23/12/2011

Le 5e A400M a volé !

 

7vz0aq.jpg


 

Airbus Military a dévoilé une photo du cinquième Airbus A400M effectuant son premier vol en début de semaine, à partir de Séville, en Espagne un an jour pour jour après le premier vol du quatrième A400M (MSN 4, immatriculé EC-404). Ce cinquième avion, numéro de série MSN 6 et immatriculé F-WWMZ, est le dernier appareil de test et va rejoindre la flotte des quatre autres A400M qui réalisent la campagne d'essais en vol. 

Le premier vol de l'avion a duré un peu plus de deux heures. Il était parti de Séville à 8h55, heure locale. Cet avion sera utilisé pour les tests d'interférence électromagnétique et les démonstrations opérationnelles entre autres. De ce fait, l'appareil n'emporte que peu d'instrumentation liée aux essais en vol.

Dès le début de 2012, de plus en plus de tests liés aux opérations militaires vont être réalisés pour une première livraison à l'armée française à la fin de 2012 ou au début de 2013.

Rappel :

Les sept pays partenaires initiaux, à savoir l’Allemagne, la France, l’Espagne, la Belgique le Luxembourg, le Portugal et l’Angleterre ont été rejoints par la suite par la Malaisie et la Turquie qui ont reconnu le potentiel de ce nouvel avion pour leurs propres besoins. La polyvalence est ce qui caractérise le mieux l’A400M, qui est conçu pour offrir des capacités à la fois tactiques et stratégiques. L’appareil peut transporter 37 tonnes de charge utile sur au moins 4700 nm (8700 km) de distance. Sa soute est dimensionnée pour accueillir tous les chargements et véhicules répertoriés  dans le cahier des charges européens ESR (Europen Staff Requirement). En outre, l’A400M peut servir à la fois de moyen de transport aérien et de plateforme de ravitaillement en vol aussi bien pour des avions de combat que pour des hélicoptères. L’A400M incarne le premier avion de transport militaire lourd véritablement nouveau depuis ces trente dernières années. Offrant deux fois plus de performances et de capacités d’emport que les avions actuels qu’il remplacera.

Photo : le 5e A400M @ Airbus Military

 

23:01 Écrit par Pascal dans aviation | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : airbus, a400m, airbus military |  Facebook | |

11/04/2011

A400M : accord signé !

e059c5e494-1.jpg

Je vous annonçais l’étape intermédiaire au mois de mars, cette fois ça y est, Airbus Miltary et les sept états clients de lancement de l'A400M se sont définitivement mis d'accord sur le nouveau contrat de l’avion de transport militaire A400M. Les clients et le constructeur se sont mis d’accord sur le prix anis que sur le calendrier de livraison !


Déroulement des faits :


L’accord final a été signé le 7 avril à Séville entre l'OCCAR (Organisation conjointe de coopération en matière d'armement) le Directeur général d'Airbus Military, en présence de la ministre espagnole de la Défense Carme Chacón ainsi que l’ensemble des Directeurs généraux de l'Armement et délégués officiels de tous les Etats clients et représentants des principaux fournisseurs étaient également présents. Cet événement fait suite à plus de douze mois d'intenses négociations : le 5 mars 2010, un premier accord de principe a été signé afin de définir les grandes lignes de ce nouveau contrat. Une seconde étape fut franchie le 5 novembre dernier lorsque les sept clients et Airbus Military se sont entendus sur la grande majorité des points (notamment techniques). Restait encore à s'entendre sur les mécanismes de financement des surcoûts.


La fin d’un feuilleton :


L'accord signé met tout le monde d'accord, soit : Airbus Military, EADS, l'OCCAR et les sept Etats clients de lancement (Allemagne, Belgique, Espagne, France, Luxembourg, Royaume-Uni et Turquie) se sont entendus sur un nouveau calendrier de livraison, sur une hausse du prix unitaire de l'avion (estimé aujourd'hui à 120 M€), sur le financement des surcoûts du programme et sur l'annulation des pénalités financières liés aux retards de développement.
Le constructeur européen prend ainsi en charge une partie de ces surcoûts, soit 4,2 Md€. De leur coté, les sept clients ont accepté une hausse du prix du contrat initial de 2 Md€, repartie au prorata du nombre d'avions commandés. Parallèlement, les clients s'engagent également à verser un montant complémentaire de 1,5 Md€ sous la forme d'aides à l'export (ou « Export Levy Facility »), afin de terminer le développement de l'A400M.

