07/12/2016

Air Force One, Trump veut faire baisser le prix !

1587860619.jpg

Donald Trump n’est pas encore à la Maison Blanche, mais le futur président semble vouloir prendre les dossiers en main. Pour Donald Trump, le prix du développement du futur avion présidentiel est inacceptable et compte bien diriger les négociations avec Boeing.

Rappel :

Le nouvel avion présidentiel américain a été sélectionné par l’administration Obama. Le choix s’est porté sur la nouvelle génération du Boeing B747-800 « Intercontinental ». Le remplacement de trois aéronefs de type B747-200 présidentiels (VC-25A) stationnés sur la base aérienne d’Andrews AFB est une grande priorité pour l'US Air Force. L’objectif est de pouvoir continuer à disposer de deux avions opérationnels à tout moment pour le transport du président des Etats-Unis, tandis que le troisième est à l’entretien. Selon un rapport de l’US Air Force, ce taux de disponibilité simultanée pourrait tomber à 28% en 2025" contre 60%, si les trois nouveaux appareils n’entrent pas en service d’ici là.

Trop cher :

Très menaçant, Donald Trump a déclaré ce matin via Twitter « Je vais négocier les prix. Les avions sont trop chers et nous allons faire baisser les prix. Et si nous n'obtenons pas une réduction des coûts nous ne les commanderons pas. Nous allons rester avec ce que nous avons » !

Selon l’équipe de la nouvelle administration américaine, le programme d'acquisition du nouvel Air Force One, a grimpé à 4 milliards de dollars.

Selon l’avionneur américain, le coût du programme de remplacement des deux B747-200 actuels serait de 2,87 milliards de dollars. Hors, selon le catalogue de Boeing un B747-800 se négocie à 378 millions de dollars l’appareil.

La forte augmentation des coûts est due aux nombreuses modifications de l’avion. Capacité de ravitaillement en vol, protection contre les missiles, aménagement d’un réseau complet de communications sécurisées qui doit permettre au Président d’assurer la gouvernance en vol. Zone VIP, secteur de repos et salle de conférence et bien d’autres options. En évoquant la somme de 4 milliards, Trump semble parier sur de possibles surcoûts.

Pour Donald Trump, il existe d’une part un risque élevé de surcoût en matière de développement et d’autre part, les fournisseurs auraient la fâcheuse tendance à surfacturer leurs prestations. Pourtant, selon le dernier rapport de Boeing, Le programme n'a pas fait l'objet de retards ou de dépassements de coûts jusqu'à présent. L'USAF n'a accordé que 170 millions de dollars de contrats à Boeing pour effectuer des travaux de réduction des risques précoces.

Si le futur Président semble s’énerver pour rien pour l’instant, il démontre qu’il tient à contrôler les choses. Fait nouveau, c’est la première fois qu’un Président montre de l’intérêt à la maitrise des coûts en ce qui concerne les grands projets de la nation.

Avionneur averti :

On ne sait pas pour l’heure si D.Trump tiendra sa promesse, mais Boeing devra se méfier de la nouvelle administration. En effet, plusieurs projets ont dérivés ces dernières années en matière de surcoûts et de retards (F-22, F-35, KC-46A) et il n’est pas impossible que le nouveau locataire de la Maison Blanche se montre particulièrement intransigeant sur le sujet. A noter, que l’on voit mal une annulation du projet, sans quoi D. Trump devra voyager à l’avenir avec son bon vieux B757 privé !

 

Photo : Futur Air Force One B787-800 @ Boeing

 

 

06/12/2016

Séoul freine l’achat du F-35 !

3245.jpg

Le Parlement sud-coréen a refusé une demande du ministère de la Défense de dépenser 30% supplémentaire pour l'acquisition de Lockheed-Martin F-35 sur le budget prévu de 2017. Mais en contre partie, ce même Parlement a autorisé une dépense plus élevée que prévu pour le programme de modernisation des Lockheed-Martin F-16 et l'achat de missiles air-surface.

