19/08/2008

Fin des essais du Gripen !

gripen2flightforumvy9[1].jpg

Les essais du premier candidat en vue du remplacement partiel de la flotte de Tiger ( TTE ) sont terminés.

 

Les essais en vol et au sol du premier candidat, l'appareil suédois Gripen, ont commencé le 28 juillet et ont compté une trentaine de vols. Pendant les quelque 35 heures de vol effectuées au total, les appareils ont été pilotés par du personnel d'armasuisse et des Forces aériennes
Les essais en vol et au sol sont l'une des composantes principales du processus d'évaluation. Les Forces aériennes ont contribué à cette évaluation avec une cinquantaine d'engagements de F-5E / F et de F / A-18C / D pour la représentation des cibles et pour le vol en formation. Des vols de nuit et des vols supersoniques ont également été nécessaires. Les vols d'évaluation se déroulent dans le cadre du contingent de vols à disposition, ce qui signifie qu'il n'y a pas eu d'accroissement du nombre de mouvements d'avions sur les aérodromes concernés. Pendant ces essais, le Laboratoire fédéral d'essai des matériaux ( Empa ) a effectué des mesures du bruit à Emmen et à Meiringen ; les résultats de ces mesures seront également pris en considération dans l'évaluation.

gr.JPG


 
Périodes des autres vols d'essais en Suisse


Dassault Rafale : du 13.10 au 07.11.2008 ; information des médias le 28.10.200
EADS Eurofighter : du 10.11 au 05.12.2008 ; information des médias le 25.11.2008

 

52841790348b3a5facbd61[1].png


Activités subséquentes
Une fois les essais en vol et au sol et l'évaluation parallèle des premières offres terminés, les données collectées seront analysées et les fabricants seront invités à présenter une deuxième offre. Il est prévu de procéder au choix du type en juillet 2009, sur la base des offres et du rapport d'évaluation.

 

RYKbBTwe[1].jpg


 

 

 Photo 1 : @Andreas WEBER, Photos 2,3 : @Milan ROHRER , (Grützi, merci viel mal)

18/08/2008

EC-635/135 début des reconversions

ec635135.JPG

De grandes ressemblances avec le Cougar :

En automne 2007 déjà, les quatre premiers moniteurs de vol suisses ont eu l’occasion, dans le cadre d’un programme d’échange de pilotes en Allemagne, de se familiariser avec l’EC 635/ 135. Au printemps 2008, ces pilotes, accompagnés de mécaniciens, ont accompli un cours de reconversion sur l’EC 635 chez Eurocopter à Donauwörth. Dès cet automne, les moniteurs de vol et les mécaniciens suisses seront reconvertis sur le nouvel hélicoptère. La première école de pilotes sur cet appareil débutera en 2010. « Du point de vue de leurs caractéristiques d’utilisation, l’EC 635 et le Cougar se ressemblent beaucoup. Certains systèmes sont d’ailleurs identiques. Ainsi, le gain de temps à la reconversion des élèves pilotes sera considérable.

Montage prévu à Alpnach :

Pour faire suite aux deux EC 635 déjà réceptionnés, deux EC 635 VIP sont en cours de production à Donauwörth pour les Forces aériennes suisses. Le montage des 16 derniers EC 635 se déroulera quant à lui d’ici à 2010 chez RUAG à Alpnach. Les 20 appareils alors à disposition permettront de mettre un terme définitif à la carrière des 36 Alouette III : « Cette solution est notamment envisageable grâce à la grande disponibilité des nouveaux hélicoptères.

 

Pour rappel :

 

Equipé de deux Turbines PW 206B2 au bénéfice d’un régulateur de puissance (FADEC) de dernière génération, les visites moteurs de 50

et 100 ont été supprimées et la charge de travail des visites de 400 et 800 heures s’en trouve allégée. Aujourd’hui, la première inspection sur un EC-635/135  est requise à 400 heures de vol, un fait unique dans sa catégorie. Question cellule, Eurocopter  a fait appel à 95 pourcent de matériaux composites qui allient légèreté et solidité tout en réduisant les contrôles. De plus, l’EC-635-135 est la machine la moins gourmande en kérosène et la moins bruyante de sa catégorie avec un bruit inférieur de 7db aux normes OACI actuelles.

