15/05/2009

Rafale : un nouvel escadron !

 

rafaleStdizierBrunoDellière.JPG

 

 

Héritier des traditions d’un escadron de bombardement  stratégique équipé de Mirage IV et stationné autrefois à Mont de Marsan, l’EC 01.091 «Gascogne».  Il est le premier des deux escadrons qui assureront demain, seuls la mission permanente de dissuasion nucléaire aéroportée avec le couple Rafale et le missile  ASMPA.

 

Historique :

L’escadron 1/91 Gascogne, alors basé à Mont-de-Marsan, avait été mis en sommeil en 2005, après le retrait du service actif des derniers Mirage IV de l’armée de l’Air, dont la mission principale consistait initialement à assurer la dissuasion nucléaire avant d’être orientée vers la reconnaissance stratégique en 1996, après que les Forces aériennes stratégiques (FAS) aient été équipées de Mirage 2000 N.

Si le passé de l’escadron Gascogne se confond avec l’histoire du Mirage IV, son avenir se conjuguera désormais avec celui du Rafale puisqu’il sera le second escadron de l’armée de l’Air à voler sur cet appareil.

Réaffectation du 1/91 :

Le 31 mars dernier l’Armée de l’air a inauguré le 1/91 Gascogne sur la base aérienne de Saint-Dizier (Haute-Marne). D’ici à l’été 2010, le 1/91 Gascogne, doté d’une vingtaine de Rafale au standard F3, retrouvera la vocation qui était la sienne en 1966 au moment de l’entrée en service du Mirage IV.

En effet, il prendra part à la dissuasion nucléaire avec la mise en oeuvre du nouveau missile ASMP-A (Air Sol Moyenne Portée Améliorée), qui a été validé le 26 mars dernier après un tir d’essai réalisé par un Mirage 2000 N de l’escadron 3/4 Limousin, basé à Istres. Cette unité sera d’ailleurs la première à percevoir ses missiles ASMP-A.

4[1].jpg

1000 heures sur Rafale :

 

Le cap des 1000 heures de vol aux commandes d'un Rafale vient d'être franchi pour la seconde fois en un an par un pilote de l'Escadron de Chasse 1/7 Provence.
"Pike", le chef des opérations de l'escadron, devient le pilote possédant la plus grande expérience en vol sur le chasseur multirôle. Une partie de ce lot d'heures de vol a été accomplie lors d'un échange de deux ans dans l'Aéronavale.

 

 

2[1].jpg

 

Photos : 1 : Rafale Armée de l’air à St-Dizier, @ Bruno Dellière. 2 : Rafale en patrouille , @ Dassault Aviation & SIRPA.  3 : « Pike » au retour avec ses 1000H ! @ SIRPA et Dassault Aviation.

12:43 Écrit par Pascal dans aviation | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : aviation militaire, escadrille, défense, armée |  Facebook | |

29/04/2009

La Finlande choisit le Pilatus PC-12 NG

PC12EagleMichaelOBern.JPG

 

L’Ilmavoimat  (Armée de l'Air finlandaise)  vient  de signer  avec  Pilatus Flugzeugwerke AG un contrat pour l'achat de six PC -12 NG ! Je vous parlais dans un billet précèdent des bons résultats de l’entreprise de Stans pour 2008, voici encore une bonne nouvelle de chez Pilatus !

 

 

Un contrat de 22,5 millions d’euros :

 

Le contrat d'un montant total de 22.5 millions d'euros vendredi dernier, en présence du Haut commandant de l'Armée de l'Air finlandaise, le général major Jarmo Lindberg et Jim Roche, vice-président de la Pilatus Business Unit Government Aviation, à Tikkakoski.

 

 

Une nouveauté pour Pilatus :

 

C’est en effet,  la première fois qu’une  Force aérienne se dote du PC-12  en version transport léger et logistique.  Suite à une phase intensive d’évaluation qui s’est déroulée à Igaluit au Canada et à Stans en Suisse, le PC-12 NG a été préféré à ses concurrents étrangers.

 

Pour Pilatus le choix de l’aviation finlandaise démontre le large spectre d’utilisation et de la variété des rôles que peut couvrir le PC-12 NG, et répond aux exigences élevées d’un client militaire. L’avion répond notamment à des coûts très bas qui sont en parfaite adéquation avec le resserrement des budgets des Forces armées.

 

Actuellement, chaque jour ce sont pas moins de 860 PC-12  qui volent sur les cinq continents et ceci avec des conditions climatiques fort différentes !