66aefb9c27.jpg


Les essais en vol avancent :


A ce jour, quatre des cinq prototypes ont volé. Ils ont accumulé plus de 1.400 heures de vol au cours de 450 sorties. Le cinquième exemplaire est quasiment terminé et a entamé sa phase finale de contrôle en vue d'un premier vol au début de l'automne.
Airbus Military a déterminé la vitesse minimum de décollage (Vmu) de l’A400M. La division militaire de l’avionneur européen a annoncé le 24 mars qu’elle avait achevé ces essais, qui se sont déroulés à Istres. Le nez de l’appareil a été levé jusqu’à ce qu’un sabot spécial, fixé à l’arrière du fuselage, touche le sol. L’angle de cabrage a atteint 13°.

Calendrier des livraisons :


En 2013, il est donc prévu que soient livrés 4 avions, 3 pour l'Armée de l'air française et un pour la Turquie. L'Allemagne et la Grande Bretagne recevront leur premier avion l'année suivante. La cadence de production atteindra les 2,5 appareils par mois fin 2015. A ce jour, Airbus Military possède un carnet de commandes fermes de 174 A400M. Le dernier exemplaire de ces 174 machines doit être livré courant 2014, sachant que l’avionneur mise également beaucoup sur les ventes de son avion à l’export. Jusqu’à récemment, l’avionneur évoquait la possibilité de vendre jusqu’à 500 A400M supplémentaires.


Rappel :

 L'A400M est un avion de transport militaire conçu pour répondre aux besoins des Forces armées du monde au 21e siècle. Cet appareil sera capable de voler plus haut, plus vite et plus loin, tout en conservant une haute maniabilité. Il combine à la fois les missions tactiques, stratégiques et de logistique. Avec sa cale spécialement conçue pour transporter le matériel nécessaire à la fois pour les militaires et les missions de secours en cas de catastrophe humanitaire. L'A400M devrait devenir l’avion le plus rentable et le plus polyvalent de sa catégorie.

 

0f14572188.jpg



Photos : 1 A400M au décollage 2 Test de l’angle de cabrage 3 Sous la neige en Suède @Airbus Military

15/03/2011

L’industrialisation de l’A400M va pouvoir démarrer !

69c63f70bd[1].jpg

 

Airbus Military et l’Occar (Organisation conjointe de coopération en matière d'armement) se sont mis d’accord pour lancer la production en série de l’avion de transport militaire A400M. Les quatre premiers exemplaires de série, dont trois pour la France, seront produits en 2012, confirme le constructeur.

Ce dernier précise que la cadence de production atteindra les 2,5 appareils par mois fin 2015. A ce jour, Airbus Military possède un carnet de commandes fermes de 174 A400M. Le dernier exemplaire de ces 174 machines doit être livré courant 2014, sachant que l’avionneur mise également beaucoup sur les ventes de son avion à l’export. Jusqu’à récemment, l’avionneur évoquait la possibilité de vendre jusqu’à 500 A400M supplémentaires.

Parallèlement, la finalisation du nouveau contrat approche à grand pas. Dernièrement, c’est la Grande Bretagne qui s’est entendu avec Airbus Military sur le financement des surcoûts du programme, notamment grâce au mécanisme des « Export Levy Facility » (ELF), ou mécanisme d’aide à l’export.

En effet, en plus d’une hausse du contrat initial de 2 Md€, les sept nations clientes se sont également engagées à verser un montant complémentaire de 1,5 Md€ en contrepartie d'une rémunération sous forme de redevances perçues sur les ventes de l’avion à l’exportation. Pour rembourser ces 1,5 Md€, Airbus Military aura à vendre entre 280 et 300 A400M sur les trente prochaines années. Au travers de ce mécanisme, la France, par l’intermédiaire de la Caisse des dépôts et consignation, va ainsi verser 417 M€ à Airbus.

A ce jour, seule la Turquie doit encore s’entendre sur les clauses financières du nouveau contrat A400M, dont les grandes lignes ont été ratifiées par les sept nations clientes le 5 novembre dernier.

Airbus Military mise sur la certification civile (EASA) et la qualification militaire de l’A400M au premier standard militaire IOC (Inital Operating Clearance) pour la fin de l’année.

 

Rappel :

 

Les sept pays partenaires initiaux, à savoir l’Allemagne, la France, l’Espagne, la Belgique le Luxembourg, le Portugal et l’Angleterre ont été rejoints par la suite par la Malaisie et la Turquie qui ont reconnu le potentiel de ce nouvel avion pour leurs propres besoins. La polyvalence est ce qui caractérise le mieux l’A400M, qui est conçu pour offrir des capacités à la fois tactiques et stratégiques. L’appareil peut transporter 37 tonnes de charge utile sur au moins 4700 nm (8700 km) de distance. Sa soute est dimensionnée pour accueillir tous les chargements et véhicules répertoriés  dans le cahier des charges européens ESR (Europen Staff Requirement). En outre, l’A400M peut servir à la fois de moyen de transport aérien et de plateforme de ravitaillement en vol aussi bien pour des avions de combat que pour des hélicoptères. L’A400M incarne le premier avion de transport militaire lourd véritablement nouveau depuis ces trente dernières années. Offrant deux fois plus de performances et de capacités d’emport que les avions actuels qu’il remplacera.

 

d76003825b[1].jpg

 

Photos :  1 A400M au décollage 2 A400M & F/A-18 espagnol @ Airbus Military

 

18/02/2011

L’A400M : tests de ravitaillement & essais grand froid !

 

A400M_ravitaillement-32db0.jpg

 

Les Tests se poursuivent normalement pour l’A400M avec comme étape sa certification civile fin 2011.

Le froid et le chaud !

Désormais, quatre exemplaires de l'A400M participent à la campagne d'essais en vol en vue de la certification civile de l'appareil avant fin 2011. Deux sont basés à Toulouse, les autres étant à Séville. Déjà plus de 1 200 heures de vol ont été réalisées avec les quatre appareils. L'Airbus militaire est allé subir des essais grand froid à Kiruna en Suède (-21°) alors que dimanche un A400M est parti éprouver les -30° !

Le deuxième avion de test «Grizzli2», immatriculé EC-402, est parti au début du mois de février pour des essais de grand froid à Kiruna, dans l’extrême nord de le Suède. L'Airbus A340-300 numéro 1, qu'Airbus possède, avait suivi l'avion de transport européen pour amener les équipes sur place et toute la logistique.

La campagne s'est surtout concentrée sur le comportement des moteurs dans un environnement de grand froid.

Cette semaine, c'est au tour dd troisième avion de test, F-WWMS, de se rendre en Suède pour y effectuer des tests de même nature.

Des essais temps chaud se dérouleront à Tozer ou à Djibouti puis au Mexique pour les essais haute altitude alors que des vols de nuit se sont déjà déroulés avec succès.

999.jpg

Essais de ravitaillement :

C'est en toute discrétion qu'est arrivé le week-end dernier,  l'avion militaire anglais Vickers VC10 sur le tarmac de l'aéroport de Toulouse. Ce quadri-réacteur aménagé en avion-ravitailleur qui date des années 60 appartient à la Royal Air Force et va permettre à l'Airbus militaire, l'A400M, d'effectuer des essais de ravitaillement en vol.

Ces essais sont réalisés par l’A400M no:1 soit «Grizzli 1» (MSN1) immatriculé F-WWMT.

« Nous effectuerons des essais de ravitaillement mais à sec, sans transfert de carburant » précise Fernando Alonso, président des essais en vol chez Airbus. L'objectif de l'opération est d'effectuer deux à trois vols derrière le VC10 aux commandes de l'A400M afin de vérifier la bonne configuration des lois de pilotage de l'Airbus A400M pendant les phases de ravitaillement. « Toutes les altitudes sont testées, entre 3 000 et 10 000 mètres afin que la perche de ravitaillement de l'A400M s'arrime au panier ravitailleur. En fonction de la météo des tests auront lieu au-dessus de Bordeaux et Saint-Nazaire ou vers Montpellier et Istres » explique éric Isorce, ingénieur en chef des essais en vol pour l'A400M.