Le budget coréen de la défense 2017 prévoit de dépenser la somme de 34,5 milliards de dollars. Dont une importante part pour l’achat de F-35 dont les livraisons sont prévues en 2018-2021. La conséquence de cette décision va ralentir le rythme de livraisons des 40 F-35 prévus, mais va au contraire accélérer la modernisation des pour 134 F-16 au standard « Viper Block 70/75 ». Le Parlement a également ajouté un financement en vue du lancement d’un programme d'acquisition d'aéronefs maritimes susceptible d’être utilisé contre les sous-marins nord-coréens.

Différences de vision :

La décision du Parlement coréen montre un peu plus les différences qui le séparent du ministère de la Défence. La volonté du Parlement semble se diriger vers une modernisation au sens large de l’armée et moins dépendante du programme américain du F-35. Ce même Parlement montre également de nouveaux signes en direction du programme d’avion de combat indigène susceptible, d’entrer en service d’ici 2030. Plus connu sous la désignation de programme KFX-GSC produit par l’avionneur Korea Aerospace Industries (KAI). Dérivé directe du T-50 et du F-35, le KFX-GSX serait un avion multirôle doté d’une avionique nouvelle génération ne nécessitant pas de biplace (comme le F-22, F-35, T-50, Gripen E). L’avion offrirait une capacité de furtivité, mais de manière limitée, car l’ensemble des points de charges seront situés sous les ailes et le fuselage. L’avion serait doté d’un radar actif à balayage électronique (AESA).

 

569552621.jpg

Photos : 1 F-35 sud-coréen @ Lockheed-Martin 2 Projet KFX-GSX @ KAI

 

05/12/2016

Israël prépare l’achat de F-15I !

boieng,force aérienne israélienne,f-15i,eagle,f-35,blog défense,infos aviation,les nouvelles de l'aviation

Israël envisage l'acquisition de Boeing F-15I supplémentaires pour soutenir ses futures exigences de combat. Bien que l'investissement de l'armée de l'air du pays soit actuellement concentré sur l'acquisition de 50 Lockheed Martin F-35. Tel Aviv estime avoir besoin d’augmenter son inventaire en matière de F-15 pour combler le faible nombre de F-35 d'un avion de grève dans son inventaire.

L’Etat Major israélien confirme que les capacités de furtivité du F-35 seront vitales dans une phase initiale d'un conflit, mais que le pays aura besoin d’un nombre plus important de F-15 et surtout d’un appareil capable d’emporter une charge d'armes plus importante que celle du F-35.

F-15D « Eagle »:

La première étape va consister dans le transfert d’un lot de 10 avions de combat Boeing F-15D «  Eagle » (version biplace) à la Force aérienne israélienne. Ces appareils une fois livrés, seront mis au nouveau standard israélien avec l’adaptation du radar Raytheon APG-82 (V) 1 et d’un nouveau système de guerre-électronique.

La modernisation de la flotte de F-15I comprend également l’installation d‘un nouvel ordinateur principal et d’un protocole spécial qui permet de canaliser les anciens systèmes en direction du nouveau système informatique et ceci, en conservant l’architecture actuelle. Cette mise à jour, permettra aux F-15I de rester en service pendant les 20 prochaines années.  De plus, des travaux de structures seront engagés, afin de réduire les risques de fissurations sur les parties mobiles de l’avion.

Concernant la guerre électronique, des améliorations seront engagées en vues de la protection des systèmes. En matière d’armement, l’intégration de système de types JDAM  et JASSM / JSOW sont prévus en priorité. Cette modernisation prévoit également la généralisation de l’intégration du missile Rafale Python 5 sur l’ensemble des versions du F-15 en service en Israël.  Le Python 5 est le dernier né des missiles air-air à courte portée de la famille «Python». Il dispose d'une capacité de tir « au-delà de la portée visuelle » se verrouille sur sa cible après le tir et il dispose d'un nouveau système de guidage électro-optique et infrarouge.

La seconde étape doit permettre d’acquérir un nombre non divulgué de F-15 monoplaces à partir de 2019. Pour l’instant ni l’Etat Hébreu, ni les Etats-Unis n’ont confirmé l’éventuel achat de la version « Silent Eagle » du F-15. Cependant, des discussions sur le sujet sont actuellement engagées.