 

L’Armée de l’air finlandaise prendra livraison de ses premiers PC-12 NG durant le dernier trimestre 2010, ils remplaceront progressivement les Piper PA-31-350 Chieftain et assureront le transport de passagers et de fret léger.

 

 

PA-31JanJorgensen.JPG

 

 

Photos 1 : Pilatus PC-12, @ Michael O Bern. 2 Piper PA 31-350 actuel de l’aviation finlandaise. @ Jan Jorgensen.

 

 

20/04/2009

Nouvel avion de combat: Deuxième offre des constructeurs

 

jets_fondue[1].jpg

 

 

 

Le 17 avril 2009, les trois avionneurs EADS, Saab et Dassault ont remis dans les délais à armasuisse leur deuxième offre en vue du remplacement partiel de la flotte de F-5 Tiger.

Le 15 janvier 2009, armasuisse avait fait parvenir aux fabricants un appel d'offres remanié dans le cadre du projet de remplacement partiel de la flotte de Tiger.

Pour les deux derniers modules ( « coopération stratégique » et « portefeuille du programme industriel suisse » ), armasuisse a accordé aux fabricants un délai supplémentaire. Le module « coopération stratégique » ne figurait pas encore dans le premier appel d'offres envoyé aux fabricants en janvier 2008. Quant au module « portefeuille du programme industriel suisse », il contient des exigences plus sévères que dans le premier appel d'offres au sujet de la qualité des propositions. Pour ces raisons, les fabricants ont besoin de plus de temps pour élaborer leur offre pour ces deux modules. Le délai fixé pour la remise des deux derniers modules par les avionneurs est le 29 mai 2009.

Suite des activités
Le choix du type de l'appareil qui succédera au F-5 Tiger est prévu pour le début 2010. Le Conseil fédéral veut procéder auparavant à l'adoption du Rapport sur la politique de sécurité, vraisemblablement en décembre 2009. Le calendrier d'élaboration du rapport d'évaluation est adapté en conséquence ; il sera donc terminé d'ici à décembre 2009. Le temps supplémentaire à disposition sera utilisé pour l'analyse des offres et pour la poursuite des négociations avec les fabricants.

Mesures du bruit
Dans le cadre des essais en vol, en 2008, l'Empa a procédé à des mesures du bruit, sur mandat d'armasuisse. L'analyse des données est encore en cours. Le DDPS informera lorsque les résultats seront connus.

 

Quelques nouvelles précisions sur le contenu des premières offres :

 

 

 

jasgripenHermannKeist.JPG

 

 

 

 

Le Gripen :

 

Selon K.A. Koerfer, le responsable du programme Gripen pour la Suisse, la version du Gripen proposée à notre pays est basée sur la cellule du model C/D mais sera équipée des nouveautés actuellement mises  au point sur le Gripen NG. Il s’agit notamment du nouveau radar (AESA) NORA III, l’avion disposera des nouveaux logiciels informatiques (Hardware & Software) dont la mise à jour sera garantie tous les trois ans. Gripen propose également le nouveau système de liaison électronique Link-16, dont la version actuelle a montré sa parfaite adaptation avec nos F/A-18, par ailleurs ce système étant entièrement Suédois aucun élément n’est dépendant des Etats-Unis. Le Gripen suisse disposera de la dernière génération de système de guerre électronique et pourra emporter à choix n’importe quels types d’armement selon la préférence Helvétique, de plus le cockpit disposera des dernières améliorations disponibles.  Les essais en Suisse ont par ailleurs démontré la parfaite intégration de l’avion dans les infrastructures militaires et la mise en œuvre par des soldats de milice.

 

Côté industriel, la Suisse pourra participer au développement futur du Gripen en tant que partenaire avec la fabrication d’éléments qui serviront  à la modernisation des Gripen déjà en services.

 

Question entraînement, les pilotes suisse auront accès au centre de formation suédois ainsi qu’au divers secteurs d’entraînements, il semblerait également que la Tchéquie offrirait sont espace aérien pour des entraînements !

 

Toujours selon K.A. Koerfer ce nouveau Gripen offert à notre pays deviendrait la vitrine de modernisation du Gripen pour les pays déjà utilisateurs et en serait un atout pour acquérir de nouveaux clients. Par ailleurs, l’avion correspond financièrement à la demande suisse.

