15/06/2009

Le Brésil va remplacer ses F-5EM !

F5emMauroLinsDeBarros.JPG

Tout comme la Suisse, la Force Aérienne Brésilienne (FAB) prévoit de remplacer ses avions de combat F-5EM/FM (version E/F modernisée) d’ici à 2014. Petit retour sur un choix où l’on retrouve quelques similitudes avec notre pays !

100 à 120 avions :

Lancée en 2001 déjà, cette compétition visant à remplacer en premier lieu les F-5EM/FM Tiger II puis dans un deuxième temps d’ici 2020 les AMX et Mirage 2000 d’occasions, et suspendue pour des raisons politiques, puis relancée en 2008. Plusieurs avions sont en compétition : Le Sukhoi SU-35, le F-16, le F35, le F/A-18 E/F Super Hornet, l’Eurofighter Typhoon, le Rafale et le Gripen. L’avion choisit sera commandé en trois tranches, 36 avions d’ici 2010, 50 avions en 2015 puis selon les réserves financières une dernière tranche d’une trentaine d’avions entre 2020 et 2025.

superHornetPhilVabre.JPG

Des favoris rapidement écartés :

Si certains constructeurs semblaient faire figure de favori comme le russe Sukhoi et le Su-35 , l’américain Lockheed avec le F-16 modernisé et le nouveau F-35 et le consortium européen de l’Eurofighter, tous ont été assez rapidement écarté du choix.

Remise de la dernière offre :

Ce vendredi, les trois derniers constructeurs, l’américain Boeing avec le F/A-18 Super Hornet, le français Dassault avec le Rafale et le suédois SAAB avec le Gripen NG, on donc rendu leur dernière copie d’offre pour le choix définitif.

Ce contrat s'inscrit dans un vaste projet de renouvellement de la flotte aérienne de l'armée brésilienne dans les quinze prochaines années. Le Brésil, qui souhaite acquérir des appareils polyvalents de nouvelle génération capables d'effectuer plusieurs types de mission, réclame un transfert de technologie (avec éventuellement assemblage sur place) avec son futur fournisseur, afin de développer sa propre industrie de défense et gérer la maintenance des appareils achetés.

Boeing a déjà laissé entendre que le gouvernement américain pourrait donner son aval à ce transfert de technologie, mais pas d’entrée dans le programme de modernisation. Dassault et l'Etat français devraient en faire de même, étant donné la virginité du carnet de commandes du Rafale à l'étranger. Brasilia doit également conclure en décembre une alliance stratégique avec la France, comprenant la construction, au Brésil, d'un sous-marin à propulsion nucléaire.

 

Cette première tranche s’inscrit dans un cadre financier de près de 3 milliards de dollars et l’ensemble de cette acquisition devrait atteindre les 8 milliards de dollars (acquisition de 110 à 120 avions).

rafale-7[1].jpg

 

Les différences avec notre pays :

 

Vous l’aurez noté, le Brésil désir remplacer ses « bons vieux » F-5 tout comme nous, mais également à terme ses AMX et ses Mirage 2000. Deux concurrents se retrouvent en finale soit le Rafale et le Gripen NG (pour la Suisse il s’agit du Gripen +). Mais l’un des éléments fondamental qui diffère entre les deux demandes concerne la participation et le développement industriel. Le Brésil ne désire en  fait qu’une autonomie de maintenance et la fabrication éventuelle des avions sous licence avec en retour, une possibilité d’obtenir des contrats de compensation. Bref, ce qui se faisait par le passé dans notre pays ! Là où les choses sont intéressantes et diffèrent, c’est la demande de participation suisse dans le programme de modernisation développement, chose qui ne s’était jamais faite par le passé et qui doit permettre un véritable retour sur investissement.

 

Au-delà des questions industrielles, il est intéressant de suivre cet achat du point de vue du choix final, car si l’avion choisit devait être le même que pour notre pays, nous deviendrions à moyen terme un fournisseur des éléments de modernisation de l’avion pour le Brésil !

GripenNGKatsuhikoTokunaga.JPG

 

 

Photos : 1 F-5 EM de la FAB noté la perche de ravitaillement fixe ! @ Mauros Lins De Barros. 2 F/A-18 Super Hornet de l’US Navy @ Phil Vabre. 3 Rafale ici à Emmen, @ Hermann Keist. 4 Gripen NG en vol, @ Katsuhiko Tokunaga.

 

 



13/06/2009

Embraer livre le 600ème avion de la famille E-Jet !

embraer.JPG

São José dos Campos, le constructeur Brésilien prépare la livraison du 600ème avion de la famille E-Jet (Embraer  170, 175, 190 et 195).  Le 500ème ayant été livré à air France en Décembre derniers.

 

 

Embraerfamily.JPG

Une famille à succès :

 

La gamme de E-jet d’Embraer à connu un succès fulgurant et ceci dès la mise en service il y a cinq ans du premier Embraer 170. 50 compagnies aérienne dans 34  pays on choisi les models d’avion de cette famille.

