09/12/2016

Police aérienne 24/24 : seconde phase !

20080420.jpg

Le développement de la disponibilité du service de police aérienne se poursuivra par étapes jusqu’à fin 2020. A terme, il est prévu que deux avions armés soient opérationnels 24 heures sur 24, 365 jours par an. La prochaine étape débutera le 2 janvier 2017 : à compter de cette date, le service de police aérienne sera disponible 365 jours par an de 8h00 à 18h00, week-ends et jours fériés compris.

Le projet PA24 va permettre de réaliser en quatre étapes la disponibilité opérationnelle permanente avec deux avions armés prêts à décoller en l’espace de 15 minutes au maximum soit QRA15 (Quick Reaction Alert) en temps normal, en cas de crise on peut abaisser le temps à 8 minutes, pilote dans l’avion moteur éteint (QRA8) et finalement pilote dans l’avion moteur allumé soit QRA3.

2017, phase II :

La première étape a débuté au commencement de 2016 : pendant 50 semaines, deux avions armés étaient disponibles les jours ouvrables de 8h00 à 18h00. La deuxième étape débutera prochainement : dès le 2 janvier 2017, la disponibilité sera étendue puisque les avions seront prêts à être engagés 365 jours par an, donc aussi les week-ends et les jours fériés.

579602903.png

2019, phase III :

Dès 2019 et le lancement de la troisième étape, les avions de combat se tiendront prêts de 6h00 à 22h00 et, fin 2020, dans le cadre de la quatrième étape, le service sera étendu encore une fois puisque les avions seront prêts à être engagés 24h sur 24, 365 jours par an. Par ailleurs, avant fin 2020, une disponibilité des avions 24 heures sur 24 peut être garantie pour une durée limitée en tout temps ou de façon imprévue.

La police du ciel :

Les deux appareils sont affectés à des hot missions et à des live missions. Dans le premier cas, il s’agit d’intercepter des aéronefs qui violent gravement les règles du trafic aérien ou la souveraineté dans l’espace aérien suisse. Par live missions, on entend le contrôle ponctuel des aéronefs d’Etats étrangers qui requièrent une autorisation de vol diplomatique (diplomatic clearance) pour le survol du territoire suisse.

La réalité :

En 2015, près de 300 avions ont été ainsi contrôlés. On dénombre par ailleurs pour la même année 44 violations de notre espace aérien.

Les structures :

2915892343.png

Le site principal du projet PA24 est la Base aérienne de Payerne. Toutefois, en cas de fermeture des pistes de l’aérodrome, les vols se dérouleront à partir d’Emmen ou de Meiringen. Pour concrétiser intégralement le projet à la fin 2020, une centaine de postes supplémentaires seront créés aux Forces aériennes, à la Base logistique de l’armée et à la Base d’aide au commandement. Les frais supplémentaires se monteront à près de 30 millions de francs par an. Ce montant comprend essentiellement des coûts de personnel, des coûts pour la sécurité des vols et des coûts d’exploitation. La PA24 permettra à terme que des mouvements aériens avec des avions de combat puissent se dérouler en dehors des horaires habituels du service de vol, y compris parfois sous forme de vols supersoniques. Ces tâches sont indispensables pour assurer en permanence la sécurité du trafic aérien et protéger 24 h sur 24 les droits souverains de la Suisse.

 

DSC_6422.JPG

Photos : 1 Interception d’un F-27 par un Hornet@ Swiss Air Force 2 F/A-18 à Payerne @ P.Kümmerling

 

La REGA commande le H145 !

CzOuJ_gXUAQlons.jpg

La Garde aérienne suisse de sauvetage « Rega » a signé cette semaine un contrat avec Airbus Helicopters pour l’achat de six nouveaux hélicoptères de sauvetage de type H145. Ces nouveaux aéronefs seront opérationnels dès 2018, en remplacement de la flotte des bases de plaine composée actuellement des EC145.