 

Photo : F-15 israélien @ Amir Shapiro

 

CS300 & Q400 pour Air Tanzania !

original.jpeg

 Bombardier Avions commerciaux a annoncé aujourd’hui que la République-Unie de Tanzanie représentée par la Tanzanian Government Flight Agency (TGFA) a signé des ententes d’achat fermes pour deux biréacteurs de ligne CS300 et un biturbopropulseur Q400. Les avions seront loués et exploités par Air Tanzania (Les Ailes du Kilimandjaro) basée à Dar es Salaam. Aux prix courants des avions CS300 et Q400, la valeur combinée des ententes d’achat est estimée à quelque 200 millions de dollars.

Comme les deux avions turbopropulsés Q400 livrés à la TGFA pour location et exploitation par Air Tanzania en septembre 2016, le troisième avion annoncé aujourd’hui aura une configuration à classe économique exclusive à 76 places et trois toilettes. Les deux avions de ligne CS300 seront livrés en configuration bi-classe avec Internet et divertissements en vol sur réseau sans fil.

« Le marché intérieur  ainsi que le marché régional en Tanzanie deviennent de plus en plus concurrentiels, à un moment où les voyages d’affaires et d’agrément en Afrique orientale augmentent de façon constante », a déclaré M. Leonard Chamuriho, secrétaire permanent du ministère des Travaux publics, des Communications et des Transports de la Tanzanie. « Il est donc vital d’exploiter des avions qui offrent un confort et des commodités de haute qualité aux passagers. Bien entendu, la grande fiabilité, la souplesse opérationnelle, ainsi que l’efficacité carburant et d’excellentes caractéristiques économiques sont également nécessaires. Les avions Q400 et CS300 surpassent tous deux ces attentes. »

Avec l’entente d’achat annoncée aujourd’hui, Bombardier a enregistré des commandes fermes de 566 avions Q400 et 360 avions CSeries.

 

Photo : CS300 & Q400 Air Tanzania @ Bombardier

 

04/12/2016

L’USAF va remplacer ses derniers UH-1N « Huey » !

yourfile.jpg

L'US Air Force a publié un projet de demande de propositions en vue du remplacement des derniers UH-1N « Huey » encore en service. Au total se sont 84 nouveaux hélicoptères qui devront être achetés.

Le programme de modernisation doit venir remplacer notamment les 59 UH-1N « Huey » datant de la guerre du Vietnam qui soutiennent les bases de missiles balistiques intercontinentaux nucléaires dans le Wyoming, le Montana et le Dakota du Nord.

Selon le cahier des charges émis par l'armée de l'air, le nouvel l'hélicoptère de remplacement doit pouvoir transporter au moins neuf soldats équipés et ceci à une vitesse d'au moins 135kt. De plus, le nouvel hélicoptère doit pouvoir disposer d’un rayon d’action de 225 nm (416 km) avec une endurance de 3 heures.

Après avoir examiné initialement un achat à fournisseur unique, soit l’hélicoptériste Sikorsky avec son UH-60M « Black Hawk », l’USAF a annoncé vouloir avancer avec une concurrence ouverte. Avec cette annonce les fabricants suivant se sont déclarés intéressé à concourir, il s’agit : d’Airbus avec l’ UH-72A « Lakotas », Leonardo avec l’AW139 et Bell Helicopter avec son UH-1Y « Venom » et Sikorsky avec UH-60M « Black Hawk ».

L’UH-72A « Lakota » :

2791558120.jpg

L’UH-72A « Lakota » est la version militaire de l’hélicoptère civil H145 d’Airbus Hélicoptères (ex Eurocopter). La dénomination UH (Utility Helicopter) est propre à l’armée américaine. L’EC-145 est, avec la gamme H135/635 la nouvelle génération d’hélicoptères de la gamme légère du constructeur européen. Hélicoptère bimoteur polyvalent, il est utilisé pour une vaste gamme de missions telles que : la sécurité intérieure, la répression des drogues, un soutien logistique et d'évacuation médicale (MEDEVAC). Pour les ambulances et les missions d'évacuation médicale, la cabine peut accueillir deux civières, plus un chef d'équipe (qui est qualifié pour faire fonctionner le treuil et autres matériels d'équipement aéronautique) et d'un accompagnateur médical. L'UH-72A dispose d’un système de communications tactiques de type RT-5000 à large bande. L'hélicoptère est motorisé par deux Turbomeca Arriel 1E2, chacun fournissant 550kW de puissance au décollage et 516kW puissance continue.