 Beitrag_EC635.parsys.25857.2.photo.Photogallery[1].gif

Photo 1:@  Milan Rohrer/ Vol à Alpnach.

Photo 2: DDPS/ Cockpit EC635/135

 

11/08/2008

Contrefaçon des pièces d’avion !

 

entretien_moteur_01[1].jpg

Septembre 1989, Un Convair (cargo) reliant Oslo à Hambourg s’abîme en mer, l’enquête démontra l’origine douteuse de certaines pièces ! Et ce n’est là qu’un triste exemple !! Certes, la contrefaçon de pièces détachées d’avion, n’est en rien comparable à celle de l’automobile, des médicaments et encore moins d’articles de luxe qui sont la panacée !

Pourtant, la situation s’est avérée suffisamment préoccupante pour la FAA (Federal Aviation Administration) lance une campagne de sensibilisation auprès des Compagnies aériennes à la fin les années nonante !

Les  menaces :

On distingue trois types de menaces : les pièces dites « vérolées » qui ont été réparées à moindre coût, sans respecter les spécifications du constructeur. Les pièces récupérées frauduleusement sur des avions accidentés voir « crashés »  et  remises sur le marché. Puis les pièces neuves mais,  dites « copies » qui ne respectent en aucun cas les normes de fabrication et de résistance de la pièce originale (plaquettes de freins, câblages divers, pièces de réacteur et même des instruments de vol) !

Par exemple : une pièce coûteuse à travailler comme un rivet en titane dont le prix et d’environ Chf 375.- à pour copie une même pièce pouvant coûter 8 fois moins cher !!

Ces fléaux touchent l’ensemble de l’aviation, un procès est actuellement en cours en Russie, mettant en cause une société qui prélevait des pièces d’avions de combat MIG-29 usagées et tentait de les revendre « comme neuves » à des Forces aériennes utilisatrices de ce chasseur !

Une puce anti contrefaçon :

A fin de lutter contre ce fléau, Airbus & Boeing en tête, ont adopté un système de puce spécialement adapté aux normes de l’aviation, notamment une résistance aux changements de température que subit un aéronef en vol ! Par ailleurs, la dite puce est directement apposée sur la pièce par un procédé spécial évitant toute falsification !

Ces puces réduiront également le petit jeu de certaines compagnies aériennes  qui consiste à échanger des pièces d’un avion à l’autre et de faire croire en falsifiant les documents d’entretien, que l’avion a été réparé, et du coup « bon pour le vol » Si si cela existe !!

Par ailleurs l’arrivée de ce nouveau procédé permet une meilleure gestion des stocks dans les unités de maintenance. De plus, il possible de suivre les modifications apportées à une pièce d’un bout à l’autre de son cycle de vie. Les informations de maintenance, de dépannage, de conditionnement, y compris le lieu de production, sont fixées directement sur la pièce. Cela permet d’accélérer et d’alléger la charge administrative liée au suivi des pièces et d’éliminer le risque d’erreurs lié aux saisies manuelles. D’autre part, en favorisant le suivi automatique des pièces dès leur sortie d’usine, cette application va aider les constructeurs d’avions à renforcer la sécurité de leurs avions en luttant plus efficacement contre la contrefaçon. Ce système et également applicables pour les aéronefs militaire.

sp.JPG
l'utilisation de pièces ou d'instrument contrefaits ont des conséquences dramatiques !

05/08/2008

Essais du Gripen : les news !

gripemmen.JPG

 Le premier vol d'un Gripen avec un pilote suisse a pu avoir lieu dès le deuxième jour. Des vols de nuit sont également prévus dans le cadre du programme de tests en vol. Ces vols en pleine obscurité auront lieu cette semaine et la semaine prochaine.