 

A ce jours, plus de 110 millions de passagers on embarqué à bord d’un de ces E-Jet  et pu apprécier le confort, les divertissements offerts à bord.

 

Le faible coût  de ces avions est apprécié par un grand nombre d’utilisateur en Amérique du nord et en Europe tels les compagnies JetBlue Airways, Flybe, FlyNiki et Azul et Finnair sans oublier Flybaboo.

 

A ce jour près de 900 commandes ont déjà été passées.

 

Les models E-Jet :

 

La famille Embraer E-jet se compose de quatre jets commerciaux de 70 à 122 places soit les Embraer 170, 175, 190, 195.  Les quatre avions ont une vitesse maximale de Mach 0,80 et peuvent voler à 41.000 pieds (12.497 mètres) avec des rayons d’action allant jusqu’à 2.400 miles nautiques (4.448km).  Tout comme chez le constructeur Airbus, ces quatre avions sont semblable du point de vue du pilotage et de la maintenance et permettent donc une grande efficience d’emploi.

 

 

embraerfamily2.JPG

Photos : la famille Embraer E-Jet 170,175,190,195, @ Embraer press.

 

12/06/2009

20’000 heures de vol pour les Falcon 50M

Falcon50MDavidmarshall.JPG

Le 6 mai, la base aéronavale de Lann-Bihoué a fêté les 20 000 heures de vol des quatre Falcon 50 M de la flotille 24 F ainsi que la qualification par la DGA du standard 2 de l'appareil.Ce nouveau standard voit l'introduction d'une caméra infrarouge permettant une vision nocturne à 360°.


Les missions du Falcon 50 M :


La flottille 24 F, équipée de Falcon 50 M, surveille les navires et les zones de pêches, participe à des missions de recherches et de sauvetages en mer, lutte contre les pollutions, les trafics illicites et l'immigration clandestine à travers le monde. Actuellement, un Falcon 50 M de surveillance et d'intervention maritime participe au dispositif français de lutte contre la piraterie dans l’océan Indien.

Vendu à plus de 250 exemplaires à travers le monde, le Mystère Falcon 50 est un triréacteur aux performances reconnues dans l'aviation d'affaires. La Marine a fait l'acquisition de 4 exemplaires de Falcon 50 M (Marine).

Les modifications apportées pour cette version, concernent la réfection complète de la planche de bord pour y installer une avionique neuve, l'installation d'une trappe de largage et les hublots d'observation et celle du radôme qui abrite l'antenne du radar.

Grâce à ses brillantes performances, sa structure robuste et polyvalente et son entretien simplifié le Mystère Falcon 50 est particulièrement bien adapté aux missions de surveillance maritime.

E4_IMG_0771[1].jpg

L’histoire de la 24F :

En 1943, elle s'illustre dans la lutte anti-sous-marine et se distingue par de nombreuses victoires. Elle effectuera en 2 ans, 2038 missions de guerre pour un total de 5363 heures de vol, assurant avec succès la capture de 2 navires ennemis et la destruction de 3 sous-marins. La paix revenue, elle est mise en sommeil en 1946.

Réactivée en 1952, elle ne reste que peu de temps en Bretagne, et part en Indochine. Pendant 2 mois, elle participera activement aux opérations en soutenant les troupes terrestres par des vols de reconnaissance dans les régions du golfe du Siam. A partir du 1er août 1954, la flottille 24F quitte l'Indochine pour rejoindre Lann-Bihoué, où armée de Lancaster, elle effectue des missions de surveillance du littoral atlantique.

Par la suite, elle s'illustrera à la fois en Mauritanie, au Tchad, dans le golfe d'Aden, dans le canal d'Otrante, en mer Rouge et en république populaire du Congo. La flottille 24F servira sur de nombreux type d'aéronefs dont notamment les Lancaster, Privateer, Neptune et  Atlantic. Cette flottille avait été mise en sommeil en 1998, elle est réactivée en mars 2000.

 

E4_IMG_0764[1].jpg

Photos : Falcon 50 M, @ David Marshall, 2 & 3 Cérémonie des 20'000 H de vol. @ Dassault Aviation.

 

 

 

 

10/06/2009

Livraison du premier Q400 NextGen !

Rimestad.JPG

Bombardier Aéronautique a livré le premier bi turbopropulseur de ligne Q400 NextGen. Le transporteur régional norvégien Widerøe Flyveselskap A/S a reçu l’appareil, il s’agit du  premier des six avions en commande ferme.

Q400-NextGen-LR-HR[1].jpg

NextGen, la nouvelle génération du Dash-8 :

La nouvelle génération de célèbre Dash-8, le Q400 NextGen offre un environnement cabine général amélioré grâce à un éclairage à DEL, de nouveaux panneaux au plafond, des cadres de hublot concaves et de plus grands coffres de rangement supérieurs.

