10/06/2008

Service de transport aérien de la Confédération (STAC)

276836027.JPG

Depuis le 1 janvier 2005 les activités du STAC dépendent des Forces aériennes et ceci depuis la réorganisation décidée par le Conseil Fédéral le 12.11.2004. Précédemment le STAC appartenait à l’OFAC, mais pour des raisons d’économies et de simplification des structures un nouvel organigramme a été planifié.

Les missions du STAC :

-          le transport des VIP (Conseil Fédéral, secrétaire d’Etat et toutes délégations officielles) de la Confédération en Suisse et à l’étranger.

-          Transport de passagers mandatés dans le cadre de mission telle que l’OSCE.

-          Transport de personnels dans le cadre de mission pour la Paix.

-          Acheminement de matériels pour la Confédération.

-          Opération de cartographie de la Suisse dans le cadre de Swisstopo.

-          Transport de militaires dans le cadre d’exercices à l’étranger (testes de tir RAPIER & STINGER).

-          Accompagnement du personnel lors de déplacement des Forces aériennes en démonstrations à l’étranger (Patrouille suisse, F/A-18, Super Puma) ou en exercices ( Nightway, Tigermeet, Norka)

-          Simulations au profit des Forces aériennes.

-          Mise à disposition pour répondre à diverses urgences de transport (plan catastrophe).910285184.JPG

La flotte :

Le STAC dispose de sa propre flotte d’avions, dont un hélicoptère et peu selon les besoins disposer d’hélicoptères de moyen tonnage comme les Super Puma/Cougar (dont la version VIP). Cependant, dans notre pays, rien à voir avec la somptuosité du dispositif de transport de nos voisins, dont les A320, A310 ou B757 et B747 fait la joie et le panache des politiques !

Chez nous c’est une discrétion toute « helvétique » qui s’impose :

1 Dassault Falcon 50               max 9 passagers, rayon d’action 4’600km. T-783

1 Cessna Citation Excel            max 7  passagers, rayon d’action 3’000km   T-784

1 Beech Super King Air           max 8 passagers, rayon d’action 2’000km   T-721

1 Beech 1900D                       max 18 passagers, rayon d’action 2’000km (en location immatriculation civile) D-CBIG

1 Eurocopter Dauphin 365N  max 4 passagers  3 heures de vol. (prochainement remplacé par 1 Eurocopter EC-135). T-771

716761273.JPG
Un nouvel  avion de transport : Outre, le choix du nouvel avion de combat, les Forces aériennes ont été mandatée pour évaluer un remplaçant au Cessna Citation Excel jugé insatisfaisant en matière de rayon d’action et de capacité de transport, une étude préalable devra déterminer parmi différents jet les modèles répondant au nouveau cahier des charges et une évaluation chez les constructeurs ainsi que des visites aux sociétés  de location de Jet privé permettront de faire le choix final ! J’y reviendrais bien entendu !

19:01 Écrit par Pascal dans aviation | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |

30/05/2008

Turbulences pour les constructeurs aéronautiques !

965963284.JPG
Boeing annonce un retard de 15 moins pour son B787 Dreamliner, Airbus qui a déjà 18 mois de retard avec le programme l’A380 retarde de trois mois les livraisons à Air France et KLM, sans oublier les deux ans de retard du  programme de développement de l’A350 et L’A400 militaire (12mois) ! Si les deux grands constructeurs ont décidément de la peine à tenir les délais d’industrialisation, ils ne sont pas les seuls ! Le premier vol  L’ARJ-21 chinois est d’ors est déjà programmé avec 9 moins de retard et le récent décollage du Superjet 100 de Sukhoi s’est fait avec également 9 mois de décalage sur le calendrier initial ! Que se passe-t-il donc chez les constructeurs, pourquoi autant de retard ?

 

Résultats plombés :

Le groupe européen EADS assume une perte nette de 446 millions d’euros ce qui a fait plongé le titre en bourse. Ces mauvais chiffres sont dûs aux difficultés que traverse l’avionneur Airbus qui accumule les retards sur les principaux programmes soit l’A380, A350 et A400. Sans parler de l’exposition du groupe au dollar ! Chez Airbus l’ensemble des coûts sont répertoriés en euros (achats, salaires) alors que les avions sont vendus en dollar US !

A Seattle, le problème est différent, si le B787 et d’ors et déjà un succès et rapportera de gros bénéfices, les retards accumulés risquent non seulement d’augmenter la facture, mais la possibilité d’annulation de commandes est bien présente !

Quelles sont les causes de ces retards ?