 

Les essais en vol et au sol du premier des candidats dans le cadre du programme TTE ont commencé le 28 juillet 2008. Sur la trentaine de vols inscrits au programme, six ont pu avoir lieu comme prévu la première semaine.

0220080729007[1].jpg

Touch and Go !

Dans le cadre des essais d’approche, un posé décolé a été réalisé sur l’aérodrome de Sion (photo ci-dessous).
tte_fotos.parsys.97622.Image[1].jpg
Moment des vols de nuit
Pour tester et vérifier intégralement tous les systèmes, il est nécessaire de procéder aussi à des vols dans une obscurité totale, ce qui nécessite, vu la saison, d'effectuer ces vols avec le Gripen à des heures tardives par rapport aux habitudes en Suisse. Après leur décollage, les appareils évolueront dans les espaces d'entraînement sur les Alpes, effectuant des programmes à des altitudes comprises entre 3000 et 8000 mètres. On ne les entendra alors quasiment plus. Ces vols servent à l'appréciation de l'efficacité opérationnelle et des performances techniques des systèmes.
Il y aura par contre, à Emmen, le bruit usuel causé au décollage et à l'atterrissage.

Pour les vols de nuit, le Saab Gripen suédois et des F / A-18 servant de cible décolleront d'Emmen et y atterriront comme suit :
Date : Le 5 août, Décollage : env. 21h40, Atterrissage : env. 23h10, Appareils engagés : 1 Gripen et 1 F / A-18

Date : Le 12 août, Décollage : env. 21h30env., Atterrissage : env. 23h00 Appareils engagés : 1 Gripen et 2 F / A-18

Les dates de réserve sont respectivement le 7 août et le 14 août. Il n'y aura toujours qu'un vol de nuit par semaine.
 
Indication à l'attention des curieux ( Spotter ) :
Vu le grand nombre d'inscriptions à la journée d'information organisée le 11 août 2008 sur l'aérodrome militaire d'Emmen dans le cadre des essais en vol et au sol, plus aucune place n'est disponible.
Il n'y aura pas d'autre journée d'information pour le Gripen dans le cadre de ces essais. La formule d'inscription aux journées d'information pour les deux autres candidats, c'est-à-dire le Rafale et l'Eurofighter, sera mise en ligne en temps utile à l'adresse suivante :
http://www.ar.admin.ch/internet/armasuisse/de/home/aktuel...

 

gf.JPG
Photos : 1 & 4 andréas WEBER :Atterrissage à Emmen,  Roulage à Emmen Gripen & F/A-18D (les deux sont équipé d'une nacelle FLIR)
photos: 2 & 3 @DDPS :Freinage à Emmen & Touch and Go à Sion.

04/08/2008

Voyageons 33% moins cher ! Vraiment ??

800px-A_380_meeting[1].jpg

L’article TDG/24heures « Voyageons 33% moins cher grâce aux avions géant » paru le  4 août, m’oblige à réagir sur un certain nombre d’affirmation qui pourraient induire en erreur le lecteur et donc le futur passager ! En effet, plusieurs points me semblent litigieux :

 

« Hôtesses de l’air de plus en plus rares » 

 

A la lecture de cette phrase, j’ai cru entendre le discours de ces « affairistes de l’aviation » pour qui les économies sont un but et non la sécurité !

Petit rappel : le nombre de PNC (hôtesses/stewards) par passagers et de 1 pour 50 ! Cette disposition réglementaire obligatoire est imposée pour des raisons de sécurité, en cas d’évacuation par exemple.

Il ne serait question de diminuer le nombre de PNC à bord des avions sous peine d’être en infraction avec la législation aérienne et de mettre en danger les passagers !

 

Exemple : Airbus A320 avec 172 passagers = 4 PNC.

 

 

Voyager moins cher avec les gros porteurs !

 

 

Il  est vrai que le nouvel avion d’Airbus A380 permet de réduire le coût par siège, prétendre que cette diminution va être reportée directement sur le prix des billets des passagers, me semble être très optimiste, et l’article ne reste que  très superficiel sur la réalité.