L’AW139 :

3114915098.jpg

L’AW139 est devenu l'hélicoptère le plus vendu de sa catégorie pour une variété impressionnante de rôles commerciaux et gouvernementaux qui répondent aux exigences les plus exigeantes à travers le monde. Depuis sa certification en 2003, l'AW139 a été constamment amélioré pour atteindre des niveaux toujours croissants de performance, la sécurité, l’efficacité de la mission et la capacité de répondre aux dernières exigences très difficiles des clients actuels et futurs. Le seul hélicoptère de nouvelle génération dans sa catégorie de poids, l'AW139 établit de nouvelles normes de performances dans sa catégorie, avec la plus grande cabine de sa catégorie, une vitesse de croisière maximale de 165 noeuds (306 kilomètres par heure) et une portée maximale au-delà de 570nm (1060 km) avec carburant auxiliaire. Les AW139 sont dotés d’une motorisation de type Pratt & Whitney Canada PT6C-67C. Le poste de pilotage intégré et avancé doté d’une avionique de dernière génération minimise la charge du pilote permettant à l'équipage de se concentrer sur les objectifs de mission. 500 appareils sont déjà en service dans des nombreux  rôles y compris EMS/SAR/VIP/ transport corporate, application de la loi et de transport militaire. Près de 170 clients de plus de 50 pays ont commandé plus de 640 hélicoptères AW139 jusqu'ici.

Bell UH-1Y « Venom » :

1203688598.JPG

Le Bell UH-1Y « Venom » est destiné à remplacer le bon vieux Bell UH-1 « Iroquois » dans le corps des Marines. La principale amélioration est l'installation d'un rotor quadripale au lieu du bipale de son prédécesseur. En fibres composites, il est conçu pour résister à plusieurs impacts directs par des armes de calibres allant jusqu'à 23 mm. L'appareil présente aussi des turbines et une transmission améliorée, une avionique et une électronique modernisées, grâce à l'ajout d'écrans LCD multifonctions. L’UH-1Y a une charge utile augmentée de 125 % par rapport à l'Iroquois, un rayon d'action augmenté de 50 % , une plus grande vitesse de croisière ainsi qu'une réduction des vibrations de la structure, améliorant la stabilité de l'appareil. Cet aéronef est équipé d'un capteur infrarouge de 3e génération de type (FLIR).

Le Sikorsky UH-60 « Black-Hawk » :

2961868939.jpg

Le « Black-Hawk » est un hélicoptère utilitaire moyen développé pour l’armée américaine. Conçu par Sikorsky pour remplacer le célèbre UH-1, cet hélicoptère effectua son premier vol en 1974 et fut admis au service actif en 1979. Malgré son coût élevé, le « Black-Hawk » est un hélicoptère tactique très apprécié et qui possède d'excellentes qualités de vol et une bonne maniabilité. L’UH-60se décline en près de 17 versions spécialisées.

Sikorsky UH-60M «Black-Hawk» dispose de la motorisation de type General-Electric T-700-701D,  montés au dessus de la cabine. Cette dernière est conçue pour amortir au mieux, les chocs en cas de crash, il dispose de deux larges portes coulissantes assez large pour accueillir jusqu’à 20 personnes. La survie est améliorée par une résistance accrue aux impacts de balles et de canons, grâce à différents blindages et une redondance des systèmes.

Photos : 1 Bell Uh-1N « Huey » @ USAF 2 UH-72 « Lakota »@ Airbus 3 AW139 @ Leonardo 4 Bell UH-1Y « Venom »@ Bell 5 UH-60M @ Sikorsky