11/11/2015

Une capacité anti-navires pour l’Eurofighter !

mbda_-_marte_er_007-2.jpg

Salon aéronautique de Dubaï, Airbus DS a répondu à la demande de clients potentiels en vue d’une capacité anti-navires pour l’Eurofighter. Pour ce faire un Eurofighter est présenté à Dubaï avec une configuration de six des armes capable de frapper des bâtiments de surface. L’avion présenté est un Eurofighter italien doté de six missiles MBDA Marte ER. Mais d'autres missiles vont prochainement, venir gonfler la capacité de l'offre de l'avion européen.

 

Le MBDA Marte ER :

D’un poids de 260 kg (572lb), pour une longueur de 3.85 mètres, le Marte ER affiche une portée de 50 à 60 kilomètres suivant l'altitude de tir. Du type « Fire and Forget », le missile est doté d'un autodirecteur électromagnétique actif et une capacité de résistance accrue face aux contre-mesures.

Adaptation du Harpoon et du RBS15 :

Pour rendre plus attractif l’Eurofighter, Airbus DS prépare également l’adaptation du missile AGM-84 « Harpoon », ainsi que du RBS15 de Saab. Des essais en souffleries sont déjà en cours pour préparer les futurs essais en vol de ces deux missiles.

 

Photos : Eurofighter à Dubaï avec des missiles Marte ER @ Airbus DS

09/11/2015

Premier largage d’un Storm Shadow depuis un Typhoon !

6734.jpg

 

L’intégration du missile de croisière MBDA « Storm Shadow » sur l’avion de combat Airbus DS Eurofighter « Typhoon II » est entrée dans sa phase finale avec le premier largage en vol.

La première partie de la phase des essais de largage en vol du missile est réussie, elle s’est déroulée à Aberporth au Royaume-Uni. L’Eurofighter n° IPA2 d’essais a largué le missile et permis de vérifier la parfaite séparation du système d’arme avec l’avion lanceur. Les essais ont également vérifié le bon fonctionnement entre l'interface du missile et celle de l’avion.

L'intégration de la nouvelle arme sur le «Typhoon» fait partie d'un programme continu d'améliorations de l’avion européen avec notamment l’intégration du « Meteor » et du missile « Brimstone 2 ».

 

Rappel :

La première série d'essais au sol, a été réalisée en Italie avec un Eurofighter IPA2 équipé avec deux « Storm Shadow ». Ces essais ont permis de valider la compatibilité électromagnétique, ainsi que la bonne liaison des systèmes électriques. L’avion porteur, un Eurofighter IPA2 italien déployé sur les installations de Decimomannu en Italie,  a volé est testé l’intégration du «Storm Shadow».  Ces essais ont permis de récolter les informations nécessaires pour la finalisation des logiciels.

 

Le Storm Shadow : 

Le missile de croisière conventionnel autonome à longue portée de type «Storm Shadow», dénomination anglaise du «SCALP» soit : arme de précision tirée à grande distance, est un missile est un missile de croisière développé par MBDA. Cette arme est conçue pour frapper l'ennemi dans son territoire profond, quelle que soit la défense aérienne grâce à ses caractéristiques de furtivité.  Ce missile «fire and forget» est programmé avant le lancement. Une fois largué, il ne peut être contrôlé, sa cible modifiée ou être autodétruit. Sa mission est préparée au sol, en définissant sa cible et les zones de défense adverse. Le missile suit une route de façon quasi-autonome, en vol à basse altitude en suivant le relief en utilisant le GPS et le recalage altimétrique. A proximité de la cible, le missile remonte jusqu'à une altitude optimale permettant d'identifier au mieux la cible. Sa coiffe est éjectée pour permettre l'utilisation de sa caméra infrarouge à haute résolution lui permettant d'identifier la cible. Si le missile ne parvient pas à identifier la cible prévue et qu'il existe un risque de dommages collatéraux il peut alors décider de s'écraser dans une zone déserte.

 

1304581369.2.jpg

Photos : Eurofighter n°IPA2 avec le Storm Shadow @ Airbus DS

04/11/2015

Le Typhoon épine dorsale de la RAF!

 

RAF No 11 Squadron Typhoon at Green Flag, USA.jpg

 

Le Royaume-Uni envisage la possibilité de conserver une partie ou même la totalité de ses premiers modèles d’avion de combat Eurofighter « Typhoon II », car avec ces appareils, la Force pourra garder une dotation suffisante pour assurer les nombreuses missions qui lui incombent. Le but étant d’éviter à la prestigieuse RAF de tomber au plus bas en matière de capacité numérique.

Prenant la parole à la Chambre des communes le 3 novembre dernier, le sous-secrétaire d'Etat à la Défense, Philip Dunne, a déclaré que le ministère de la Défense (MoD) est en train de revoir sa décision en ce qui concerne le retrait des 53 aéronefs de type Eurofighter T1 (Tranche 1) en 2018. En effet, le dernier rapport concernant les prévisions défense stratégique et de sécurité (SDSR) envisageait le retrait pur et simple de la version de base de l’Eurofighter au sein de la RAF.

Pour la RAF, il s’agit notamment de revoir les extensions possibles pour de la durée de vie des équipements existants pour les le standard T1 de l’Eurofighter, anis que les possibilités de modernisation. Le maintien du standard T1 et de sa possible mise à jour doit permettre de combler le départ à la retraite des Panavia Tornado GR4. L’éventualité d’un départ des Tornado et des Eurofighter T1 pour 2019, plongerait la RAF inexorablement dans une sous dotation difficile à combler à l’avenir.

