31/10/2018

Canada : lancement d’une nouvelle demande d’offres pour remplacer les CF-18 !

DaDHMDeWkAUTgxO.jpg

Le gouvernement canadien a publié un nouveau projet de demande de propositions pour le concours visant à remplacer les avions de chasse Boeing F/A-18 (CF-18) « Hornet » en service au sein de la Royal Canadian Air Force RCAF. Les Services publics et Approvisionnement du Canada (PSPC) ont adressé des ébauches de demandes de proposition aux cinq fournisseurs éligibles.

Selon une annonce officielle de la PSPC, les cinq fournisseurs fourniront un retour d’information sur le projet dans environ huit semaines, ce qui permettra à PSPC de rédiger la demande de propositions finale. Le projet de capacité des avions de combat futurs (FFCP) destiné à remplacer la flotte de « Hornet » de la RCAF était initialement décrit dans le document de politique de défense d’Ottawa 2017 «Fort, sécurisé, engagé», dans lequel le gouvernement exposait un plan d’achat de 88 appareils dans le cadre d’une compétition.

La liste des fournisseurs admissibles comprend les équipes suivantes (en ordre alphabétique) :

  • États-Unis – The Boeing Company F/A-18 E/F “Super Hornet”.
  • États-Unis – Lockheed Martin Corporation F-35A “Lightning II”.
  • France – Dassault Aviation Rafale F3R.
  • Royaume-Uni – Airbus Defense and Space GmbH Eurofighter T3 “Typhoon II”.
  • Suède – SAAB AB JAS-39 Gripen E MS21

Le 26 octobre 2018, le gouvernement du Canada a posé un autre jalon important dans le cadre du processus visant à remplacer la flotte de chasseurs du Canada en soumettant l’ébauche de la demande de propositions (DP) aux fournisseurs admissibles, aux fins d’examen et de rétroaction. Les fournisseurs disposeront d’environ huit semaines pour fournir leurs commentaires. Ces commentaires seront utilisés a fin de peaufiner et finaliser la demande de propositions formelle. Ce processus continu d’être revue par un surveillant de l’équité indépendant et un examinateur tiers indépendant.

Veiller à ce que les fournisseurs aient l’occasion de fournir leur rétroaction est essentiel à la réussite globale de ce processus d’approvisionnement ainsi qu’à la sélection des bons chasseurs pour répondre aux besoins du Canada, tout en procurant des avantages économiques pour le pays.

Le gouvernement travaille avec diligence pour s’assurer que ce processus d’approvisionnement concurrentiel, ouvert et transparent se déroule dans le respect du calendrier.

es propositions seront rigoureusement évaluées en fonction des coûts, des exigences techniques et des avantages économiques. L'évaluation sera assortie d’un examen de l'incidence globale des soumissionnaires sur les intérêts économiques du Canada.

Tout soumissionnaire jugé responsable d'un préjudice causé aux intérêts économiques du Canada sera nettement désavantagé. Ce critère, ainsi que les lignes directrices qui en régiront l’application aux grands projets comme outil d’approvisionnement permanent, font actuellement l’objet de consultations distinctes. Les responsables à cet égard ont déjà rencontré les représentants des associations des industries de l’aérospatiale et de la défense, et au cours des prochains mois, ils continueront de consulter différents intervenants sur l’amélioration du critère. 

Tous les fournisseurs seront assujettis aux mêmes critères d'évaluation.

Prochaines étapes

  • Invitation à soumissionner officielle – transmise aux fournisseurs admissibles au printemps 2019
  • Soumission des propositions initiales au Canada par les fournisseurs admissibles – hiver 2019-2020 
  • Évaluation des propositions et négociations nécessaires – 2020-2021
  • Attribution d’un contrat prévue pour 2021 à 2022
  • Livraison du premier chasseur pour 2025

Photo :CF-18 en vol @ RCAF

30/10/2018

Boeing travaille sur une version à haute vitesse de l’Apache !

ob_0b5e8e_u-s-army-boeing-ah-64e-apache-guardi.jpg

Les futurs hélicoptères seront beaucoup plus rapide que les appareils actuels et les hélicoptéristes travaillent sur le sujet pour pouvoir préparer la nouvelle génération. Mais dans l’attente de celle-ci Boeing teste d’éventuelles modifications de son hélicoptère d’attaque AH-64E « Apache » qui pourraient permettre d’accroître la vitesse et de réduire la traînée.

