23/03/2011

Fukushima : ralentissement du secteur aérien Asie-Pacifique !

 

1883175.jpg

La catastrophe nucléaire de Fukushima-Dai-ichi va provoquer un "ralentissement majeur" pour le transport aérien qui ne se remettra pas avant le second semestre de l’année. Bien qu’il soit trop tôt pour chiffrer l’impact réel.

Selon les premières estimations  de l’IATA, le marché japonais du transport aérien est évalué à 44,4 milliards EUR et représente 6,5% du trafic mondial et 10% du chiffre d'affaires du secteur. Le marché le plus exposé à la catastrophe japonaise est la Chine, où les vols depuis ou vers le Japon représentent 23% du chiffre d'affaires dans les liaisons internationales.
Viennent ensuite Taiwan et la Corée du Sud avec 20% du chiffre d'affaires, devant la Thailande (15%) et les États-Unis (12%).
La France est le marché européen le plus exposé avec 7% de son revenu international lié à la troisième économie mondiale, devant l'Allemagne (6%).

Par ailleurs, le Japon assure 3 à 4% de la production mondiale de kérozène, dont une partie est exportée vers l'Asie. Hors, une partie des installations ayant été touchées, la diminution de l’approvisionnement pourrait renchérir les prix. Certaines compagnies aérienne à l’instar de d’Air Canada ré-évaluent leur croissance à la baisse de l’ordre de 1%, passant de 4,5 à  5,5%. Ces même prix étant déjà  sous pression avec la crise libyenne du moment.

 

 

 

9c268360e1[1].jpg

Les autres secteurs du trafic aérien se portent bien :

Les fuites radioactives s'échappant de la centrale n’affectent pas pour l’instant les couches supérieures de l'atmosphère et n'entraînent donc pas de danger pour le transport aérien. Seules les couches  très  basses de l’atmosphère et de manières limitées ont été atteintes (sources l'Organisation Météorologique Mondiale. En conséquence de quoi, les autres secteurs du trafic aérien continuent de se développer normalement.

 

Accélération du renouvellement des flottes :

 

La poussée des prix sur le kérosène qui s'accélèrent avec les deux crises du moment ont pour premiers  résultats une sensible accélération du retrait des avions les plus gourmands. On avait déjà noté une poussée des commandes des compagnies aériennes afin de disposer d'avions de dernières générations. Pour exemple, la compagnie américaine Delta annonce  qu'elle allait retirer 120 avions, choisis parmi ceux les moins efficaces du point de vue de la consommation, du service au cours des 18 prochains mois. Nul doute, que d'autres lui emboîteront le pas !

 

 

070403d_lg.jpg

 

 

 

Photos :  1 B777 ANA @WT 2 A330-300 Cathay Pacific@  3 Airbus B787 JAL @ Boeing

 

22/03/2011

Libye :les moyens aériens de la coalition !

 

premiers-engagements-de-l-aviation-francaise.jpg

Le coup d’envoi samedi passé en fin de matinée de l’opération « Odyssey Dawn »
à d’ores est déjà réussi la mise en place de la zone d’exclusion « No-Fly-Zone (NFZ) » votée par l’ONU au-dessus du territoire libyen. La résistance de l’aviation libyenne a été totalement nulle, les rares chasseurs encore en états de voler n’ont jamais reçu l’ordre de décoller suite à la paralysie des moyens de détections et communications provoquées par les contres- mesures électronique de la coalition.

Pour l’instant la défense contre avion (DCA) offre une certaine résistance bien que la grande majorité des moyens lourds fussent déjà neutralisés (voir article en lien).


Samedi :
La France a donné le « coup d’envoi » des opérations avec des Rafale B/C ont ainsi mené, depuis la base de Saint-Dizier, des missions de reconnaissance à l'aide de la nacelle Reco-NG ainsi que des frappes sur des objectifs terrestres libyens, aux côtés de deux Mirage 2000D. Deux Mirage 2000-5F déployés depuis Dijon étaient assignés à des missions de supériorité aérienne au-dessus du territoire. Au total, six avions-ravitailleurs français ont soutenu le dispositif, ainsi qu'un E-3F Awacs et ceci durant 135 heures de vol dont 90 pour le dispositif de combat. Côté américain, l'engagement de forces a débuté par le lancement de 110 missiles Tomahawk depuis des bâtiments de surface de l'US Navy ; ceux-ci ont frappé plus d'une vingtaine de sites de défense sol-air SA-6 et SA-8

somi11_m2000d_12.jpg



Dimanche :
Une quinzaine d'aéronefs, dont six Rafale et quatre Mirage 2000D ont été engagé trois bombardiers B-2A déployés depuis leur base américaine de Whiteman ont également frappé l'aérodrome de Ghardabiya. Des F-15E et F-16CJ déployés depuis l'Italie ont aussi frappé des véhicules blindés. De plus des Tornado GR4 britannique ont œuvré avec des tirs de missiles Storm Shadows. L Angleterre a déployé plusieurs Eurofighter et Tornado sur la base aérienne de Sigonella.