 

La RAF aujourd’hui :

La Royal Air Force dispose à ce jour de 192 avions de combat de première ligne, composée de 87 Tornados, 53 Typhoon T1 et 52 de la T2.  La RAF va prochainement débuter la réception de 40 Eurofighter T3A. Il faut également tenir compte dès 2019 des premières livraisons de Lockheed-Martin F-35 « Lightning II », mais avec un rythme particulièrement lent. Selon les prévisions de la RAF, en 2019, celle-ci ne disposera donc que de 127 avions de combat, soit le seuil le plus bas jamais comptabilisé.

 

Modernisation est maintien :

Pour la RAF il est devenu primordial de moderniser les Eurofighter avec le programme P1Ea/b, soit : P1E (a) : Mise à jour des logiciels et des senseurs, mise à jour de l’avionique avec  facilitation d’utilisation pour le pilote, dont le viseur de casque, intégration du pod de désignation laser « Litening III », intégration des bombes « Paweway IV ». Préparation à l’intégration du missile « Brimstone II ». 

P1E(b): Amélioration du système IFF, mise à jour du logiciel du système DASS (Defensive Aids Sub System), amélioration des systèmes de communication et de liaison de données Link16, simplification des logiciels de maintenance. 

Et de garder un maximum d’Eurofighter en activité, car celui-ci va devenir l’épine dorsale de la RAF dans les prochaines années.

 

519986836.jpg

Photos : Airbus DS Eurofighter T2 de la RAF @ RAF

 

27/09/2015

L’Eurofighter intègre la nacelle RecceLite !

 

 

Eurofighter_56427.jpg

Le système de reconnaissance RecceLite XR de Rafael Systems a été récemment intégrée sur un avion de combat Airbus Eurofighter « Typhoon II » en servie par une force aérienne européenne.

L'intérêt pour la dernière version du système de reconnaissance et de ciblage de type RecceLite de l’israélien Rafael a augmenté en raison de la campagne de la coalition contre contre l'État islamique. Le capteur de la nacelle  RecceLite XR peut maintenir la couverture d'une zone d'intérêt Indépendamment des manoeuvres de l'avion peut être contrôlé à partir du sol.

Le RecceLite recueille simultanément en résolution Infra-Rouge (IR) et visuels (VIS et IR) des images numériques dans un champ très large. Les images et l'annotation des données sont enregistrées sur un enregistreur à semi-conducteurs et transmis par liaison 16 cryptée directement au sol, pour interprétation en temps réel. En mission de reconnaissance le système doit fournir de nuit comme de jour et indépendamment des conditions météorologiques des informations à haute résolution. L’engagement des capteurs de reconnaissance doit être possible indépendamment de l’altitude de vol et jusqu’à une vitesse d’environ 900 km/h. 

 

uav-img-02.jpg

Photos : 1 Eurofighter @ Airbus DS  2 Nacelle RecceLite @ Rafael Sytems

 

23/09/2015

L’Eurofighter prépare le tir du Storm Shadow !

1642925_-_main.jpg

 

 

L’intégration finale du missile «Storm Shadow» sur l’Eurofighter est phase terminale, un Eurofighter d’essais n° IPA  italien, est arrivé à l'usine de BAE Systems à  Warton dans le nord de l'Angleterre, afin, de débuter les essais de tir réel du missile de croisière « Storm Shadow » de MBDA. La série de tirs doit finaliser la qualification du missile sur l’avion européen.

L’avion d’essais IPA2 va emporter le missile MBDA « Storm Shadow »  sous l’aile droite, une nacelle caméra sous le ventre,  afin de vérifier la parfaite séparation du missile avec l’avion.

 

Rappel :

La première série d'essais au sol, a été réalisée en Italie avec un Eurofighter IPA2 équipé avec deux « Storm Shadow ». Ces essais ont permis de valider la compatibilité électromagnétique, ainsi que la bonne liaison des systèmes électriques. L’avion porteur, un Eurofighter IPA2 italien déployé sur les installations de Decimomannu en Italie,  a volé est testé l’intégration du «Storm Shadow».  Ces essais ont permis de récolter les informations nécessaires pour la finalisation des logiciels.

 

Le Storm Shadow : 

Le missile de croisière conventionnel autonome à longue portée de type «Storm Shadow», dénomination anglaise du «SCALP» soit :  arme de précision tirée à grande distance, est un missile est un missile de croisière développé par MBDA. Cette arme est conçue pour frapper l'ennemi dans son territoire profond, quelle que soit la défense aérienne grâce à ses caractéristiques de furtivité.  Ce missile «fire and forget» est programmé avant le lancement. Une fois largué, il ne peut être contrôlé, sa cible modifiée ou être autodétruit. Sa mission est préparée au sol, en définissant sa cible et les zones de défense adverse. Le missile suit une route de façon quasi-autonome, en vol à basse altitude en suivant le relief en utilisant le GPS et le recalage altimétrique. A proximité de la cible, le missile remonte jusqu'à une altitude optimale permettant d'identifier au mieux la cible. Sa coiffe est éjectée pour permettre l'utilisation de sa caméra infrarouge à haute résolution lui permettant d'identifier la cible. Si le missile ne parvient pas à identifier la cible prévue et qu'il existe un risque de dommages collatéraux il peut alors décider de s'écraser dans une zone déserte.

 

2936958190.jpg

Photos : 1 l’IPA2 avec les Storm Shadow à Warton 2Essais en en vol en Italie @ Airbus DS