L’industrialisation d’un avion est une chose compliquée et longue qui comprend de nombreux défis technologiques auquel doivent répondre de nombreux sous-traitants, et c’est bien là que se situe le noeud du problème ! Chez Boeing, on s’explique que les retards répétés sont dûs à une pénurie de composants, notamment des fixations, ce qui a mené Boeing à accomplir lui-même une partie du travail dévolu à ses partenaires industriels. De plus, le constructeur a ainsi été amené à revoir la conception de certaines pièces, et redessiner le logement du train d’atterrissage principal. L’assemblage du 787 impose de nouveaux procédés et Boeing fait appel à des technologies complexes qui confrontent les sous-traitants à de multiples problématiques inédites.

 De l’autre côté de l’atlantique, Airbus a rencontré des problèmes similaires avec l’A380. Les livraisons de câblages électriques ont été retardées faute de matière première, puis ce fût l’installation de ceux-ci qui posèrent problème sur le site de Hambourg.

En Chine, si l’ARJ-21 (voir billet précédent sur l’ARJ-21)est une copie du vénérable MD-90 le manque d’expérience dans le domaine du personnel et s’ajoutant  les difficultés linguistiques et technologiques dues à la collaboration avec des entreprises occidentales qui fournissent les éléments clefs de l’avion. Même soucis chez le Russe Sukhoi ou la collaboration avec des partenaires étrangers n’a pas été chose facile.

Sous-traitants sous pression :

L’industrie aéronautique se voit dans l’obligation de suivre le modèle de l’industrie automobile avec une réduction drastique des fournisseurs, chez Airbus ont estime devoir passer de 3000 à 500 et en simplifiant la chaîne de commande.

Le marché attend, les compagnies sont sous le  stress !  On estime à 22 700 le nombre d’appareils civils qui devront être construits d’ici 2025 soit un renouvellement complet de la flotte mondiale ! Les compagnies ont la vie dure, car avec la flambée du baril de pétrole additionné aux problèmes d’environnement,  certaine d’entre elles comptait bien rapidement remplacer des avions vieillissants et gourmands en kérosène par la nouvelle génération qui se fait attendre !

00:07 Écrit par Pascal dans aviation | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |

28/05/2008

Premier vol du GRIPEN « DEMO »

1348833663.jpg

Le premier vol du Gripen « Demo » soit la plate-forme d’essai volant pour la prochaine génération de Gripen s’est déroulé mardi dernier depuis  l’aérodrome de Linköping. L’altitude maximale était fixée à 6400 mètres et la vitesse de 320 nœuds !

L’appareil servira à tester et développer bon nombre des systèmes essentiels et les capacités qui seront appliquées pour le Gripen NG (Next Generation) dont la conception prévoit entre autre :

1575264977.jpg

Un moteur plus puissant soit le General Electric F414-400 construit sous licence par Volvo

Le nouveau radar à antenne active (AESA) NORA

Un nouveau système de communication et de guerre électronique

Une capacité d’emport de charge accrue

Un rayon d’action supérieur.

Il ne s’agit pas seulement d’un nouvel avion, mais du premier pas vers un développement des technologies pour les clients du Gripen et permettra une insertion à la carte en vue de l’optimisation des versions antérieurs et d’offrir une nouvelle version pour les clients futurs.

Le Gripen NG devrait intégrer la chaîne de montage fin 2010.

 

Partenariat avec des entreprises internationales :

 Le Gripen plate-forme d'essai a été réalisée en partenariat avec plusieurs sociétés leader mondial dans l'industrie aéronautique: General Electric, Thales, Rockwell Collins, Honeywell, APPH, Terma, Martin-Baker et Meggitt.

 

En ce qui concerne la Suisse… Le constructeur suédois qui propose le Gripen JAS-39 C pour le remplacement des F-5 (voir nouvel avion de combat, lequel des 4) assure donc, que dans le cas du choix du Gripen par la Suisse, notre pays pourra à la carte choisir les options les plus récentes développées avec le Gripen Démo et de ce fait disposer de la version la plus moderne qui soit en l'occurence le Gripen NG soit un Gripen C/D modernisé! A suivre...  !

 

 

1007160023.jpg
photos : premier vol Gripen NG /Saab Gripen int.
Présentation du NG  de SAAB
les deux pilotes d'essais : Mikael Seidl & Magnus Ljungdahl

18:50 Écrit par Pascal dans aviation | Lien permanent | Commentaires (21) |  Facebook | |

19/05/2008

Sukhoi Superjet 100 le premier vol !

1845369863.jpg

Avec près de 9 mois de retard sur le calendrier initial, le Superjet 100 du russe Sukhoi a effectué son premier vol ce lundi 19 mai. L’Avion a décollé à 10h00 pour un vol d’une heure.

Piloté par Alexander Yablontsev et Leonid Chikunov, le premier avion russe civil construit depuis la chute de  l’Union Soviétique à décoller de Komsomolsk-sur-l’Amour.

Ce vol marque le lancement du programme de vol qui aboutira à la certification de l’appareil.

La première livraison, sauf nouveau retard, interviendra courant fin novembre 2008 à la compagnie russe Aeroflot.

