17/12/2015

La France a choisi le « Super Hercules » !

1stkc130jusmcreserve_nasftwjrb_lomas.jpg

Je vous en parlais dernièrement, le France disposait de deux types d’offres en ce qui concerne le 130 « Hercules », soit des aéronefs d’occasions ou l’offre d’appareils neufs de dernière génération. Le Ministre de la défense a opté pour l’achat de 4 Lockheed-Martin C-130J « Super Hercules ». Le montant est estimé à environ 500 millions d’euros.

Deux versions :

Deux versions du « Super Hercules » seront acquises pour équiper l’Armée de l’air, il s’agit de 2 C-130-J30 et 2 KC-130J de ravitaillement.

 

Le C-130J « Super Hercules » :

Le C-130J-30 «Super Hercules» est la version la plus avancée du célèbre  C-130 cargo,  il incorpore une technologie de pointe pour réduire les besoins en personnel, de fonctionnement de soutien avec des coûts de cycle de vie plus actuel que pour les anciens C-130. Le modèle dispose également d'une maniabilité accrue et une manutention plus courtes. Il est doté de nouveaux moteurs Rolls-Royce Allison AE 2100D3 dotés d’hélices à six pales. 

Du point de vue de l’extérieur, le C-130J semble n’être qu’une version allongée du célèbre Hercules, cependant, il est équipé d’un poste de pilotage informatisé permettant de réduire le nombre de pilotes à deux. Il a une capacité de 26.000 kg de carburant et il est configuré pour recevoir des réservoirs additionnels de 11.000kg de carburant.

 

Le KC-130J « Super Hercules » Tanker :

Le KC-130J «Super Hercules» en version Tanker est directement dérivé du nouveau C-130J. L’avion incorpore simplement les systèmes perches de ravitaillement, des réservoirs supplémentaires et un poste pour l’opérateur ravitailleur. Le système de ravitaillement existe déjà sur les modèles plus anciens du C-130.

Le C-130J incorpore une technologie de pointe pour réduire les besoins en personnel, de fonctionnement de soutien avec des coûts de cycle de vie plus actuel que pour les anciens C-130. Le modèle dispose également d'une maniabilité accrue et une manutention plus courtes.

 

KC-130J-1024x713.jpg

Photos : Lockheed-martin KC-130J @ Lockheed-Martin

 

15/12/2015

La France commande 8 A330 MRTT !

KC30_YSRI_high79397.jpg

La France a commandé 8 avions A330 MRTT ravitailleurs multi-rôle de transport à Airbus Defence & Espace. Le contrat est estimé à près de 3,3 milliards de dollars au prix catalogue de l’avionneur est comprend des options pour quatre appareils.  Le premier exemplaire devra être livré en 2018.

 

Les futurs A330MRTT français :

Propulsé par des moteurs Rolls-Royce Trent 700, les MRTT français emporteront à la fois un système de perche de ravitaillement sous voilure flexible et un entonnoir à gousses de ravitaillement. Ils pourront également être reconfigurés pour transporter 271 passagers en tant qu’avion de transport. En version évacuation médicale (MEDEVAC) l'avion sera équipé du module « Morphee » de soins intensifs, qui peut transporter 10 patients et 88 passagers.

 

L’A330 MRTT :

L’A330 MRTT (Multi Rôle Tanker Transport) d’Airbus Military est le seul avion stratégique de ravitaillement et de transport de nouvelle génération, actuellement disponible et opérationnel au monde. L’importante capacité d’emport carburant de base (111 tonnes) de l’avion de ligne A330-200, dont il est dérivé, permet à l’A330 MRTT d’exceller dans les missions de ravitaillement en vol, sans l’adjonction de réservoir supplémentaire. L’A330 MRTT est proposé avec un choix de systèmes de ravitaillement incluant la perche caudale ARBS (Aerial Refuelling Boom System) d’Airbus Military et/ou une paire de nacelles tuyau/panier sous voilure et/ou un système ventral tuyau/panier FRU (Fuselage Refuelling Unit).

Grâce à son large fuselage, l’A330 MRTT peut également servir d’avion de transport capable de transporter 300 soldats ou 45 tonnes de charge utile. Il peut également être décliné en version d’évacuation sanitaire (EVASAN) et recevoir jusqu’à 130 civières. L’A330 MRTT totalise à ce jour 79 commandes émanant de sept clients.