Ces modifications, connues sous le nom de AH-64E Block 2 « Compound », comprennent un grand échappement à aile fixe orienté vers l’arrière, une ailette verticale orientée vers le bas et une hélice de propulseur à l’arrière. L'appareil conserve le rotor de queue pour l'anti-couple. Ces modifications sont en cours d’essai dans la soufflerie de Boeing à Philadelphie, en Pennsylvanie, à une échelle de 30%. Les tests devraient se terminer en janvier.

p1734301.jpg

Boeing pense que ces modifications augmenteraient de 50% la vitesse et l'autonomie, deux fois sa durée de vie et permettraient un rendement énergétique amélioré de 24%, pour un prix majoré de 20%. L’AH-64E actuel est doté d’un système d’échappement orienté vers le haut, d’une ailette verticale orientée vers le haut et de seules ailes en bout de bras pour le transport d’armes.

Randy Bregger, responsable du programme Apache Advanced de Boeing, a déclaré lors de la conférence HELMOT (Conférence Helicopter Military Operations Technology) de la Vertical Flight Society, en Virginie, le 25 octobre dernier, que la compagnie espérait que ces modifications inciteraient l'armée américaine à acheter la nouvelle version et à réduire l'écart de production attendu avec l’arrivée de la nouvelle génération. En effet, la production de l'AH-64E s'achèvera vers 2032 et l'hélicoptère d'attaque Future Lift Lift (FVL) atteindra sa capacité opérationnelle initiale (CIO) vers 2045.

 

image.jpeg

Photo : 1 L’Actuel AH-64 E « Apache »2le projet d’Apache E Block 3Les futurs FVL @ Boeing

29/10/2018

EasyJet & Wright Electric : phase suivante du développement de l’avion électrique !

0.jpeg

Genève/Amsterdam, easyJet, 1ère compagnie aérienne en Europe en termes de réseau, a dévoilé aujourd’hui les progrès de sa stratégie qui vise à opérer des vols toujours plus respectueux de l’environnement et avec une empreinte sonore réduite.  

La start-up américaine partenaire d’easyJet, Wright Electric, a commencé à travailler sur un moteur électrique pouvant convenir à un appareil neuf places. Le partenaire de Wright Electric, Axter Aerospace, dispose d’ores et déjà d’une solution pour deux passagers, et le plus gros modèle devrait commencer à voler en 2019. Le prototype de système de propulsion envisagé pour l’appareil neuf places, est quatre fois plus puissant que celui dont dispose le modèle biplace. En parallèle, le travail va débuter sur un appareil de la taille des avions d’easyJet, par le designer aéronautique Darold Cummings.

Wright Electric a également déposé un brevet pour un moteur adapté à de plus gros avions. Cette nouvelle enthousiasmante ouvre la voie à une transition vers un appareil commercial complètement électrique et capable de transporter des passagers à travers le Royaume-Uni et l’Europe.

L’innovation et l’avant-gardisme ont toujours été au cœur de la stratégie de la compagnie aérienne. Depuis 2000, easyJet a réduit ses émissions de CO2 par passager, et par kilomètre de plus de 32%.

Johan Lundgren, PDG d’easyJet, a commenté depuis Amsterdam-Schiphol :

« Nous savons le développement durable important pour nos clients. Avec l'introduction de l'A320neo, nous pouvons déjà réduire de 15% les émissions de carbone et de 50% l'empreinte sonore, ce qui nous place parmi les compagnies aériennes les mieux classées en Europe.

Les avancées technologiques dans le domaine de l’aviation électrique, sont vraiment passionnantes et fulgurantes. Avec les avions biplaces déjà en vol et les neuf places qui voleront l’année prochaine, cela devient une réalité et nous pouvons maintenant envisager un avenir qui ne soit pas exclusivement dépendant du kérosène.

La distance que nous ciblons avec l’avion électrique est d’environ 500 kilomètres, et en se basant sur notre réseau actuel, la liaison Amsterdam-Londres pourrait devenir la première ligne entièrement électrique. Etant donné qu’il s’agit de la 2ème route aérienne la plus fréquentée en Europe, cela permettrait une réduction significative des émissions carbone et de la pollution sonore.

Nous pensons que les Pays-Bas ont ici l’opportunité de montrer la voie si le gouvernement et les aéroports encouragent les compagnies aériennes à opérer durablement grâce à une structure de charges incitative redistribuée et revue à la baisse. »

 

 

28/10/2018

Un Challenger 350 pour Latitude 33 Aviation !