 

Commandé fermement à 73 exemplaires par six compagnies, essentiellement la version longue SSJ100-95 ! Deux autres modèles sont cependant prévus, le SSj100-60 et le SSJ100-75. Notons au passage la participation de SNECMA France pour les réacteurs et divers équipementiers européens et américains pour l’avionique !

1692773236.jpg

23:42 Écrit par Pascal dans aviation | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |

15/05/2008

Listes noires des compagnies aériennes !

329334003.JPG
Les vacances d’été approchent et beaucoup d’entre nous prévoient de prendre l’avion pour rejoindre un lieu de villégiature, mais chaque année, ressurgit la crainte de voyager  avec une compagnie d’aviation potentiellement dangereuse, je vous propose donc un petit aide- mémoire !

 

La liste de l’UE :

 En date du 22.03.06, l’UE a publié une liste des compagnies aériennes interdites jusqu’à nouvel ordre d’atterrissage sur les aéroports de celle-ci, tant qu’elles n’auront pas remédiés à certaines lacunes. Cette liste et d’ailleurs régulièrement mise à jour ! Ce qui frappe au premier coup d’œil avec cette liste, c’est que la plupart des transporteurs qui y figurent sont des compagnies africaines, indonésiennes ou kirghize qui assurent toutes des lignes intérieures! Aucune chance donc, de voyager avec, depuis un aéroport de l’UE !!La dernière mise à jour qui date du 11 avril 2008 mentionne entre autre la compagnie Ukraine Cargo airways ! Personnellement, je n’ai jamais voyagé en « classe fret » et vous ? Certes, on peut penser que cela intéresse les directions d’aéroports, mais pas le grand public ! Bizarrement, cette liste ne reprend pas les noms des compagnies qui figurent en interne des autres pays de L’ UE ! Etrange, non ?

 Et en Suisse ?

Notre pays participe à la mise à jour de la liste de l’UE et participe au programme de contrôle inopiné des compagnies étrangères, ceci dans le cadre du SAFA (Safety Assessment of Foreign Aircraft). Mais la Suisse préfèrent mettre en ligne sur le net (www.aviation.admin.ch) une liste des transporteurs autorisés à exploiter des aéronefs sur notre territoire.

Ce que les listes ne disent pas !

 

Il y a quelques années, une série de crash mettant en causes des compagnies charters à endeuiller l’Europe, comment se fait-il que certaines d’entre elles soient toujours en activités dans certain pays de l’UE, mais interdites chez le voisin ? Pires, certains avions, dont les contrôles ont clairement mis en évidence de graves problèmes techniques (dysfonctionnement d’instruments de bord, panne de certain système) continue d’être exploité en toute impunité sous les couleurs d’un nouveau transporteur ? Cela, les listes malheureusement ne peuvent le refléter.

Difficile de comparer !

Une chose est certaine, comparer les diverses listes des pays devient très vite chose ardue pour le quidam ! Après plusieurs tentatives, je vous propose un site français www.listenoire.fr  qui a le mérite de regrouper plusieurs informations nationales et qui démontre clairement les différences entre les pays de l’UE et la Suisse. Bien que non officielle, cette liste est faite par des passionnés qui prennent le temps de fouiller pour obtenir les meilleures informations possibles. Certains site, essayent de classifier les compagnies aériennes, malheureusement, la complexité du travail fait que certaines infos "bonnes ou mauvaises" qui ne sont plus d'actualité apparaissent encore, et induise donc le passager en erreur ! L'Observatoire de la sécurité aérienne et du tourisme, basé à Genève (www.obssat.com) fait par ailleurs un excellent travail mais payant ! Bref, même si le prix est très abordable (5 euros la consultation) rien n'est gratuit pour le passager !!

Evaluation de sécurité :

Dans notre pays, l’OFAC procède en moyenne à 200 contrôles annuels d’une durée de 15 à 45 minutes. Les inspecteurs travaillent toujours en binôme et se répartissent la tâche en deux groupes : l’aspect opérationnel et l’aspect technique. Ce type de sondage ne donne qu’une image de la situation de l’appareil et de l’équipage, en effet, seul les inspections approfondies incombe à l’autorité du pays d’origine de l’avion.

Erreur de vison, ce qu’il faut changer :

Une chose est certaine, ces listes ne sont pas pratiques et n’aident pas réellement à une amélioration de la sécurité du transport aérien. Pour ce faire, il faudrait changer d’optique, ne plus mettre la pression directement sur les compagnies, mais sur les Etats ! Car se sont bien les gouvernements qui ont la charge de surveiller à la sécurité des passagers et l’entretien des flottes d’avions. Manque de moyen et corruption pour certain, laxisme pour d’autre, bref, la communauté internationale se doit de mettre de l’ordre en aidant les Etats les plus pauvres, mais aussi en faisant pression sur ceux qui se montrent volontairement négligeant.

23:30 Écrit par Pascal dans aviation | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook | |