23/06/2010

Rafale pour la Suisse, le programme de Dassault

 

 

rafa1.JPG

 

 

Troisième est dernier volet sur le sujet, je vous présente ici l’offre de Dassault concernant l’avion Rafale pour notre pays. Après les dernières informations sur l’offre du Gripen puis de l’Eurofighter, le tout agrémenté des régulières mises à jour sur le sujet politique il ne manquait plus que cet ultime opus. Retrouvez également en bas de sujet les différents liens triés sur ce copieux feuilleton.

Le partenariat industriel :

Les industriels du consortium Rafale International – constitué des sociétés Dassault Aviation, Snecma ( Groupe Safran ) et Thales –, MBDA et leurs sous-traitants sont en mesure de proposer à la Suisse une coopération industrielle et scientifique au bénéfice de l’ensemble de ses cantons.  Cette offre touche l’ensemble de la gamme des fournisseurs soit : le secteur militaire avec le RAFALE, mais aussi le secteur civil qui comprend : les programmes d’avions d’affaires Falcon, les moteurs civil de type CFM56 ainsi que l’avionique pour avions et hélicoptères.

Certains éléments du Rafale sont déjà produits en Suisse (vitre cockpit, réservoir de carburant additionnel et plus récemment des éléments du radar Thales RBE2).

L’offre prévoit la sous-traitance de nombreux éléments structuraux, l’assemblage final et la maintenance  en Suisse pour l’ensemble du programme Rafale ainsi que la recherche et le développement. La fabrication de l’armement (missiles MICA ) est également proposée ainsi que le développement du viseur de casque GERFAUT, sont également concernés les systèmes tel le système  d’auto-protection SPECTRA ainsi que l’OSF.

La France garantit à la Suisse un accès  à toutes les technologies mises en œuvre dans cet avion y compris les outils de développement, les codes sources et ainsi qu’aux données les plus sensibles.

40.jpg

 

 

Optimisation pour la Suisse :

Selon Dassault le Rafale est l’avion qui convient le mieux à notre pays, car en tant que voisin la collaboration à la fois militaire et industriel en sont  favorisées. De plus, la version la plus récente (F3+) testée en Suisse a répondu à 95% au cahier des charges et offres les possibilités suivantes :

  • capacité de vol en mode « Supercruise».
  • Courte distance de décollage.
  • Rayon d’action et capacité de vol prolongé permettant de longues missions de surveillance.
  • Rapide mise en oeuvre notamment par de soldats de milice.
  • Facilité d’intégration sur les ouvrages déjà construits.

Système multisenseurs proposé :

La version du Rafale proposée à notre pays est la plus récente disponible soit le standard F3+ (parfois identifié F4) cette version n’est pas encore en service, mais a été commandée par l’Armée de l’air et la Marine fin décembre 2009 à 60 exemplaires. L’appareil dispose :

  • Radar Thales AESA RBE-2AA .
  • Système d’autopotection SPECTRA.
  • D’un OSF (Optique Secteur Frontal) nouvelle génération.
  • D’une liaison 16 (Link16) de dernière génération (MIDS).
  • Système de fusion des données NCW (Net Centric Warfare).

En matière de propulsion et en fonction des possibilités, il n’est pas exclut qu’une  version plus puissante du SNECMA M-88 soit disponible (a confirmer).

Coopération militaires pour l’entraînement :

La Suisse s’entraîne déjà régulièrement avec l’armée de l’Air française (ravitaillement en vol et exercice EPERVIER) dans le cas de l’acquisition du Rafale par notre pays, nos pilotes disposeraient également des simulateurs de vol ainsi que de plusieurs secteurs d’entraînement en territoire français. De plus, la base aérienne 113 de Saint-Dizier serait ouverte pour nos pilotes.

Commentaires :

Bien que n’étant pas favoris au début des essais, la version F3+ a su démontrer ses excellentes capacités et répondre de manière exemplaire au cahier des charges. De plus, les gens de Dassault ont su mener une remarquable campagne tant sur le plan technique que relationnel. Le Rafale dispose aujourd’hui de nombreux atouts qui pourraient très bien le faire remporter le marché Helvétique !