 

 

rafale-11[1].jpg

 

 

 

Le Rafale :

 

Chez Dassault, on se félicite des essais effectués en Suisse, et qui ont démontré que le Rafale avait répondu à 95% aux objectifs fixés lors des tests ! En proposant lors des tests la version du Rafale avec le radar actuel (PESA) et le second avec un RBE-2 AA1 (AESA) de présérie qui pourra équipé le Rafale suisse en cas d’achat, Dassault a démontré l’évolution de son radar et la maîtrise de ses composants (le mode air-sol ne dispose pas encore de toutes les fonctions). Les différents tests on également montrés le bon fonctionnement général ainsi que la possibilité d’utilisé l’OSF (Optronic Secteur Frontal) vers le sol ! Dassault propose donc un Rafale amélioré à notre pays avec outre le nouveau radar un nouvel OSF et la gamme complète de missiles MICA  IR & EM. Pour compenser le fait qu’il n’est pas possible de monter de l’armement autre que français, Dassault propose la fabrication des missiles MICA en Suisse et pas seulement la maintenance. L’accès et la modernisation des logiciels sont garantit.

 

Côté industriel, la Suisse pourra également participer au développement et à la fabrication du Rafale et un centre de maintenance sera construit dans notre pays.

 

La France offre un l’accès à l’ensemble de ses zones d’entraînements ainsi que l’emploi du centre de formation sur Rafale. La France offre un partenariat complet en terme de formation et de logistique.

 

 

 

 

EurofighterHermannKeist.JPG

 

 

 

 

 

L’Eurofighter :

 

 

Chez EADS on se montre un peu moins bavard, l’accent est mis sur le développement du nouveau radar CEASAR (AESA) et les bonnes performances de la version actuelle du CAPTOR. EADS met en avant les capacités de décollage sans post-combustion de l’Eurofighter ainsi que son développement en continu. Les essais ayant démontré que l’avion était capable d’emporter une charge supérieure à ses concurrents et permettait un vaste choix d’équipements et d’armements. On garantit également chez EADS l’accès à l’ensemble des logiciels et à la modernisation de ceux-ci.

 

Côté industriel, la Suisse pourra participer à part entière au développement futur de l’avion et intégrer les groupes de travail à cet effet. L’industrie suisse travaillant déjà avec des entreprises issues d’EADS comme Airbus et Eurocopter, l’achat du Typhoon permettrait selon le constructeur de renforcer encore plus les liens existants.

 

Question entraînement, la Suisse aurait accès au centre de formation en Allemagne ainsi qu’aux diverses zones des pays utilisateurs du Typhoon. EADS met en avant que si la Suisse achète son avion c’est toute la zone centre Europe (Allemagne, Italie, Autriche) qui aura comme fer de le lance l’Eurofighter !

 

 

 

 

Analyse :

 

On le constate une fois de plus, nous avons ici une véritable bataille pour nous vendre ce nouvel avion, et notre pays peu ici jouer en position de force ! Rappelons qu’il ne s’agit pas simplement d’un achat d’avion de combat, mais bien d’un investissement à long terme sur un partenariat industriel et de sécurité !

 

On peu même parler de « mariage en or » si l’on pense que du point de vue de l’emplois la fabrication de l’avion occupera du personnel durant 10 années et que le développement futur et la modernisation pour la Suisse et ses partenaires sera de 40 ans ! Il y a là un développement industriel (Recherche & Développement, fabrication, maintenance, transfert de technologie) particulièrement intéressant pour notre pays avec à la clef à court terme près de 500 nouveaux emplois et  3000 emplois futurs dérivés.

 

Choisir le meilleur avion, mais également choisir l’offre qui garantit un avenir économique viable et rentable, avec en perspective un partenariat de formation et d’entraînement pour nos pilotes sans précèdent jusqu’ici ! On peut parler ici  d’un véritable challenge !

 

L’idée de reporter le choix de l’avion d’ici la fin de l’année, et peut-être pas avant le premier trimestre de 2010 par le nouveau chef du DDPS Ueli Maurer, est une action de prudence, car rien ne presse en réalité. Non pas, que nous n’ayons pas besoin des ces avions (tant pis pour la gauche et les écolos) mais parce que chacun des constructeurs va devoir donner et confirmer l’avancée des technologies proposées (et la fiabilité de celles-ci) et affiner les garanties de participation d’entrée dans le programme de l’avion.

 

D’un autre côté, la votation sur l’initiative du GSsA oblige un combat politique et l’arrivée en fin d’année du rapport de sécurité sera un élément déterminant !

 

Mais nous en reparlerons !

 

 

Billets antérieurs sur le sujet :

 

http://psk.blog.24heures.ch/archive/2009/01/16/nac-second-appel-d-offres.html

 

 

http://psk.blog.24heures.ch/archive/2008/12/07/nac-les-enjeux.html

 

http://psk.blog.24heures.ch/archive/2008/11/18/nac-essais-de-l-eurofighter.html

 

http://psk.blog.24heures.ch/archive/2008/11/06/arrivee-de-l-eurofighter.html

 

 

http://psk.blog.24heures.ch/archive/2008/10/30/rafale-fin-des-essais.html

 

http://psk.blog.24heures.ch/archive/2008/10/20/nac-les-essais-du-rafale.html

 

 

http://psk.blog.24heures.ch/archive/2008/10/09/nac-les-rafales-sont-arrives.html

 

http://psk.blog.24heures.ch/archive/2008/08/19/fin-des-essais-du-gripen.html

 

 

http://psk.blog.24heures.ch/archive/2008/08/05/essais-du-gripen-les-news.html

 

 

http://psk.blog.24heures.ch/archive/2008/07/24/arrivee-des-deux-jas-39-gripen.html

 

 

 

Photos :  1 dessin sur l’évaluation de Nicolas PUG (en accord avec Airpic.net). 2

JAS39 Gripen lors des tests à Emmen, @ Hermann Keist. 3 Rafale lors des tests à Emmen, @Hermann Keist. 4 Eurofighter à Emmen, @ Hermann Keist.

 

 

 

 

 

23/03/2009

Boeing dévoile le F-15 Silent Eagle !

imageView2.jpg

 

 

Boeing a dévoilé la semaine dernière à ST-Louis le F-15 Silent Eagle (F-15SE), une nouvelle configuration du F-15, conçu pour répondre aux besoins futurs des clients internationaux mais également pour l’US Air Force.

 

Une bonne surprise !

 

Le F-15 Eagle silencieux est conçu pour répondre aux besoins anticipés de la crise  à des fins de  coût-efficacité concernant des technologies de furtivité. Cette ultime version du F-15 permet avec un coût abordable de répondre aux futurs besoins de survie d’un avion de combat.

 

En soi, le F-15SE est une bonne surprise, et devrait permettre à Boeing d’assurer la modernisation de la flotte actuel des F-15 qui ne pourront pas dans l’immédiat être remplacé par le F-22 Raptor, dont le coût et largement supérieur. (voir billet sur le F-22).

 

Rien qu’aux Etats-Unis, le report d’achat des F-22, soit  (350 appareils) devrait donc permettre la modernisation de 50% des F-15 encore en service (environ 170 à 195 appareils). Les clients potentiels du F-22 soit le Japon, la Corée du Sud et Israël, ne pourront en réalité pas remplacer l’ensemble de leur flotte de F-15 et se tourneront visiblement vers une modernisation de type F-15SE, on peut estimer que 200 à 250 appareils seraient concernés en plus de la flotte US.

Deux autres clients potentiels sont Singapour qui devrait conserver quelques F-15 malgré l’arrivée du F-35 et l’Arabie Saoudite qui conservera également cet avion pour épauler l’Eurofighter (sous réserve d’une autorisation d’exportation du Pentagone pour ce dernier !).

 

 

imageView[1].jpg

 

 

Les améliorations du F-15SE :


L'amélioration de la furtivité des revêtements et la signature de l'avion, sont dûs au montage de trappes qui permettent le transport des armes en interne (CFTS). La particularité résident dans le fait qu’il possible en fonction de la mission de choisir entre le transport en interne ou de revenir au transport traditionnelle, emport de carburant et armes en externes.

 

 Le Silent Eagle sera capable de transporter en interne l’ensemble des missiles air-air, tels que des missiles AIM-9 et AIM-120, et air-sol, des armes telles que le Joint Direct Attack Munition (JDAM) et Small Diameter Bomb (SDB). Le niveau de charge des armes utilisées sur les versions actuelles des F-15 reste  le même avec l’installation du CFTS.


Une autre amélioration est l'aérodynamique Digital Flight Control System, qui améliore la fiabilité de l'avion et réduit le poids de la  cellule. L’adoption d’une peinture absorbante sur l’ensemble de la cellule contribue également à la diminution de la signature radar.

 

Un nouveau système de guerre électronique Digital Electronic Warfare System (DEWS) qui travaille de concert avec le radar Raytheon Electronic Scanning Array (AESA)  permet une optimisation des différents capteurs et senseurs.

 

 

 

yourfile[1].jpg

 

Calendrier du F-15 SE :


Boeing a terminé le prototype conceptuel de son F-15SE et les essais en vol

pourront commencer d’ici le premier trimestre 2010, y compris les tests de lancement de missiles.

 

Analyse :

 

Boeing a donc parfaitement analysé la problématique de coût  du F-22 Raptor mais l’arrivée de la crise actuel et la contraction des moyens militaire tant aux USA qu’à l’étranger, on donc poussé l’avionneur américain à réagir aux besoins aérien en terme de technologie et de coûts. Cette solution semble être un bon compromit permettant ainsi de maintenir la production au ralentit du F-22 tout en améliorant les qualités de survies des « Bon vieux F-15 » ! 