CL350_Latitude33-1000x500.jpg

Bombardier a annoncé  que Latitude 33 Aviation, soit un exploitant d'avions privés, de gestion de jets exécutifs, de ventes et d’acquisitions d’avions établi en Californie, a pris livraison d’un nouveau biréacteur d’affaires Challenger 350. Le très performant avion Challenger 350, représentant la gamme d’avions d’affaires la plus vendue depuis dix ans, sera basé dans le comté d’Orange (aéroport John-Wayne), et se joindra à la flotte croissante d’avions offerts au nolisement de Latitude 33 Aviation.

« Nous avons été enchantés de travailler avec Latitude 33 pour ajouter l’avion Challenger 350 exceptionnel à sa flotte », a déclaré Peter Likoray, vice-président principal des Ventes mondiales et du Marketing de Bombardier Avions d’affaires. « L’avion d’affaires Challenger 350 offre le poste de pilotage le mieux équipé et la meilleure connectivité de sa catégorie, ce qui en fait le choix parfait pour les clients et exploitants exigeants dans le monde entier. »

Latitude 33 Aviation gère l’une des plus importantes flottes d’avions légers, intermédiaires et superintermédiaires en Amérique du Nord. Sa fiabilité exceptionnelle fait du biréacteur Challenger 350 l’avion de choix pour Latitude 33 Aviation et les autres exploitants de flottes.

Avec une autonomie authentique à pleine charge passagers et carburant de 3 200 milles marins (5 926 km), l’avion Challenger 350 définit la catégorie des avions superintermédiaires. Il assure une montée directe à 43 000 pieds pour éviter les conditions météo défavorables et la circulation aérienne, en plus d’offrir la plus grande cabine de sa catégorie, un plancher plat pratique, un accès illimité aux bagages, un vol en douceur et les plus faibles coûts d’exploitation dans sa catégorie. Le biréacteur Challenger 350 peut relier New York à Van Nuys ou Las Vegas à Honolulu sans escale.

Le biréacteur Challenger 350 propose les caractéristiques de base les plus étendues de l’industrie aux exploitants de flottes, tandis que le récent ajout d’un affichage tête haute et d’une caméra de système de vision améliorée offerts en option assurent une conscience situationnelle inégalée. Combinée à d’impressionnantes performances, la certification de cet avion pour une approche à angle prononcé permet aux exploitants d’effectuer des atterrissages efficaces sur des pistes d’accès difficile, assurant aux clients la possibilité d’atteindre d’innombrables destinations. Le biréacteur Challenger 350 est l’avion le plus vendu du segment des superintermédiaires, avec 56 livraisons en 2017.

Challenger-300-Interior-N286JR-Latitude-33-Aviation.jpg

Photos : Challenger 350 de latitude 33 & intérieur @ Bombardier

27/10/2018

F-35 : prolongation de l’arrêt de vol !

 

5b193834a53c9.jpg

Suite au crash d’un Lockheed-Martin F-35B « Lightning II » près de l’aérodrome du Marine Corps à Beaufort, en Caroline du Sud, le 28 septembre dernier, le Pentagone avait émis le 11 octobre dernier un avis d’interdiction de vol temporaire de la flotte mondiale de F-35. Mais la découverte d’un nouveau problème sur certains appareils bloque l’autorisation de vol d’un certain nombre.

Nouveau problème découvert :

Le Pentagone à pris la décision de prolonger l’arrêt des vols d’au moins 24 avions de combat communs F-35 dont les heures de vol étaient plus longues. Cette décision fait suite aux nouvelles inspections des systèmes de carburant nécessaires qui ont été effectué ces dernières semaines.

Le bureau du programme commun des F-35 a annoncé jeudi avoir découvert que deux nouvelles pièces doivent être inspectées principalement sur les modèles de F-35 entrés en service en premier. Début octobre, le Pentagone a mis à terre toutes les versions de l'avion fabriqué par Lockheed Martin pour examiner les tubes de carburant dans les moteurs, fabriqués séparément par Pratt & Whitney.

"L'équipe technique conjointe du gouvernement et de l'industrie a achevé son évaluation des tubes d'alimentation en carburant dans le moteur Pratt & Whitney de l'avion F-35", a déclaré le bureau dans un communiqué.

"En plus du tube défectueux identifié précédemment, l'analyse a identifié deux tubes d'alimentation en carburant supplémentaires nécessitant une inspection."

Selon le bureau du programme commun des F-35, les pièces incriminées devront être changées progressivement sur l’ensemble de la flotte de F-35 en service. Le vieillissement de celles-ci posant un problème se sécurité après un certains nombres d’heures de vol.

 

Photo :F-35 @ RAF