Les coûts d’exploitation de l’avion de ligne Q400 NextGen, comptant parmi les plus faibles des avions régionaux, et sont  encore réduits par la prolongation des intervalles de maintenance périodique et par une rationalisation accrue des tâches de maintenance. Le manuel d’exploitation des avions de ligne Q400 et Q400 NextGen a été mis à jour pour tenir compte de sa consommation de carburant encore plus faible que prévu dans certaines conditions d’exploitation.

Le bruit extérieur des avions Q400 NextGen est bien inférieur au maximum permis par l’annexe 16, chapitre 4 de l’Organisation de l’aviation civile internationale (OACI) et par le chapitre 4 des Federal Aviation Regulations (FAR) 36 des États-Unis.

Ce turbopropulseur à grande vitesse est optimisé pour les services court-courriers et procure l’équilibre parfait entre le confort passagers et les caractéristiques économiques d’exploitation avec une empreinte environnementale réduite. Sa vitesse de 360 nœuds (667 km/h) digne d’un avion à réaction permet l’optimisation de l’horaire des vols.

Les commandes fermes des Bombardier Q400 et Q400 NextGen totalisent 347appareils, dont 233 déjà livrés au 31 janvier 2009. Les avions Q400 et Q400 NextGen sont en service ou en commande auprès de 30 exploitants dans le monde.

BA-Q400NG_Cockpit-HR[1].JPG

Le DHC-8 ou Dash-8 :

Développé dans les années 80 par au Canada par De Havilland Canada (aujourd’hui Bombardier Aéronautique et appartenant à Boeing) est une évolution du célèbre Dash-7. Le premier vol du Dash-8-100  a eu lieu le 20 juin 1983 et fut conçu pour transporter 40 passagers sur une distance de 1'889 km. Plusieurs versions ont suivi, le -200 plus puissant puis le -300 plus long et enfin le Q400, doté d’un système actif de réduction de bruit et de vibration d’où le nom de série Q (Quiet). La nouvelle génération Q NextGen augmente encore sa capacité à diminuer sa consommation et ses émission de Co2. Cependant, il s’agit visiblement de la dernière version du Dash-8 qui sera vraisemblablement remplacée d’ici 20 ans par des Jet !

BA-Q400_AirBaltic-HR[1].JPG

Photos : 1 Q400 de la Compagnie Wideroe, @ Lennart Rimestad, 2 Intérieur, 3 Cockpit, 4  Image de synthèse Q400NextGen pour AirBaltic. @ Bombardier Aéronautique.

 

 

 

 

08/06/2009

Low cost : lancement de Flydubai !

B7378KevinScott.JPG

Le 01 juin dernier, la toute nouvelle compagnie low cost, et première du genre dans la région à effectué son premier vol entre Dubaï et Beyrouth.

Développement du Low cost au Moyen-Orient :

Défiant la crise actuelle, Flydubai première compagnie à bas coût créée dans l’Emirat de Dubaï en mars 2008 avec un capital de 250 millions de dirhams (67 millions de dollars) par le cheikh Ahmed Ben Sais Al-Maktoum également président d’Emirates Airlines vient compléter l’offre récente des compagnies low cost dans la région tels : Jazeera Airways, Bahrain Air et  Arabia.

Tout comme ses sœurs européennes, Flydubai en reprend les grands principes de fonctionnement afin de réduire les coûts. Pas de billets, réservation en ligne, boissons et nourritures payantes. Flydubai facturera à ses passagers les bagages transportés en soute à hauteur de 40 Dirhams emiratis pour 32 kg maximum, soit un peu plus de 8 €. Mais les passagers qui enregistreraient leur bagage à l’aéroport au lieu de le faire sur Internet ou par le Centre de réservation seront facturés plus de 30 € par bagage. Un bagage de cabine de moins de 10 kg non facturé est autorisé par la compagnie.

Les destinations de Flydubai :

Vol FZ 157 : Dubaï (DXB) - Beyrouth (BEY)

Vol FZ 158 : Beyrouth (BEY) - Dubaï (DXB)

Vol FZ 157 : Dubaï (DXB) - Amman (AMM)

Vol FZ 158 : Amman (AMM) - Dubaï (DXB)

Ces vols entre Dubaï et Beyrouth au Liban et Dubaï et Amman en Jordanie sont opérés tous les jours.

FlyDubai opère l’aéroport de Dubaï pour desservir des villes du Proche et du Moyen-Orient situées à moins de 5 heures des Émirats, mais également des villes de l’Europe de l’Est et du nord-est de l’Afrique.

Une flotte neuve :

Contrairement aux  compagnies Low cost qui débutent habituellement avec des avions d’occasions avant de pouvoir moderniser et prendre commande d’avions neufs, Flydubai  qui est en définitivement  la petite sœur de la grande Emirates Airways est  dotée d’une flotte entièrement neuve de Boeing 737-800.

b7378RickSchlamp.JPG

Photos : 1 B737-800 au décollage, @ Kevin Scott. 2 B737-800 au roulage. @ Rick Schlamp.