Le deuxième avion de test, immatriculé EC-402, est parti au début du mois de février pour des essais de grand froid à Kiruna, dans l’extrême nord de le Suède. L'Airbus A340-300 numéro 1, qu'Airbus poss

ède, avait suivi l'avion de transport européen pour amener les équipes sur place et toute la logistique.

On a appris que l'avion a été exposé à des températures descendant jusqu'à -21°C et a complété avec succès le programme que les équipes avaient mis en place. La campagne s'est surtout concentrée sur le comportement des moteurs dans un environnement de grand froid.

Cette semaine, c'est au tour dd troisième avion de test, F-WWMS, de se rendre en Suède pour y effectuer des tests de même nature.

Big10.jpg

 

 

Photos : 1 A400M & le VC-10 ravitailleur 2 Essais grand froid en Suède 3 L’A400M pourra également évoluer en tant qu’avion ravitailleur @ Airbus Military

26/12/2010

Le 4e A400M a volé !

 

 

00Farnborough07_22_2010_05HR.JPG

 

 

Le programme A400M continue d’avancer. Le quatrième appareil a effectué son vol inaugural un peu avant les Fêtes. Il a décollé de Séville et est resté plus de cinq heures en vol.

 

Le programme d’essais se poursuit :

 

Malgré les nombreux soucis de financement qui ont marqués l’année, le programme d’essais poursuit son chemin normalement. Pour sa première année complète d’essais en vol, le programme A400M a cumulé un millier d’heures de vol en trois cents cycles. Une partie des tests s’est déroulée à Toulouse.


Surnommé « Grizzli » :

Le premier A400M avait réalisé son vol inaugural le 11 décembre 2009 et avait été rejoint par Grizzli 2 et Grizzli 3 en avril et juillet. Un dernier appareil doit participer au programme de vol. L’objectif d’Airbus Military est d’atteindre 3 700 heures de vol et de laisser l’appareil militaire de transport entrer en service d’ici environ deux ans.


Après avoir achevé les essais de charge, des systèmes et la mesure des performances en croisière, l’A400M devrait bientôt compléter le programme d’essais de vibration. En 2011, l’appareil devrait notamment tester les kits de protection pour les opérations sur terrains non préparés.

Airbus Military a également précisé que les turbopropulseurs TP400 d’Europrop International et l’APU fonctionnaient parfaitement.

 

Petit rappel :

Commandé à 180 exemplaires par sept clients de lancement européen en 2003, l’A400M représente le programme d’acquisition de défense le plus ambitieux jamais entrepris en Europe. Les sept pays partenaires initiaux, à savoir l’Allemagne, la Belgique, l’Espagne, la France, le Luxembourg, le Portugal, le Royaume-Uni et la Turquie, ont été par la suite rejoints par la Malaisie et l’Afrique du Sud, qui ont reconnu le potentiel de ce nouvel avion pour leurs propres besoins, portant le nombre d’engagements cumulés à ce jour à 192 exemplaires.


La polyvalence est ce qui caractérise le mieux l’A400M, qui est conçu pour offrir des capacités à la fois tactiques et stratégiques. Cet appareil peut transporter 37 tonnes de charge utile sur au moins 4700 nm (8700 km) de distance. Sa soute est dimensionnée pour accueillir tous les chargements et véhicules répertoriés dans le cahier des charges européens ESR (European Staff Requirement). En outre, l’A400M peut servir à la fois de moyen de transport aérien et de plate-forme de ravitaillement en vol aussi bien pour des avions de chasse rapide que pour des hélicoptères.

L’A400M incarne le premier avion de transport militaire lourd véritablement nouveau depuis ces trente dernières années. Offrant deux fois plus de performances et de capacités d’emport que les avions actuels qu’il remplacera.

 

Photos : A400M @ Airbus Military