 

00984161-3c8e31915e79570f732e3d7c51496a64.jpg



Les moyens déployés :

France :
Au total, 20 appareils étaient en permanence opérationnelle au-dessus de la Libye samedi et 15 dimanche : Rafale, Mirage 2000D et -5, E-3F Sentry (AWACS) et ravitailleurs (C-135 FR) .
Le porte-avions Charles De Gaulle actuellment en route pour les eaux libyennes compte 26 aéronefs : 10 hélicoptères embarqués sur les frégates et le porte-avions dont deux Caracal et un Puma de l’armée de l’Air ; le groupe aérien embarqué (GAé) sur le porte-avions qui compte huit Rafale Marine de la flottille 12 F, 6 Super-Etendard modernisés de la 17 F et 2 E-2C Hawkeye de la 4F.

Les avions sont armés selon leur mission avec des GBU, GBL, Mica, AASM (Armement air sol modulable) et de pod Reco NG pour la désignation de cibles et la reconnaissance.

Les bases françaises de Saint-Dizier, Dijon, Solenzara, Nancy et Istres sont mobilisées.

somi11_tornado-gr4_06.jpg


Etats-Unis :
L’US Air Force et l’US Navy ont apporté des ravitailleurs, des F-15E, des F-16C/D, des AV-8B Harriers II, des F-18 C/D Hornet & E/F Super Hornet la guerre électronique est menée pour la première fois par des E/A-18G « Growler » et des anciens EA6-B « Prowler », des bombardiers furtifs B-2 , des AWACS, et au moins 4 P-3 Orion (pour la patrouille maritime).

Un drone Global Hawk est engagé depuis la base de Sigonella en Italie.

Les appareils américains sont basés en Italie sur les bases d’Aviano, Sigonella et Naples, en Espagne à Rota et en Grèce à Souda Bay..

Royaume-Uni :
La Grande-Bretagne a déployé un nombre non divulgué de Panavia Tornado GR4 pour l’attaque au sol, avec des ravitailleurs Vickers VC-10 et Tristar, des Eurofighter Typhoon et des AWACS E-3D Sentry.

 

800px-CF-188A_BANKING.jpg



Espagne :

4 F-18 A/B Hornet et 1 ravitailleur ont rejoint les forces de la coalition en Italie.

Danemark et Norvège :
Les deux pays ont déployé chacun 6 F-16, qui sont basés en Italie.

Canada :
Le Canada a envoyé 6 CF-18 C/D Hornet plus un en réserve. Ils sont déployés en Italie.

Qatar :
Le Qatar doit déployer 4 Mirage 2000-5 en coordination avec l’armée de l’air française.

Italie :
Le pays s’apprête à déployer 8 appareils dont.3 Tornado.

Belgique :
La Belgique a envoyé 6 F-16 C/D et 2 C-130 pour le transport et soutien des personnels.

Grèce :
4 F-16 C/D grecs sont mis à disposition de la coalition.

usf18-b3062f82f59017c9cd4d133ed72299cd.JPG

 

 

Lien :

http://psk.blog.24heures.ch/archive/2011/03/19/les-moyens...

Photos : 1 Rafale 2 Mirage 2000D @ Sirpa Air 3 Eurofighter anglais 4 Tornado GR4 @ RAF 5 CF-18 Hornet Canada @ RCAF 6 F/A-18 Hornet US Navy @ USN

21/03/2011

Premier vol pour le B747-800 « Intercontinental » !

K65201-01_med.jpg

 

 

SEATTLE le 20 Mars, Boeing a effectué le premier vol de son  B747-800 « Intercontinental » avec succès ! L’avion a décollé de l’aéroport de Paine Field à Everett, dans l’Etat de Washington, devant plusieurs milliers de salariés, clients, fournisseurs et dirigeants.