« En optant pour le H145, nous poursuivons le renouvellement de la flotte Rega, celle de la prochaine génération d’aéronefs », relève Ernst Kohler, Président de la Direction. « Pour notre organisation, la fiabilité de la flotte est un facteur décisif ». C’est pourquoi les EC145 acquis en 2003, après de bons et loyaux services, seront remplacés au début de l’été 2018 par leurs successeurs, plus performants. Grâce à ces nouveaux hélicoptères de sauvetage, les coûts d'entretien pourront être réduits et la disponibilité exemplaire de la flotte maintenue. Avec l’acquisition des H145, la Rega poursuit sa stratégie d’une flotte composée de deux types d’appareils : les bases de montagne volent avec l’hélicoptère de sauvetage de type Da Vinci du constructeur italien Leonardo Helicopters (auparavant AugustaWestland), alors que les bases de plaine opèrent avec les hélicoptères du constructeur européen Airbus Helicopters (ex-Eurocopter).

 Prédestiné aux transports spécifiques de médecine intensive :   

Avec le H145, la Rega mise sur le successeur du EC145, utilisé en mission par les bases de plaine à Zurich, Bâle, Berne et Lausanne. Répondant aux nouveaux standards techniques dans les domaines de l’aviation et de la navigation, le H145 est, à titre de comparaison, plus puissant que son prédécesseur, équipé d’un pilotage automatique « 4 axes ». Avec sa cabine plus spacieuse, il est prédestiné aux transports spécifiques de médecine intensive, comme par exemple ceux effectués avec la machine cœur-poumon ou l’incubateur de transport pour les nouveau-nés et les prématurés. La Rega investit environ 52 millions de francs suisses pour l’acquisition de six hélicoptères, équipement médical inclus. Cette dépense est inscrite dans la planification financière à long terme de la Rega ; son assise financière lui permet cet investissement sans passer par l’emprunt.

 

L’Airbus H145 :

Bénéficiant de la robustesse, des faibles coûts d'exploitation et de la disponibilité élevée des hélicoptères éprouvés de la famille EC145/H145 d'Airbus Helicopters, le nouveau H145 est doté de moteurs Turbomeca Arriel-2E, un système numérique de régulation des moteurs à pleine autorité (FADEC) sur deux canaux, un rotor de queue caréné Fenestron®, ainsi que des boîtes de transmission modernisées pour les rotors principal et de queue. La masse maximum au décollage de cet hélicoptère modernisé est augmentée de 50 kg, tandis que ses performances en vol stationnaire - même avec une seule turbine opérationnelle - sont cruciales pour la sécurité en vol et le succès des missions, en particulier dans le cadre d'opérations spéciales ou de recherche et de sauvetage.

 

CzOuLO3XgAIQrGM.jpg

Photos : H145 aux couleurs de la REGA @ REGA/Airbus

 

Premier vol pour le NH90 « Sea Lion » allemand !

NH90_NGEN001_Sea_Lion_Ref_094_Copyright-Airbus-Helicopters%252C-Christian-Keller.jpg

Le premier des 18 hélicoptères Airbus NH90 « Sea Lion » destiné à la marine allemande a effectué son premier vol hier. Le vol, qui a eu lieu depuis les installations d’Airbus à Donauwörth dans le sud de l'Allemagne. La future flotte de NH90 allemand sera stationnée sur la base aérienne navale de Nordholz qui devrait fonctionner de la fin de 2019.

 

NH90 « Sea Lion » :

Lancé lors du Salon international ILA Airshow de Berlin en mai 2014, le « Sea Lion » est largement similaire à la version de base du NH90 NFHde l'OTAN, mais présente des équipements de communication et de navigation spécifiques à l'Allemagne, dont un système de communications par satellite. L’avionique comprend en plus un système d'identification automatique (AIS) pour localiser, identifier et suivre les navires.

L’appareil sera également de mitrailleuses latérales M3M de 12,7 mm de chaque côté, de missiles Marte MKII, de torpilles Torpille MU90. Par ailleurs le « Sea Lion » peut emporter des réservoirs de carburant internes et externes supplémentaires ainsi qu'une deuxième console de mission.

Lorsqu'il sera pleinement opérationnel, le NH90 « Sea Lion » est destiné à fournir des services de surveillance continue, de surveillance maritime, de recherche et de sauvetage (SAR), de transport pour les frégates F124 et F125 Baden-Wurttemberg, ainsi que des navires de soutien au combat de classe Berlin (Type 702) de la Marine allemande.