41.jpg


 

Retrouvez les différents liens :

Liens offres Gripen & Eurofighter :

http://psk.blog.24heures.ch/archive/2010/01/25/gripen-pou...

http://psk.blog.24heures.ch/archive/2010/03/23/eurofighte...

Liens sur le sujet politique & industriel :

http://psk.blog.24heures.ch/archive/2010/06/06/avions-de-...

http://psk.blog.24heures.ch/archive/2009/10/26/avions-de-...

http://psk.blog.24heures.ch/archive/2010/05/17/avion-de-c...

http://psk.blog.24heures.ch/archive/2009/11/07/nouvel-avi...

http://psk.blog.24heures.ch/archive/2009/06/01/nac-remise...

http://psk.blog.24heures.ch/archive/2009/04/20/nac-second...

http://psk.blog.24heures.ch/archive/2008/06/17/nouvel-avi...

 

Les essais :

http://psk.blog.24heures.ch/archive/2008/11/18/nac-essais...

http://psk.blog.24heures.ch/archive/2008/11/06/arrivee-de...

http://psk.blog.24heures.ch/archive/2008/10/30/rafale-fin...

http://psk.blog.24heures.ch/archive/2008/10/09/nac-les-ra...

http://psk.blog.24heures.ch/archive/2008/08/19/fin-des-es...

http://psk.blog.24heures.ch/archive/2008/08/05/essais-du-...

http://psk.blog.24heures.ch/archive/2008/07/24/arrivee-de...

 

Photos : 1 Essais Rafale à Emmen ici en compagnie du Hornet. @Milan Rohrer. 2 De face  3 en duo @Dassault

 

22/06/2010

Fin de carrière pour les Alouette III !

 

 

DSC_0183.jpg

 

 

Avec l’entrée en service des Eurocopter EC-635/135, l’ère des Alouette III touche à sa fin dans les Forces aériennes suisses ! D’ici la fin de l’année, les dernières machines encore en service seront progressivement retirées.

Rappel historique :

C’est en 1964 que débute l’introduction des neuf premières Alouette III (V-201 à V-209), dont le prix s’élève à 10,5 millions de francs, coûts logistiques inclus. Le modèle  d’ Alouette III Suisse disposent d’atterrisseurs équipés de skis. Les performances de cet hélicoptère flexible séduisent à tel point qu’une deuxième vague d’acquisitions est lancée et que, entre 1966 et le 18 janvier 1967, la flotte des Alouette III s’enrichit encore de 15 nouveaux appareils. Par ailleurs, l’appareil immatriculé V-210 est « gratuit », car il est livré à la Suisse à titre d’échange contre trois hélicoptères Djin d’occasion.

La flotte des Alouette III s’agrandit encore considérablement avec une troisième série d’acquisitions. Même en plein débat sur la question d’un hélicoptère de transport lourd, le Conseil fédéral décide d’acheter 60 Alouette III de plus, dont l’assemblage sous licence est confié à la Fabrique fédérale d’avions (F+W) à Emmen. Certes, le Bell 205 (Bell UH-1) est lui aussi soumis à plusieurs évaluations, mais ses performances en montagne ne sont pas convaincantes. C’est ainsi qu’entre 1972 et 1974, un total de 60 Alouette sortent des usines de la Fabrique fédérale d'avions d'Emmen.

Augmentation de la visibilité :

Principalement en raison du nombre de Venom et de Hunter présents dans l’espace aérien inférieur, les Alouette reçoivent en 1973 un marquage orange fluo destiné à améliorer leur visibilité. Ces rayures sont supprimées avec l’introduction du Super Puma, les Alouette ayant reçu les mêmes feux à éclats que les nouveaux hélicoptères.