 

Ce nouveau B747-800 passagers avec aux commandes le pilote en chef Mark Feuerstein et le capitaine Paul Stemer a décollé à  09H59 et a atterri à 14H24 heure locale, ce vol a été le premier de plus de 600 heures de vol dans le programme de test pour le nouveau B747-800 «  Intercontinental ». L'avion a atteint une altitude de croisière de 19.000 pieds (5.791 mètres), et une vitesse maximale de 250 nœuds, soit environ 288 miles par heure (463 kilomètres). L'avion a atterri quatre heures et 25 minutes plus tard à Boeing Field à Seattle. Ce premier vol du B747-800 marque le début d'un programme d'essais en vol qui se terminera au quatrième trimestre.

 

image-194338-galleryV9-vmai.jpg

 


Le B747-800 « Intercontinental » aura le plus bas coûts au siège-miles des avions commerciaux de grandes tailles. L'avion permet une économie de carburant de 16 % de mieux et génère une empreinte sonore de 30 % plus basse que le B747-400.

 

 

B747-800 dispose des  caractéristiques intérieures de type SkyInterior du B787 « Dreamliner » qui inclut un plus grand sentiment d'espace et de confort, tout en ajoutant plus d'espace pour les effets personnels.


La première livraison du B747-800 « Intercontinental »  est prévue pour le quatrième trimestre. Les premiers clients sont Lufthansa, Korean Air et Air China.

 

K65204-01_med.jpg

 

Photos : B747-800 « Intercontinental » lors du premier vol @ Boeing



19/03/2011

Les moyens aériens du dictateur Kadhafi :

 

 

Figuur1.jpg

 

 

 

A quelques heures de l’intervention internationale sur la Libye, je vous propose un petit récapitulatif des moyens aériens dont disposent  encore les Forces loyales à l’autoproclamé colonel Kadhafi !

Les moyens encore actifs :

Les forces des Nations Unies commençaient à s’organiser hier en vue d’imposer la No-Fly-Zone (NFZ) au dessus du territoire Libye. En parallèle, quels sont les moyens susceptibles de poser problème à celle-ci ! L’aviation libyenne est normalement composée officiellement de 23 000 hommes, dont une flotte particulièrement vieillissante, tant du point de vue des aéronefs que des systèmes de DCA (Défense Contre Avions) et des divers senseurs radars !

La grande majorité des appareils libyens sont d’origines soviétiques et datent des années 60/70 ainsi qu’une flotte de Mirage F1 livrée dans les années 70.

 

Dassault Mirage F1 :

La France a livré dans les années septante 32 appareils en deux versions AD & ED. Il semblerait qu’un certains nombres auraient été vendu à des pays soumis à des embargos. Une douzaine d’appareils auraient dû être modernisés en 2008 par Dassault, cependant seul 4 appareils auraient  été livré !

Deux ont fait défection à Malte au début de la crise.

Mig-23 Flogger :

Appareil entré en service en 1970, il représente certainement la menace la plus sérieuse en provenance de l’aviation libyenne. Cependant, la plupart de ces appareils ne seraient plus en état de voler, bien que leur nombre soit estimé entre 50 et 70 chasseurs

Mig-21 Fishbed :

La Libye disposerait d’une quarantaine de ces appareils dont la moitié n’ont jamais été modernisé et sont de fait au standard des avions de combat des années 60. Si une partie d’entre eux a pu subir une modernisation par la Russie, il ne représente pas une menace particulière.

Mig-25 Foxbat :

L’intercepteur qui pourrait poser le plus le problème à la coalition, sauf qu’il semble que ceux-ci ne soient plus en état de vol depuis une dizaine d’années !

Su-24 Fencer :

Redoutable avion d’attaque au sol, la Libye en a acheté 15. Il est vraisemblable qu’ils n’aient jamais été modernisés et leur entretien n’a pu avoir un suivit efficient du fait des divers embargos.

Libyan_Su-22M-3K.jpg

 

Su-22 Fitter :

La Libye disposerait d’un soixantaine des ces avions d’attaque au sol des années 60, là encore, pas de modernisation et des doutes subsistes quant à leur maintenance.

Mi-24 Hind :

La Libye dispose de 37 hélicoptères de combat lourd MI-24 dont une dizaine sont inutilisables.

MI-8 Hip:

Hélicoptère de transport et d’appuis, la Libye en disposerait d’une trentaine.

 

Les défenses anti-aérienne :

 

syaaf_sa-6_01.jpg

 

 

SA-6 Gainful :

Ce système soviétique dont les missiles ont une portées  allant de 4 à 24km, et pouvant atteindre des cibles évoluant jusqu’à 14 000 m. Se sera probablement le système de défense que la coalition visera en premier !

SA-2 Guideline :

SA-2 date de la fin des années 50,  à guidage radar 30 à 40 km de portée, sur site fixe.

SA-8 Gecko :

Système missiles avec radar  monté sur véhicules très mobile avec une portée portée effective entre 2 et 9 km, pour un plafond maximum de 5000m.

sa-8-image2.jpg

 

 

SA-7 :

Ce missile anti-aérien tiré depuis l’épaule  (MANPAD)  il représente une menace importante à basse et très basse altitude. Cependant, il est relativement ancien et ne dispose pas de détecteur de masse lui permettant de différencier sa cible d’un leurre thermique.

 

Zsu-23 :

Système canons quatri-tubes monté sur char, dont certain dispose d’une conduite de tir radarisée, la Libye semble surtout disposer de la version classique sans radar de tir !

 

En clair :

Il est très difficile d’évaluer le nombre exact des divers systèmes encore actifs dans l’armée libyenne encore loyale à Kadhafi ni de connaître l’exactitude fonctionnel en matière d’entretien. Beaucoup des ces systèmes ne sont certainement plus en état de marche, de plus un certains nombres de soldats spécialistes ont fait défection. En face par contre, on va retrouver des appareils de dernière génération comme des Eurofighter, F/A-18 Hornet & Super Hornet, Rafale  ainsi que des appareils un peu plus anciens, mais des années 80 modernisés comme : les Mirage 2000, F-16, Tornado.

Photos : 1 Mig-25 2 SU-22 3 SA-6 4 SA-8

 

14:35 Écrit par Pascal dans aviation | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : force aérienne libyenne, mig, sukhoi |  Facebook | |

18/03/2011

Décollage de l’A330 MRTT Saoudien !

mrtt-rsaf.jpg

 

Le premier des six avions-ravitailleurs A330 MRTT (Multi Role Tanker Transport) commandés par la Force aérienne saoudienne (RSAF) a fait son vol inaugural depuis l'aérodrome espagnol de Getafe, annonce le constructeur Airbus Military. D'après l'équipe d'essais, ce vol inaugural de 4 heures et 15 minutes s'est déroulé de manière nominale, les systèmes de l'avion et ses réacteurs CF6 s'étant comportés conformément aux prévisions.

Selon l'avionneur, un deuxième MRTT saoudien est actuellement en cours de conversion et devrait être rejoint par un troisième exemplaire courant 2011. Les six appareils commandés par l'Arabie Saoudite devraient venir remplacer les huit ravitailleurs KE-3A (sur une plate-forme de Boeing 707) actuellement exploités par la RSAF.

Sixième A330 MRTT à prendre l'air, la première cellule saoudienne vient rejoindre trois avions destinés à la force aérienne australienne (en attente de livraison au client) et deux à la Royal Air Force. L'avion a également été commandé par les Emirats Arabes Unis (trois appareils fermes, avec discussions pour trois cellules supplémentaires) et bénéficie à ce jour d'un carnet de commandes de 28 unités.

 

Rappel :

 

L’A330-200 MRTT est le gros-porteur biréacteur de la famille Airbus à commandes électriques. Compte tenu de l'énorme capacité de carburant de l'A330-200 en version standard, le ravitailleur multirôle n’a pas besoin de réservoirs supplémentaires pour offrir des performances de ravitaillement en vol.  Sa soute cargo reste donc entièrement disponible pour tout type de chargement et offre une grande flexibilité dans le transport de fret, de passagers, l’évacuation sanitaire, le transport de troupes et pour d’autres missions.

L'A330 MRTT est proposé avec plusieurs systèmes de ravitaillement en vol associant nacelles sous voilure et/ou unité de ravitaillement par tuyau et panier ('hose and drogue') installée dans le fuselage et/ou le système avancé de ravitaillement par perche ARBS conçu par EADS CASA. La perche caudale de ravitaillement télescopique est entièrement contrôlée par des commandes électriques et assistée par ordinateur. La console de l’opérateur de ravitaillement dotée d’écrans couleur LCD de haute définition et grand format est située dans le cockpit et accueille également le système de planification de mission.

L’A330 MRTT affiche un capacité totale de 111 tonnes, une plage de vitesse de 180-325 KIAS et une capacité de ravitailler de 0 à - 35 000 pieds d’altitude.

 

1044903113.jpg

 

Photos : 1 A330 MRTT Saoudien 2 A330 MRTT ravitaillant un F-16 @ Airbus Military