par la Chine. Il est également le premier avion chinois à être vendu en Europe et en Amérique. 

     "Avec une consommation plus faible et une durée de vol plus  longue, l'ARJ21 réduira les coûts aériens de 8% à 10% pour les  compagnies aériennes chinoises, dont la plupart utilisent  actuellement des avions de plus de 140 sièges pour les vols courts et longs courriers"!

 

F200709241610011037431765[1].jpg

 

 

 Photos : Lin Xinhin.

 

 

 

11/08/2008

Contrefaçon des pièces d’avion !

 

entretien_moteur_01[1].jpg

Septembre 1989, Un Convair (cargo) reliant Oslo à Hambourg s’abîme en mer, l’enquête démontra l’origine douteuse de certaines pièces ! Et ce n’est là qu’un triste exemple !! Certes, la contrefaçon de pièces détachées d’avion, n’est en rien comparable à celle de l’automobile, des médicaments et encore moins d’articles de luxe qui sont la panacée !

Pourtant, la situation s’est avérée suffisamment préoccupante pour la FAA (Federal Aviation Administration) lance une campagne de sensibilisation auprès des Compagnies aériennes à la fin les années nonante !

Les  menaces :

On distingue trois types de menaces : les pièces dites « vérolées » qui ont été réparées à moindre coût, sans respecter les spécifications du constructeur. Les pièces récupérées frauduleusement sur des avions accidentés voir « crashés »  et  remises sur le marché. Puis les pièces neuves mais,  dites « copies » qui ne respectent en aucun cas les normes de fabrication et de résistance de la pièce originale (plaquettes de freins, câblages divers, pièces de réacteur et même des instruments de vol) !

Par exemple : une pièce coûteuse à travailler comme un rivet en titane dont le prix et d’environ Chf 375.- à pour copie une même pièce pouvant coûter 8 fois moins cher !!

Ces fléaux touchent l’ensemble de l’aviation, un procès est actuellement en cours en Russie, mettant en cause une société qui prélevait des pièces d’avions de combat MIG-29 usagées et tentait de les revendre « comme neuves » à des Forces aériennes utilisatrices de ce chasseur !

Une puce anti contrefaçon :

A fin de lutter contre ce fléau, Airbus & Boeing en tête, ont adopté un système de puce spécialement adapté aux normes de l’aviation, notamment une résistance aux changements de température que subit un aéronef en vol ! Par ailleurs, la dite puce est directement apposée sur la pièce par un procédé spécial évitant toute falsification !

Ces puces réduiront également le petit jeu de certaines compagnies aériennes  qui consiste à échanger des pièces d’un avion à l’autre et de faire croire en falsifiant les documents d’entretien, que l’avion a été réparé, et du coup « bon pour le vol » Si si cela existe !!

Par ailleurs l’arrivée de ce nouveau procédé permet une meilleure gestion des stocks dans les unités de maintenance. De plus, il possible de suivre les modifications apportées à une pièce d’un bout à l’autre de son cycle de vie. Les informations de maintenance, de dépannage, de conditionnement, y compris le lieu de production, sont fixées directement sur la pièce. Cela permet d’accélérer et d’alléger la charge administrative liée au suivi des pièces et d’éliminer le risque d’erreurs lié aux saisies manuelles. D’autre part, en favorisant le suivi automatique des pièces dès leur sortie d’usine, cette application va aider les constructeurs d’avions à renforcer la sécurité de leurs avions en luttant plus efficacement contre la contrefaçon. Ce système et également applicables pour les aéronefs militaire.

sp.JPG
l'utilisation de pièces ou d'instrument contrefaits ont des conséquences dramatiques !

20/06/2008

Les maladies prennent aussi l’avion !

cab.JPG

Si, il est devenu chose commune c’est bien de voyager en avion, mais qu’en est-il des maladies et des vecteurs comme les insectes ? La propagation d’épidémie est-elle favorisée avec ce moyen de transport, quel rôle l’avion joue-t-il dans  la diffusion des épidémies ? Après le volet sur  « les listes noires des compagnies aériennes », je vous propose un nouveau sujet d’intérêt public à l’approche des grandes vacances !

 

SRAS, Tuberculose, quels  risques en avion !

Le point commun entre ses deux maladies et la transmission aérogène, le confinement particulier d’une cabine d’avion favorise-t-il la transmission des maladies ? En fait, en vol le risque d’être contaminé dépend de la proximité avec le malade et la durée de cette exposition. D’après les études qui ont été menées, ce risque n’existe que sur les vols durant plus de 8 heures et uniquement si vous êtes assis sur le même rang ou dans  les deux rangs qui précèdent ou suivent la personne contagieuse. Seules ces cinq rangées de passagers sont donc à risque de contamination dans  un avion. Il faut savoir que les nouvelles normes de l’OMS obligent chaque transporteur aérien, à mettre à disposition du personnel et des passagers développant une toux des masques chirurgicaux. En cas de doute, le Cmdt de bord prévient l’escale d’arrivée, où une équipe médicale de l’aéroport prend en charge tous passagers susceptibles d’être contaminés.

 

La qualité de l’air en cabine :

La qualité de l’air en cabine y est bonne et selon le type d’avion, 50 à 90 % de l’air envoyé dans la cabine est neuf, préalablement réchauffé (l’air aspiré à l’extérieur au niveau des réacteurs est quasi stérile à haute altitude), le reste étant composé d’air retraité par des filtres HEPA à haute efficacité éliminant la quasi-totalité des germes et empêcher la propagation des virus dont l’efficacité est de 99,97%. Ces filtres sont soumis à une réglementation très stricte et doivent être changés après 5000 heures de vol. De plus, la ventilation se fait du haut vers le bas et limite ainsi au maximum les turbulences d’air et de poussière. Ce renouvellement s’effectue toutes les deux ou trois minutes, soit 20 à 30 fois par heures. On pourrait pratiquement comparer l’air que respirent les passagers dans un avion à celui d’un bloc opératoire, et quoi qu’il en soit, il est plus pur  que dans une salle de cinéma, un train ou un bus !

 

Désinfection des avions :

Vous avez peut-être déjà assisté à ce curieux ballet du personnel navigant qui consiste à marcher d’un pas rapide tout en pulvérisant de l’insecticide ! Il s’agit bien d’une désinfection de l’avion qui consiste à vaporiser un produit sur l’appareil pour éviter d’importer des insectes (p.ex., des moustiques) susceptibles d’être porteurs de maladies telles que la malaria ou la dengue. Les Compagnies aériennes appliquent en fait trois méthodes de désinfection :

1)      Résiduelle : Un insecticide est régulièrement vaporisé sur les surfaces internes de l’avion, à l’exception des aires servant à la préparation des repas, de sorte que si un insecte pénètre dans l’avion et se pose sur une surface, il recevra une dose suffisamment mortel. Cette méthode demeure efficace pendant 8 semaines et évite d’exposer les membres de l’équipage et les passagers aux vaporisations d’aérosols.

 2)      A l’arrivée : Malgré, le nom, cette méthode est utilisée avant le débarquement des passagers et l’ouverture des portes. Les membres d’équipages parcourent la cabine en vaporisant  des doses uniques d’aérosols approuvés selon la concentration prescrite.  

3)      Au début de la descente : Cette méthode est semble à la précédente, sauf qu’elle est employée au début de la perte d’altitude, soit juste avant que celui-ci se prépare à atterrir.

Détection dans les aéroports :

A fin d’éviter une contamination éventuelle, la prévention reste le meilleur moyen, dans la plupart des aéroports d’Asie comme celui de Hongkong, des caméras thermiques ont été mises en place pour signaler tout passagers affichant une température de plus de 38 c, ce qui bloque son embarquement. Plusieurs projets d’équipement de ce genre sont en coures  à travers le monde et en Europe.

 

Conclusion :

On le constate donc, la mondialisation due au transport aérien pose certains problèmes, mais les solutions ne manquent pas. La réaction rapide de l’OMS et des divers offices gouvernementaux responsables du transport aérien et du corps médical à réduit considérablement les risques. Les nouvelles technologies permettant le filtrage et la détection contribuent à cette sécurité de santé publique !