 

AlouetteIII:vol.jpg

 

 

Tentative d’armer l’Alouette III :

Chez nos voisins français, les Alouette III sont parfois dotées d’un missile filoguidé antichar de type AS-11 (dans l’attente de la Gazelle). Mais chez nous,  l’Alouette III ne convainc pas en tant que plateforme armée. Elle se révèle en effet instable lors d’essais de tirs avec des roquettes non guidées.

Amélioration pour le vol nocturne :

Après deux ans de tests  en vol avec lunettes de vision nocturne, la V-272 reçoit en 1992 déjà un cockpit compatible NVG (Night Vision Goggles). La première caméra infrarouge FLIR des Forces aériennes, reprise de la REGA, est montée sur l’Alouette en 1996. Elle prouve son efficacité en 1997 lors de la première opération de recherche de personne FLIR lancée pour retrouver un snowboarder disparu dans le canton d'Obwald.

Le début de la fin :

La décision prise en 2000 de soustraire douze machines à la grande révision, qui coûte 1,5 millions de francs par hélicoptère, marque le début de la fin pour les Alouette III de l’Armée suisse. En 2002, une deuxième décision confirme le retrait progressif amorcé : il s’agit cette fois de réduire la flotte à 35 machines jusqu’en 2004. Après avoir servi à la formation de nombreuses générations de pilotes, l’hélicoptère emblématique français des Forces aériennes est remplacé, dans ce rôle également, par le nouveau venu l’EC-635/135.

Et quelques chiffres :

Au total ce sont 80 Alouette III qui auront servi dans les Forces aériennes, le 1 juin dernier, l’aéronef immatriculé V-240 a bouclé la 316’000e heures de vol de la flotte !

 

axalp_2008.parsys.23783.4.photo.Photogallery.gif.jpeg

 

 

Photos :  1 Alouettes III à Sion 2 En vol depuis le cockpit @ Pascal Kümmerling 3 A l’Axalp  @ Forces aériennes suisses.

 

21/06/2010

L’HISTOIRE DES MIRAGE SUISSES

 

 

couverture_top_1024.jpg

 

 

Une fois n’est pas coutume, je vous présente ici le fruit d’un travail remarquable de deux connaissances, qui sont à l’origine d’un ouvrage dédié à un avion mythique : le Mirage III qui fût en service dans nos Forces aériennes. Le livre est, dès maintenant disponible et devrait intéresser un grand nombre de passionnés d’aviation !

Le livre :

Par Luc LEONARDI et Laurent BAUDILLON, avec la collaboration de Fernand CARREL, ancien Commandant des Forces aériennes suisses et pilote de Mirage III S. Format A4 vertical – reliure cartonnée – 208 pages – texte en français – plus de 300 photos en couleur et noir/blanc avec de nombreux dessins et illustrations de profils.

Avec la participation et le témoignage de plusieurs anciens pilotes de Mirage.

M2_1024.jpg

 

 

Les sujets traités :

Il existe si peu de livres en français traitant des Forces aériennes suisses et en particulier des Mirage III, dont elles furent équipées des années 60 jusqu'en 2003, qu'il fallait combler ce vide ! On y parle des évaluations, de « l'affaire des Mirage », de leur mise en service, des entraînements à l’étranger, des programmes de modernisations, ainsi que plusieurs témoignages d'anciens pilotes et de bien d'autres choses encore. 

Un chapitre est consacré au Mirage III DS volant sous immatriculation civile, pour refermer le sujet sur la liste des Mirage suisses et ce qu'ils sont devenus. Cet ouvrage regorge de photos, certaines exclusives (incluant des photos de Katsuhiko TOKUNAGA), ainsi que de nombreux dessins de profils, représentant les différents camouflages et décorations de cet avion mythique.

RENSEIGNEMENTS

www.aviapic.ch

OU LE TROUVER ?