 

banner1.jpg

Photos : 1 premier vol du NH90 Sea Lion 2 Image de synthèse@ Airbus

 

 

 

 

08/12/2016

Le Canada a choisi l’Airbus C-295W !

1430311667963.png

Otawa, l’information transpirait depuis hier déjà, le gouvernement canadien a confirmé aujourd’hui le choix de l’Airbus C-295W comme plateforme de son nouvel avion de recherche & sauvetage (FWSAR). Cet appareil doit venir remplacer la flotte actuelle composée de Havilland Canada CC-115 « Buffalo » et de CC-130H « Hercules ».

Une liste réduite :

Le groupe de travail engagé dans le processus de recherche du futur avion de sauvetage travaillait depuis le début de cette année avec une liste réduite composée de l’Embraer KC-390, de l’AleniaAermacchi C-27J «Spartan » et l’Airbus C-295W.

Airbus fournira 16 appareils de type C-295W qui seront repartir sur quatre bases dans tout le Canada. L’avion sera employé pour les missions de recherche et sauvetage depuis l'Arctique jusqu'à la frontière sud avec les États-Unis. Le contrat est estimé à près de coûtait 2,4 milliards de dollars. Les livraisons auront lieu entre 2019 et 2022. Le C-295W est le plus petit et le plus lent des trois soumissionnaires, Airbus a mis l'accent sur l'efficacité et l'expérience du C-295 et notamment ses coûts d‘exploitation particulièrement faibles. L'appareil est notamment en service au sein des Gardes Côtes américains sous la dénomination HC-144A. Les équipements ne sont pas encore précisés, mais les C-295W canadiens seront doté d'un FLIR aisni que d'un radar qui permettront aux équipages de localiser plus facilement les personnes en détresse, même dans l'obscurité et dans des conditions météorologiques difficiles.

L’Airbus C-295W :

Doté d’ailettes marginales (winglets) et de moteurs modernisés de série, le nouveau modèle fournira aux opérateurs des performances accrues dans toutes les phases de vol. Il est particulièrement adapté aux missions réalisées en altitude et par temps chaud, pour lesquelles il promet une augmentation de charge utile d’au moins 1 000 kg. L’appareil est équipé de turbopropulseurs de Pratt & Whitney, qui motorisent toutes les versions du C295. De nouvelles procédures récemment certifiées au Canada et en Espagne permettent aux opérateurs d’augmenter la puissance, lors des phases ascensionnelles et de croisière. Outre les performances en altitude et par temps chaud, ces procédures améliorent les opérations sur des reliefs très élevés, comme la Cordillère des Andes ou l’Himalaya, avec des répercussions minimes sur les coûts de maintenance. 

Ce contrat porte à 185 le nombre de C295 vendus par Airbus dans le monde depuis les débuts de ce programme en 1997.

 

C295_SAR-cabin-e1363379574116.jpg

Photos : C-295W aux couleurs du Canada@ Airbus

 

Des S-70i pour le Chili !

Sikorsky_S-70i_Black_Hawk_SP-YVC_ILA_2012_03.jpg

L’Armée de l’air chilienne recevra 6 hélicoptères Sikorsky S-70iTM « Black Hawk ». Les négociations avec Sikorsky ont abouti à un accord. C’est la filiale polonaise PZL Mielec qui produira les appareils.

Les Sikorsky S-70iTM « Black Hawk » vont venir épauler les Bell 412 et UH-1 en service au sein de l’Armée de l’air. Les conditions de prix de l'accord n'ont pas été divulguées, mais comprennent un ensemble de soutien avec des pièces de rechange, la formation et le soutien technique sur place.

Le S-70i TM«Black-Hawk»: 

Le Sikorsky S-70iTM est un dérivé des versions MH-60 destiné à l’exportation. La nécessité d'une plate-forme d'un tout nouveau « Black-Hawk » «M» a émergé durant les années 1990 avec l'obligation de mettre à jour l’avionique analogique des UH-60A et UH-60L avec un cockpit numérique intégré, des commandes de vol numériques doublées et des moteurs plus puissants et des améliorations structurelles. 

 

Photo : S-70iTM @ PZL Mielec / Sikorsky