Utilisation de l’A380 :

De part, sa taille, l’A380 reste pour l’instant limité à quelques aéroports, qui de plus ont dû consentir à de nombreux aménagements dont le coût va être reporté sur la taxe aéroportuaire. Autrement dit peu importe la compagnie et le type d’avion, la taxe sera plus forte pour tous.

Prétendre que le kérosène est devenu depuis trois la principale charge des compagnies et inexacte, cela a toujours été le cas ! L’aggravation du prix du baril n’a fait qu’affecté encore plus cette charge. Par ailleurs, le prix du siège passagers se détermine notamment par le nombre de passagers et du confort que l’on veut lui accorder (classe économique). Par conséquent, les grandes compagnies réduiront sensiblement le nombre de rangées de sièges afin d’ajouter quelques centimètres,  mais au détriment du prix du billet. Par contre, les compagnies charter et autres Low cost ne se priveront pas de charger au maximum le nombre de sièges. Jusque là rien de bien nouveau !

Sur les lignes qui exploiteront  l’A380, il faut comprendre que celui-ci remplacera parfois deux vols. Avec une seule rotation, la compagnie transportera plus de passagers  en une seule rotation et avec moins de carburant, certes, mais la ligne doit rester bénéficiaire et être garante de la sécurité. En conséquence, la marge avec l’ensemble des coûts n’est pas grande, il ne faut pas s’attendre à des sacrifices sur les billets.

Où iront donc ces économies ?

 

Le prix du baril continuant de grimper, les charges de maintenances et de sécurité vont aussi continuer de s’élever mais, dans une moindre mesure, sans oublier les salaires du personnel, qui, nous venons de le voir avec la grève chez Lufthansa vont également devoir être réévalués. Autrement dit, les économies réalisées avec de nouveaux avions comme  l’A380, mais aussi des modèles plus petits comme l’A350 et le B787 vont être rapidement absorbés dans le fonctionnement des compagnies, le passager quant à lui ne verra donc pas grand-chose. Le prix du billet risque de grimper sensiblement encore ces prochaines années, l’arrivée d’une flotte de nouveaux avions permettra seulement de stabiliser celui-ci !

 787.JPG

Quoi de neuf pour Genève cointrin et Zurich ?

 

Genève cointrin prévoit d’accueillir l’A380, et a prit les devants en apportant des modifications de sa piste d’atterrissage notamment. Mais si Genève ne sera quotidiennement desservie par cet appareil, son aéroport continuera de transporter des passagers sur les courts et moyens courriers qui pourront effectivement à transiter sur Paris ou Francfort pour finir le voyage sur un A380, A350 et B787, mais ceci est déjà le cas aujourd’hui !

Zurich devrait pouvoir à moyen terme accueillir quelques A380 de plus, mais l’aéroport zurichois sera par contre de premier choix pour une gamme plus petite soit les A350 & B787.

En conclusion :

Baisser les prix des billets alors que l’ensemble des charges d’exploitation des compagnies aériennes sont en augmentation risque de se faire au détriment de la sécurité, nous ne  les connaissons  que trop bien ces compagnies « pas chères » disons plutôt les « compagnies poubelles » comme Flash Airlines (choisie par un Tour opérateur, car elle facturait 10 euros de moins le siège passagers) et ou West Caribbean, 148 morts pour la première et 160 pour la seconde ! Certes, les compagnies qui vont exploiter l’A380 et les autres les A350 et B787 n’appartiennent pas à cette catégorie et ne doivent surtout pas céder aux sirènes des sacrifices de la sécurité aux noms des coûts ! Faire croire que la nouvelle génération va faire fondre le prix des billets en cette période de crise que traverse l’aviation n’est que pure spéculation, oui le prix des billets pourra baisser un jours, mais pour y arriver il faudra d’abord régler l’épineux problème du carburant !

19:53 Écrit par Pascal dans aviation | Lien permanent | Commentaires (18) |  Facebook | |