11/08/2017

Le Nigéria va pouvoir acheter des A-29 « Super Tucano » !

Super_Tucano_at_URUBRA_I_exercise.jpg

Le Nigéria va pouvoir acheter 12 Embraer A-29 « Super Tucano » via le système américain de vente de matériel militaire (FMS). La vente a été approuvée par le Congrès des États-Unis la semaine dernière pour un montant de 593 millions de dollars, y compris les armes, la formation, les pièces de rechange, le soutien.

Le Pentagone a mis le « Super Tucano » à la disposition des forces aériennes étrangères via le programme Light Air Support (LAS). L'Afghanistan et le Liban ont pris livraison de 20 et respectivement 6 « Super Tucano ». Les avions sont assemblés et complété à Jacksonville, en Floride au sein de la nouvelle usine d’Embraer.

Les A-29 « Super Tucano » vont appuyer les opérations militaires nigérianes contre les organisations terroristes de Boko Haram et l’ISIS enAfrique de l'Ouest et permettront également de renforcer les efforts nigérians pour lutter contre le trafic illicite dans le pays et dans le golfe de Guinée.

Embraer A-19 « Super Tucano » :

Le « Super Tucano » A-29 est doté d’un turbopropulseur Pratt & Whitney Canada PT6A-68C deux fois plus puissant que celui du Tucano de base et dispose d’une hélice Hartzell à cinq pales. Son fuselage est également plus long et deux mitrailleuses de 12,7mm Herstal M3P sont incorporées dans des ailes, dotées d’un nouveau profil. Effectuant fréquemment des missions à basse altitude et donc exposé à des tirs terrestres, l’habitacle du « Super Tucano » est protégé par un blindage en Kevlar. Un train d’atterrissage renforcé permet d’utiliser des pistes sommairement aménagées. L’appareil possède 5 points d’accrochage, dont un sous le fuselage, permettant d’emporter jusqu’à 1’500 kg d’armement selon diverses combinaisons. Ainsi, un canon de 20 mm peut être installé sous le fuselage, auquel s’ajoute, soit des bombes en chute libre ou guidées, des roquettes ou des missiles de types : AIM-9 Sidewinder, des MAA-1 Piranha ou des Python 3/4. Des réservoirs extérieurs de carburant peuvent également être utilisés pour augmenter l’autonomie de l’appareil. 

 

embraera29supertucanofab_embraer.jpg

Photos : A-29 Super Tucano@ Embraer

10/08/2017

L’Inde prévoit d’acheter 108 Sukhoi T-50 !

396231023.jpg

New Dehli, l'Inde vient de faire un pas en avant dans l’acquisition du Sukhoi T-50 (PAK-FA). En effet, une commission interne du ministère de la Défense a recommandé l'achat de l'avion du T-50 via le plan initial de co-production avec la Russie.

Le comité interne, dirigé par le maréchal de l'armée de l'air indienne à la retraite, Simhakutty Varthaman, après avoir étudié les paramètres techniques, a recommandé à l'Inde d'acquérir le Sukhoi T-50 indo-russe", a déclaré le responsable du MoD. L’Inde prévoit d’engager plus de 5 milliards de dollars en faveur du développement conjoint du PAK-FA. Le rapport confirme également les bases de

l’accord de développement préliminaire qui avait été signé en 2010 entre la United Aircraft Corporation Russe et Hindustan Aeronautics Limited de l'Inde.

Par ailleurs, l’Inde prépare un ordre ferme de 108 avions de combat Sukhoi T-50 qui sera remis lors de l’acceptation de la version finale de l'accord en cours de préparation", a déclaré un responsable de l'Indian Air Force (IAF).

brigohrwt339kbnpg57b.jpg

 

Dernier préparatifs :

L'Inde et la Russie n'ont pas encore finalisé la part de travail pour la production et le transfert de technologie. Actuellement le Ministère indien de la Défense travaille avec la Russie au partage du travail et du transfert de technologie, alors que l'IAF est impliqué dans la finalisation des besoins opérationnels et du nombre de combattants, a déclaré Daljit Singh, ancien maréchal et analyste de la défense.

 

4194532665.JPG

Photos : 1 Le Sukhoi T-50 @ Sergei 2 En vol @ Sukhoi

 

 

SWISS inaugure le CS100 sur London City !

4053713942.jpg

La compagnie SWISS a effectué sa première liaison avec son nouveau Bombardier CS100 de Zürich à London City. Le CS100 s’est parfaitement intégré sur courte piste et sur une approche à forte pente.

Ces caractéristiques permettent aux sociétés aériennes de desservir de nouveaux marchés depuis l’aéroport London City et d’autres aéroports difficiles.

L’un des traits distinctifs de l’avion C Series est sa conception en vue d’une utilisation dans les conditions difficiles que présentent les aéroports situés au centre de grandes villes. Grâce à de remarquables percées technologiques, l’avion C Series est nettement plus écologique et plus adapté aux centres urbains que tout autre appareil, il se démarque en effet par ses très faibles niveaux de bruit et d’émissions. Il offre aussi une option plus économique et mieux adaptée aux besoins des passagers que les autres avions de sa catégorie », explique Rob Dewar, vice-président, Programme d’avions C Series, Bombardier Avions commerciaux.

« Dans le cadre de notre plan de modernisation de la flotte, nous remplaçons graduellement les avions Avro par le C Series et aujourd’hui, nous sommes la première compagnie aérienne au monde à débuter l’opération de notre appareil CS100 de Zurich vers London City. Nous sommes heureux d’offrir à nos clients les avantages qu’offre le C Series, tel que plus de confort sur cette route importante », a affirmé Peter Koch, chef de flotte pour le programme C Series, SWISS.

À partir de maintenant, SWISS opèrera régulièrement des vols de l’avion CS100 vers London City en provenance de Zurich, sa plaque tournante principale, ainsi qu’en provenance de Genève, dès l’été 2018.

Le C Series est maintenant le plus gros avion de transport de passagers à être exploit à l’aéroport London City, et c’est aussi celui qui a le plus grand rayon d’action. Un avion CS100 à une classe peut parcourir 2 200 milles marins (4 074 km) depuis l’aéroport London City. L’avion de ligne CS100 est le seul avion commercial capable de se rendre de l’aéroport London City à New York sans escale, en configuration classe affaires.

615868795.6.jpeg

Photos : Bombardier CS100 SWISS@ SWISS

09/08/2017

En désespoir, la Thaïlande va prolonger 14 F-5 !

399567_409122822458951_914470721_n.jpg

Bangkok, le gouvernement thaïlandais a dégagé un projet visant prolonger 14 avions de combat Northrop F-5E « Tiger II » de Royal Thai Air Force (RTAF) pour un montant estimé à 96 millions de dollars américains, faute de mieux.

Selon le programme la mise à niveau devrait être effectuée par Thai Aviation Industries (TAI), une société appartenant à l'État, et comprendra l'acquisition de systèmes acquis auprès d'entreprises israéliennes telles que Rafael Advanced Defense Systems et Elbit Systems. Ce projet qui concerne 14 avions se décline de la manière suivante : 4 appareils seront complètement modernisés, tandis que les 10 autres seront soumis à des travaux de modernisation axés sur le remplacement du système radar de l'avion non encore modernisé.

Modernisation des F-5 en Thaïlande :

La Thaïlande possède une flotte de 32 avions de combat Northrop F-5 E/F « Tiger II » acquis à la fin des années 1970. En 1988, une première mise à jour à conduit l’installation d’un nouveau HUD/WAC (Head-Up Display / Weapon Aiming Computer) GEC Marconi,  système de sonde AN/ALE-40 et un système d’alerte radar  AN/ALR-46 RWR (Radar Warning Receiver).

En 2002, une seconde mise à jour est confiée à la société israélienne Elbit qui un système de viseur de casque DASH II et un écran MFD (affichage multifonction) ainsi que des commandes de type : HOTAS (Hands On Throttle-and-Stick). En matière d’armement le sF-5 thaïlandais ont reçu le missile israélien  Rafael Python-3.

En 2015, la troisième mise à ne concernait que 15 appareils devant permettre de patienter avant l’arrivée des premiers Saab Gripen C/D et la modernisation de la flotte de F-16. Les appareils subirent une remise à niveau structurelle et l’installation du radar  Elta EL / M-2032 israélien des missiles air-air Python-5 et Derby. Le viseur de casque  DASH a été porté au standard  IV.

Une amélioration qui ne satisfait pas :

Cette nouvelle amélioration doit permettre à la RTAF de tenir en attendant mieux. D’une part ces 14 appareils vont venir remplacer 4 appareils qui sont  hors service et permettre de soulager la dotation en F-5 améliorés qui doit encore tenir bon jusqu’à la commande des troisième et quatrième tranches de JAS-39 Gripen C/D qui se font attendre faute de moyens financiers. Rappelons que la demande pour une troisième tranche avait été transmise par la RTAF au gouvernement Thaï en 2015 déjà, et devait être budgétisée l’année suivante.

Pour la RTAF, cette solution « low cost » n’est qu’un emplâtre sur une jambe de bois, car bien que modernisés, les F-5 ne font plus le poids, vis-à-vis des nouveaux avions de combat, dont s’équipe par exemple la Chine.

Photo : F-5 RTAF @ Somjorn Pawanathee

08/08/2017

Nouveau cursus de formation aux Forces aériennes !

d7f8d599c4901dc79e81db8cdbc0ecf6.jpg

Les Forces aériennes augmentent l’attractivité de la formation des pilotes. En réduisant la durée du cursus habituel, elles permettent aux pilotes d’être plus rapidement opérationnels. De plus, le volet académique de l’instruction est individualisé et reporté à une date ultérieure. La nouvelle formule est entrée en vigueur en cet été.

La formation de pilote militaire de carrière est longue et exigeante. Le développement de l’instruction des pilotes des Forces aériennes, introduit dans le courant de l’été 2017, occasionnera quelques changements : l’instruction des pilotes sera écourtée et réorganisée, et les études obligatoires à la Zürcher Hochschule für Angewandte Wissenschaften seront supprimées. Ainsi, la formation deviendra plus attrayante pour favoriser davantage encore la relève.

02-pilatus-pc21-pilatus.jpg

De nouvelles conditions-cadres permettent aux Forces aériennes suisses d’adapter la formation de leurs pilotes. Tout d’abord, la formation des officiers et le processus de sélection sont maintenus dans leur forme actuelle. Ensuite, après avoir réussi la sélection aéronautique, les candidates et les candidats suivent une instruction de base aéronautique militaire de six mois sur PC-7, notamment pour décider de la spécialisation sur jet ou sur hélicoptère.

Viennent ensuite une formation de pilote de ligne d’une durée d’une année (frozen ATPL) dans une école d’aviation civile, puis un stage de perfectionnement aéronautique de deux ans sur PC-7, PC-21 et F/A-18 pour les futurs pilotes de jet, et sur EC-635 pour les pilotes d’hélicoptère. Après l’obtention du brevet, les pilotes sont incorporés dans les escadrilles d’aviation et accomplissent ultérieurement des formations académiques individualisées dans le cadre d’une planification de carrière.

image.keyvisual_airforcepilot.jpg

D’un côté, l’instruction est plus attrayante, et de l’autre, les candidats font leurs premières expériences aéronautiques sur PC-7 au sein des Forces aériennes avant de se lancer dans la formation à l’aviation civile, ce qui est un atout pour toute la formation. » En outre, avec le développement de l’instruction des pilotes des Forces aériennes, la phase d’études aéronautiques à la ZHAW, obligatoire par le passé, est supprimée. A l’avenir, chaque pilote breveté bénéficiera d’une planification de carrière individuelle. Pour certains, cela inclura des études de bachelor ou de master, définies en fonction de leurs aptitudes et aspirations personnelles ainsi que des besoins des Forces aériennes.

Le premier cycle de la nouvelle instruction débutera avec l’instruction aéronautique militaire en automne 2017. (Sources DDPS).

1257235910.jpeg

Photos : 1 PC-21 et F/A-18D @ DDPS 2 formation sur PC-21@PIlatus 3 EC635 @ Milan Rohrer