                                                                                                                                    

Si cette recette de crise s’avère être rentable et efficace, il ne sera pas impossible qu’elle s’applique d’ici quelques années avec le F/A-18 ! Peut-être pourront alors découvrir le Silent Hornet ?

 

Mais attention, faire du neuf avec du vieux n’est pas à long terme rentable !

 

 

 

MSF09-0028-137-thumb-450x582[1].jpg



 Photos : F15SE, @Boeing press.

16/03/2009

Le simulateur du PC-21

PC-21_Spiegel[1].jpg

 

 

Avec l’entrée en service des nouveaux Pilatus PC-21 dans les Forces Aériennes Singapourienne et Suisse, Pilatus se devait de travailler à la réalisation d’un simulateur. Voici donc quelques informations en grande première !

 

 

 

BihrleImage16[1].jpg

 

Flight Training Device (FTD) :


Le Pilatus FTD est un simulateur particulièrement complet, permettant à l'élève d'apprendre, de développer et de pratiquer les procédures normales et anormales tels les situations d'urgence d’un aéronef tel le PC-21 et de  ses procédures spécifiques. En outre, la FTD permet à l'étudiant d'acquérir les automatismes de vol  IFR, essentiel à la gestion du système de formation et de compétences nécessaires à la compréhension et l'exploitation moderne d’un aéronef. Et ceci grâce à une navigation interactive et de systèmes d'avionique de mission. Selon le type de système visuel et la base de données sélectionnée, la FDT peut également offrir de la formation pour les vols VFR, vol de nuit, vol en formation ainsi que les phases de vol à basse altitude. Il permet également la reconstitution complète d’une mission réalisée en vrai et le débriefing de celle-ci.


Le Pilatus FDT dispose  des dernières avancées matières de  technologies de simulation de l'utilisation du matériel et des logiciels COTS. Le FTD est pleinement représentatif de l'appareil sélectionné, et son architecture est basée sur un concept modulaire. Dans chaque module, toutes les  fonctions sont  attribuées à un espace dédié au matériel informatique. Avec cette approche, un module se compose d'une série d'ordinateurs travaillant en parallèle, chacun dédié à une ou plusieurs des tâches spécifiques. L'architecture modulaire permet une adaptation flexible du FDT, afin de mieux répondre aux besoins du client. En outre, il permet une mise à niveau et l'intégration des options d'avenir, comme un siège éjectable les systèmes  de simulations de poursuite qui intègre le PC-21.

 

 

 

Product_TrainingSystems_SyntheticTrainingDevices_PC7MkII_5[1].jpg

 

 

Le FTD est fondée sur les modules suivants:

Une section Cockpit.
Une station Instructeur.

Un système de  Visualisation optique.
Une modélisation à choix du pays et des ses infrastructures.

 

 


L'entretien est un autre enjeu clé pour le Pilatus FTD. Tous les efforts sont déployés pour faire en sorte qu'il y ait un accès facile et rapide à tous les composants, permettant une réduction sensible du temps nécessaire à l'entretien du système.
Le Pilatus FTD répond aux normes JAR-STD 2A / 3A et de la FAA AC 120-45A.

 Le Pilatus FTD assure la formation à tout moment, dans un environnement sûr et indépendant des conditions météorologiques ou la disponibilité des avions.

En raison de sa conception modulaire, le Pilatus FDT peut être mis à jour facilement afin de refléter les caractéristiques évolutives des besoins.

 

 

En Suisse il est prévu que le nouveau simulateur du PC-21 entre en service d’ici 2010 !

 

 

 

 

Product_TrainingSystems_SyntheticTrainingDevices_PC7MkII_6[1].jpg

 

 

 

A lire ou relire les Billets antérieurs sur le PC-21 :

 

http://psk.blog.24heures.ch/archive/2008/09/30/pilatus-pc-21-excellents-debuts.html

 

 

http://psk.blog.24heures.ch/archive/2008/09/18/le-pc-21-en-service.html

 

 

http://psk.blog.24heures.ch/archive/2008/07/30/le-pilatus-pc-21-a-singapour.html

 

http://psk.blog.24heures.ch/archive/2008/04/13/pilatus-pc-21-debut-de-carriere.html

 

 

 

 

Photo 1 : PC-21 à Emmen. @ Pascal Kümmerling.

Photos 2, 3, 4 : Prototype du FDT PC-21. @ Pilatus aircraft.