Achat en ligne sur www.aviapic.ch/cart

Au Musée de l'Aviation Militaire de Payerne - Base aérienne - CH-1530 Payerne

www.clindailes.ch - info@clindailes.ch

A la Librairie de l’Aviation - 14, rue Lissignol - CH-1201 Genève

tél./fax : +41 (0)22 738 21 31 - librairie@aerodif.ch - http://www.aerodif.ch

RS_1024.jpg


Infos & Photos : Laurent Baudillon

 

20/06/2010

Le B787 a passé les 1000 heures de vol !

 

 

K64962-15_med.jpg

 

 

EVERETT, Washington, Les Boeing  B787 «Dreamliner»  de la flotte d'essai ont totalisé  les  1000 heures de tests en vol. Le programme a atteint le cap des 40 % d'essai requit  pour certifier la première version du nouvel avion de ligne de Boeing.

En parallèle, la seconde équipe qui travaille sur les tests de l’avion au sol enregistre également une forte avancée et permet de garantir que le rythme de mise point des «Dreamliner» respectera le calendrier.

B787 doté du réacteur GEnx-1B :

Le programme d’essais en vol du Dreamliner est presque complet. Boeing a annoncé que le cinquième B787 de test avait réalisé son vol inaugural le 16 juin. Il s’agit surtout du premier appareil motorisé par General Electric. Jusqu’à présent, les B787 était doté du moteur Rolls-Royce Trent 1000. De ce fait, Boeing est en passe de valider les deux motorisations à choix pour le B787.

L’avion immatriculé ZA005 est en effet doté de deux réacteurs GEnx-1B, qui font ainsi leur entrée dans le programme d’essais en vol de l’avionneur américain. Il s’agit toutefois pas du premier vol d’un GEnx monté sur l’appareil auquel il est dédié : le GEnx-2B, dérivé du moteur du B787, est actuellement en test sur le B747-800 Freighter.

Le vol inaugural de ZA005 a duré 3h48. Il a décollé d’Everett à 14h41 (02h41 à l’heure de Paris), avec les commandants Mike Bryan et Mike Carriker aux commandes. Le sixième et dernier appareil réservé au programme de certification devrait effectuer son vol inaugural au mois de juillet.

K64961-02_med.jpg

 

Photos : 1 B787 effectuant la 1000e heures du programme 2 Décollage du ZA005 avec la motorisation GEnx-1B.  Boeing


 

19/06/2010

Le Salon de l’aviation verte

 

 

dyn008_original_599_266_jpeg__ba8047e2d3d6667a7fd9356174156fb3.jpg

 

 

En ce moment se tient à l’aéroport de Paris-Le Bourget, le Salon de l’aviation verte ! Ce Salon a pour but de vous faire découvrir et de mettre en lien l’ensemble des acteurs de l’aviation pour promouvoir un avenir plus respectueux de l’environnement et développer de nouvelles solutions technologiques  pour le monde de l’aviation.

 

UN CONSTAT

  • 250 millions de tonnes de CO2 chaque année dans l’atmosphère (3% du total)
  • Une activité qui double tous les 15 ans
  • 26 000 avions de transport en 2009... 50 000 en 2020 ?
  • 300 millions de riverains plus particulièrement concernés

DES ACTEURS

Constructeurs, compagnies aériennes, gestionnaires d’aéroports, opérateurs du trafic aérien et bien d’autres s’attachent à diminuer l’impact environnemental des activités aéronautiques.

DES SOLUTIONS

  • Innovations technologiques (matériaux, motorisation, carburants...)
  • Améliorations opérationnelles (fluidité du trafic, gestion des aéroports...)

DES OBJECTIFS

Définis par le Conseil Consultatif pour la Recherche Aéronautique en Europe (ACARE) : 50 % de rejets de CO2 et de bruit en moins d’ici 2020.

Infos pratiques

2ème édition du Salon de l’Aviation Verte au Bourget

Musée de l’Air et de l’Espace
Aéroport de Paris – Le Bourget

Les 18, 19 et 20 juin 2010

Horaires

Espaces d’expositions : 10h - 18h
Démonstrations en vol : 12h - 15h

evolution-1.jpg