 

Photo : A330MRTT de la RAAF @ RAAF

03/10/2015

Modernisation des Mirage 2000D !

mirage-2000d.jpg

 

 

Le projet tant attendu de modernisation de Mirage 2000D de l’Armée de l’air va officiellement se concrétiser très prochainement. Selon le programme du Ministère de la Défense français, la modernisation des « 2000D » va débuter fin 2015 et les premiers appareils seront opérationnels en 2019.

 

Les grandes lignes de la modernisation :

La première partie de la modernisation des « 2000D » concernera le Système de Navigation et d'Attaque (SNA) qui va être complètement revu, retravaillé, et modernisé par Dassault Aviation. En effet, il y a maintenant quelques temps, le système de navigation du Mirage 2000D reposait sur des fonds de carte en carton, scannés, et projetés à l'officier navigateur système d'armes (NOSA) via un agrandisseur. Le nouveau système sera numérique. Le Mirage 2000D ne possède pas de canon de bord, la mise à niveau va permettre de combler ce manque avec l’intégration d’une nacelle développée par Dassault Aviation et qui sera montée selon les besoins sur le point avant gauche des Mirage 2000D, en symétrique des nacelles de désignation laser.

Enfin, la modernisation prendra aussi en compte la possibilité pour les Mirage 2000D de pouvoir s'équiper et décoller avec un emport assymétrique. Aujourd'hui, ces appareils ne peuvent emporter que le même type de bombes sur les emports ouverts pour les tirs air-sol, ce qui avait pour effet, par exemple, d'avoir des appareils qui décollaient avec uniquement deux GBU-49 sous le ventre. A la suite de cette rénovation, les 2000D pourront décoller et aller frapper avec, au moins, deux types de bombes différents, comme par exemple une GBU-12 couplée à une GBU-49. Pour terminer les missiles air-air Magic II seront remplacés par des MICA IR (InfraRouge).

 

L’importance des « 2000D » :

Sans la modernisation des Mirage 2000D, la flotte de combat  française s’écroulera aux alentours de 150 avions en ligne en comptant les Rafale air et marine. Le Mirage 2000D est un avion relativement récent qui joue un rôle déterminant dans la capacité de projection de puissance de l’armée de l’air. Mis à part le Rafale, il compte parmi les meilleurs avions de combat français. Sa rénovation lui permettra d’acquérir davantage de polyvalence et permettra de valoriser les investissements déjà consentis en tirant le maximum du potentiel de cet avion. D’autant qu’il s’agit d’un appareil mature dont le coût de possession est maîtrisé, qui est présent en opération et qui permet une montée en puissance progressive du Rafale.

 

tab_a11-108s.jpg

L’industrie au cœur de la rénovation :

Cette opération de rénovation est très importante pour les industriels concernés. Il s’agit non seulement de Thales, mais aussi de PME à forte valeur technologique qui risquent tout simplement de faire faillite si l’opération ne se fait pas. C’est le cas en particulier à REALMECA, qui a par ailleurs des compétences critiques dans la construction du Rafale. La rénovation du Mirage 2000 assurera du travail à cent cinquante personnes chez Thales pendant quatre ans dans la région Aquitaine et permettrait à REALMECA d’employer trente personnes, sur un total de cent trente personnes. En outre, il est prévu qu’une partie de la rénovation sera confiée au SIAe (Services Industriels de l’Aéronautique) à Clermont Ferrant.

Livre : Pour ceux et celles qui désirent découvrir la vie et le travail d’un pilote de Mirage 2000D, je vous engage à lire : « La guerre vue du ciel », par le Cmdt et pilote Marc Scheffler aux éditions Nimrod. Un livre qui raconte le métier de pilote de chasse, ses difficultés, la vie d’un escadron et les contraintes politiques qui découlent des engagements. Marc est en plus, pour l’avoir rencontré brièvement, un homme d’une rare gentillesse !

3016_1-auto_downl.jpg

Photos : Dassault Mirage 2000D @ Armée de l’Air

 

16/06/2015

La France cherche le remplaçant de l’Alphajet !

 

armée de l'air,alphajet,avions école,le bourget,infos aviation,les nouvelles de l'aviation,blog défense

 

 

 

La France cherche un remplaçant à son avion école Alphajet, une demande de pré-sollicitation initiale a été publié en avril par la DGA est susceptible d'être suivie d'une demande de propositions (DP) en septembre prochain. La confirmation du projet a été faite lors du Salon du Bourget.

 

Projet Cognac :

 

Ce programme de renouvellement de le flotte d’avions école pour l’Armée de l’air est provisoirement connu sous le nom de « projet Cognac », en effet, le nouvel élu équipera l'école de formation au pilotage de l’Armée de l’air sur la base aérienne de Cognac / Châteaubernard.

 

Les prétendants :

 

armée de l'air,alphajet,avions école,le bourget,infos aviation,les nouvelles de l'aviation,blog défense

 

 

On peut déjà noter un grand nombre de prétendants au remplacement de l’Alpha-Jet, avec l’italien Alenia Aermacchi qui propose le M-345 HET (le M-346 ne semble pas proposé), le tchèque Aero Vodochody avec le L-39, le coréen Kai son T-50 « Golden Egle ». Du côté des aéronefs turbopropulsés on retrouve le suisse Pilatus avec le PC-21 et l’américain Beechcraft avec le T-6.

 

L’Alphajet :

 

Appareil franco-allemand, d’entrainement et à l’attaque au sol légère, l’avion a été produit à près de 500 exemplaires et équipe notamment la Patrouille de France depuis 1981 et les Flying Bulls (GB), les Top Aces (CAN) (patrouilles acrobatiques privées). L’appareil a été exporté dans 11 pays, dont certains sont des machines appartenant anciennement à la Luftwaffe.

 

Dans l’attente d’un remplaçant, une vingtaine d’Alpha jet ont été modernisés, en effet,  la principale faiblesse de l’Alpha Jet, résidait dans le fait que son électronique étaittd’un autre temps, principalement en ce qui concerne son système de navigation et d’attaque (SNA). Celui-ci n’a rien à voir avec ce que l’élève pilote trouvera sur un Mirage2000 ou un Rafale.

 

Pour ce faire la modernisation a  comporté l’installation d’une centrale inertielle hybridée GPS, qui lui confère une capacité SNA et permet également une meilleure conduite de tir dans les modes air-air et air-sol. Une visualisation Tête Haute (VTH)  a été installée en lieu et place du simple viseur. Le nouveau système de navigation permet également de mieux préparer les missions et l’entrainement aux pannes. Le manche est doté de nouvelles fonctions qui permettent d’offrir un concept HOTAS (Mains sur Manette et Manche). Le siège éjectable de type Martin Baker MK4  a été remplacé par un modèle plus récent de type MK10L permettant notamment une assise en arrière de 10°.

 

Question communications,  les Alphajet ont reçu un nouveau transpondeur mode S et des radios aux nouvelles normes OACI.

 

Gpc21-index.jpg

 

Photos : 1 Alphajet @ Neil Burry  2 Alenia Aermacchi M-345 HET@ AleniaeErmacchi 3 Pilatus PC-21 @ Pilatus

01/06/2015

Troisième Reaper pour la France !

 

ob_71c754_12-05-2015-le-troisieme-reaper-reali.jpg

 

General Atomics Aeronautical Systems Inc a livré le troisième drone de reconnaissance MQ-9 « Reaper » au ministère français de la Défense.

 

Au sein de l’Armée de l’air,  les deux premiers « Reaper » ont  accumulé plus de 4’000 heures de vol en un peu plus d'un an. Les « Reaper » français  sont entrés en service en janvier 2014 au sein de  l'escadron 1/33 «Belfort», stationnés sur la base aérienne 709 de Cognac.

 

Sans arme :

 

L’une des particularités de la flotte de drone « Reaper » française concerne le fait que ceux-ci ne sont pas armés et ne sont pour l’instant utilisés que pour la reconnaissance. Pourtant en France, on ne désespère pas de pouvoir un jour doté la flotte de MQ-9, de missiles d’attaques au sol. La France pourrait même opter pour le missile  MBDA Brimstone qui est aujourd’hui qualifié sur le drone américain. Celui-ci offre par ailleurs une réduction des risques de dommages collatéraux et permet  une totale létalité avec un seul tir contre des cibles évoluant à grande vitesse sur terre, mer et dans un environnement complexe.

 

Garder l’indépendance :

 

L'armée de l'air fait voler ses MQ-9 « Reaper » avec ses propres satellites, ce qui lui permet de  garder son indépendance, lors des missions. De fait, la France n’a pas besoin de solliciter l'autorisation des autorités américaines pour engager le drone.

 

Photo : Drone MQ-9 « Reaper » de l’Armée de l’air  @ Armée de l’air